Vampires, gnomes, loup-garou et démons. Gravity Falls est une ville qui attire les évènements paranormaux. 3 ans après, les jumeaux Pines décident d'y retourner. Mais qui pouvait s'attendre à de telles conséquences...

" Herzlos "
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 05/10/2018
Localisation : † Black Lodge ~
Who am i !

Feuille de personnage
Rang (Groupe) / Age du personnage: Croque-mitaine - † 1540 ans
Alignement: † Chaotique Mauvais
Inventaire:

† Odio, Tormenta, Posterum || ft. June †

MessageSujet: † Odio, Tormenta, Posterum || ft. June † Ven 4 Jan - 1:12

Herzlos

June Smilovski

「 Odio, Tormenta, Posterum 」
Après le passage de l’Harmonie, Herzlos avait composé une partition pour essayer d’effleurer la magnificence qu’il avait côtoyé l’espace de cinq minutes. Pourtant, tout sonnait faux, alors, il sortait le soir pour éviter d’attaquer les employés. L’ombre passait dans les rues, jouait avec les lueurs qui s’éteignaient dans les chaumières… Mars, vraiment, un sale mois pour ceux qui veulent partir en vacances… Donc, pas de client dans l’hôtel, moins que d’habitude en tout cas. Pas besoin du croquemitaine. Il avait déjà donné toutes les directives à suivre… Après une douche méritée, il sortit... Alors le voilà, le funambule des ombres qui s’amusait à incanter de vaines mélodies qui venaient s’échouer entre ses lèvres. L’ombre s’amusait à passer de ténèbres en ténèbres pour échapper aux regards indiscrets. Entre les lueurs rouges du Black Market et celles, blanches, des maisons, Herzlos se plaisait bien dans la nuit noire. Il s’amusait à voguer, danser parmi les ombres et, personne ne le voyait jamais lorsqu’il allait en ville. Fantôme d’une nuit, désirs refoulés, cris doux, bras entremêlés… Herzlos s’ennuyait à entendre les gens s’aimer. Comment apprécier quelque chose qu’on ne comprend pas vraiment ? Pourquoi donc s’échouer aux bras de quelqu’un le temps d’une nuit ? Et… Que font-ils exactement ? L’ombre n’en savait rien…

Il l’avait certainement oublié. Depuis quand n’avait-il pas vu deux corps s’enlacer ? Depuis toujours ? Voilà que la mémoire ne lui revenait pas… Il avait beau tourner la chaîne de ses souvenirs, il ne parvenait pas à comprendre ce qui l’entravait pour savoir… En revanche, il se souvint d’un sourire. Un sourire et un visage sombre. Qui était-ce ? Il ne savait plus. Dansant avec les ombres, Herzlos glissait sous la lumière blafarde des lampadaires qui étaient habités de moucherons virevoltants. Dans le silence d’une rue déserte, il n’y avait rien. La beauté seule se lovait contre le néant. Lumière et ténèbres s’accordaient une valse damnée… Les monstres hurlaient, les humains riaient, les anges pleuraient. Le silence et son mystère couvraient la cité endormie sous des draps roses ou rouges tachés de sang. Le démon observa en silence les alentours qui semblaient être soudains bien silencieux pour lui. Un sourire s’étira sur ses lèvres alors qu’il revoyait les expressions de ses victimes passées… Marchant dans l’obscurité, il glissa sa main sur un mur… Ses gants ne laissaient aucunes marques… Alors, l’ombre se hâtait. Plus rapidement elle aurait passé les ruelles sombres, et plus rapidement il aurait ce qu’il veut.

Le quartier résidentiel était bien silencieux cette nuit-là. Sans doute certains étaient partis chez d’autres et il n’avait pas la chance d’être là où l’agitation régnait ? Qu’importe, le néant règne en maître et cela lui suffit amplement… Herzlos, seul dans une rue où toutes les lumières étaient éteintes, s’amusa à grimper sur les toits… Côtoyant les chats et la lune, pleine, il crapahutait sur les toits… Il n’était pas lourd et donc, cela ne laissait pas de trace… Le démon avançait, fredonnait un air connu… Rapide, entraînant, issu d’un air jazzy… Il s’approcha d’une grande maison où il avait vu quelqu’un se pencher… Tiens donc, les pervers sont de sortie ? Il s’intéresse un peu trop à cette maison… Alors l’ombre penche la tête et suit le voyeur qui écrit des mots sur son carnet. Herzlos le suit, ce vagabond qui a compris qu’il était suivi. Par quoi ? Peut-être avait-il vu la mort en personne ? La faucheuse ? Thanatos ? Le monstre observait le jeune homme marcher de plus en plus vite dans la forêt. Un rire s’en suivit, le jeune homme supplia et tomba au sol à cause d’une racine… Ne voyait-il pas dans le noir ? C’est ennuyeux. Alors, le loup des cauchemars, digne du Black Shuck, il s’avança. Il se jeta sur l’être devant lui et murmura d’un ton amer.

