Vampires, gnomes, loup-garou et démons. Gravity Falls est une ville qui attire les évènements paranormaux. 3 ans après, les jumeaux Pines décident d'y retourner. Mais qui pouvait s'attendre à de telles conséquences...

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Messages : 343
Dollars : 3385
Date d'inscription : 17/11/2016
Age : 20
Who am i !

Secret Files
Age du personnage: 21 ans (26 ans)
Alignement: Neutre mauvais
Inventaire:

When a pause is interrupted by groupies | Day 1 | Anoki ♥

MessageSujet: Re: When a pause is interrupted by groupies | Day 1 | Anoki ♥ Dim 23 Avr - 23:55
participant 1Apocryphaparticipant2Anokiparticipant2In the fête foraine

When a pause is interrupted by groupies

#660033

∑ Inventaire

‒ Lunettes teintées x2
‒ Téléphone
‒ Pomme d'amour x0 (miam miam)

+ Équipement d'agent de sécurité

Elle passe ses nuits sans dormir - A gâcher son bel avenir - La groupie du pianiste - Dieu que cette fille a l'air triste - Amoureuse d'un égoïste.
— Michel Berger
Te voilà de nouveau sur la terre ferme. Ouf. Tu senti ton cœur et ton esprits s’apaiser. C’était pourtant ridicule. Anoki voulait juste t’aider. Même si là, c’était quelque peu démesuré. Mais c’était compréhensif avec la maladie de sa sœur… S’il ne réagissait pas au quart de tours, qui sait ce qui pourrais bien arriver à Chenoa, après tout… Bref, ton esprit comprenait parfaitement. Mais il foutait autant la merde que ton corps avec ces souvenirs physiques fantôme. Mais ta vulnérabilité, dans se souvenir… C’était sans doute ça. Tu n’aimais pas être vulnérable. Ce souvenir t’avait rappelé ça. Ton humanité. Ta faiblesse. Et ta compréhension. Celle de deux mondes qui ne voulaient pas de toi. Autant dire que ce souvenir était chargé d’une tonne de choses négatives. Tu étais tellement dans tes pensées que la bouteille d’eau que te donna Anoki, tu la gardas dans la main sans rien faire. Ce n’était limite pas si tu ne savais pas quoi en faire. Une bouteille d’eau ? Qu’est-ce que cette sorcellerie ? ‘Connais pas.

Tu frissonnas, et ce n’était pas à cause de ce vent léger dans l’air. Puis, lentement, tout se remis en marche. Ne pas rester droite comme un piquet, respirer normalement, et se demander quoi faire avec la bouteille d’eau. Oh, eh puis… Tu avais bien besoin de te rafraichir un peu les idées. Tu l’ouvris pour boire un peu d’eau et le referma ensuite. Le fait qu’il ai déjà bu à cette bouteille, tu t’en fichais. C’était que de l’eau. Le délire « baiser indirect », c’était pour les filles prépubères. T’avais passé l’âge. Du coin de l’œil, tu vis Anoki se réinstaller dans l’herbe. Bon, au moins, tu faisais attention à ce qui t’entourais, ce n’était pas si mal. L’autre fois, dans le couloir, Tristan avais eu le droit à un regard certainement perdu et désespéré, et tu ne l’avais pas vu tout de suite. Tu n’allais pas faire la même chose à Anoki. Reprend-toi, chiffe molle. T’as 26 ans bientôt est t’a toujours pas dis adieux à ces souvenirs inutiles. Le silence s’installa… Pendant un petit instant.

« - Au fait Apo, je crois bien que j'ai réussi mon pari. »

« Hein ?... » Quel pa… Oh. Oh crap. Tu te frappas pas le visage, mais presque. « Oh god. C’est vrai ça. T’as… réussi… » Tu fis un regard suspicieux. Pour le coup, ça t’avais réveillé. « T’es sûr que ta chance ne t’as abandonnée ? Nan parce que t’as littéralement le cul bordé de nouille, pour reprendre l’expression… » Tu pouffas légèrement.

Et bien entendu, comme tu devais relâcher un peu la pression, ça parti en fou rire incontrôlable. Et il fallait mieux en rire que d’en pleurer, là. Tu préférais ça. Tu te tins les côtes à une main, vu que l’autre tenait la bouteille d’Anoki. Bon sang. Et puis là tu venais d’attirer l’attention des gens sur vous deux, mais tu t’en fichais. Ils pouvaient bien regarder s’ils voulaient. Ce n’était pas important. Le squelette était de nouveau fermé dans le placard de ton esprit à double tours. Tu essuyas une larmichette de rire au coin de l’œil avec ta main libre. Ça faisait du bien, fiou. A refaire avec modération. Tu avais beaucoup d’occasions de rires, en ce moment. Ça changeait pas mal. Si tu ne riais pas, tu allais finir par être rouillée -ou pas-.

« Bref, désolé, j’en avais besoin… Ah, et merci pour l’eau. » Tu lui rendis sa bouteille, puis tu remis tes lunettes et ta casquette en place. « Enfin bon, avec ce fou rire, on va dire que tu as réussi les deux conditions. Je te fais une fleur. »

Et voilà l’Apocrypha habituelle. Parfait. On cache la poussière sous le tapis, c’est parfait. Tu auras sans doute l’occasion de lui en dire plus en étant vague lors de cette soirée que tu avais proposée un peu plus tôt. Là, on avait pas besoin de la mauvaise période de ton histoire pour tout gâcher. On demandait l’Apocrypha qui plaisante, fait des blagues, lance des petites piques… Bref, celle qui s’amusais de tout et de rien, et qui avait le sens de l’humour. -Et donc, au fond, qui était la vraie Apocrypha ? Cette question devenait légitime…-

« Donc, ce que tu as eu... le culot -ahem- de piquer sur mon visage était les restes d’une pomme d’amour. Pas bien compliqué de trouver le stand pour en avoir~ »

C’était une petite pique gratuite et amicale. Bah. Tu avais besoin de plaisanter.

« Et pour les montagnes russes, j’ai des tickets gratuits, donc, c’est quand tu veux. »

Et même si en distribuer aux gamins ça te garantissais la paix, en utiliser pour toi et un ami, c'était quand même un peu mieux.
©linus pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 340
Dollars : 7570
Date d'inscription : 16/12/2016
Age : 23
Who am i !

Secret Files
Age du personnage: 21 ans
Alignement: neutre bon
Inventaire:

When a pause is interrupted by groupies | Day 1 | Anoki ♥

MessageSujet: Re: When a pause is interrupted by groupies | Day 1 | Anoki ♥ Mar 25 Avr - 1:29
◄► When a pause is interrupted by groupies [Feat Apocrypha]◄►
Ma cherie Mademoiselle,
It is with deepest pride and greatest pleasure
That we welcome you tonight
And now, we invite you to relax
Let us pull up a chair
As the dining room proudly presents
Your dinner!

Be our guest

Be our guest

Put our service to the test
Tie your napkin 'round your neck, cherie
And we'll provide the rest
Plongé dans ses réflexions, l'amérindien fixait d'un air absent le ciel. Tant de pensées qui tourbillonnaient dans sa tête, jusqu'à ce que la voix d'Apocrypha ne le sorte de sa torpeur. Il se releva un peu, s'appuyant sur ses avant-bras pour fixer la jeune femme assise. Ne comprenant pas dans un premier temps, elle sorti quelques incohérences avant de saisir les paroles du natif. Son air surpris se changea en un autre un peu plus suspicieux. Il lui accorda un sourire espiègle en contrepartie.

