Vampires, gnomes, loup-garou et démons. Gravity Falls est une ville qui attire les évènements paranormaux. 3 ans après, les jumeaux Pines décident d'y retourner. Mais qui pouvait s'attendre à de telles conséquences...

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Messages : 309
Dollars : 1747
Date d'inscription : 17/11/2016
Age : 20
Who am i !

Secret Files
Age du personnage: 21 ans (26 ans)
Alignement: Chaotique neutre
Inventaire:

Darkness in my mind. | Tristan ♥

MessageSujet: Darkness in my mind. | Tristan ♥ Mer 25 Jan - 23:21
participant 1Apocryphaparticipant2Tristanparticipant2In the highschool

Darkness in my mind.

#660033

∑ Inventaire

‒ Collier
‒ Lunettes teintées x2
‒ Téléphone

Les bons souvenirs durent longtemps, les mauvais plus encore.
— Proverbe tchèque
Beautiful day for a beautiful girl. Oh, no, I'm joking. It's not a good day. This day is all that is most banal. Tu t'étais levée, tu t'étais habillée, tu avais préparé tes affaires, tu avais déjeuné, tu avais nourri Hugin. Et puis finalement, tu étais partie en cours. A pied, car tu n'avais pas spécialement l'envie de te pavaner avec ta voiture mauve aujourd'hui. Et puis le carburant n'est pas donné en ce moment. Pas que tu manquais d'argent, mais depuis que tu avais fait des folies au Mystery Shack, tu préférais ne pas dépenser de l'argent inutilement pour des choses non vitales. Surtout que marcher n'avait jamais tué... oh, non, ce n'est pas la meilleure expression au monde, celle-ci. Disons simplement que cela ne te dérangeais pas de marcher. Même, cela te faisait ton petit sport du matin. Vivement la fin de la semaine que tu soi tranquille. Les élèves de ta classe avaient bien remarqué ta soudaine révélation pour les dinosaures en plastique... Et se faisaient un malin plaisir à faire des allusions là dessus quand ils le pouvaient. C'était un peu usant, tout ça. Lassant, même. Même si ces moqueries étaient tout ce qu'il y a de plus gentillet, tu n'appréciais pas tant que ça que l'on se permette de se moquer de toi pour des choses aussi futiles. Il y en avait bien qui collectionnaient les goupilles de canettes, et tu n'en faisais pas tout un foin, alors que c'était quelque peu ridicule à tes yeux.

Enfin bon. La matinée passa trop lentement à ton goût, même si les potins étaient plutôt intéressants. Tu savais exactement tout ce qui pouvait se tramer dans ta classe. Les histoires d'amours à sens unique, les vents, les moqueries... absolument tout. Par exemple, James craquait pour Vanessa, mais celle-ci préférais largement Mickael, son meilleur ami. Bonjour le triangle amoureux absurde. Tu en avais assez vu des comme ça pour te dire que cela risquait de finir mal pour ces trois là. Pas besoin d'être devin. De l'autre côté Jason et Mike parlaient du dernier jeu vidéo à la mode dans l'arcade. Et puis au milieu de tout ce petit brouhaha à tes oreilles, il y avait le prof qui parlait et faisait son cours, mais c'était le dernier des soucis d'Apocrypha. Si bien que le prof trouva qu'il était bon de ramener la meilleure élève de cette classe, qui semblait se foutre de tout, d'autant plus qu'elle avait redoublé, à l'ordre. Chose plutôt inutile car elle avait tout de même suivi sans aucun soucis ce qu'il disait.

« Mademoiselle Bàthory, mon cours serait-il inintéressant pour que vous vous permettiez de ne pas écouter ? »

Tu tourna lentement ta tête pour le regarder dans les yeux, tout sourire. Peut-être pensait-il que tu étais en train d'ignorer son cours parce que cela faisait deux fois que tu redoublais ? Peut-être que c'était le cas. Tu en savais bien plus que ce qu'ils disaient dans leurs cours ridicules, et c'était pour cette raison, justement, que tu étais la première de la classe. La médiocrité n'était pas acceptable pour toi, surtout que ton père à fait tout ce qu'il fallait pour que tu ai la meilleure éducation possible. Alors si tu n'étais pas première, cela aurait été une insulte à tout ça.

« Non, bien au contraire, il est très intéressant, mais peut-être un peu incomplet. »

Tu le vis blêmir de colère face à ce que tu venais de dire. Il allait certainement te faire sortir de cours. Eh bien, qu'il le fasse, tu te fichais pas mal d'être collée. En fait, tu te fichais pas mal de tout ça, dans le fond. Tu n'avais pas assez de choses croustillantes à te mettre sous la dent en ce moment, alors un peu d'animation dans le bureau du proviseur ne pouvais même ps te faire de mal. Surtout que tes parents étaient injoignable, ce qui en faisait manger son chapeau à plus d'un prof a qui tu aurais fais une mauvaise impression, eheh. C'était toujours un plaisir de les voir demander à voir tes parents, et puis de voir leur déception quand ils apprennent qu'ils sont en Europe. La déception la plus jouissive pour un élève. Mais il sembla se raviser au dernier moment avant d'afficher un sourire narquois. Oh, non, il allait faire l'erreur classique... te demander de faire le cours à sa place si tu étais si maligne. Ce nouveau prof ne savait vraiment pas dans quoi il se fourrait, apparemment. Parfait. Tu allais pouvoir montrer ta supériorité intellectuelle à ces insectes d'êtres humains qui formaient ta classe, cette année.

« Puisque vous sous-entendez en savoir plus que moi, je vais pouvoir vous laisser faire cours, mademoiselle. »

Contrairement a ce qu'il devait attendre de toi, tu ne blêmit même pas. Tu te contenta de garder ton sourire mesquin sur le visage en te levant de ta place pour aller au tableau sous le regard, à la fois médusé des élèves et du professeur. Eh bien quoi ? Vous pensiez qu'elle allait se dégonfler ? Eh bien non, tu ne donnais ce plaisir à personne. Tu étais très à l'aise pour parler en face de pleins d'élèves. En fait, c'était surtout parce que ce n'était qu'un simple jeu, pour toi.

« Puisque c'est si gentiment proposé... »

Puis pendant au moins dix minutes, tu approfondis les connaissances de chacun sur le sujet du cours d'aujourd'hui. Dix minutes avant que le professeur admette sa défaite totale et retentissante. Il avait eu de l'espoir, mais cela avait été vain. Après deux ans de cours dans l'high school, tu savais très bien ce qu'il y avait au programme, et tu avais eu le temps de re-potasser le tout, te faire une idée et assimiler ces connaissances, bien qu'elles ne te soient pas très utiles pour tes intérêts personnels. Suite à cet événement, tes camarades te regardaient différemment, mais... Tu ne pouvais pas vraiment savoir si c'était de la jalousie, de l'admiration, ou bien d'autres choses. Parce que c'était tellement varié que tu... n'avais même pas envie de faire l'effort de savoir qui pensait quoi de toi. Enfin bon, le reste des cours se passa sans autres accrocs de ce genre, et tu eu donc tout le loisir de manger, comme à ton habitude, seule, près avoir acheté ce qui te faisais envie à la cafétéria. Tu n'y restais jamais pour manger, tu ne prenais qu'à emporter. Puis tu mangeais généralement dehors. Tu n'avais pas vraiment envie de finir cette journée de cours, mais après tout, tu n'avais rien à faire de spécial mis à part ça, alors, il faudrait mieux éviter de déjà louper des cours dès le début de l'année, même si jamais tu ne faisais que venir aux examens tu aurais sans doute ton années sans problème. Mais ne plus pouvoir aller en cours ne serait pas drôle à la longue. Tu n'aimais pas ne rien faire de tes journées comme ça a pu être le cas après le fameux... événement.

Les dernières heures furent les plus longues, mais bon, quand ce fut fini, c'était un soulagement. Maintenant, venait l’activité de club. Sachant que tu avais fuck le système et que tu t'étais inscrite à plusieurs club au début de l’année, tu avais l’embarra du choix. Tu avais bien envie d'aller au club d’occulte. Enfin, c'était officieux. Officiellement c'était le club de lecture affilié à la bibliothèque de l'high school. Il y  avait plusieurs sous parties dans ce club. Seulement, tu eu le malheurs de passer devant la salle du club de musique AU MOMENT MÊME où la prof gérant celui-ci arriva. Eh merde. Tu ne pouvais pas y échapper cette fois.

« Oh, Apocrypha, quelle bonne surprise ! »

Tu te retins à grand mal de rouler les yeux pour montrer que tu voulais être n'importe où, sauf ici.

« Madame Stramberry... Comment allez-vous ? »

Elle était tout sourire, à te regarder, une file d'élève derrière elle qui attendaient patiemment qu'elle veuille bien te laisser tranquille et entrer dans la salle de musique...

« Comme d'habitude ! Dis, comme je sais que tu es très douée au piano, est-ce que tu pourrais leur faire une démonstration pour montrer ce qu'ils pourrons faire avec de l'entrainement ? »

Toujours cette vieille histoire... Il avait fallu que tu joue malencontreusement un air de musique niveau expert en pensant être seule il y a trois ans, et depuis, elle te stalkais limite pour que tu joue un air de piano pour montrer à quel point c'était super de savoir jouer du piano, voire même pour que tu intègre le club de musique. Tu avais retouché un piano pour voir ce que cela te faisais... Et bien, tu n'aimais vraiment plus toucher un seul instrument de tes doigts sans sentir sa présence dans ton dos. Jamais tu ne pourrais tourner la page. Tu avais toujours ce blocage. Si jamais tu jouais, chantais, où faisait quelque chose en rapport avec la musique... Tu sentais comme une présence palpable. Tu savais que ce n'étais présent que dans ton esprit... Mais les vieux fantômes... ne meurent jamais vraiment. Tu trouva une excuse bateau rapidement pour esquiver ce qui pouvait être une partie de non plaisir total pour toi.