« Who were you looking for, cabrón ? »

Le vagabond se débat d’abord en tentant de cacher son bloc note derrière son dos, pas une bonne idée puisque le démon lui plaque les deux bras au sol et le lui arrache. Il hurle, le petit être humain. Il semble jeune, très jeune. Attendez ? Depuis quand parle-t-il espagnol ? … Revenons plutôt sur l’action. L’adolescent crie, alors, le croquemitaine pose une main sur ses lèvres pour le faire taire.

« ANSWER ME OR YOU’LL DIE. »

L’adolescent entrouvre les yeux, embués de larmes, l’action se calmait. Un craquement sonore de branche s’entendit. Le beau démon observa l’être qui s’était calmé, il hocha la tête rapidement. Il voulait s’en aller des griffes de la mort… Alors, il le laisserait certainement partir, il n’était pas si impur que cela, au contraire, il semblait gentil. Il n’était pas vraiment du genre à faire du mal ainsi à des enfants. Surtout à des enfants oui. Alors, le croquemitaine sonda du regard l’être tremblant entre ses griffes. Il le laissa parler…

« J-J-J-Je… M-M-M-Mon frère avait juste vu une jolie demoiselle ! Il fallait juste que j’trouve des infos sur elle… J-je… Ne me tuez pas s’il vous plaît. »

Le démon posa ses mains sur le sol, d’un geste souple de jambe, il redressa l’entièreté de son corps après avoir fait un équilibre parfait. Prouesse d’ailleurs que son chapeau n’ait pas quitté sa tête. Il était souple, oui. Alors, c’est avec aisance que ce démon avait pris le carnet. C’est avec un sourire dissimulé qu’il glissa ce carnet dans sa poche intérieure de veste… Le démon scruta du coin de l’oeil l’adolescent qui s’était relevé au pas de course et qui commençait à détaler dans la forêt, à travers les sentiers. Herzlos, amusé par sa peur, lui indiqua avec un sourire mauvais.

« Wrong way. Watch your steps, kiddo. »

Le sol était sablonneux, peut-être un peu boueux. Il fallait dire qu’en mars il pleuvait souvent, il observe donc la trace laissée par l’enfant… Il secoua la tête avec un sourire amusé. Ce monde était le sien. Il était à lui. Tout était à lui. L’avenir lui appartenait. Alors, il s’éloignait de la marque laissée pour aller se poser contre l’écorce d’un chêne immense en hauteur, pas en largeur. Il s’adossa, posa son pied droit contre l’arbre… Il le savait. Il savait que depuis tout ce temps quelqu’un l’observait. Ce craquement, un peu plus tôt, sonnait-il le glas des abysses ? C’était possible comme impossible. Alors, le croquemitaine tendait l’oreille, elle n’était pas partie, cette ombre qui le surveillait. Avait-elle vraiment coupé sa respiration… ? Il était tout proche d’elle. En réalité, s’il avait choisi ce chêne, ce n’était pas pour rien, c’était précisément parce que l’inconnu était derrière. Peut-être était-ce une femme. Il n’en savait absolument rien. Dans le doute, il penserait que c’est un homme de la police mesurant plus de deux mètres cinq, près à en découdre avec un monstre comme lui. Enfin, si c’était le cas, il serait certainement intervenu… Se trompait-il ? Non. Bien sûr que non. Alors il laissait passer un peu de temps, le beau croquemitaine. Il observait les étoiles à peine visibles entre les branches entrelacées. Entre les feuilles qui se croisaient et entre les cimes des arbres qui s’élevaient. Il y avait peu de chênes dans cette forêt, il en était conscient. Et pourtant, il était plus difficile de se cacher derrière un pin, il le savait parfaitement. Il n’était pas le Hide Behind. Il observait les alentours… Il commença à fredonner l’air de Rondo Alla Turca de Mozart. Cette musique avait pour but d’apaiser la personne qui était là et pour endormir sa confiance… Herzlos fredonnait sans fausse note, il chercha dans sa poche… Pas de cigarette, dommage… Il fit mine de soupirer, alors, il retira son dos de l’arbre qui n’avait rien demandé. Il s’avança à la gauche de l’arbre et fit mine de faire tomber quelque chose. Quand il se releva enfin, il fit un pas sec qui résonna dans le silence. Abaissant les arbustes qui voilaient l’intrus. Il énonça un.