« - Mes amis disent de moi que je chie des pâtes en continue. »

Ils disaient aussi tout un tas de conneries qu'il préféra ne pas énumérer. C'est vrai que sa chance insolente avait de quoi les agacer, c'est pourquoi ils avaient trouvé cette expression rien que pour lui. La ressortir en cet instant était quelque sorte un hommage qu'il leur faisait. Il se demandait s'il allait les croiser durant le festival. Sûrement compte tenu que cette fête foraine était un événement assez important pour que tout Gravity Falls s'y intéresse.

L'hilarité qui avait envahi le jeune femme le contamina et voilà bientôt que nos deux compères riaient en cœur. C'est que ça faisait du bien de se marrer un peu. Évacuer tout ce stress accumulé. Ils en avaient besoin tous les deux. Il renversa sa tête en arrière, riant à gorge déployée. C'était malpoli. Il s'en contrefichait royalement. C'était son droit d'être un peu égoïste de temps en temps. C'était si bon de ce sentir vivant en cet instant. Libre de tout traquas. Libre du regard des autres. Libre et heureux. Tout simplement. Son amie reprit alors la parole et apparemment il n'était pas le seul à qui cette crise de fou-rire fit du bien. Tant mieux. Il préférait la voir ainsi plutôt que cet être distant qu'il avait croisé jadis. Il inclina la tête au remerciement de son interlocutrice, enfin calmé de son hilarité.

« - Pas de soucis miss. »

Il aurait bien voulu lui laisser la bouteille mais elle fut plus rapide et la lui rendit. L'objet en main, il la fit sautiller dans les airs tout en fixant Apocrypha. Celle-ci reprit parole et fit réapparaître son sourire espiègle.

« - Oh ~ Aurais-je été un assez méchant garçon lorsque je t'ai volé les quelques miettes de sucre. Laisses-moi faire amende honorable et t'en racheter une pour me faire pardonner. »

Toutefois, il resta à sa place, toujours allongé dans l'herbe et appuyé dans sa position. Son regard se faisait plus énigmatique et prédateur. Il la fixait de son regard ambré oblique tout penchant la tête de coté. Il se releva doucement, prenant tout son temps pour épousseter son pantalon, chassant quelques brins qui avaient eu l'audace de s'accrocher à lui. Se penchant de la sorte, il offrait une superbe vue à la vieille derrière lui. Au moins elle aurait un souvenir impérissable de la fête foraine.

Se redressant de toute sa hauteur, il eu une idée. Son pantalon serré commençait vraiment à lui chauffer l'arrière-train et bien qu'il plaisait à ces dames, il n'était pas pratique. Il était déjà assez chanceux pour qu'il n'ai pas encore craqué jusque-là. Heureusement qu'il n'avait pas dut affronter Apocrypha ou il était sur qu'il se serait retrouvé le caleçon à l'air... du moins s'il en portait un. ~

mais caleçon ou non, il n'était vraiment pas à l'aise et les organisateurs ne semblaient pas vouloir pointer leur museau. Tant pis, il se changerait. On lui avait promit des changes et n'avait eu que du vent jusqu'à présent. Comme le disaient si bien les gens « On n'était jamais mieux servi que par soi-même ». Il préféra tout de même prévenir son amie avant de prendre le chemin des loges des artistes.

« - Par contre, je vais mettre quelque chose de plus confortable, les secousses risquent de m'achever... »

Sitôt dit, sitôt fait. Voilà l'amérindien qui ouvrait la marche. Heureusement que les loges des artistes n'étaient pas très loin. Cela leur permettrait aussi de passer un peu plus inaperçus et si on lui disait quelque chose, il rétorquerait qu'ils n'avaient qu'à lui rapporter les changes dans les temps. La feignasse ne semblait pas très patiente pour certaines choses...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 343
Dollars : 3385
Date d'inscription : 17/11/2016
Age : 20
Who am i !

Secret Files
Age du personnage: 21 ans (26 ans)
Alignement: Neutre mauvais
Inventaire:

When a pause is interrupted by groupies | Day 1 | Anoki ♥

MessageSujet: Re: When a pause is interrupted by groupies | Day 1 | Anoki ♥ Mar 25 Avr - 23:51
participant 1Apocryphaparticipant2Anokiparticipant2In the fête foraine

When a pause is interrupted by groupies

#660033

∑ Inventaire

‒ Lunettes teintées x2
‒ Téléphone
‒ Pomme d'amour x0 (miam miam)

+ Équipement d'agent de sécurité

Elle passe ses nuits sans dormir - A gâcher son bel avenir - La groupie du pianiste - Dieu que cette fille a l'air triste - Amoureuse d'un égoïste.
— Michel Berger
« - Mes amis disent de moi que je chie des pâtes en continue. »

Et ils avaient raison de dire ça, franchement. Une pomme de pin. Seriously. Est-ce que c’était cliché de penser que comme il était Amérindien, la nature était de son côté ? Sans doute. Bon, en même temps, toi, tu n’étais pas du côté de la nature. Une créature comme toi. Welp. Contre-nature était le mot souvent utilisé pour parler d’une relation entre un être humain et un vampire… Par les humains, bien sûr. Les vampires se fichent bien d’avoir des relations avec des humains ou des vampires. Ça revenait un peu au même, quand on y pensait. Les vampires étaient des anciens humains. Et toi, tu n’as jamais été l’un des deux. Tu es les deux. Ça demandait réflexion et posais souvent problème… Tu savais ce que tu étais, mais tu ne t’identifiais pas du tout.

Ton hilarité, Anoki la partagea. C’était un peu contagieux, quand on y pensait. Et puis rire un bon coup faisait toujours du bien. Vu comment il avait été rapide à la détente, il devait certainement avoir pensé à sa sœur. Vous vous étiez sans doute fait du mal mutuellement sans le vouloir. Mh… Vous étiez solides, mais au final, vos carapaces étaient facilement contournable si l’on visait quelque chose en particulier qui semble tout à fait banal. Et encore… S’il t’avait portée tel un sac patate, tu n’aurais pas réagi comme tu l’avais fait. Enfin, tel que tu le connaissais, il n’aurait pas osé, ahah. Surtout après la pomme de pin sur la tête. Bref.

« - Pas de soucis miss. »

C’était déjà ça. Des gens auraient pu prendre mal que tu te mettes à rire comme ça après une telle phrase, bien que dite avec beaucoup d’humour. Enfin, généralement, les gens comme ça, tu évitais de les avoir dans ton entourage, vu qu’ils étaient barbants et facilement outrés. Pas besoin de ça. Et encore, Anoki était un peu une exception à lui seul. Des amis humains, tu n’en avais pas vraiment. Il était bien un des seul, d’ailleurs, que tu considères comme un ami -avec le sens de l’humour et du répondant pour tout-. Vos différences vous rapprochaient. C’était un fait.

« - Oh ~ Aurais-je été un assez méchant garçon lorsque je t'ai volé les quelques miettes de sucre. Laisses-moi faire amende honorable et t'en racheter une pour me faire pardonner. »

« Ouep. Mais si tu m'en rachète, je consens à te pardonner cette faute. »

Tu l’observas en haussant un sourcil. Son regard était vraiment quelque chose de beau à regarder quand il y avait cette étincelle dans ses yeux. C’était le genre de regard qu’une femme aimait voir sur elle. Enfin, toi, tu eu juste la chair de poule, que tu pouvais très facilement faire passer pour le fait que les courants d’air n’étaient pas très chaud, ahah. Mais cela n’empêchait en rien votre amitié. Être insensible au charme d’Anoki n’était pas vraiment possible pour quelqu’un de normalement constitué. A moins de n’aimer que les femmes, éventuellement… Mais comme vous étiez amis -assez bon amis pour se lancer des petites piques ambigüe, sisi-, ce n’était pas possible… Et ce n’était certainement pas en restant dans l’herbe qu’il allait acheter une pomme d’amour, m’enfin. Allez savoir ce qu’Anoki avait en tête… Tu le regardas se relever en regardant avec amusement la réaction de la grand-mère qui ne loupait pas une miette du spectacle d’un Anoki se relevant. Y’en a qui devaient regretter de ne plus avoir leurs vingt ans, apparemment, pfffff. Cela te fit sourire narquoisement.