« J'aurais bien aimé, mais je dois rejoindre mon club avant d'être en retard, alors... »

Pitié, faite qu'elle ne réponde pas en disant qu'elle avait une solution à ceci. Pitié. PITIÉ.

« Ooooh, mais ce n'est pas un problème, je peux te faire un mot certifiant que tu étais en train d'aider le club de musique ! Allez, fait-moi plaisir ! Ça fait tellement longtemps que je veux à nouveau t'entendre jouer ! »

... It's too late for run, now, eh ? Ton esprit te disais de fuir. Ton corps aussi. En fait, tout te disais de fuir. Ne pas avoir à faire à ça.

« Vous savez, je n'ai pas vraiment retouché un piano depuis, alors je pense que ça ne risque pas d'être exceptionnel. Et je ne pense pas en avoir très envie, alors... Vraiment... »

Tu suppliais mentalement pour que l'on t'achève maintenant. Elle allait de nouveau insister. Et tu allais devoir accepter. Pour être enfin tranquille. Peut-être qu'elle arrêtera après ça ?... Il fallait vraiment qu'elle arrête, elle se sentais déjà pas très à l'aise.

« Voyons, ce n'est pas grave, et je suis sûre que tu es une excellente pianiste, tu ne peux pas perdre des bases comme les tiennes facilement, ça reviens aussitôt avec la pratique ! »

Un soupir s'échappa de tes lèvres. Un soupir de désespoir, d'abandon et de résignation.

« Puisque vous insistez, je me dois de le faire. »

Alors elle te fit signe d'entrer, ce que tu fis, bien qu'ayant un mauvais pressentiment. Les élèves ayant suivit l'échange pour le moins étranges murmuraient entre-eux. Tu ne pris même pas la peine de vouloir savoir ce qu'il disaient, tu étais trop occupée à prendre place avec appréhension sur le siège du piano. Cela ne se voyais pas extérieurement, mais intérieurement tu n'étais pas des plus rassurée de te trouver en face des touches de ce piano. Autant faire cours devant des élèves était d'une facilité déconcertante, autant toucher ce piano te remplissais lentement d'effrois. Tu regarda les touches un instant, comme pour les jauger. Voir si elle n'allaient pas t'attaquer. Tes mains étaient en suspens au dessus d'elles.

« Tu peux le faire, j'en suis sûre ! »

Merci de t'encourager pour quelque chose dont tu n'avais aucunement envie de faire... Enfin... Pour commencer, tu tâta les touches pour te remémorer les sons, bien que tu n'en avait aucunement le besoin. Tu savais parfaitement les sons qu'elles faisaient. C'était juste histoire de gagner du temps. Après avoir bien pris ton temps en faisant croire à une préparation et une session remémoration des touches, tu entama une mélodie sinistre, en accord avec ton humeur actuelle. Rien ne t'empêchais, après tout, de jouer un requiem. Rien ne t'empêchais d'avoir quand même un certains sens de l'humour à ce niveau là. Tu le connaissais par cœur, ce morceau... Si bien que tu te laissa emporter par la mélodie triste qu'elle dégageait. Pendant un certain temps, tout se passais bien.

Et soudain.

Il était .

Et...

C'est là que tu aplatis tes mains sur les touches du piano dans une cacophonie de sons graves et stridents. La prof et les élèves devaient certainement se demander quelle mouche te piquais. Et toi tu le savais juste très bien. Tu avais espéré que cette fois, tu ne l'aurais pas senti. Que tu n'aurais pas... eu de nouveau cette présence dans ton esprit. Tu te leva en trombe, prenant ton sac au passage.

« Désolé, mais... Je ne peux vraiment pas. »

Puis tu partis en courant pour te réfugier n'importe où, tant que c'était loin de ce maudit instrument de musique. Tu trouva un coin tranquille derrière des casiers, après avoir tourné à gauche, t'adossant au mur. Puis tu te laissa glisser lentement le long de celui-ci. L'avantage à cette heure, c'est que peu de monde se trouvais dans les couloirs. Ici, en l'occurrence, il était désert. Tu rapprocha tes jambes et les entoura de tes bras. Cette sensation... Il fallait vraiment qu'elle parte maintenant. Tu en avais assez de ces cauchemars. De ces visions du passé. De ces présences quand tu faisais quelque chose qui était en rapport à ton passé avec lui. Tes cheveux cachaient ton visage. Et puis de toute manière, tu avais toujours tes lunettes... que tu enleva pour passer une main sur ton visage. Tu n'arrivais pas à pleurer. Plus maintenant. Mais tu avais l'impression de sentir des larmes, pourtant. C'était... nerveux, sans doute. Tu posa ton front sur tes genoux pour essayer de faire le vide dans ton esprit, et essayer d'oublier la sensation que tu avais, à chaque fois, qu'il était là, à te souffler dans l'oreille comme il le faisait quand il te disait des choses que tu croyais comme une imbécile. La passé devait disparaître de ta vie. Au plus vite. Pour qu'enfin, tu ne passe plus de mauvaises nuits. Pour que tu te sente libre. Mais en même temps, tes démons, c'était toi qui les gardait avec toi. Qu'est ce que cela t'apportais ? Des excuses pour continuer à vivre comme tu le faisais ? Après tout, il est facile de se dire que tout le monde est pareil. Mais tu te voilais parfaitement la face. Tu avais trop souffert pour faire table rase de ce que tu avais subi. Les humains... les vampires... Tu les haïssais. Tous. Tous... Oui... Tous...
©linus pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 157
Dollars : 1937
Date d'inscription : 11/12/2016
Who am i !

Secret Files
Age du personnage: 17 ans
Alignement: ???
Inventaire:

Darkness in my mind. | Tristan ♥

MessageSujet: Re: Darkness in my mind. | Tristan ♥ Jeu 9 Mar - 14:01
Curiosity
adoorable




« If you dribble, when you piddle, be a sweetie and wipe the seatie! »


Il restait ainsi sur le pas de la porte, fixant son dos si familier. Il fallait à présent qu'ils parlent. Il y avait bien trop d'interrogation dans son pauvre esprit, trop de brume sur tout ce qui le concernait. Il s'agissait de lui, d'eux et plus il s'interrogeait sur lui-même, plus il se rendait compte que lui-même ne se connaissait pas. Il ne savait rien. Et l'écart entre lui et les autres s'élargissait davantage avant qu'il n'ait eu le temps de tenter la moindre approche. Il n'avait jamais sût comment s'y prendre avec autrui, toujours à envisager différents scénario possible, il finissait par renoncer à prendre certaines décisions. Devait-il "foncer dans le tas"? Devait-il adopter plutôt une démarche plus pragmatique? Devait-il être doux et conciliant? Quelle solution était la plus adaptée pour obtenir des réponses? Il s'était fait des amis, il avait même été invité chez eux, avait jouer avec eux, avait rit à leur table, il avait même été convié à voir leur album de famille et rire de certaines situations gênantes alors qu'ils n'étaient que des nourrissons sur ces photos.

-Pourquoi on a pas d'album photo...?

Les mots étaient sortis tout seul, on pouvait sentir une certaine animosité dans ceux-ci mais surtout beaucoup d'incompréhension, de tristesse. Pourquoi est-ce qu'ils auraient tous des photos souvenirs et pas lui? C'était injuste, ce n'était pas normal, ce genre de chose banale était précieuse à ses yeux. Il voulait partager lui aussi ses bons moments avec le reste du monde. Etait-il capricieux en s'inquiétant de ne pas avoir plus de souvenirs que cela? Avait-il peur d'être...malade? De tout oublier? Qu'on l'oublie lui? Qu'on ne l'aime pas? Qu'on ne voit pas l’intérêt de créer un album photo avec lui? Ou pire...peut-être existait-il un album photo mais dont il n'avait pas connaissance et on ne voulait pas l'y voir figurer.

******

- Monsieur Smilovski, est ce que mon cours vous dérange? Peut-être voudriez-vous que je vous fournisse un oreiller et un dossier plus confortable pour dormir.

Le garçon se réveilla en sursaut lorsqu'il reçu un léger coup de livre sur le haut du crane et pût entendre quelques rires dans la classe, il se massa machinalement la tête plus par réflexe que par réel grand mal infligé. Il arbora un petit sourire navré et mal à l'aise face à cette situation et tenta de faire comme si rien de tout cela ne s'était passé, il valait mieux en sourire et ne pas répondre aux remarques, cela aurait donner du grain à moudre. Avec le temps, il avait appris quelque comportement adopté, ce qu'il fallait dire et ne pas dire, soyons honnête, c'était fatiguant, mais au moins, il n'avait pas d'ennuis. Hahum, ces derniers temps il devait juste être fatigué à cause de son nouvel ami Dipper et leurs activités nocturnes....PAS CE A QUOI VOUS PENSEZ. Pourquoi fallait-il qu'il soit aussi proche de ce brun à la casquette...tout ça c'était à cause...Non. Au moins, depuis toute ces rencontres, sa vie était beaucoup plus mouvementée et il appréciait ce changement...il ne devrait pas. C'était plus fort que lui, il suivait donc ce Dipper Pines dans ses aventures et découvrait un monde qui lui était jusqu'alors inconnu...? Peut-être que toutes les décisions qu'il avait prises par le passé n'avait pas été les plus judicieuses et peut-être qu'il s'était encore fourvoyé mais pour le moment il n'était pas déçu d'avoir décider de participer à cette histoire, participer à l'histoire de cette ville si mystérieuse qu'est Gravity Falls. Une partie de lui avait quelque peu peur de ce qu'il pourrait y trouver et de ce qu'il pourrait bien lui arriver, qui sait ce que ces soi-disantes créatures paranormales pourraient bien lui faire...et si il en mourrait? Non, le brun était encore en vie lui, il n'y avait aucun risque n'est-ce pas? Tant qu'il était avec lui, il ne lui arriverait rien. Quelle chance qu'il l'est rencontré!