« I fouuuuuuund yaaaa ! »

Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’il vit Mademoiselle Smilovski. Alors, il recula, le croquemitaine. Merde… Voilà encore ses obligations qui prenaient le dessus… Il croisa les bras sur son torse et abaissa son chapeau en grommelant…

« What the ... What are you doing in the forest at midnight? Do you dream of vampires, werewolves and gnomes? »

Herzlos détourna le regard, si Overlord apprenait ça, il allait se faire tuer. Il observa ensuite la demoiselle… Intrigué et à la fois… Satisfait que l’harmonie soit revenue.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 109
Date d'inscription : 06/10/2018
Who am i !

Feuille de personnage
Rang (Groupe) / Age du personnage: Lycéenne - 18 ans
Alignement: Loyal mauvais
Inventaire:

† Odio, Tormenta, Posterum || ft. June †

MessageSujet: Re: † Odio, Tormenta, Posterum || ft. June † Lun 7 Jan - 22:21

Ft Herzlos
growing strong.


Ramenant ses ondulations obsidienne en une queue de cheval haute, ajustant ses écouteurs tout en étirant d'un bref mouvement les muscles de ses chevilles, June énumérait sans un mot le contenu de son sac à dos. Son dernier entraînement l'avait conduite aux portes de la douleur, lacéré par une mauvaise chute qui l'avait contrainte au repos quelques jours durant et, si le bon sens lui avait proposé de douce nuit passé en compagnie de film d'horreur et popcorn, il fallait croire qu'elle s'était mise en tête pouvoir soulever montagne et démon d'un simple levé de cil. Alors, chassant du bout de son pas les ténèbres ambiante, s'arrêtant un instant devant la chambre de Tristan comme pour s'assurer qu'il était encore là avant de, véritablement, s'efforcer à passer outre une crainte venu piquer son cœur, June saisit ses clefs et quitta la demeure familiale après un sms destiné à son père. « Sweet dreams, Ily » On ne changeait pas les vieilles habitudes et, si cette fois ce banal message ne signa en aucun cas sa reddition face aux griffes de Morphée, il avait surtout pour but de rassurer un père qu'elle s'était mise en tête de préserver.

Alors elle était parti, cette louve au regard d'émeraude, avait traîné ses pattes au plus loin de Gravity falls pour embrasser d'un regard attentif les racines sinueuses et ombres dansantes sur lesquels veillait la sombre forêt et cette aura, terrible et pesante, a laquelle June devait faire face. Téméraire, trop téméraire Smilovbitchy et pourtant, était-ce la curiosité venu lui dévorer les entrailles ou cette insurrection viscérale dont son cœur battait le rythme avec insistance qui ramenait toujours, avec une aisance stupéfiante, June à l'orée de cet enfers sylvestre ? Jouer de faiblesse n'était plus permis et il fallait croire que cette entêtée brune s'était mise en tête de faire sauter un à un ses mécanismes de défense à l'approche du paranormal et ce, pour aborder les événements futurs avec un oeil bien moins influencé par la panique qui hurlait en elle. Elle devait rationaliser chacune de ses peurs et, si le rationnel n'était permis, alors au moins apposer un semblant de compréhension sur ce qui la faisait en temps normal fuir à toute allure. Elle devait maîtriser la situation, alors elle la maîtriserait. Inspire. De plus, si ces balades nocturnes trouvaient écho en une méthodologie visant à la survie, elles avaient bien vite été charmés par une curiosité des plus stupéfiante. S'était-elle véritablement plut à remonter la sources des bruits entendus ? Suivre les ombres et traquer leur progression un sourire au coin des lèvres ? Il fallait croire que plus elle s'habituait au bruit de la nuit et celle de la forêt qui berçait ses expéditions, plus elle renouait avec ses airs de chat sauvage si bien que, cette dernière semaine avait finit par éveiller son intérêt pour une chose en particulier. Des bruits qui ne correspondait pas à ceux portés par les feuillages, proche d'une lutte animale à laquelle elle ne pouvait jamais assister. Une rengaine continue et disséminé au quatre coin du bois avec une rapidité des plus stupéfiante et qui la prenait toujours de court, elle devait l'avouer, aussi rapide eut été cette grande sportive. Etait-ce donc ça, son objectif du jour ? ... Mettre une image sur ce son ? Jouer avec le feu finirait pas brûler ton charmant visage, tu le savais hein, June...