« - Par contre, je vais mettre quelque chose de plus confortable, les secousses risquent de m'achever... »

« Pas de problème. N’importe qui aurait fait ça bien avant, ahah. Tu as eu du courage de rester avec pareil pantalon aussi longtemps ! »

Tu pouffas à nouveau légèrement avant de le suivre alors qu’il partait sans doute vers un vestiaire où se changer. Chaque staffien avait son coin adapté où se changer, c’était pas mal. Pas de risque de mélanger les tenues entre les agents et les animateurs, par exemple, ahah. Plusieurs personnes se retournèrent au passage d’Anoki. Eh bien, eh bien, y’en a qui se rinçaient bien les yeux, dis donc. Tu te retins de rire le long du chemin. Et tu évitas aussi de garder ton regard plus d’un dixième de secondes sur le très joli fessier d’Anoki, vachement bien dessiné dans ce foutu pantalon, ahahah. Oh god. La tentation incarnée.

« Tu vas en faire, des déçues, tu sais… »

Tu avais dit ça avec l’hilarité dans ta voix. Au moins, tu ne riais pas. Mais ce n’était vraiment pas loin.
©linus pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 340
Dollars : 7570
Date d'inscription : 16/12/2016
Age : 23
Who am i !

Secret Files
Age du personnage: 21 ans
Alignement: neutre bon
Inventaire:

When a pause is interrupted by groupies | Day 1 | Anoki ♥

MessageSujet: Re: When a pause is interrupted by groupies | Day 1 | Anoki ♥ Mer 26 Avr - 23:14
◄► When a pause is interrupted by groupies [Feat Apocrypha]◄►
Ma cherie Mademoiselle,
It is with deepest pride and greatest pleasure
That we welcome you tonight
And now, we invite you to relax
Let us pull up a chair
As the dining room proudly presents
Your dinner!

Be our guest

Be our guest

Put our service to the test
Tie your napkin 'round your neck, cherie
And we'll provide the rest
Courage ou flemmardise, il ne savait pas vraiment laquelle de ces deux caractéristiques l'avait poussé à ne pas se changer plus tôt. Pour sa défense, il était vrai qu'une fois allongé, il avait été très difficile de se relever. Mais bon maintenant qu'il était motivé, il allait enfin pouvoir être soulagé de ce pantalon constricteur. Il restait désormais à savoir ce qui allait advenir du vêtement en question. Oublié dans un casier ? Dans une poubelle ? Offert aux fauves pour qu'ils s'y fassent les griffes dessus ? Tant de possibilités. Il allait avoir du mal à choisir...

Son sourire s'accentua d'autant plus que la remarque de son ancienne camarade de classe l'amusa grandement. Finalement, peut-être qu'il garderait le pantalon en souvenir. Après tout, c'était un peu grâce à lui qu'il avait put retrouver Apocrypha. Par contre c'était un objet à garder bien caché, avec sa sœur fouineuse et imaginative, il ne serait très certainement pas à l'abri d'une montagne de questions. Vraiment, il faudrait très bien le cacher.

« - Il va bien falloir pourtant qu'elles s'y fassent. »

Il continua de nouveau sa route et trouva les loges des danseurs. Là, il y abandonna son amie quelques instants pour pouvoir se changer. Autant dire qu'au moment où le pantalon quitta enfin son corps malmené depuis trop longtemps, il ne put retenir un soupir de soulagement. Mais il ne pouvait pas profiter de ce doux moment de bien-être, il y en avait une qui attendait dehors et c'était malvenu de la laisser poireauter plus que de raison.

Il rangea son pantalon de danse et opta pour ses habits habituels. Ah doux mocassins, comme ils lui avaient manqué. Il était clairement plus à l'aise dans ses vêtements de tous les jours que dans ce costume. Mais avant cela, il retrouva son fidèle pantalon en jeans. Enfin un vêtement à sa taille. Enfin quelque chose pour le cacher de ces regards. A cette pensée, un frisson lui parcourra l'échine. Il ne fallait plus y penser, c'était du passé. Il attrapa ensuite son long manteau blanc et bleu qu'il garda sous la main. Après tout ils étaient en automne, un automne déjà bien entamé soit dit en passant, et même s'il avait eu chaud entre ses prestations et les différentes émotions qui l'avaient traversé il n'en restait pas moins que le temps était trop doux pour rester éternellement en chemise. C'est donc métamorphosé en l'homme qu'on avait l'habitude de voir qu'il réapparu devant son amie et l'invita à le suivre jusqu'au stand de confiseries.

Il avait promis de se faire pardonner et il allait tenir sa promesse. Ça n'allait pas être trop difficile à réaliser, il suffisait de suivre les fumets sucrés. Lui qui n'était pas vraiment homme à sucreries fut charmé par les délices qui s'offraient à eux. Il comprenait pourquoi Apo y avait succombé. Comment du caramel enrobant des pommes pouvaient être aussi bon ? Il en commanda alors deux : une pour la jeune femme et une pour lui. Il n'en resta toutefois pas là et décida de prendre une glace en plus.

Il ne l'avait pas volée celle-là après tout. A se trémousser durant toute la matinée et avoir réussi à calmer cette gamine pour que le festival n'ai pas mauvaise réputation le tout dans une tenue qui lui donnerait une place de choix pour le balai « Casse-noisette ». Il fini par payer le marchand et tendit sa pomme à Apocrypha pour pouvoir avoir les mains libres afin de tenir la pomme et la glace. Il se tourna finalement vers son ancienne camarade de classe.

« - Ma dette est payée miss et j'ai même prit un petit extra. »

Parfum vanille, ce n'était pas dans l'originalité mais au moins la crème glacée passerait très certainement plutôt qu'un gout plus exotique. Il y avait tellement de choix, il ne savait pas vraiment où donner de la tête et avait préféré rester sur des valeurs sures. Et puis, bien qu'il ne l'avouerait jamais, c'était son parfum préféré. Mais pour le moment, il devait se concentrer sur cette délicieuse friandise qu'il venait d'acheter. Une bonne bouchée et il pouvait se rassasier tout en se faisant plaisir. Il croqua dans le fruit défendu au goût de miel. Le Snake mordant la pomme, quelle situation bien ironique. Mais il n'était pas question de religion, de toute façon ce genre de chose lui passait clairement au dessus de sa tête. Il reporta son regard ambre vers Apocrypha et avala sa bouché avant de reprendre parole.

« - Alors que faisons-nous ? On mange et on se le fait ce tour de manège ou on fonce directement ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 343
Dollars : 3385
Date d'inscription : 17/11/2016
Age : 20
Who am i !