Splash. Voilà le bruit que fit son visage lorsqu'il osa s'endormir dans son assiette à l'heure du déjeuner. Ses amis se regardèrent puis éclatèrent de rire
-Ouoh dude, le cours de ce matin t'a autant assommé que ça?
-T'oublies qu'il était déjà comme ça dés qu'il est arrivé à l'école.

-Hein...?
-Deux.
Et alors que le jeune homme ressortait sa tête de la purée, il avait perdu ses lunettes resté à l'intérieur et lâcha un "eh merde" en grommelant et commença donc à retirer la purée de son visage et ses yeux sous le regard moqueur des deux autres compagnons. Enfin lorsque la purée était écarté de son champ de vision, il cligna ses yeux ambres pour ensuite leur jeter un regard morne tout en continuant à nettoyer ses lunettes.

-J-j'ai mal dormi cette nuit...de toute façon même en classe, on ne peut pas dire que j'ai réussi à me reposer."

Et le blond s'affubla à nouveau de ses lunettes en soupirant d'un air désespéré devant l'état de sa purée. Les deux amis décidèrent de ne plus taquiner le pauvre Tristan qui semblait en proie à une grande fatigue. Il jouait d'ailleurs avec sa nourriture sans plus jamais y gouter. Puis soudainement, il repris la parole pour leur poser une question sans même relever la tête:

-Qu'est-ce que vous pensez de Dipper Pines?
-OOOOOHOOOOH!! TOUT S'EXPLIQUE!!

A peine les deux autres avaient-ils lancer leur remarque que le blond redressa la tête d'un air furieux, il avait très bien compris où il voulait en venir. Rien qu'à leur tête on devinait ce qui leur traversait l'esprit. Non mais il ne pouvait pas avoir une conversation sérieuse sans qu'on remette ça sur le tapis, il aurait dû s'en douter!

-I already told you he's just a friend, guys seriously! Comment voulez-vous que je me trouve une copine si vous vous y mettez aussi? Je voulais juste savoir ce que vous pensiez de lui puisqu'il ne semble pas être très apprécié.

Les rires se stoppèrent aussitôt alors qu'un léger malaise s'installa. Quoi? Avait-il poser une question qu'il n'aurait pas dû?
-Beeeen...c'est pas qu'il n'est pas apprécié, après tout c'est un Pines, il a tout de mê-aie!
L'autre garçon lui avait donné un coup de pied sous la table pour l'empêcher dans dire plus et prendre à son tour la parole:
-Écoute Tristan, il est juste un peu bizarre enfin...un peu trop porté sur ces trucs bizarroïdes haha...on peu pas dire qu'il ait les même centres d’intérêts que nous et même que toi, n'est-ce pas?
Le blond passa de l'un à l'autre de ses interlocuteurs et se força un sourire convaincant en acquiesçant ce qui lui fut rendu.
-Right, alors on a un peu de mal à établir le contact avec lui mais bon...s'il n'y avait que ça...il est...enfin tu vois, mais tu sais on te respectes mec, si tu veux être poto avec Dipper, c'est cool. Devient juste pas comme lui, sinon ce sera plus possible.
H-hein? Q-quoi? Plus possible? Est-ce qu'ils sous-entendait qu'ils ne pourraient plus être amis? Tristan laissa retomber sa tête vers le bas et son esprit s'absenta quelques instants.
-Ah non pas ce regard, je me sens encore comme la pire des ordures de lui avoir dit ça...merde, pardon nous en veut pas, on dé-déconnait, on est tes potes, on fera avec, même si on se côtoiera de loin, très loin.

Mais...pourquoi? S'il savait ce qu'il avait vécu, ce qu'il avait découvert...ils étaient là il y a trois ans, ils habitaient à Gravity Falls alors ils devraient le comprendre, ils devraient avoir vécu l'apocalypse, avoir vu les créatures dont parlait le brun mais.... Alors qui mentait? Non, la jackalope était une preuve. Le vaisseau spatiale en était une autre. Il était totalement perdu et sans s'en rendre compte, il était dans ce couloir à marcher tel un zombie en quête de réponse... Lorsqu'il s'en rendit compte il se stoppa pour observer davantage son environnement et remarqua quelqu'un recroqueviller sur lui-même un peu plus loin. Attendez...n'était-ce pas cette fille à la bibliothèque? Apollon, c'était ça son nom? Qu'avait-elle? Était-elle en train de pleurer? Il ne devrait probablement pas la déranger et passer son chemin et puis cela ne le regardait pas mais...il n'aimait pas voir les gens souffrir. Que faire...? Le blond se rapprocha un peu de la jeune fille mais pas trop non plus, il faut savoir respecter l'espace personnel et puis, peut-être qu'elle désirait plutôt qu'on la laisse tranquille...et c'est pour ça qu'elle avait choisit un couloir désert. Et là, par sa faute...il hésitait à lui adresser la parole, il devrait simplement poser un paquet de mouchoir à côté d'elle et s'en aller...mais cela pourrait l’énerver plus qu'autre chose. Peut-être penserait-elle qu'il se moque d'elle? C'est compliqué les filles....

-B-bonjour, t-tu vas bien?
Ouow bien joué Tristan, tu poses vraiment ce genre de question?
-J-je veux dire...on-on s'est vu la dernière fois et tu semble ne pas aller bien alors je...

Il se ridiculisait complètement et ne savait plus du tout où se mettre à présent, le pauvre tentait de trouver ses mots mais il en avait déjà trop dit, il avait commis une erreur en allant lui parler mais ce n'était pas bien grave, il était préparé à ce qui allait suivre.





Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 309
Dollars : 1747
Date d'inscription : 17/11/2016
Age : 20
Who am i !

Secret Files
Age du personnage: 21 ans (26 ans)
Alignement: Chaotique neutre
Inventaire:

Darkness in my mind. | Tristan ♥

MessageSujet: Re: Darkness in my mind. | Tristan ♥ Sam 25 Mar - 15:12
participant 1Apocryphaparticipant2Tristanparticipant2In the highschool

Darkness in my mind.

#660033

∑ Inventaire

‒ Collier
‒ Lunettes teintées x1
‒ Téléphone

*C'est la dernière fois que je touche un piano ou même un foutu instrument de musique ! Saleté de prof, je vais finir par lui faire regretter cet acharnement stupide à me voir jouer !

Qui cache son fou, meurt sans voix.
— Henri Michaux
Your spirit is so dark, monster. Why so serious ? Enjoy the masquerade ! You're the principle piece, after all... Your soul is broken, eh ? You have a soul ? I'm not sure you have one. You are a monster, not ? You don't have. Poor monster. You're part of two worlds, but ... You're not a part of they's world. Listen to my voice, and follow me, you're wellcome in the madness... For all eternity.

Ton esprit était vraiment atteint, après tout. Mais ça, tu le savais déjà. Tu avais perdu la tête depuis longtemps déjà. Trop de désespoir ne mène qu'a une poignée de solutions pour le moins désespérées. La folie est de loin la plus dangereuse. Surtout quand on sait qu'on est fou. Ça n'en devient que plus... subtil. La fin de la vie, ou appelons ça comme il se doit; le suicide. La solution des plus faibles. Du moins à ton sens. Mais ça ne t'as pas empêcher de l'envisager. Le seul problème était que... Après avoir autant emmerdé les gens de ton existence, tu te devais de leur rendre la pareille, et ne pas céder à la facilité. Devenir une épine dans leur pauvre petit pied si fragile. Tu n'avais pas le bon sens d'avoir peur, de toute manière.

Tu étais en proie à des pensées dangereuses, Apocrypha. Et tu étais si bien encrée dedans que tu ne remarqua pas tout de suite cette présence dans le couloir, qui s'approchait. Par contre, tu senti qu'on te parlais, mais les mots prononcés ne parvinrent pas à ton cerveau enlisé dans cette folie et cette terreur issue du passé. C'est tout au plus que tu leva la tête pour regarder dans les yeux l'être qui était devant toi. Tes yeux ne reflétaient rien d'autre que... le vide. L'égarement. Une détresse sourde. Un appel à l'aide ? Non. La tristesse et le désespoir, sans doute. Enfin, pour qui serait capable de déchiffrer ton regard. Après tout, les yeux étaient le miroir de l'âme... Minute... Il te semblait que tu n'y avais pas le droit, à une âme.

« ... »

Après tout, c'était le cadeau de Dieu a ses enfants les hommes. Ton existence même était une hérésie. Un blasphème. Une faute au yeux du divin. Tu étais reniée de la bienveillance de Dieu par le simple fait que tu étais l'enfant d'une créature abandonnée de Dieu. Balivernes. Quel était ce Dieu, qui n'acceptait pas l’existence d'un être qui n'avais jamais demandé à naître ainsi ? Hein ? C'était bien mieux que tu soit condamné aux enfers, finalement... Tu n'aurais même pas pu t'amuser au paradis, de toute manière... Cette pensée te fit réaliser que des pas, que tu connaissais bien, approchaient grandement vers ton coin de couloir, ce qui redonna une vitalité a ton regard. Et tu vis qui s'était arrêté devant toi. Tristan. Eh merde. Il t'avais vu dans un état qu'il n'aurait jamais dû voir. Que personne n'aurait jamais dû voir. Il était... devenu une menace. Un fil que l'on doit couper. Minute, doucement, ne te presse pas, Apo. Tu pourrais tout simplement employer la magie si tu ne trouvais pas d'autre solution. Tu ne savais pas s'il était capable de tenir sa langue, en plus. Plus tu réfléchissais, plus ta main tenant tes lunettes se resserrait drastiquement... Au point que, au lieu que les verres partent de la monture, ils se brisent. Et que des morceau se plante dans tes mains. Ce que tu ne remarqua absolument pas.