Alors, d'un mouvement tranquille June posa genoux à terre et entrouvrit son sac à dos pour en arracher un couteau suisse et une black light qui ne s'alluma pourtant pas, cristallisé par un son qui glaça chacun de ses muscles. Des pas. Une chute. Une sinistre symphonie venu griffer l'échine de June du bout de sa simple tonalité et ce, jusqu'à contraindre son souffle à se faire minimal. Tout irait bien June. Ne bouge simplement pas. Il fait nuit, si tu ne trahit pas ta position, aucun oeil humain ne pourrait percer à jour les ténèbres. "Who were you looking for, cabrón ?" Aucun regard humain, en effet, mais l'était-il seulement ? Un premier cri s’éleva et vint écorcher sans grand mal le cœur de la brune, jusqu'à se serrer au « ANSWER ME OR YOU’LL DIE. » qui l'a condamna brutalement à un recroquevillement significatif. Oserait-elle vraiment ne pas intervenir ? ... June se mord la lèvre et resserre son étreinte autour de son sac à dos comme pour céder à l'instinct de survie qui hurle en elle. Calme. Pas un geste. Inspire. Expire. Tout va bien June. Tu parles, une branche craque sous son pas et c'est le regard clos, le coeur au porte de l'implosion et un glapissement à peine audible au bout des lèvres que la terrible lionne de Némée se ramasse sur elle même. « Wrong way. Watch your steps, kiddo. » Tout va bien. Lâche ces racines du regard, c'était le moment de fuir. Oui, mais où ? Il la repérerait au moindre pas ! Et ce coeur qui s'emballe, ce regard qui s'embrume, ce souffle qui se fait de plus en plus court. Elle étouffe mais ne feint la mort qu'à ce moment précis où, elle le sent jusqu'au plus profond de son âme, cette voix à en glacer les enfers s'adosse à l'arbre derrière lequel elle s'était instinctivement camouflé. Par Sirus et Véga ! .... Elle allait mourir.

Pour un peu elle se serait presque allé à un dernier selfie, commenté d'un "#DeadIsComin" mais le sérieux piquait bien trop ses neurones pour se laisser aller à un trait d'humour, aussi noir soit-il. Allez. Bouge. D'un mouvement comparable à celui d'un lapin trop méfiant, traînant son corps méthodiquement hors de sa niche pour humer du bout de son museau un monde emplit de danger, June s’aplatit presque au sol. Allez, soit courageuse. Un nouveau pas s'esquissa alors, embrassant la discrétion nécessaire imposé par les conditions mais vola brutalement en éclat au bruissement qui retentit derrière elle, piquant vilainement ses iris d'émeraude, celle là même qui vacillait depuis quelques instants déjà. Et elle lacérait ses lèvres du bout d'une canine farouche la jolie brune, cherchant à taire les larmes qui piquait brutalement son si joli regard. Il approche, elle le sent presque (ou est-ce là sa paranoïa naissante ?), et l'absence de la mélodie fredonné plus tôt ne raidit qu'un peu plus les muscles de la jeune femme. Inspire June. Compte jusqu'à trois. Un. Deux. « I fouuuuuuund yaaaa ! » COURS !

D'un mouvement brusque la brune s'élança hors de porté et dégaina son couteau suisse comme pour marquer une distance significative entre elle et le... Crap. Et elle recule d'un nouveau pas la jolie June, inspire et s'efforce de balayer les larmes silencieuses qui lacèrent ses joues jusqu'à sa lèvre ensanglanté. Tremble t'elle ? Pas autant que ce démon devait trembler devant elle. C'est ça, recule. Le geste se resserre autour de son arme de fortune et si l'humidité de son regard demeure, l'iris se fait plus acéré. Au moins a t'elle mit un visage sur ce son qu'elle n'avait pu identifier.