Secret Files
Age du personnage: 21 ans (26 ans)
Alignement: Neutre mauvais
Inventaire:

When a pause is interrupted by groupies | Day 1 | Anoki ♥

MessageSujet: Re: When a pause is interrupted by groupies | Day 1 | Anoki ♥ Dim 30 Avr - 19:11
participant 1Apocryphaparticipant2Anokiparticipant2In the fête foraine

When a pause is interrupted by groupies

#660033

∑ Inventaire

‒ Lunettes teintées x2
‒ Téléphone
‒ Pomme d'amour x0 (miam miam)

+ Équipement d'agent de sécurité

Elle passe ses nuits sans dormir - A gâcher son bel avenir - La groupie du pianiste - Dieu que cette fille a l'air triste - Amoureuse d'un égoïste.
— Michel Berger
« - Il va bien falloir pourtant qu'elles s'y fassent. »

Et il allait bien falloir que tu arrêtes d'avoir envie de rire également. Ça donnait mal aux côtes, de se retenir de rire. Et puis, tu te retenais également de sortir un « DAT ASS », même si tu ne doutais pas du fait que cela l'aurait amusé autant que toi, ahah. Tu avais presque envie de dessiner Anoki avec ce pantalon, histoire de changer de tes croquis sur les monstres en tous genres de Gravity Falls, ahah. Si tu ne t’entraînais pas au dessin, tu allais perdre la main... Déjà que tu évitais de montrer que tu savais dessiner, en plus d'être douée en sport, et aussi dans tous les cours... C'était dur d'entretenir un poil d'imperfection pour les apparences. Et bon, même si tu avais été en club d'art -tu étais de toute manière inscrite à tous les clubs de l'highschool, parce que tu avais brain le système. Tu n'étais pas un élément indispensable, et tu avais fait en sorte d'être juste remplaçante dans les clubs de sport, malgré les supplications pour que tu te décides à prendre une place de titulaire. Tu n'avais pas envie que l'on te pousse à faire des études sportive en te mettant la carotte classique de la bourse pour une école réputée... Tu avais déjà un futur métier éventuel en tant qu’interprète, traductrice, guide touristique, même, avec ton diplôme en langues d'Oxford. Pas besoin de t'amuser à faire plus, sachant que ce sera invalide suite à ton mensonge sur ton âge...- tu n'aurais pas suivi les directives et n'en aurait fait qu'à ta tête. Comme l'artiste incomprise que tu pouvais donner l'impression d'être.

Tu ne suivi pas Anoki dans la loge -encore heureux, même si franchement, à ce niveau, c'était toujours aussi absurde. Toilette des mecs, loges des mecs... Bwarf. Juste séparation des genres. Pour toi ça ne voulait rien dire. Si tu voulais aller dans les toilettes de mecs, ben tu y allais, lol- et attendit patiemment qu'il ressorte en observant les alentours… Bon, au moins, avec toi, Anoki n’avais plus été collé sur le chemin, c’était déjà ça, ahah. Et le revoilà. Avec sa tenue habituelle. Là tu reconnaissais l’Anoki de tous les jours. Le flemmard qui s’endors comme une pierre, faisant flipper les profs au passage, ahah. -C’était toujours drôle de voir la panique quand les profs regardaient Anoki tomber dans les vapes en un clin d’œil.- Maintenant changé, vous pouviez aller aux stands de confiseries. Tu sentais la variété des odeurs facilement. Ça sentait vachement bon… C’était même presque trop bon pour ne pas être suspect… Enfin bon, les boulangeries utilisaient bien le stratagème de l’odeur appétissante pour donner faim et attirer les clients…

Une fois aux stands en question, tu regardas Anoki prendre deux pommes d’amour… en plus d’une glace, qu’il prit après que tu aies récupéré ton précieux la pomme d’amour si aimablement offerte. Il avait l’air fin avec sa pomme et sa glace… vanille en plus, ahah. Toi tu aurais pris plus exotique. Vive le parfum pistache. Particulier ? Ben oui, ce n’était pas drôle d’aimer le chocolat ou la vanille, fallait voir plus grand ! Et surtout plus différent. Mais ça ne t’empêchais pas d’apprécier les valeurs sûre…

« - Ma dette est payée miss et j'ai même prit un petit extra. »

Tu eu un sourire mi-moqueur, mi-amusé.

« Je vois ça… Et oui, tu n’as plus de dettes envers moi. Dommage, ça aurait été marrant~ »

Collecter des dettes, c’était un passe-temps. Surtout à l’highschool. Tu pouvais rendre quelques petits services à des gens de ta classe ou des classes inférieures. Genre, donner une petite leçon à des brutes. Aider une fille se faisant martyriser… Welp. Tout était bon pour que les gens aient une dette envers toi. Tu pouvais ensuite t’en servir pour diverses choses… Tu avais même aidé une surveillante, qui depuis se pliait en quatre pour toi. Mais ce n’était pas le sujet actuel, ni même à l’ordre du jour. Tu avais peut-être une réputation de fille bizarre, pas normale, étrange, etc, tu avais aussi quelques fans par-ci par-là que tu avais aidé. Ils se faisaient discrets, mais ils étaient présents. Et un jour, ils seront certainement plus ou moins utiles. Tu faisais littéralement comme ton père. Pour tout service rendu, tu endettais les gens, mais tu ne leurs demandait pas remboursement tout de suite. Tu attendais le moment opportun. En bon échanges de procédés. Pour un vampire, avoir des gens qui vous sont redevables est une vraie politique. Tu appliquais donc ce que ton père t’avait appris. Dire que tu ne mettais en pratique ça que depuis trois ans… C’était très lucratif.

Enfin bon, qu’un ami de doive quelque chose, ça se pouvait, mais ce n’était pas sympa non plus. Les amis ne sont-ils pas justement les personnes dont on ne demande pas de remboursement pour des actions ou des services rendus ?... Well. Tu appréciais Anoki de toute manière. Qu’il t’ai ou non offert une pomme d’amour n’aurait rien changé. Tu plaisantais pour le sucre. -Et puis Anoki était bien un humain pour qui tu faisais une exception… Un peu comme ta mère, en fait. Des exceptions qui confirment la règle comme quoi tu n’apprécies pas les humains… Tristan ? Naaaan, tu jouais avec. Ce n’était que ça. Tu aimais voir ses réactions en fonction de ce que tu pouvais sortir comme conneries ou même faire… Il n’y avait rien d’autre derrière cet intérêt-.

« - Alors que faisons-nous ? On mange et on se le fait ce tour de manège ou on fonce directement ? »

Tu eu un sourire taquin.

« Il faudrait mieux attendre d’avoir fini de manger, à moins, bien sûr, que tu ne veuille perdre ta glace dans un looping, ahah. »

Tu croquas un bon coup dans ta pomme d’amour pour illustrer ton choix. Difficile de manger quelque chose comme ça si on est trimballé dans tous les sens, entre la gauche et la droite, le haut et le bas… Heureusement que tu avais un estomac bien accroché. Vomir tripes et boyaux à cause d’un manège, c’était vraiment ridicule, en plus. Le comble de la loose attitude…

Tu pointas ta pomme d’amour entamée vers lui.

« J’y pense… On ne s’est pas croisés depuis la fin de ta dernière année à l’highschool, alors qu’on habite dans la même ville. Faut le faire, quand même ! »

Il fallait vraiment le voir pour y croire, hein. Ne pas se croiser dans une aussi petite ville, ça devenait un véritable exploit. Vous auriez pu voir croiser aux courses, dans la rue, en forêt, dans un club de sport, éventuellement, au casino, aussi, même si ça ne t’aurais pas spécialement arrangé, vu ton faux âge.

« J’ai littéralement plus vu ta sœur que toi. »

Tu la croisais dans les couloirs de l’highschool. C’était clair que l’avais beaucoup plus vue qu'Anoki qui avait tout d'un ours restant dans sa tanière, pour le coup.
©linus pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 340
Dollars : 7570
Date d'inscription : 16/12/2016
Age : 23
Who am i !