Tu te leva d'un bon, prenant ton sac de ta main libre pour le mettre sur ton épaule, puis tu attrappa le poignet de Tristan sans trop serrer, histoire de pas le lui casser, ça serait ballot. Un coup d'oeil a droite... Un autre à gauche... Les toilettes ! Voyons... Celles des filles serait trop... prévisible. La prof irait forcément voir dans les toilettes des filles en pensant que tu te serais enfermée dedans. Ce qui lui donnera tord. Tu te précipita en entraînant Tristan avec toi dans les toilettes des garçons, fermant la porte rapidement en essayant de faire le moins de bruit possible, puis tu le plaqua contre le mur et lui mis ta main libre sur la bouche pour l'empêcher d’émettre le moindre son.

« Shut ! »

Tu entendait son cœur affolé, mais bon. Tu te concentra sur les bruits de pas de la prof qui approchaient. Elle venait de passer le couloir et avait marqué une pause, puis ses pas s'était dirigés vers les toilettes. Des filles. Fiou. Après tout, elle n'aurait pas pu savoir qu'entre dans les toilettes des garçons ne te posais absolument aucun problème. Tu avais 25 ans, tu n'avais plus l'âge d'être gênée par ces conneries de types de toilettes. Il y avait des problèmes plus important que ça.

Tu attendis encore de longues minutes, le temps que la prof se barre définitivement du coup pour enfin arrêter de retenir ta respiration... Et lâcher ce pauvre Tristan qui devait se demander dans quoi il s'était certainement fourré. En même temps, si tu l'avais laissé planté dans le couloir, il aurait très bien pu dire à la prof où tu étais partie, et tu  n'avais aucune envie de la voir. Elle était responsable de ton malheur, en un sens. Et puis tu ne te sentais pas de sortir un mensonge dont tu ne te souviendrais pas après quelques mois. Dire qu'un proche qui faisait du piano était mort et en faire te le rappelait n'était pas une très bonne option. Même si cela aurait trouvé grâce aux yeux de cette prof vraiment trop insistante... Urgh.

Soudainement, l'odeur du sang te fit regarder ta main. ... Ok. Une nouvelle paire de lunette en moins. Enfin, tu n'étais plus à ça près... Tu alla vers la poubelle et desserra les doigts sans montrer une once de douleur sur ton visage. Tu avais... connu pire. Vraiment pire. Des petit bout de verre dans la main, c'était vraiment le cadet de tes soucis. Tu posa ton sac par terre et entrepris de retirer morceau de verre sur morceau de verre jusqu'à ce qu'il ne reste plus que ta main dégoulinante de sang, et tes yeux quelque peu luisant a cause de cette vue... de liquide vermeil. M'enfin, boire ton sang n'était pas intéressant... Tu t'étais littéralement désintéressée de Tristan pour l'instant. Une erreur ? Peut-être, peut-être pas. Qui sait, après tout ?

« Aceasta este ultima dată când ating un pian sau chiar un instrument muzical al naibii ! Profesor Dirt, voi face în cele din urmă să-l regret dorința de prost să mă vezi joace !* »

Sans t'en rendre compte, tu avais parlé dans ta langue paternelle. Et tant mieux, car tu n'avais pas spécialement envie de Tristan sache ce dont tu parlais. Tu n'aimais pas les questions. Surtout celles sur ce sujet.
©linus pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 157
Dollars : 1937
Date d'inscription : 11/12/2016
Who am i !

Secret Files
Age du personnage: 17 ans
Alignement: ???
Inventaire:

Darkness in my mind. | Tristan ♥

MessageSujet: Re: Darkness in my mind. | Tristan ♥ Mar 28 Mar - 20:00
Ah qu'est-ce qu'on est
serré au fond de cette boîte~!




« If you dribble, when you piddle, be a sweetie and wipe the seatie! »

Qu'est-ce que...? Comment ça? Pourquoi? Comment? Il ne comprenait pas trop ce qui lui arrivait....comme d'habitude en fait. Dipper Pines, tout était ta faute, depuis qu'il te connaissais sa vie était devenu bien trop instable, il ne maitrisait plus rien, tout lui échappait...mais était-ce une si mauvaise chose? Ce quotidien si ennuyeux prenait enfin une tournure intéressante, qui pourrait s'en plaindre? Pourtant le blond était terrifié, tout allait beaucoup trop vite pour lui, même son propre changement l'apeurait de par sa rapidité! Et si....si on lui mentait? Si on lui disait la vérité? Si on lui avait menti? Si on lui avait dit la vérité? Et s'il était au coeur d'une vulgaire mascarade? Si Dipper lui disait la vérité sur ces créatures...alors on lui aurait menti depuis tout ce temps...? Au contraire s'il lui mentait alors il aurait été le dindon de cette farce qui s'était joué sous son nez et même la jackalope aurait été la première à participer. Cette pensée le fit frissonner. Un rire résonnait dans son esprit....puis d'autres....non l'époque où on se moquait de lui était révolu, l'époque où il était rejeter de tous et n'arrivait pas à s’intégrer n'était plus. Maintenant, il avait de véritables amis, il n'était plus seul.

Dans les toilettes des garçons, poussé contre le mur, il déglutit et tourna son regard vers la main poser sur sa bouche puis sur la jeune fille elle-même. Oh mon dieu...il-il devait rêver n'est-ce pas? Que ce rêve ne s'arrête pas alors! Il n'avait jamais été aussi proche d'une fille....à part sa soeur mais ça ne compte pas. Il sentait d'ici son parfum, c'était assez enivrant, il devait l'avouer mais le pire devait être leur proximité. Si proche...trop proche. Il pouvait dessiner de son regard chaque détail de son visage....il fallait absolument qu'il la redessine après cette aventure! Ses yeux étaient si...sanglants, oui, c'était le mot pour décrire cette couleur et pourtant il n'avait pas peur, il y avait même une certaine fascination indescriptible, comme celle de quand il était plus jeune.....Plus....jeune....? Comment était-il...? Curieux. Oui après tout, tous les enfants étaient ainsi, il n'y avait rien d'étonnant à l'avoir oublié. Une cabine de toilette, enfermé là, à deux avec une fille, oh mon dieu il était si chanceux, le Pines en serait vert de jalousie! Pourrait-il même le croire s'il lui racontait? Baah il n'en aurait pas l'occasion et à vrai dire il préférait garder cela pour lui!

Sa main si froide et sa peau si blanche l'inquiétait tout de même un peu...est-ce qu'elle allait bien? Ne manquait-elle de rien ou avait-elle des soucis chez elle? Mangeait-elle à sa faim? Avait-elle des problèmes de santé? Possédait-elle le chauffage chez elle ou n'avait-elle pas de toit? Tristan...arrêtes de mâter ses lèvres, ça fait la troisième fois en à peine deux minutes, si tu en as vraiment envie tu n'as qu'à...NO WAY!!! IL N'A PAS DU TOOOOOOUT PENSER A CA! Bon sang, pourquoi fallait-il toujours...Ah ba bravo! Le voilà rougir à vu d'oeil et détourner le regard de la jeune fille pour le porter...sur le plafond. Il avait beau supplier à son pauvre petit coeur de se calmer c'était impossible dans une situation comme celle là. Un adolescent et une fille de son âge -?- aussi séduisante c'était évidemment...trop dur de contrôler une quelconque réaction physique, bah oui, qu'aviez vous crû? Il est sensible au charme féminin! Il vous l'avait dit à travers les autres rps qu'il n'était pas gay! Heureusement qu'elle semblait ailleurs et ne semblait pas trop remarqué sa gêne, cela l'arrangeait, par contre sa main insistance sur sa bouche s'était....pitié qu'elle l'enlève, le contact le faisait frissonner. Eh, est-ce que ses lèvres sont tout aussi glacées? Il allait se fracasser la tête contre le mur! Ça durait trop longtemps! Pour quoi allait-il passer s'il lui sautait dessus? Pour un animal en rut? Urg. Il n'était pas comme ça!

La main de la mi-vampire se retira soudainement. Enfin! Douce délivrance! Il défaillait! Le blond posa donc ses deux mains sur le mur derrière lui en s'y adossant en soupirant de soulagement. Alors qu'il prit un mouchoir pour éponger son front légèrement transpirant il se stoppa dans son geste en voyant la main de la jeune femme. Qu'est-ce que...? OH MON DIEU! LES POMPIERS! LE SAMU! LA NASA!!! LA POLICE!! LES URGENCES!! VITE!! UN BLESSE!! Il n’eut pas le temps de réagir plus que cela qu'elle quittait déjà la cabine pour se débarrasser des morceaux de verres.....sans même nettoyer la plaie? Non mais elle n'allait pas laisser sa main dans cet état! Non non elle allait s'infecter! Déjà le garçon se dirigea vers elle et attrapa son poignée à son tour.

-Attend! Tu dois soigner ça! Tu ne peux pas laisser ça ainsi! En plus c'est probablement ma faute!

Il ne lui demandait pas son autorisation, il n'attendait même pas une réponse d'elle pour passer sa main sous l'eau puis fouiller dans son sac pour en sortir un bandage. Eh oui, Tristan était une vraie femme au foyer, toujours avec une petite trousse de soin, elle était plus pour sa soeur que lui mais au final il était le plus maladroit des deux. De toute façon ce n'est pas comme si elle allait accepter son aide... Le voilà donc couper à l'aide d'un ciseau le bandage puis il enroula le tissu autour de la plaie pour tenter de stopper un minimum l’hémorragie.

-Tu devrais aller à l'infirmerie, ce n'est pas suffisant...j-je peux t'y amener si tu veux?





Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 309
Dollars : 1747
Date d'inscription : 17/11/2016
Age : 20
Who am i !

Secret Files
Age du personnage: 21 ans (26 ans)
Alignement: Chaotique neutre
Inventaire:

Darkness in my mind. | Tristan ♥

MessageSujet: Re: Darkness in my mind. | Tristan ♥ Mar 28 Mar - 23:08
participant 1Apocryphaparticipant2Tristanparticipant2In the highschool

Darkness in my mind.