« What the ... What are you doing in the forest at midnight? Do you dream of vampires, werewolves and gnomes? »
« A date with Satan...? »

... Comme si tes traits trop délicat et le tremblement qui agitait l'aria de ta voix pouvaient seulement confirmer tes mots. Tu tremblais face à un démon, pourrais-tu seulement faire croire avoir des amis haut placé dans un cercle ésotérique et démoniaque que tu ne connaissait pas ? Alors, d'une toux discrète, June vint éclaircir sa voix et osa un pas en avant, sans pour autant abaisser son faible couteau.  « Alors comme ça on chasse des jeunes garçons ? » ... Pas sûre que s'aventurer sur pareil sujet était véritablement une bonne idée June. « Mais tu sais, le végétarisme c'est bien aussi. J'ai des jolies recettes si tu veux, ça évitera que tu fasse voler en éclat mes entraînements la prochaine fois... » Et elle le contourne largement cette lionne au pas hésitant, dardant sur ce corps une attention toute particulière comme de peur qu'il ne la surprenne d'une attaque et plaque au sol pour lui arracher le coeur.
Mais elle le jauge ce démon, effleure du bout de ces cils un corps qui l'intrigue autant qu'inquiète jusqu'à, finalement, oser un nouveau pas vers lui. Bercé par les ténèbres, il se faisait bien plus terrifiant encore que devant son hôtel, malmené par le soleil, elle devait le reconnaître. « A défaut d'avoir une âme, je peux échanger ma survie contre une pomme si tu veux. Ou... Une black light. »
...
Vient-elle, véritablement, d'oser ? ... Carrément. Mais la panique lui faisait toujours dire n'importe quoi, vous le savez à force !

Revenir en haut Aller en bas
" Herzlos "
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 05/10/2018
Localisation : † Black Lodge ~
Who am i !

Feuille de personnage
Rang (Groupe) / Age du personnage: Croque-mitaine - † 1540 ans
Alignement: † Chaotique Mauvais
Inventaire:

† Odio, Tormenta, Posterum || ft. June †

MessageSujet: Re: † Odio, Tormenta, Posterum || ft. June † Ven 11 Jan - 21:27

Herzlos

June Smilovski

「 Odio, Tormenta, Posterum 」
Cours, cours, petit être. Fuis, fuis les ténèbres. Crains l’horreur. Pleure, ou retiens tes larmes… Elles ne te sauveront pas du loup. Avait-il davantage l’impression d’être le piégeur que le piégé ? Où était donc passé l’euphorie de la chasse ? Avait-il fait un choix ? Pris une décision ? En réalité, ce dévoreur d’espoir ne savait pas vraiment quoi penser à ce moment précis. La demoiselle s’était armée d’un couteau suisse. Il n’avait pas à proprement parlé de sang, mais la douleur il pouvait tout à fait la ressentir… Hm, était-ce vrai ? Il ne savait plus. Mais la vue de l’arme ne l’avait absolument pas ‘effrayé’. Non. C’était davantage cette harmonie. La délicieuse lumière ne pouvait pas exactement le sonder dans les ténèbres… Mais lui, il pouvait voir qu’elle avait les larmes aux yeux. Dans les ombres, il pouvait voir chacune des discrètes rousseurs de la belle dryade. Son visage était contrit. Elle semblait vouloir maintenir un semblant de force qui, pourtant, n’était plus présent depuis longtemps… Va-t-il jouer avec la nourriture ? Oh… Non… Gardons le meilleur pour la fin… Il est déjà suffisamment insidieux pour le moment. Elle a peur la petite… Il peut le ressentir. L’enfant, face aux ombres, que peut-elle donc faire ? Damnation. Un rendez-vous avec Satan ? Herzlos crut exploser de rire et pourtant, seul un rictus s’étira sur son sombre faciès. Oui… Voilà que son regard s’assombrissait. Il se souvenait bien du diable. Il le connaissait et il s’était largement moqué de lui, d’ailleurs… Le croque-mitaine savait qu’elle n’oserait pas se jeter sur lui… Un doute le saisit. Parlait-elle de lui en énonçant Satan ? Le voilà flatté à présent.