Secret Files
Age du personnage: 21 ans
Alignement: neutre bon
Inventaire:

When a pause is interrupted by groupies | Day 1 | Anoki ♥

MessageSujet: Re: When a pause is interrupted by groupies | Day 1 | Anoki ♥ Lun 1 Mai - 0:38
◄► When a pause is interrupted by groupies [Feat Apocrypha]◄►
Ma cherie Mademoiselle,
It is with deepest pride and greatest pleasure
That we welcome you tonight
And now, we invite you to relax
Let us pull up a chair
As the dining room proudly presents
Your dinner!

Be our guest

Be our guest

Put our service to the test
Tie your napkin 'round your neck, cherie
And we'll provide the rest
À la réponse de son amie, le métis voulu se gratter l'arrière du crâne mais c'était chose peu aisée quand on savait qu'il tenait dans une main une glace et l'autre la pomme sucrée. Il préféra simplement acquiescer à la place. Ça aurait été tout de même assez drôle de voir la crème glacée s'envoler de son cornet pour aller s'écraser soi en pleine face de ceux qui étaient derrière eux soi sur la tête d'un des passants ayant eu la bonne idée de vouloir regarder l'attraction en pleine action. Cent points sur le crâne d’œuf et cent cinquante pour la choucroute d'une petite vieille. Ça aurait fait un peu d'animation et comme il était en pause, il n'aurait pas à réparer les pots cassés.

Mais la miss semblait vouloir être sage et il allait s'y confirmer. Pouvoir faire une attraction avec son amie était déjà un bon gros lot de consolation. Il alla s'installer sur l'un des murets qui bordaient l'allée, à défaut des bancs qui étaient malheureusement tous occupés. Une fois convenablement installé, il reporta son regard sur Apocrypha et eu la drôle de surprise de se retrouver nez à nez avec la pomme d'amour de son amie. Il leva un sourcil à cela même s'il ne put réprimer un sourire amusé sur ses lèvres.

La demoiselle avait été plus rapide que lui à remarquer cet état de fait. C'était vrai qu'ils avaient fait chacun leur petit bonhomme de chemin de leur coté après cette année passée ensemble. De son coté, il avait dut gérer ses craintes quand à une possible rechute de la santé de sa petite sœur, fort heureusement il c'était avéré qu'elles étaient infondées. Mais il avait surtout dut gérer de gros soucis, et pour le coup c'était lui-même qui s'y était fourré de son plein gré il y avait quelques temps de cela. Un casino. Un putain de casino. Voilà ce dont il avait hérité et sur quoi il c'était investit. Ou plutôt un futur casino car pour le moment, l'établissement ressemblait plus à une épave ayant essuyé d'énormes catastrophes naturelles.

Il avait essuyé tellement d'emmerdes, avait dut subir de multiples contre-coups administratifs. Normes, permissions de construction : tout était bon pour lui mettre des bâtons dans les roues. Cela lui avait causé tellement de soucis qu'il avait perdu énormément de poids à ce moment. Les joues creuses et les cernes sous les yeux, il avait toutefois gardé le sourire pour sa petit sœur. Il avait tenu bon malgré toutes les épreuves endurées.

Mais avec cette charges conséquente, il c'était rajouté le poids de ses études supérieures. Le jour étudiant et la nuit travaillant. Voilà comment avaient été rythmées ses journées à cette période. Voilà pourquoi il s'affalait de tout son long contre la table de bois sur laquelle il devait prendre note. Épuisé au delà du raisonnable, il avait tout bonnement gagné son titre de flemmard dans son université. C'était une période de sa vie qu'il préférait oublier. Les coulisses de son succès. Pour les autres, le spectacle était scintillant et époustouflant et pour ne pas les décevoir il devait sans cesse jour le comédien. Une ombre passa devant son regard mais il se reprit rapidement. Non, ce n'était pas le moment pour cela.

« - C'est sur que faut vraiment le faire pour le coup mais on va dire que mon choix de carrière n'aura pas aidé non plus. »

Et puis il se sentait gêné de devoir parlé du fait que c'était à cause du redoublement de son amie qu'ils c'étaient perdus de vue. Peut-être que si elle avait réussi elle aussi, ils auraient put aller à l'université ensemble pour faire les quatre cent coups...

Il croqua de nouveau dans le fruit. Étrangement, même s'il n'avait plus faim à cause de ses souvenirs, la friandise restait toujours assez appétissante pour qu'il veuille de nouveau en prendre un morceau. Trop appétissante. Il esquissa de nouveau un sourire à la mention de sa chère petite Chenoa.

« - Mais bon, laissons le passé là où il est et profitons de l'instant présent. On c'est retrouvé et c'est ce qui compte le plus. ~»

Il termina la pomme sucrée, délivrant de ce fait une de ses mains et reporta son attention sur la glace qui était littéralement en train de fondre. Bien joué Anoki. Il avait vraiment l'air fin ainsi, avec sa main engluée dans la crème glacée. S'il avait voulu en proposer à la jeune femme, c'était décidément impossible dorénavant.

« - Et merde... Pour le partage c'est mort Apo... Vraiment désolé. »

Dit-il tout en commençant à lécher ses doigts sucrés. Un par un et avec une attention toute particulière. Il fallait qu'il se dépêche s'il voulait le faire son tour de manège.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 343
Dollars : 3385
Date d'inscription : 17/11/2016
Age : 20
Who am i !

Secret Files
Age du personnage: 21 ans (26 ans)
Alignement: Neutre mauvais
Inventaire:

When a pause is interrupted by groupies | Day 1 | Anoki ♥

MessageSujet: Re: When a pause is interrupted by groupies | Day 1 | Anoki ♥ Lun 1 Mai - 2:03
participant 1Apocryphaparticipant2Anokiparticipant2In the fête foraine

When a pause is interrupted by groupies

#660033

∑ Inventaire

‒ Lunettes teintées x2
‒ Téléphone
‒ Pomme d'amour x0 (miam miam)

+ Équipement d'agent de sécurité

*en français, lolilol.

Elle passe ses nuits sans dormir - A gâcher son bel avenir - La groupie du pianiste - Dieu que cette fille a l'air triste - Amoureuse d'un égoïste.
— Michel Berger
Hum, ta remarque sembla le replonger dans quelque chose. Même si cela fut fugace, tu vis une ombre partir aussi vite qu’elle était venue… Bien. Tu allais donc, si tu avais juste, éviter de parler de ce laps de temps-ci. Tu te doutais bien que cela avait dû être une période difficile… Ce n’était pas rien, de faire poper un casino dans une ville comme Gravity Falls. Et en plus, comme il devait s’occuper de sa sœur. Oui, c’était facile de comprendre que ce pauvre Anoki en avait vu des vertes et des pas mûres. Peut-être qu’il t’en dira plus après, qui sait ?

« - C'est sur que faut vraiment le faire pour le coup mais on va dire que mon choix de carrière n'aura pas aidé non plus. »

Hum, intelligent. Tu sentais bien qu’il y avait du non-dit, là-dedans. Sans doute parce que tu avais fait en sorte de redoubler. Si tu l’avais vraiment voulu, tu aurais très bien pu être major de la promotion de cette année-ci. Mais tu en avais décidé autrement -et puis tu évitais franchement de sortir en été en plein soleil, quand bien même tu avais cours. Vive le noir-. C’était sans doute pour cela que le fait d’avoir redoublé ne t’importait pas. C’était appréciable qu’il n’en parle pas, mais s’il l’avait fait, tu n’aurais rien ressenti au niveau sentiment négatif, sentiment d’échec, non, rien de tout ça. Tu ne prenais pas cette chose au sérieux de toute façon. L’état pouvait te demander des diplômes, tu n’en avais qu’un à lui offrir pour faire un métier, ahah. Le petit inconvénient quand c’est votre père vampire qui vous apprend tout ce qu’il sait, tout le programme scolaires, et même beaucoup plus. On a des compétences, mais pas de bout de papier prouvant que tu les avais eues dans un contexte scolaire. En même temps, on peut difficilement savoir parler au moins 7 langues différentes en ayant juste été à l’école. Et encore, tu en avais d’autres sous la manche, mais certaines n’étaient plus des langues vivantes, jusqu’à preuve du contraire… Mais s’il ne voulait pas en parler, tu allais le faire à sa place, ça ne te dérangeais pas.