#660033

∑ Inventaire

‒ Collier
‒ Lunettes teintées x1
‒ Téléphone

J'avoue que ce poste par en steak, je comprendrais si je devais le réecrire pour le rendre plus plausible *paf*

Pendant que tu soignes les blessures, la douleur est un remède à la douleur.
— Proverbe latin
Aussi étrange que cela puisse paraître, Apocrypha n'eu rien remarqué du petit manège de Tristan, étant trop préoccupée... Pour son plus grand bien à lui, sans doute.

En regardant ta main, tu te fis la réflexion que tu aurais sans doute dû mettre ta trousse de secours spéciale jour de club de sport pour éviter de devoir passer à la case infirmerie pour cette pauvre main droite meurtrie à cause d'une paire de lunettes mal placées... Enfin, tu n'eu pas le temps de continuer tes réflexions, que, déjà, le blond t'attrapais le poignet. Retournement de situation, uh ? Cela te fis esquisser un léger sourire amusé, ponctué par une légère, très légère grimace. Bon, certes, tu avais connu pire comme douleur, mais sur la main, l'endroit qui étais le plus apte à vous faire vous vider de votre sang tellement ça coule... C'était loin d'être agréable. Même avec des blessures plus ou moins superficielles. En rentrant, il faudra que tu pense à mettre un peu de sang de ton père pour accélérer la guérison...

« Attend ! Tu dois soigner ça ! Tu ne peux pas laisser ça ainsi ! En plus c'est probablement ma faute ! »

Oh, un chevalier servant, comme c'est aimable. Tu le laissa faire, après tout, s'il voulait faire ça parce qu'il se pensait responsable, eh bien, grand bien lui fasse. Bien que, a ton sens, tu étais la seule idiote a blâmer pour l'état de ta main. Tu savais parfaitement reconnaître tes tords, et là c'était du joli. Tu le regarda faire avec un sourcil haussé, le regard circonspect.

« Eh... As you want. »

Après tout, il ne t'avais même pas laissé le temps de refuser ou d'accepter, donc au point où ça en était... Tu fus surprise de constater qu'il avait ce qu'il fallait dans son sac... Intéressant. Enfin bon, tu étais plus concentrée sur la sensation bizarre que cela te faisais d'être... De... Hum, comment dire... que quelqu'un se souciait de toi ? Hum... Que quelqu'un d'autre qu'un membre de ta famille t'apporte de l'attention et te soigne ? Oui, sans doute ça. C'était... Tellement... Trop. Étrange... Un humain qui... Argh, rien que d'y penser, ça te donnais des frissons dans le dos. Mais tu savais très bien dans le fond que détester une espèce, individu par individu, est d'un intérêt assez restreint. Non, bien sur que non, tu ne pouvais pas, même si tu le voulais, détester tout les humains que tu approchais. Par exemple, Gideon était un humain acceptable, et pour le moins intéressant. Il faudra que tu pense à l'inviter prendre le thé, d'ailleurs, un de ces quatre, histoire de parler de vos intérêts communs pour l'occulte... Aoutch ! Il y allait pas de main morte avec son bandage, là ! Ça pique, hissssss. Tu pinça les lèvres pur te retenir de faire le bruit d'un chat pas content. Ou d'une Apocrypha qui souffre, au choix.

« Tu devrais aller à l'infirmerie, ce n'est pas suffisant... j-je peux t'y amener si tu veux ? »

Tu observa ta main avec un regard qui se voulait calculateur. Passable, pas passable ? Bon, feuilleter des livres avec une mains qui dégouline de sang était pas une solution acceptable pour les pauvres livres qui n'auraient rien demandés. Le problème, par contre, si tu allais à la fameuse infirmerie... Urgh, tu en avais marre d'avance. Entre se faire prendre la tension, thermomètre sous l’aisselle, en soutif, forcée de manger des barres chocolatés et devoir subir des conseils de nutritionniste et de vie de l'infirmière qui ne pouvais pas comprendre que, non, tu n'étais pas a l'article de la mort, tu l'étais juste à moitié, mais que tu étais bel et bien en vie malgré tout et que tes cicatrices, tu ne les tenais pas de mauvais traitement parentaux. Enfin, si tu te mettais à dire que tu avais toujours été comme ça, elle aurait tôt fait de te placer on ne sais trop où dans un hôpital, avec en plus un papier pour que tes parents ne t'approchent plus pour cause de mauvais traitement ou une connerie du genre... Elle en était capable, sisi. Mais en même temps, laisser ta main dans un tel état... Urgh... Tu émis un léger soupir.

« Vu que c'est si gentiment proposé, je me vois mal refuser... »

Bien que le fais qu'il veuille t'accompagner étais... Hum... Bizarre ?... Nan, il n'avait certainement pas d'arrière pensées. Alors, qu'est-ce que te gênais ? Le fais qu'il soit si avenant ? Oui, peut-être ça. Tu n'étais pas en sucre, mais... Tu éprouvais un drôle de sentiment face à cette situation... trop étrange à ton goût. Ou du moins pour ton esprit méfiant qui avait déjà été trahis trop de fois pour ne pas faire attention dans quoi tu mettais les pieds. M'enfin, Apo, tu devenais parano maintenant ?  Envers Tristan ? Le mec qui ferais même pas de mal a une mouche ? Quelle -ahah, ahah- mouche, t'avais piquée, au juste ? Réveille toi, un peu !

Welp, ta conscience n'avais pas tord, tu te faisais des films. Bien que pendant tout le long du chemin vers l'infirmerie, tu avais vraiment une impression désagréable. Tu n'avais vraiment pas l'habitude que quelqu'un soit... gentil. avec toi. Surtout des... humains. Si bien que tu observa Tristan du coin de l’œil tout du long, discrètement, faisant mine de t'intéresser à la décoration -ô combien classique- des couloirs du lycée. Tout en sachant que ce jeune homme... qui avait quand même 8 ans d'écart avec toi, a n'en pas douter, ne pouvait pas, et n'aurait jamais, fais de mal à quiconque. Le truc était que... Pour toi, être gentil et serviable, ça voulait dire "intérêts certains à faire ça pour avoir ses bonnes grâces". Tu avais du mal a saisir le concept de faire ça sans rien attendre en retour. Du moins, de la part d'êtres humains ou de vampires. Si tu avais des amis "monstres" tu aurais pu appliquer ceci, bien qu'à grand mal, suite à ton habitude viscérale de vouloir contrôler les choses... Et surtout à cause de ton éducation vampirique.

Un jour, tu arrêtera de divaguer et de te poser des tonnes de question sur le pourquoi du comment un humain est gentil avec toi, oulala. Mais pas aujourd'hui. Tu n'es pas habituée... Et tu ne le sera probablement jamais. Enfin, après toutes ces pensées négatives et étranges, vous étiez enfin devant l'infirmerie. Tu mis le doigt sur la sonnette pour avertir qu'un nouveau patient allait entrer et faire la fameuse file d'attente, bien que... Tu ne pense pas qu'il y en ai, actuellement. D'ailleurs, le simple fait que l'infirmière ouvre la porte te valida ta théorie; c'était désert pour l'instant, mais les gens ne sauraient tarder, sans aucun doute... Par contre, le regard de cette... sorcière ? Tu n'arrivais pas a trouver d'autre mots pour une personne aussi... enquiquinante... ne t'inspirais rien de bon. Et en plus, elle ne se fit pas prier pour vous pousser à entrer. Tous les deux. Si Tristan avait voulu repartir juste après, c'était râpé pour lui.

« Alooooors, mes tourtereaux, qu'est-ce qu'il s'est passé, pour que la main de Mlle Bàthory se retrouve dans cet état ? »

... Ok, c'était définitivement une mauvaise idée. Tu sentais déjà les maux de tête arriver. Et puis, quoi ?! Mes tourtereaux ?! Ok, Tristan était pas mal. Ok, vous êtes venus ensemble. Mais... Le rapport ? En plus, il était trop jeune pour toi ! Ouhlala... Tu te frotta les yeux de ta main libre avant de prendre la parole. Tu n'imaginais même pas ce qu'aurais pu bafouiller Tristan si c'était lui qui avait pris la parole.

« Juste une petite erreur d’inattention, trois fois rien. Enfin, ça le sera quand ma main aura arrêté de saigner. »

Eh hop, une pique pour lui rappeler que son boulot, c'était de te soigner, pas te faire la morale, ou même à Tristan. Non mais, et puis quoi encore ? Tsk.

« Ok trésor. Bon, comme ça fais un moment que tu n'es pas venue, je vais en profiter pour voir si ton cas... s'arrange. Assied toi sur le siège et enlève ton tee-shirt. »

... ... ... Tu regarda l'infirmière comme s'il venait soudainement de lui pousser une deuxième tête. Pas que tu sois gênée que Tristan te voie, tu n'étais plus pudique depuis très longtemps, mais lui... Il avait bien un avis, non ? Vous n'allez tout de même pas dire que, aussi sotte soit cette femme, elle pensait réellement que toi et Tristan étiez ?... Oh, non, c'est pas vrai... Tu hésitais entre le fou rire ou la dépression, là. Après Dipper et Tristan, tenez vous bien, le Apocrypha et Tristan. Oh, god. Why ?...

« Hum, comment dire... Mme... »

« Tsss, tsss, pas de discussions ! Et vous, jeune homme, restez là. C'est votre petite amie, non ? Vous devez donc être mis au parfum. Bon ! Plus vite que ça, enlevez moi ce tee-shirt ! »

©linus pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 157
Dollars : 1937
Date d'inscription : 11/12/2016
Who am i !

Secret Files
Age du personnage: 17 ans
Alignement: ???
Inventaire:

Darkness in my mind. | Tristan ♥

MessageSujet: Re: Darkness in my mind. | Tristan ♥ Mer 12 Avr - 7:32
Ah qu'est-ce qu'on est
serré au fond de cette boîte~!