« Oh… Satan… Really ? You know him ? More and more interesting...~ »

Elle plaisantait, alors autant aller dans son sens… Après tout, c’était possible qu’elle connaisse ce démon… Le voilà qui sourit, ce beau démon. Ses yeux commencent à briller dans l’obscurité… Est-elle en train de rêver ? Non. C’est une de ses particularités, il peut faire briller ses yeux dans le noir. Ses yeux étant d’ordinaire noirs, il les a teintés de rouge pour qu’ils soient visibles… Vous conviendrez qu’une lumière noire n’existe pas. Herzlos observait seulement du coin de l’oeil cette belle enfant, en effet, il commençait à tourner autour d’elle. Elle ne DEVAIT pas savoir qu’il ne pouvait pas lui faire de mal et qu’en théorie, ils n’auraient jamais dû se rencontrer. Hasard du destin ? Intelligences supérieures qui intiment cette rencontre ? Qui sait… Herzlos tournait autour de sa proie… Cette symphonie hurlante… Il aurait juré entendre son coeur battre… Il aurait juré entendre son soupir incertain ! Mais malheureusement, il se mordait légèrement les lèvres… En observant cet être…

Tiens donc, elle avait entendu ce qu’il avait dit au gamin… Peut-être allait-elle devenir une menace pour lui ? Peut-être parviendrait-elle un jour à faire trembler ce croquemitaine ? Peut-être que… finalement… Il n’allait plus être le seigneur de l’épouvante mais simplement un jouet de cette impératrice ? … à qui allait-il faire croire cela ? Elle n’était qu’une humaine ! Une sans-âme ! Voilà ! Mais… elle était d’une telle… élégance. Magnifiée par les rayons lunaires, la belle semblait avoir des pâles reflets d’astres… Dans le clair-obscur de la forêt, elle était la seule lumière…

« Miss Smilovski… That gives me one reason to kill you, you know that ? ~ »

Il voulait lui faire peur. Elle n’allait pas retenir ses pleurs aussi longtemps. Elle allait bien finir par craquer… Il voulait détruire cette fierté. Mais à la fois, quelque chose le gênait… Pourquoi faire du mal à un tel coeur ? Elle avait une force de caractère palpable. Même dans ses pupilles dilatées par les ombres, elle semblait avoir cette lueur d’orgueil. Cette magnificence, même dans les pires moments. Comment faisait-elle ? C’était étrange comme sensation… Il lui semblait la connaître et à la fois la découvrir à chaque instant… à qui lui faisait-il penser ? Cela n’a aucune importance. Le passé est le passé, même s’il est oublié. Surtout s’il l’est. Oh… La voilà qui tremblait… La magnifique petite hirondelle avait-elle peur du grand méchant loup ? Un sourire carnassier se figea sur son visage. Il ne devrait pas lui faire du mal. IL NE DEVRAIT PAS. QUE VA PENSER OVERLORD ?! Il allait se faire tuer ! TUER TUER. FINIR. TERMINER. Herzlos se força à reprendre une expression neutre et à s’arrêter et pourtant son côté démoniaque commençait à dépasser sa raison. Il voulait se jeter sur elle pour voir la discorde en elle. Voir sa peur. Un visage grimaçant, suppliant… Il voulait glisser ses griffes le long de cette peau d’ivoire… Il voulait la détruire et la reconstruire… Hannibal se reprit et haussa un sourcil en se tournant complètement vers elle… être poli, courtois, calme. Voilà ce qu’il devait faire et pourtant, cela le tiraillait à l’intérieur… Cela lui faisait tellement envie de détruire cette enfant… à jamais…

« ...Vegetarianism ? Come on… »

Pour quelqu’un qui ne mangeait rien mise à part des… APPLES. Venait-elle vraiment de lui en proposer une ? Un sourire s’étira légèrement sur son visage. Mais ce rictus n’était pas comme les autres. Non, il semblait… plus doux, plus contenu… Plus… satisfait. Pouvait-elle seulement le voir dans les ténèbres ? En tout cas, lui la voyait parfaitement… Il secoua négativement la tête. Règle numéro 1 : ne jamais montrer ses faiblesses aux inconnus…

« Are you trying to trade with the devil, human ? »

Il ferma les yeux. Plus de lumière, il venait de faire disparaître la lueur de ses iris rouges… pour, finalement, qu’elles redeviennent noires… Il s’avança lentement vers elle et, d’un geste simple, bref, profitant du temps d’adaptation à la luminosité de la demoiselle, il saisit le couteau suisse par la lame, avec son gant en cuir droit. De sa main gauche, il se saisit de son poignet pour l’empêcher de fuir.