« Et mon… Wow, mes redoublements, ahah. J’abuse toujours sur les absences en été, ahum. »

Entre lui qui partait précipitamment de cours, s’endormait, etc, et toi qui ne venait pas les beaux jours de printemps et d’été… Ouep, vous n’aviez eu que peu de temps pour apprendre à vous connaitre et à vous apprécier… Et pourtant, ben, ça avait quand même marché, ahah.

« - Mais bon, laissons le passé là où il est et profitons de l'instant présent. On s'est retrouvé et c'est ce qui compte le plus. ~»

Tu acquiesças après avoir croqué dans ta pomme d’amour une nouvelle fois. Vous aurez tout le temps de blablater sur le passé quand il passera chez toi. Il faudrait que tu te renseigne sur ses goûts, pour savoir quel genre de cuisine tu allais lui servir… Ou alors tu commanderas une pizza. Enfin, des, pizza. Avec Anoki, une pizza ne serait pas suffisante. Il en faudrait au moins 3, déjà, ahah. Mais ça serait dommage de ne pas te servir de tes quelques talents culinaires pour des recettes étrangères pour faire découvrir de nouvelles choses à un ami. La cuisine française, dont certains plats étaient à tomber, devaient absolument être goûtés au moins une fois dans sa vie… Et il faudra également que tu prévoies des activités sympathiques pour que vous ne vous ennuyiez pas entre deux blablatage intempestifs, après le repas. Tu avais déjà quelques idées qui te venaient à l’esprit, et tu t’en amusais d’avance…

« - Et merde... Pour le partage c'est mort Apo... Vraiment désolé. »

Tu l’observas. Ah ouais, la glace avait bien coulé sur sa main, ahah. Tu aurais bien choppé sa main pour goûter s’il n’était pas déjà en train de s’en occuper… Et au passage te faire faire dévisager par les passants, sans doute, mais eh, ça aurait eu le mérite d’être marrant. Dommage~

« T’inquiète, paupiette*. Woops. Mon français ressort. J’aime un peu trop leurs expressions… Elles ont le mérite d’être variées… Humhum. Je disais donc, ce n’est pas grave. »

Tu lui fis un sourire mi-désolé mi-amusé. Entre les fois où la langue paternelle venait toute seule, et les autres où tu disais des expressions typiques des natifs de la langue utilisée… Y’avais de quoi faire.

Tiens…

Sans qu’Anoki n’ai le temps d’anticiper ton mouvement, tu passas un doigt sur sa joue, où il y avait un peu de glace, et hop, ni une ni deux, tu fis ce que lui avait fait plus tôt. Tu léchas ton doigt couvert de crème glacée. Tant pis pour le contact froid de ton doigt sur sa joue. Il mangeait de la glace, ça n’allait pas vraiment le gêner d’avoir senti autre chose de froid.

« Pas mauvais du tout, cette glace, eheh. »

Si tu le narguais ? Naaaaaan, absolument pas. Tu y avais juste vu une occasion de lui rendre la pareille, que tu avais aussitôt saisie. Tu repris ensuite une bouchée de ta pomme d’amour, sans pitié ni pour la pomme, ni le caramel, qui perdaient du terrain avec tes dents pour le moins… piquantes. Les canines pointues, ça aide pas mal, mine de rien, ah. Tu fini ta bouchée rapidement histoire de dire ce que tu avais eu en tête plus tôt avant d’oublier.

« Tant que je suis sur la nourriture… Qu’est-ce que tu aimes manger ? Histoire que je sache quoi faire quand tu viendras à la maison. »

Mh… Tu ne lui avais pas dit qu’il devait te prévenir quand il serait dispo ? Avait-il ton numéro, au moins ? Wow, Apo, tu demandes à quelqu’un de te prévenir, sans te souvenir s’il avait de quoi le faire. Bravo le veau.

« D’ailleurs, tu as mon numéro ? Je ne me souviens absolument pas si je te l’avais donné ou non… Autant éviter de te faire rechercher mon fixe par l’annuaire, ça sera du temps de perdu en moins, ahah. »

Pour quelqu’un extérieur à cette conversation, ça donnerais presque l’impression que tu avais dragué Anoki, que tu l’avais invité à venir chez toi, et qu’en plus, tu ne lui avais pas encore donné ton numéro. Ahahah. Et en plus, tu sous entendais que vous vous connaissiez avant. Combo gagnant ?... -d’autant plus, une agent de sécurité qui drague un danseur, wow, oulala-. Et sérieusement... Tu n'en avais rien à carrer de l’ambiguïté de tes paroles aux yeux des gens, ahah.
©linus pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 340
Dollars : 7570
Date d'inscription : 16/12/2016
Age : 23
Who am i !

Secret Files
Age du personnage: 21 ans
Alignement: neutre bon
Inventaire:

When a pause is interrupted by groupies | Day 1 | Anoki ♥

MessageSujet: Re: When a pause is interrupted by groupies | Day 1 | Anoki ♥ Lun 1 Mai - 22:12
◄► When a pause is interrupted by groupies [Feat Apocrypha]◄►
Ma cherie Mademoiselle,
It is with deepest pride and greatest pleasure
That we welcome you tonight
And now, we invite you to relax
Let us pull up a chair
As the dining room proudly presents
Your dinner!

Be our guest

Be our guest

Put our service to the test
Tie your napkin 'round your neck, cherie
And we'll provide the rest
Le métis inclina légèrement la tête sur le coté, un doigt toujours en bouche tandis qu'Apocrypha sortait une expression française. C'était vraiment bizarre à entendre « Tinkiaitepopiaite », heureusement que la miss était là pour lui donner une traduction sinon il aurait vraiment butté dessus pendant au moins un bon moment encore.

C'était amusant de voir qu'il n'était pas le seul polyglotte dans cette ville et l'idée de parler une autre langue que l'anglais américain l'amusait grandement. Sauf que son idée fut gelée quelques instants, alors qu'un vilain petit doigt vint lui dérober un peu de glace qui avait atterrit sur la joue. De mieux en mieux...

mais ce contact lui rappela un autre assez similaire. Cette peau froide, ce teint pâle et ces yeux... Apocrypha ressemblait à cette chipie d'Alexis sur certains points. Tant de similitudes mais ce ne devait être que son esprit perturbé. Il semblait lui jouer des tours lorsqu'on le touchait sans qu'il n'y soit préparé. Un vrai handicap d'ailleurs.

Mais il n'allait pas lui en vouloir, loin de là. Ce n'était que le juste retour des choses pour la petite blague qu'il avait osé faire plus tôt. Mais, et c'était complètement con de sa part, il ne put réprimer le rouge qui lui monta aux pommettes, colorant ses taches de rousseurs et sa peau tannée d'un léger carmin. Contente de son forfait, voilà que la miss croqua de nouveau dans sa pomme comme si de rien n'était tandis que le « sauvage » croisa les bras tout en affichant un sourire vaincu. Il lui concéda la victoire... pour le moment. La patience était son fort et il saurait se venger plus tard.