« If you dribble, when you piddle, be a sweetie and wipe the seatie! »


Elle se laissait faire, c'était déjà ça, alors le blond ne se faisait pas prier pour entreprendre ses actions sous son regard circonspect et lorsqu'elle sembla accepter de se rendre à l'infirmerie avec lui, un sourire encore plus lumineux illumina le visage du garçon, ravie qu'elle ne le remballe pas. Elle devait probablement penser qu'il se mêlait de chose qui ne le regardait pas et c'était le cas mais....il ne pouvait pas la laisser ainsi, il voulait l'aider et peut-être s'en faire une petite amie. Alors oui, il était moins innocent qu'il n'y paraissait, malgré tout, il n'était pas dénués d'arrières pensées et sa première intention était d'aider la jeune femme, c'est en y réfléchissant plus tard qu'il se disait que cela lui permettrait de se rapprocher d'elle. Pouvait-on le blâmer pour ça? Son intérêt était particulièrement inoffensif et positif même si cela ne devait pas faire partie des plans de sa camarade d'école de lui laisser sa chance....quoique qui sait?

Il marcha donc à ses côtés, un sourire niais et gay gai aux lèvres, tout ça parce qu'il était avec la jeune femme, une bonne compagnie à n'en point douter malgré ce que pouvait bien en dire Dipper Pines. Il ne voyait pas ce qu'il pouvait bien lui reprocher, elle était tout à fait normal, bon d'accord elle avait les mains assez froides, le teint très pâle et les yeux rouges....MAIS EEEEH cela ne faisait pas d'elle quelqu'un d'étrange, la jackalope avait bien les yeux rouges et....d'accord, mauvais exemple. Elle était juste albinos, voilà tout! Lorsque celle-ci tournait son regard le pauvre garçon lui dédiait un petit sourire timide puis détournait les yeux un peu embarrassé, savoir qu'elle l'observait lui faisait plaisir tout en le gênant terriblement. Le jugeait-elle? Oui certainement mais que pensait-elle de lui? Avis positif, négatif ou neutre? Peut-être lui avait-il fait une mauvaise impression? Il y a de grande chance. Cette perspective provoqua chez lui une certaine nervosité, mais il pourrait toujours se rattraper, n'est-ce pas?

La sonnette retentit et celle-ci signifiait la fin du bref moment que vous aviez passé ensemble, bon sang! Tu n'avais même pas eu le temps de converser avec elle, aurais-tu d'ailleurs sût quoi lui dire? Non et puis elle n'avait probablement pas envie de te parler, tu l'aurais déranger, à part lui demander si elle connaissait ta soeur, si elles étaient amis, si tout se passait bien en cours mais peut-être que toutes les réponses à ses questions étaient "non". Et alors un silence pesant aurait eu lieu. Le blond se tourna alors vers Apocrypha et marmonna un:

-B-bon eh bien moi j-je vais te lai...

La porte s'ouvre. Interrompu. Pousser à l'intérieur sans comprendre pourquoi....jusqu'à cette remarque. T-t-to-to-tou-tourtereaux?!! Le sang du blond ne fit qu'un tour alors que son visage tourna au cramoisie, il abaissait déjà son bonnet sur celui-ci comme pour tenter de se rendre moins visible et cacher sa gêne. Il avait l'air de ressembler à un couple? Ça voulait dire qu'ils allaient bien ensemble? Est-ce que cela voulait dire qu'il avait ses chances? Mais qu'en pensait-elle? Sa réaction allait tout déterminer...! Et...elle sembla ignorer ce détail. C'était un bon point, n'est-ce pas? Elle n'avait pas dit oui mais pas dit non!!! C'était un peut-être! C’était un neutre, un non vote! Il se retint de lâcher un: "yyyyeeeesss!", ce mec était vraiment désespérant et désespéré, alala il pourrait presque faire pitié, non, il imposait la pitié malgré lui.

-...enlève ton tee-shirt.

............Attendez quoi?????!!!!! Cette infirmière n'avait tout de même pas demander à la jeune fille de retirer son haut devant lui quand même? Le blond articula un "hum j-je..." particulièrement bas, très bas, cela ressemblait plus à un couinement qu'autre chose, tel une petite souris qu'on aurait surpris. La fuite. Il allait discrètement reculer jusqu'à la sortie, un pas après l'autre en restant de face pour ne pas éveiller les soupçons. Vite. Alors que la demi-vampire essayait d'arranger la situation, la femme en face, elle, ne voulait rien entendre et en plus elle avait remarqué son petit manège. Tristan se statufia et déglutit, oh god,tout cela était un malentendu....TOUT ÉTAIT TOUJOURS SI COMPLIQUE DANS CETTE VILLE! DIPPER PINES TOUT EST TA FAUTE! DEPUIS QU'IL T'AS RENCONTRER TOUTES CES SITUATIONS EMBARRASSANTES LUI ARRIVE!

Il n'était pas prêt à ce qui allait se produire, il n'était pas préparé à voir une fille se déshabiller face à lui, même pour sa soeur il avait toujours pris soin de respecter son intimité. Il crut qu'une effusion de sang allait jaillir de son nez tel que dans les mangas et qu'il passerait pour un gros pervers mais il n'en fut rien. Pouh, c'est lui où il faisait chaud subitement. Oh non, Tristan n'écoutait plus rien de ce qu'il se passait et le pauvre ne savait plus où braquer son regard, c'était assez comique. Et subitement l'étudiante pu entendre un sifflement d'approbation derrière elle, rien de plus, rien de moins. Eh ben c'est qu'il aimait ça en plus le bougre. Lorsqu'elle se retourna pour constater les faits, elle vit son sourire disparaitre et son tint devenir livide avant qu'il....ne se donne une claque lui-même? On a du mal à contrôler ses hormones à cet âge-là il faut croire~.

-THAT'S NOT ME I SWEAR!

Le pauvre n'aimait pas se faire prendre sur le fait et jouait l'innocent avec un air paniqué qui pourrait s'apparenter à celui du brun à casquette dans une situation dont le contrôle lui échappait totalement. Bon sang, il n'avait jamais demander à être là! Le voilà reculer jusqu'au mur et littéralement se plaquer dos à celui-ci comme s'il était cerner par une police invisible....noooon les policiers étaient les personnes en face de lui, en train de le juger. La honte. Il ne pouvait pas rester ainsi...oh non elle était de face à présent. Ne pas regarder ne pas regarder ne pas regarder ne pas...il a regarder......SHIT!

-J-je dois y allez!!

Et le voilà qui s'enfuyait en trombe hors de l'infirmerie, le pauvre. Il n'oserait probablement plus jamais se représenter face à la jeune fille. Welp, pour la bonne impression et l'avis positif  s'était râpé. Le voilà maudire sa bonne étoile qui l'avait définitivement quitté en soupirant pour retourner vers les toilettes, son nouveau refuge.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 309
Dollars : 1747
Date d'inscription : 17/11/2016
Age : 20
Who am i !

Secret Files
Age du personnage: 21 ans (26 ans)
Alignement: Chaotique neutre
Inventaire:

Darkness in my mind. | Tristan ♥

MessageSujet: Re: Darkness in my mind. | Tristan ♥ Mer 12 Avr - 11:13
participant 1Apocryphaparticipant2Tristanparticipant2In the highschool

Darkness in my mind.

#660033

∑ Inventaire

‒ Collier
‒ Lunettes teintées x1
‒ Téléphone

La situation est désespérée, mais pas sérieuse.
—  Jean-Jacques Schuhl
Et blablabla et blablabla. Cette infirmière ne s’arrêterait donc jamais de parler pour dire des choses dont tu te foutais royalement ?... Urh…

Au moins, la chose la plus amusante jusque-là, c’était… les battements du cœur de Tristan qui étaient très… saccadés. En même temps… Cette infirmière n’avait vraiment pas de jugeote. Toi, tu t’en foutais pas mal, t’aurais même pu te mettre à poil que ça t’aurais pas plus gêné que ça. Pudique ? Pas le moins du monde. Ça n’avait même pas de sens d’être pudique. Quand tu nais, tu es à poil. Et si la société n’était pas ce qu’elle était aujourd’hui… Eh bien, les humains vivraient à poil, lel. Bon, p’tet pas quand même. C’était juste qu’après avoir passé pas mal de temps en compagnie des vampires, tu avais découvert que la pudicité ne faisait pas partie de leur façon d’être… Et tu avais eu largement le temps d’apprendre à ne plus l’être. Enfin bon, un peu de décence était pas mal non plus. M’enfin… Toi tu n’avais pas besoin d’humains à disposition pour te nourrir, pfeh.

Ton esprit était totalement fermé face à ce que pouvait bien encore déblatérer l’infirmière. Et Tristan, lui, a n’en pas douter, devait être dans tous ses états. Aaaah, les adolescents. Toujours un plaisir de s’amuser avec leurs hormones. Le seul problème, c’est que tu n’avais pas l’intention de le séduire. Du tout. Il ne t’intéressait pas spécialement. Il était pas mal. Mais il était trop… hum… comment dire… coincé ? Nan… Tu ne savais pas trop. Il n’avait pas d’assurance, de charisme –sauf en tant que victime, bien sûr…- il ne méritait donc pas ton intérêt. Et en plus de ça, il était humain. Et tu n’aimais pas les humains. Déjà, ils étaient un peu trop fragiles… Bon, tu faisais attention quand tu tapais sur les petites brutes qui voulaient t’emmerder, mais un accident est si vite arrivé, ahah. Et puis, tu ne te battais jamais sérieusement. Là, il y aurait sans aucun doute, des victimes. Hm.

… Wait. What. Un sifflement ?... Oh god. Tu ne pensais pas qu’il aurait le cran de faire… Wait a minute. Naaaah. Il n’avait absolument pas le cran de faire ça… Mais alors ? Hum. Ou bien tu le sous-estimais. Toujours-est-il que tu te retournas, et tu eu… la drôle de sensation d’avoir vu un sourire disparaitre. Well. So… Strange ? Tu haussas un sourcil en le regardant. Qui se mua en moue à mi-chemin entre le sourire et la consternation. Il venait littéralement de se foutre une baffe. Là, tu te demandais s’il avait la lumière à tous les étages.