« … That’s sad, human»

Comme s’il pouvait ressentir une quelconque émotion. En tout cas, il voulait se convaincre qu’il n’en était pas capable. D’un geste lent et calme, Herzlos se saisit du menton de la demoiselle. Le voyait-elle maintenant qu’il était dans la lueur lunaire ? Il pencha la tête sur le côté et s’écarta d’un pas après avoir énoncé ces quelques mots, afin d’éviter toute tentative vaine d’un quelconque coup bien placé à la mâchoire… ou… Autre part.

« Why are you training ? To escape death ? ~ That’s funny… I used to be a good climber. If you show me that, I’ll give to you your knife. »

Hannibal s’inclina après avoir posé sa main sur le côté gauche de son torse, comme s’il jurait. Peut-être qu’elle partirait en courant ? Non. Elle semblait avoir bien trop de fierté pour faire ça ! Ce serait amusant de la voir grimper, il savait le faire avant… Il avait grimpé il n’y a pas si longtemps, peut-être que ça l’aiderait à se remémorer la façon de faire ? Possible oui. Le démon pencha la tête à nouveau sur le côté après s’être redressé et croisa les bras sur son torse… était-il vraiment en train de sympathiser ? DE PIRE EN PIRE penserait certainement Overlord. Tch. C’était horrible… Herzlos n’en pouvait plus de tout ça, il devait faire semblant d’avoir le contrôle de la situation alors que… Qu’elle pouvait tout à faire hurler et le condamner à une existence particulièrement douloureuse ! Eh merde… il avait donné son faux nom, heureusement… mais normalement il n’était pas supposé… Herzlos gronda contre lui-même et observa la demoiselle qui semblait vraiment avoir des allures de survivante de l’apocalypse ainsi.

« … Don’t think that I’m KIND with you. I can kill you when ever I want, human. After all, you’re just a 'withoutsoul.' »

Si Overlord savait tout ça… Herzlos se crispa en y pensant et ferma légèrement les yeux. Il se maudissait intérieurement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 109
Date d'inscription : 06/10/2018
Who am i !

Feuille de personnage
Rang (Groupe) / Age du personnage: Lycéenne - 18 ans
Alignement: Loyal mauvais
Inventaire:

† Odio, Tormenta, Posterum || ft. June †

MessageSujet: Re: † Odio, Tormenta, Posterum || ft. June † Mar 15 Jan - 1:55

Ft Herzlos
growing strong.



« Try me. » Si le ton claque à la manière d'une gifle venu sanctionner l'arrogance d'une menace, sa férocité n'est en rien comparable à ce regard d’émeraude, acéré par les années et une insurrection trop sauvage qui, tout crocs dehors, semble vouloir mordre aussi fort que ce "That gives me one reason to kill you, you know that ?" jeté à son visage. Si elle meurt, se sera en se défendant toute griffe dehors et amochant férocement son agresseur, en aucun cas une supplique au bout des lèvres. Alors, la prise de ses doigts se resserre autour de sa maigre arme, son souffle se fait plus calme et c'est méthodiquement que June semble s'accrocher à chacun de ses mouvements, cherchant véritablement à évaluer la menace et ses chances de fuites qui se dessinent devant elle. Ce sourire carnassier l'étouffe, ce regard la glace, cette aura pourrait la contraindre par sa seule présence à une fuite irraisonnée et pourtant, ces simples mots la pousse à redresser son dos et gonfler sa poitrine. Inspire. Cette tension palpable, liant étroitement vos corps, n'a rien d'une malédiction. C'est un simple jeu de pouvoir, comme à chaque fois June, et tu as toute tes chances. S'il a besoin d'asseoir son emprise sur toi par quelques menaces verbales, alors c'est peut être qu'il est plus faible qu'il ne veut le montrer. S'il avait voulu te tuer, il l'aurait fait bien avant, quand tu t'amusais à prendre l'ascendant sur lui du bout de sa cravate. Expire. Tu couches d'un battement de cil les molosses écumant le long du bar du Skull Fracture et les plies à tes quatre volontés sans grand mal. C'était exactement la même chose. Inspire. Tout va bien. Si tu cèdes à la panique, alors ton chemin sera aussi hasardeux que dangereux. Expire. Si tout est sous contrôle, alors c'est toi qui mènerait la danse.