Ou maintenant en fait car voilà qu'Apocrypha lui posait une question. Il allait avoir le plaisir de s'amuser un petit peu. Un léger éclat brilla dans ses yeux ambres et voilà qu'il lui répondit sur un ton amusé.

« - Ohnenná:ta o’wá:ron kanenna’takerí:ta tariién raonà:taron wenhetshò:ron teiona’taratsikhè:tare watenenstatákwas waké:ka’s »

Puis il secoua quelques instants la pauvre glace à moitié fondue entre eux deux tout en murmurant d'un ton enjoué.

« - Ionenniò:kwano waké:ka’s. »

Pour le coup, il se doutait que la dernière phrase était compréhensible, avec pareille illustration elle avait très certainement compris qu'il parlait d'aimer les glaces. Il garda toutefois quelques instants son regard et son sourire amusé, sachant très bien que son ancienne camarade de classe n'avait clairement rien compris du charabia qu'il venait de déblatéré. Puis reprit aussi calmement qu'il put.

« - Ne te tracasse pas pour cela, je ne suis pas difficile et découvrir de nouvelles saveurs ne m’effraie pas. Je te laisse donc carte blanche. »

Un clin d’œil complice et il continua comme s'il n'avait pas comprit le double-sens des paroles de la jeune femme. Après tout, que les autres pensent ce qu'ils veulent, il s'en foutait royalement. Au moins, ces ragots auraient pour conséquences de le libérer des hordes de groupies, c'était une assez bonne chose en fait. Il pourrait enfin respirer.

« - Je pense que je dois encore l'avoir dans mes contacts mais dans le doute, tu peux toujours me le redonner. »

Le voilà qui fouilla l'une des poches de son long manteau blanc et en sorti un pauvre téléphone qui avait connu des jours meilleurs. Si Apocrypha avait fait attention lorsqu'ils étaient dans la même classe, elle aurait put le reconnaître facilement. Apparemment, il n'avait pas changé son vieux compagnon depuis toutes ces années. Il lui tendit donc le fossile cellulaire pour qu'elle s'occupe de vérifier si ses coordonnées y étaient encore. Pendant ce temps, il prévoyait déjà un nouveau plan d'attaque. Sa glace allait bientôt rendre l'âme et il fallait faire vite pour la terminer. Il plongea un de ses doigts dans la crème glacée et attendit qu'Apo lui rende son antiquité pour lui porter aux lèvres le doigt pécheur enduit de glace.

« - Comme je ne suis pas le seul à apprécier cette crème glacée, je pense que ça ne te gène pas de la terminer avec moi. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 343
Dollars : 3385
Date d'inscription : 17/11/2016
Age : 20
Who am i !

Secret Files
Age du personnage: 21 ans (26 ans)
Alignement: Neutre mauvais
Inventaire:

When a pause is interrupted by groupies | Day 1 | Anoki ♥

MessageSujet: Re: When a pause is interrupted by groupies | Day 1 | Anoki ♥ Lun 1 Mai - 23:56
participant 1Apocryphaparticipant2Anokiparticipant2In the fête foraine

When a pause is interrupted by groupies

#660033

∑ Inventaire

‒ Lunettes teintées x2
‒ Téléphone
‒ Pomme d'amour x0 (miam miam)

+ Équipement d'agent de sécurité

Elle passe ses nuits sans dormir - A gâcher son bel avenir - La groupie du pianiste - Dieu que cette fille a l'air triste - Amoureuse d'un égoïste.
— Michel Berger
Cela le fit légèrement rougir, ce contact fugace. Eheh. Tu venais de gagner un autre point. Mais c’était combien combien, au juste ? Tu n’avais pas fait le compte. Et puis, ça devenait inutile, à force. Vous finiriez à égalité à un moment où à un autre. Mhhhh, ce regard… Il ne valait rien de bon.

«Ohnenná:ta o’wá:ron kanenna’takerí:ta tariién raonà:taron wenhetshò:ron teiona’taratsikhè:tare watenenstatákwas waké:ka’s. »

Oh god. Il venait de parler dans une langue amérindienne à n’en pas douter. Et franchement, t’avais rien compris de ce qu’il venait de dire. Le problème avec ce genre de langue, c’est qu’en fonction des tribus, c’était différent… Et en plus comme ces abrutis de Colombs ont massacré les peuplades Amérindienne, toutes leurs cultures ont été en grande partie perdues, vu qu’ils comptaient sur l’oral pour la transmission de leurs histoires. Tu aurais bien aimé savoir parler cette langue d’initiés, mais bon, tu connaissais déjà pas mal de langues… Mais une de plus, ça serait tout à fait appréciable. Se vanter de savoir parler des langues de ce genre, ce n’était pas donné à tout le monde.

Il agita sa glace sous ton nez.

« - Ionenniò:kwano waké:ka’s. »

Est-ce que cela voulait dire qu’il aimait les glaces ? Tu n’en savais fichtrement rien. Mais s’il voulait jouer à qui ne comprends rien à ce que je dis, tu pouvais parfaitement lui sortir des trucs en roumain… Son air amusé, il n’allait pas le garder bien longtemps, s’il voulait jouer de cette façon avec toi. Enfin, ça aurait clairement été un match nul. Un véritable dialogue de sourd, même. Heureusement que l’anglais était la langue la plus parlée au monde, sinon, les problèmes de compréhension, wow. Et en plus il avait envie de se marrer. Mhhhhhh. Ta vengeance sera terrible.

« - Ne te tracasse pas pour cela, je ne suis pas difficile et découvrir de nouvelles saveurs ne m’effraie pas. Je te laisse donc carte blanche. »

Bon, au moins, cette question était réglée. Tu allais pouvoir voir ce que tes talents culinaires avaient dans le ventre. Parce que savoir cuisiner, c’était mieux quand il y avait d’autres personnes que vous pour les apprécier. Ton sourire s’accentua lors de son clin d’oeil. Ahah. Lui aussi avait saisi cette certaines ambiguïté dans ce que tu pouvais sortir. Et malheureusement, tu n’y pouvais pas grand-chose.

« Parfait. Je ne te décevrais pas~ »

« - Je pense que je dois encore l'avoir dans mes contacts mais dans le doute, tu peux toujours me le redonner. »

Il chercha dans ses poches et… Wow, il l’avait toujours, ce machin ?

« Tu as gardé cette antiquité depuis l’highschool ? Oh gosh. »

Pour ce genre de détails, des fois, tu y faisais attention, des fois non. Mais bon, ton père disait toujours d’observer tout ce que tu voyais, car un jour cela pourrait te servir. Visiblement, il avait vraiment eu raison d’entrainer ton sens de l’observation pendant des années et des années. Même si des fois, tu n’en avais tellement rien à faire des autres, que tu pouvais presque croiser une personne que tu connaissais dans la rue sans même la reconnaitre. Tu pris son fossile entre les mains et entrepris de regarder s’il y avait ton numéro… Huuum. Bon, tu fis un peu ta curieuse en regardant les noms qui défilaient en scrollant vers le bas. Tu pouvais faire mine d’écrire. En même temps, quand on commence par A… Enfin bon. Visiblement, il avait le bon numéro. Tu en profitas également pour mettre ton adresse dans le répertoire, et ton fixe aussi. Il avait toutes les cartes en main pour t’appeler et venir chez toi, maintenant. Tu lui rendis son téléphone et puis…

Wait a minute. Il faisait bien ce que tu le voyais faire ? Naaaaaaaaaan…

« - Comme je ne suis pas le seul à apprécier cette crème glacée, je pense que ça ne te gène pas de la terminer avec moi. »

Tu eu grand mal à ne pas éclater de rire. Cette proposition était en tout point indécente. Mais le pire, ce fut ce sourire en coin prédateur et moqueur que tu fis à son encontre. S’il voulait t’avoir, il n’allait pas y arriver. Pas de cette manière, en tout cas. Ce fut avec un malin plaisir que tu enfournas son doigt plein de crème glacé dans ta bouche. -et les regards choqués des passants valaient tout l’or du monde quand tu le fis, ahahah-. Et en un coup de langue, plus rien. Puis tu laissas son doigt tranquille, non sans avoir bien pris ton temps pour le relâcher. Obscène ? Nan, pas du tout. Juste, hilarant.