« THAT'S NOT ME I SWEAR! »

Tu fis exprès de regarder la pièce de long, en large et en travers… Mh… A moins que l’infirmière soit a ce point non professionnelle, nope, il n’y avait… Que lui, ahah. Autant… s’amuser un peu. L’infirmière ne savait pas vraiment comment réagir. Toi, tu voulais juste voir ce qu’il ferait, si tu… te mettais de face. Un peu d’amusement, ça ne pouvait pas te faire de mal. Tu te retins tout de même de sourire. Il n’avait pas l’air fin du tout, comme ça, contre le mur. Ah, le pauvre. Il avait une nette ressemblance avec Dipper. La fois où il était tombé sur ce livre à la bibliothèque, ahah. Ça avait été hilarant. Le voir lutter était très amusant en soit. Alors. Regarde, regarde pas, regarde, regarde pas… Oh. Il a regardé. Eh bien. Il devait certainement ne pas faire attention à tes cicatrices, actuellement.

« J-je dois y allez!! »

Et le voilà qui fuyait comme le lâche qu’il était. Biiiien. Tu esquissas un sourire amusé. Tu n’allais pas le laisser tranquille pour l’instant, non, c’était trop amusant. Tu te levas de la chaise, ou te ne sais plus trop quoi qui permettait d’examiner les patients.

« Bon, ce n’est pas tout ça, mais je vais devoir y aller. »

« Nous n’avons pas fini mademoiselle ! »

« Et alors ? J’étais juste venue pour ma main, pas pour faire un bilan de santé dont je n’ai même pas besoin. Donc, byebye. Moi, j’en ai marre de vous entendre. Je crois bien que même si jamais j’ai un truc de cassé en sport, je ne viendrais même pas ici. Après tout, vous avez pris Tristan pour mon petit ami. Et c’est à cause de vous qu’il a dû partir comme ça. Faut avoir plus de jugeote madame. Et je pourrais très bien remonter ça à l’administration… »

« Vous ne !... »

« Si. Mais vous avez de la chance, je n’ai pas envie de me prendre la tête avec ce genre de chose maintenant. Donc… je vous laisse avec vos erreurs de jugement, moi, j’ai un pauvre adolescent traumatisé à retrouver. »

Tu remis ton tee-shirt –autant ne pas se balader à demi nue dans les couloirs quand même, hein, y’avais pire que Tristan- récupéras ton sac de ta main non blessée et sorti de l’infirmerie. Boooon. Tu éclatas ensuite de rire. Oh my, cela faisait longtemps que quelque chose comme ça n’était pas arrivé. Tu resta au moins cinq bonnes minutes à rire, pas trop fort, pour ne pas attirer l’attention, mais quand même au point d’avoir mal aux cotes. Bon. Tu n’allais pas laisser Tristan s’en sortir… Oh, ça faisait méchant dis comme ça. Nan, tu allais juste le rassurer. Enfin, tu n’avais sans doute pas la meilleure personne pour rassurer les gens, mais au moins, tu étais la principale concernée, si tu lui disais que ce n’était pas grave, il n’allait pas te fuir à chaque fois qu’il allait te croiser dans les couloirs. Sinon, quelqu’un allait forcément se douter de quelque chose. Et tu n’avais pas non plus spécialement envie que ce genre de chose se repende comme une trainée de poudre. Pas besoin d’avoir June sur le dos, tsk.

Bon, alors, où était parti ce pervers qui ne s’assume pas –n’empêche, siffler de cette manière dans l’infirmerie, ahah- voyons… tu inspiras. Hum, son odeur allait par là. Bien… Tu le suivis à la trace, sans te prendre la tête. Tu avais bien une idée de l’endroit où il avait pu s’enfermer. Après tout, tu avais fait exactement la même chose il y avait quand même de longues minutes de cela. Tu regardas ta main blessée et testa la douleur. Hum… Tu fis la grimace. Ce n’était clairement pas agréable. Et avec tout ça, tu n’avais pas pensé à remettre ta seconde paire sur ton nez. Enfin bon, il fallait mieux que tes yeux soient visibles, histoire que Tristan croie ce que tu allais lui dire…

Tu t’arrêtas devant les toilettes de garçons. Aaaah. Bon, tu étais tellement en retard pour ton club, ahah. Qu’à cela tienne. Tu avais plus amusant sous la dent pour l’instant.

« Tristan ?... »

Pour seule réponse, son battement de cœur.

« Weeeeell, weeeeeell, weeeeeell. I know where you are. C’mon, I will not blame you for what you did. »

Tu avais littéralement un sourire amusé.

« After all, it's the nurse's fault. Not yours. »

Tu t’adossas à un évier et regarda en dessous des portes, autant qu’il était possible de le faire. Alors, eenie meenie… Huuuum…
©linus pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 157
Dollars : 1937
Date d'inscription : 11/12/2016
Who am i !

Secret Files
Age du personnage: 17 ans
Alignement: ???
Inventaire:

Darkness in my mind. | Tristan ♥

MessageSujet: Re: Darkness in my mind. | Tristan ♥ Sam 22 Avr - 16:54
Ah qu'est-ce qu'on est
serré au fond de cette boîte~!




« If you dribble, when you piddle, be a sweetie and wipe the seatie! »


You. Il était là assis sur la cuvette baissée des chiottes, comme un imbécile, à fixer le sol à ses pieds en prenant sa tête dans ses mains d'un air totalement perdu. Mais bon sang, qu'avait-il fait pour mériter ça? Tout ce qu'il avait voulu au départ c'était une vie sans accrochage. Et il avait tout à fait l'opposé. Faisait-il vraiment tout ça pour June? Ou pour lui? Il ne savait plus...il était perdu. Il aurait tellement aimé qu'on lui apporte des réponses mais au contraire on ne faisait que le questionner, lui donner toujours plus de questions, l'embrouiller. Sa tête...sa tête allait exploser. Il avait si mal. Ça recommençait, comme la dernière fois. Insupportable! insupportable insupportable insupportable! Que ça s'arrête! Tu devrais juste arrêter de penser à certaines choses et te focaliser sur tes motivations, why are you here, you know the answer.

« Tristan ?... »

Le garçon frissonna à l'entente de son nom et plaqua davantage ses mains sur ses cheveux, comme si cela allait le faire disparaitre ou qu'il avait peur qu'elle ne défonce la porte de sa cabine pour lui faire la peau. C'était pathétique. Well, she's back, what are you gonna do Tristan? Better play with her, that's what she want and you will have the final word. C'est vrai, Apocrypha semblait être une personne qui aimait bien voir les gens embarrassés et s'en riaient alors peut-être valait-il mieux rentrer dans son jeu afin de la désarmé un peu ou au moins ne pas réapparaitre devant elle la queue entre les jambes, tel le grand minable qu'il avait été il y a quelques minutes. Non non, il ne pouvait juste pas le faire! Il n'en avait pas le courage, que sa bonne étoile arrête de rire de lui en prenant du pop corn et vienne l'aider!! Qu'elle lui donne une idée lumineuse ou fasse le boulot à sa place tient! Il ne demandait pas mieux lui!

Il n'en pouvait déjà plus de cette situation et chacune des paroles de la jeune femme le terrifiait! Elle savait où il était??? Avait-elle des dons de voyance? Elle n'allait pas le blâmer pour ce qu'il avait fait? Et alors? C'était la honte!! Elle souriait, cela s'entendait dans sa voix! Elle se moquait de lui...non...pourquoi? Il avait encore tout...tout... Haha~ Ce n'était pas bien grave, cela pouvait se rattraper ce genre d'erreur. C'est bien connu que le monde était une pièce de théâtre qui peut aller de la comédie au tragique en passant par bien d'autres genres, il faut savoir donc manier sa vie un minimum même si celle-ci est grandement influencer par autrui et les évènements extérieurs à soi. Il l'entendait...elle avait visiblement décidé de jouer avec Tristan, alors pourquoi ne pas lui donner ce pour quoi elle était venue? Alors voilà le jeune homme remettre ses lunettes correctement et réajuster les cheveux qu'il avait martyriser puis rem...Il fixa son bonnet. Le mettre ou pas? Après tout il avait reçu des remarques comme quoi il était bien mieux sans...Non. Trop tôt. Il allait prendre froid.

Alors il replaça le couvre chef, débloqua le verrou de sa cabine et la poussa doucement. La porte grinça sinistrement et le garçon restait dans l'encadrement de la porte, visiblement nerveux de sortir de son cocon confortable, qui sait ce qui l'attendait s'il s'approchait de l'étudiante.

-W-What do you want? Je pensais que tu étais à l'infirmerie, tout s'est bien passé?
Il souria doucement avant de poursuivre bien qu'un peu gêné.
-Je ne pensais pas qu'on nous prendrait pour un couple, c'est amusant. Ce genre de chose arrive souvent?
Autant ne pas jouer le rôle du type coincé et en profiter pour récolter quelques informations, au moins le blond serait fixé et en plus il y allait de manière détournée.





Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 309
Dollars : 1747
Date d'inscription : 17/11/2016
Age : 20
Who am i !

Secret Files
Age du personnage: 21 ans (26 ans)
Alignement: Chaotique neutre
Inventaire:

Darkness in my mind. | Tristan ♥

MessageSujet: Re: Darkness in my mind. | Tristan ♥ Sam 22 Avr - 21:41
participant 1Apocryphaparticipant2Tristanparticipant2In the highschool

Darkness in my mind.

#660033

∑ Inventaire

‒ Collier
‒ Lunettes teintées x1
‒ Téléphone

La situation est désespérée, mais pas sérieuse.
—  Jean-Jacques Schuhl
Tu le regardas pointer le bout de son nez avez que tu ais entendu quelques froissement de tissus. Et la porte qui s’ouvrait en grinçant, wow. C’était à la limite du cliché du film d’horreur. Sauf que tu n’étais pas un monstre comme the grudge ou un autre genre comme the ring. Naaaan, toi t’étais un monstre gentillet que l’on pouvait parfaitement tuer. On vise les points vitaux, et pouf, plus d’Apocrypha. Meh, c’était quoi cette posture pas rassurée ? Et dans l’encadrement de la porte ? Oh, come on, tu n’allais pas le frapper pour si peu !