"Are you trying to trade with the devil, human ?"
I'm not scar... Si June avait jusque là soutenu cette lueur nacarat, ne faiblissant ni face au mal qui semblait insidieusement couler le long de sa colonne vertébrale pour lui arracher des sursauts d'effrois, ni devant cet entêtant sourire qui lui promettait sans un mot venir lui arracher le coeur à la prochaine seconde, le retour de l'obscurité la contraint un instant à papillonner du regard et ce, jusqu'à soudainement voir son arme saisit au même rythme que son poignet, contraignant en silence la brune à se faire plus distante. Tu parles, il ne l'a lâchait pas. Pour un peu elle aurait joué de véhémence dans son débat mais son menton se vit à son tour attrapé, happant dès lors son entière attention pour l'inscrire sur ce visage qu'elle se jurait de défigurer du bout de ses griffes s'il ne la lâchait pas sur le champ. Personne n'entravait June Smilovski ! Personne ! Venait-elle, réellement,  de chercher à mordre cette main osant conduire son visage à tourner ? Ah bah, vous ne l'avez pas connu petite. Un véritable loup-garou cette gamine ! Mais il s'était reculé à temps le fourbe, ne laissant derrière lui qu'une mâchoire avide et un regard à en faire pâlir les enfers.

"Why are you training ? To escape death ? ~ That’s funny… I used to be a good climber. If you show me that, I’ll give to you your knife."

... De quoi ? Il se moque d'elle. C'est forcément un piège. Attend t'il qu'elle lui tourne le dos pour la planter sans la moindre vaillance ? C'est lâche démon, tellement lâche, et c'est un arc au bout d'un sourcil suspicieux que la brune place entre les gants de la créature chacun de ses doutes.  Elle n'avait aucun cas besoin de son couteau pour lui arracher les yeux et pouvait sans souci le mettre K.o d'un coup de genoux bien placé nanmého ! ... Mais à quel jeu jouait-il avec elle ? Tentait-il d'endormir sa méfiance ? " … Don’t think that I’m KIND with you. I can kill you when ever I want, human. After all, you’re just a 'withoutsoul.' "
...
Ok.

D'un mouvement impérieux, suspendu entre les mains de quelques nymphe et couronné de grâce, June réduit sensiblement l'écart entre leurs deux corps pour finalement se ficher devant le croque-mitaine et planter son regard, à la manière d'une lame, au plus profond de son âme. Quelque chose n'allait pas dans ces menaces et plus elle l'observait, plus elle s'en persuadait. Quelqu'un d'assuré ou en pleine possession de ses moyens, capacités, sûr de pouvoir coucher son adversaire sans souci n'aboierait pas ainsi, non, un simple regard suffirait comme ce jour où, au détour d'un bar, June avait finit par trouver par plus fort qu'elle, plaquée sans un mot à un mur, glacé par un regard qui lui avait rappelé sans un bruit qu'elle n'était peut être pas l'alpha de ce couple. L'aura, l'impulsion du corps et son langage muet était tellement plus éloquent que ces fades jappements craché à son visage... Alors, tranquillement, outrepassant la menace du couteau suisse, celle craché par ces lèvres qu'elle contemplait à présent avec une attention toute particulière, loin des larmes et de l'horreur, June finit par glisser sa main tout contre la joue de Hannibal. Étrangement, sa peau était plus douce que June ne l'aurai crû, et ce contact lui arracha brièvement un fin sourire avant de se voir véritablement sublimé par par la réquisition de ce chapeau qu'elle apposa sur son propre crâne.  « If you say so... ¯\_(ツ)_/¯ »

Un haussement d'épaule, une main posé sur le chapeau comme pour le réajuster, June renoua peu à peu avec la distance, tournant vraisemblablement le dos à Herzlos et ses airs de monstre venu mordre ses doux petits petons pour embrasser la réquisition de son sac à dos et une pomme dans laquelle elle vint mordre sans grand complexe. « I don't need my knife to defend myself, you know. I bit. » Marque t'elle en lançant sa pomme en direction du croque-mitaine. « Don't be kind with me, shadow, but if you want to follow my training, come on. I need someone to hold the stopwatch. Howerver I keep the hat, he's cool ! »

Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

† Odio, Tormenta, Posterum || ft. June †

MessageSujet: Re: † Odio, Tormenta, Posterum || ft. June †
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Crazy little thing, Crazy stupid Love . (Carter/June)
» My Body Needs A Hero, Come And Save Me ♪♫ (Pv June ♥)
» » Crazy Little Pony {June Lewis}
» [09/06/11] SWTOR E3 : Interview de Daniel Erickson par Fureur
» Cause everybody's drunk, loud and pissed off {Feat. June

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gravity Falls: D VXQQB GDB :: Gravity Falls :: The forest-