« W-What do you want? Je pensais que tu étais à l'infirmerie, tout s'est bien passé? » tu le regarda sourire. « Je ne pensais pas qu'on nous prendrait pour un couple, c'est amusant. Ce genre de chose arrive souvent? »

« Well, that’s a good question. L’infirmière a eu le droit à des explications et un avertissement. Autant, moi, ça ne me dérange pas, on sait-on jamais si elle fait la même avec d’autres élèves. Puis franchement, elle aurait pu juste s’occuper de ma main… Même si j’ai déjà vu pire… »

Tu haussas les épaules, toujours avec le sourire. Pas que tu te souciais des autres, ni même d’elle, mais tu aimais bien faire chanter les gens quand tu en avais l’occasion. C’était amusant, et puis c’était toujours efficace. L’infirmière te laissera tranquille jusqu’à nouvel ordre, grâce à ça. Et pour ta main, ouep, c’était la vérité. Mais comme il avait été trop occupé à regarder ailleurs, il n’avait sans doute pas vu les marques indélébiles sur ta peau. Et ton tatouage. « Memento Mori ». Pourtant, il y aurait eu matière à questions, ahah. Mais tu aurais donné des réponses évasives, de toute manière.

« I don't know. You know, I have not had a buddy for several years, so, well. It remains an interesting experience. If people think we'd be fine together… eh. »

Tu haussas à nouveau les épaules -avec les bras cette fois- pour dire que tu ne savais pas, et que tu t’en fichais un peu. Cela ne remettait pas en question que Tristan était pas mal du tout. Pour un ado de 17 ans. Tu avais bientôt 9 ans d’écart. Brrrr. Ça te rajeunissait pas du tout ces conneries. Sortir avec un jeune de 17 ans ? Pas que cela te poserais de problème, mais bon. Tu n’avais pas le même état d’esprit. Tu étais mature depuis longtemps, mais tu jouais à l’immature. Et puis, les relations amoureuses… N’étaient que sources de problèmes. De douleur, aussi. Et puis, il suffit que tu fasses quelque chose d’ambigu, où que l’on croie avoir vu quelque chose pour… se refermer comme une huitre. Et puis, toi, tu étais jalouse et donc, possessive. Tu le savais. Tu en avais conscience, mais jamais on n’arriverait à… te faire changer ce trait de caractère. Tu aimais montrer qu’une personne était à toi. Et tu aimais bien l’inverse aussi -en fait, l’inverse était aussi requis, sinon tu te posais des questions-. Les vampires étaient assez jaloux dans leurs relations amoureuses… Suffisait de voir ton père et ta mère. Combien de fois ton père restait dans l’ombre de ta mère pour faire fuir les hommes qui la draguaient ? Tu ne comptais même plus. Tu avais expérimenté juste une fois l’amour… Et tu en avais vécu, des choses. Bonnes et mauvaises. Expérimenté des choses… Well, tu avais de l’expérience sans vraiment en avoir, c’était ça le truc.

« And then there was a rumor about you and Dipper ... Not so long ago. Eheh. »

Non, tu ne te moquais pas vraiment, bien que tu aurais aimé savoir pourquoi cette rumeur avait été effective dès la rentrée… Tu devrais peut-être aller faire la rencontre de Mabel pour en savoir plus ? Maybe, maybe. Dipper et Tristan devaient s’être rencontré peu de temps avant la reprise des cours, sans doute.

« Sort donc de cette cabine, je ne vais pas te frapper. Ça serait stupide. D’autant plus que frapper des gens plus faible que moi, c’est pas mon truc. T’a vu mon soutif, et alors ? C’est comme un maillot de bain. Certes, en plus… mh, sexy, mais un maillot de bain quand même. Puis franchement, tu m’aurais vue à poil, je ne t’aurais pas frappé non plus, ahah. Je suis loin d’être aussi pudique que certaines filles peuvent l’être. On naît tous nu, pas vrai ? Pourquoi ça serait gênant ? Parce que la société veut que l’on porte des vêtements ? Pffff, c’est du vent. »

Bon, tu t’étais un peu égarée, mais l’idée était là. Après avoir eu un vampire comme petit ami, on ne plus être pudique. Espérons que le fait que tu ai dit qu'il était faible passe à côté. Tu n'avais pas spécialement envie de lui dire par A+B que tu étais très douée en sport, malgré ce que l’infirmière a raconté. A condition qu'il ai suivi son charabia, à celle-là, ahah.

« Enfin. Tout ça pour dire que t’as pas besoin de filer en 4e vitesse à chaque fois que tu me croise dans un couloir par peur que je te fasse quelque chose comme te frapper. »

Tu lui fit un clin d’œil avec un sourire espiègle. Si tu devais frapper quelqu'un pour une raison, tu t'en prendrais plutôt à Dipper qui était un très mauvais stalker qui commençait à te taper sur les nerfs. Il avait dur flair, c'était sûr, mais pour ce qui était d'avoir de la jugeote... 0 pointé.
©linus pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 157
Dollars : 1937
Date d'inscription : 11/12/2016
Who am i !

Secret Files
Age du personnage: 17 ans
Alignement: ???
Inventaire:

Darkness in my mind. | Tristan ♥

MessageSujet: Re: Darkness in my mind. | Tristan ♥ Ven 28 Avr - 18:08
Ah qu'est-ce qu'on est
serré au fond de cette boîte~!




« If you dribble, when you piddle, be a sweetie and wipe the seatie! »


A l'entente de la réponse de la jeune femme, le blond compris que celle-ci était une habituée de l'infirmerie, de toute façon il avait déjà pu le constater en écoutant la professionnelle tout à l'heure. Qu'est-ce que cela pouvait bien signifier? Qu'elle devrait faire cascadeuse vu le nombre de fois où elle allait là-bas? Qu'elle était encore plus maladroite que lui? Qu'elle avait une santé très fragile?

- Cette fille n'est pas normale.

Est-ce que jusque là le Pines avait eu tord? Non. Il ne lui avait pour le moment pas une seule fois menti...du moins pas à sa connaissance. Alors...? Alors il n'en savait rien, Apocrypha semblait être une personne tout à fait normal. Son coeur battait à un rythme tout à fait régulier à présent, preuve certainement qu'il était plus à l'aise. Avait-il remarqué tout ce qui concernait la jeune femme ou, idiot qu'il est, y avait-il seulement prêté attention? Qui sait, en tout cas ce qu'elle dit te titilla: attendez, cela faisait un moment qu'elle n'avait pas sorti avec quelqu'un? C'était plutôt bon signe ça, un sourire léger aux lèvres il s'avança pour se poser à côté contre un des éviers.

-Well would you look at that, that's also my case.

Rien de plus, rien de moins, il faut savoir ne pas trop en dire mais en dire juste assez, comme une perche tendue en suspens mais ne pas trop s'appuyer sur celle-ci pour la retirer si l'on ne la saisit pas et ce, sans se taper une honte monumentale. Et puis revoilà ce sujet qui revenait sur le tapis, il fallait croire qu'il ne serait jamais au bout de ses peines et que cela le poursuivrait jusqu'à la nuit des temps, il devrait en être ennuyé mais il souria à la place. Il finissait par avoir tellement l'habitude que cela ne le gênait plus tellement à force, à vrai dire, c'était bien la première fois que l'on parlait autant de lui. Était-ce une bonne chose?  

-Haha it's funny how people can believe everything they heard. That's why media can manipulate everyone easily with photos, like mine and Dipper. It was just an accident but, at least, they made me laugh.

Et le garçon ria puis s'arrêta pour ajouter un "No, that's not funny. Now people think I'm in a relationship with him..." pourtant cela avait quelque chose d'amusant...oui les têtes qu'il tirait dans ces moments-là mériteraient d'être immortalisé dans le scrapbook de sa soeur, ça, il le comprenait complétement à présent à force de le côtoyer mais il était au coeur de toute cette affaire et ça, c'était plus embêtant. Par contre, il ne comprenait pas la logique de certaines jeunes filles qui se mettait le draguer alors qu'elle le pensait "pris"...comme on dit "suis-moi je te fuis, fuis-moi je te suis"...mais eh, s'il jouait à ce petit jeu du mec non disponible, peut-être que cela lui serait bénéfique plus tard? Il devait jouer la carte du mystère mais pas sûr que cela plaise à son pote. C'était comme ce servir de ce malentendu....mais tant qu'à faire, hein? Par contre...est-ce qu'elle venait de sous-entendre qu'il était faible? Bah, c'est sûr que la globalité des individus devait penser cela au vue de sa carrure et tout traduisait un manque cruel de force et cela l'arrangeait, au moins on ne suspecterait pas qu'il ait pu un jour se montrer violent. Alors, il ne devrait pas se sentir offensé par une telle remarque, c'était une bonne chose qu'on le prenne pour une lavette et c'est ce qu'il était, c'est ce que sa mère avait voulu, n'est-ce pas? Il ne devait se défendre qu'en cas d'extrême recours et en se montrant le plus conciliant possible.

-Eh bien on peut dire que tu n'as pas froid aux yeux, mais tu as raison, malheureusement les mœurs restent encrés dans le crâne des gens et nous conditionnent. C-C'est instinctif si j'ai réagit comme ça, d'habitude une fille aurait hurlé pour moins que ça. Glad you're not like the others.

Il lui rendit son sourire espiègle et peut-être même son clin d'oeil mais ça, difficile de le savoir derrière ses lunettes.





Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» [100%] Calliope ♣ I'm the darkness on your soul, the sweetness on your life, and the dream on your mind
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» 01. Losing your mind
» 1.04 Where is my mind ?
» | When Darkness Falls

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gravity Falls: D VXQQB GDB :: Gravity Falls :: Propriété Municipale :: Highschool-