Bien entendu, tu ne restas pas longtemps sans te mettre à rire en te tenant les côtes. Il te fallut un moment pour te calmer. Tu enlevas tes lunettes pour passer une main sur tes yeux, où tu avais quelques larmes rieuses qui voulaient s’échapper de tes yeux, puis tu remis tes lunettes en place.

« Je crois que je viens de choquer une bonne dizaine de passants, si ce n’est pas une bonne vingtaine, ahahahah. Oh god. Tu te rends compte de ce que tu me fais faire devant des vieux et des gosses ? La prochaine fois, prend une cuiller avec ta glace, ça évitera ce genre de situations hilarantes. Le partage de cuiller sauve des gens de l’état de choc. Pfffff. Oh my, j’en dis des conneries, moi. »

Choquer pépé et mémé, en plus de faire voir ça à des enfants, wow. Et tu n’avais pas honte. Tu en riais, même. Elle n’était pas née la personne qui te ferait avoir honte de tes conneries. Même ton père n’aurait pas pu te faire avoir honte de cette chose. Tu savais parfaitement que les vampires étaient capables de pire, ahah. Surtout ton père.

Même après avoir dit ça, cette fois tu plongeas ton propre doigt dans le cornet pour prendre encore un peu de glace restante. Il n’y avait eu que les adolescents qui n’avaient pas étés choqués le moins du monde. D’ailleurs, si des gens de ta classes t’avaient vu, les rumeurs allaient avoir bon train sur toi et ce mystérieux amérindien. Et tu en avait toujours rien à foutre. Qu’ils s’amusent. Toi et Anoki connaissiez parfaitement les bases de votre relation amicale. -Beaucoup de bullshit, d’ambiguïté et des bons moments à se remémorer pour plus tard.-

« Dès que cette glace est finie, on ira faire la queue… Mh, même si franchement, j’pourrais encore gratter le début de la file. Je connais le forain, ahah. A toi de voir si tu es patient ou non. »

Tu avais bien entendu eu le temps de faire connaissance avec quelques forains durant la matinée, lors de leurs pauses. Et il se trouvait que tu avais réussi à te faire un « ami » du forain gérant la file des montagnes russes. Quand ont dit qu’il faut avoir des relations, ce n’était pas pour rien… Et tu n’aurais qu’à prétexter une vérification des sécurités des wagons, ahahah. Tu finis rapidement le reste de ta pomme d'amour qui avait été délaissée par cette actions totalement inconsidérée d'Anoki.
©linus pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 340
Dollars : 7570
Date d'inscription : 16/12/2016
Age : 23
Who am i !

Secret Files
Age du personnage: 21 ans
Alignement: neutre bon
Inventaire:

When a pause is interrupted by groupies | Day 1 | Anoki ♥

MessageSujet: Re: When a pause is interrupted by groupies | Day 1 | Anoki ♥ Mer 3 Mai - 19:01
◄► When a pause is interrupted by groupies [Feat Apocrypha]◄►
Ma cherie Mademoiselle,
It is with deepest pride and greatest pleasure
That we welcome you tonight
And now, we invite you to relax
Let us pull up a chair
As the dining room proudly presents
Your dinner!

Be our guest

Be our guest

Put our service to the test
Tie your napkin 'round your neck, cherie
And we'll provide the rest
Il ne comprenait vraiment pas la réaction d'Apocrypha vis-à-vis de sa vieille cabine téléphonique. Oui, elle était vieille. Oui, elle avait connu des jours meilleurs. Mais au moins c'était assez solide pour pouvoir supporter tous les déplacements de son propriétaire. Aussi tête en l'air que lui, il aurait ruiné son portable s'il avait été récent. Le matériel récent ne valait décidément rien du tout et puis un téléphone servait à la base pour téléphoner et non pour prendre des photos ou autres joyeusetés que les « jeunes » faisaient avec. Sans aucun doute, la personne qui voudrait lui faire changer de téléphone n'était pas encore née.

Il attrapa de sa main valide son fossile cellulaire pour regarder les modifications apportées par la jeune femme tandis que cette dernière lui rendait son doigt après y avoir passé un bon bout de temps. Ce geste, il ne le regrettait aucunement et s'il avait choqué quelque personne que ce soit, il s'en fichait royalement. Si ça dérangeait, le plus simple était de détourner la tête. Tout simplement. Ils ne faisaient rien de mal, juste s'amuser et se taquiner.

D’ailleurs les voilà, tous les deux, s'esclaffant sans retenue. Mais la joie était sincère. Oui, ils s'amusaient réellement. Comme des amis. Des gens qui pouvaient tout partager sans honte ni regret. Ce petit moment de complicité dévoila le vrai Anoki. Celui qui ne se cachait pas derrière ce masque de feignasse pour fuir ce monde qui l'étouffait. Il se sentait libre. Puis vint la remarque d'Apocrypha et tandis que cette lueur espiègle brillait toujours au fond de son regard, il haussa les épaules pour rétorquer sa façon de penser.

« - C'est un peu de leur faute, tu sais. Après tout, ils n'avaient pas à nous observer. Et puis voir leurs têtes en valait la peine. »

Mais tout comme lui, elle ne semblait clairement pas traumatisée par ce qu'ils venaient de faire. C'était un petit jeu enfantin. Un « cape ou pas cape », en somme où chacun testait les limites de l'autre et ce qu'on pouvait dire c'était que les deux parties c'étaient bien trouvées. Ça allait promettre pour les pauvres victimes qui croiseraient leur chemin. C'est donc aidé d'Apo qu'ils vinrent à bout de la glace récalcitrante tandis que cette dernière lui exposait les différents scénarios.

Faire comme tout le monde et attendre sagement leur place ou rester sois-même ? Quel choix cornélien... ou pas en fait. Certes il était patient mais son manque d'attention risquait fort de les mettre en difficulté. Car c'était aussi clair que de l'eau de roche, s'il attendait dans cette queue, cela ne prendrait pas plus de quelques minutes pour qu'il s'endorme sans aucune sommation. Vraiment, la solution la moins risquée restait donc de jouer la carte du coupe-file.

« - Je pense qu'en tant qu'employés exemplaires qui avons donner de notre personne pour cette fête foraine, il est tout à fait normal que l'on puisse « gratter » le début de la file d'attente. »

Il jeta le papier du cornet dans une poubelle (parce que la nature et les petits oiseaux... toussa toussa) et reprit son argumentation sur un ton un peu plus amusé.

« - A moins que tu ne sois trop nostalgique du bon vieux temps et que tu veuilles me voir piquer du nez une nouvelle fois... »

C'était toujours des moments lorsque le métis s'endormait en cour. Entre le prof qui ne savait pas trop comment réagir et ses camarades toujours prêts à s'amuser de lui alors qu'il était dans une situation de faiblesse. Combien de fois c'était-il réveillé avec de « jolis » graffitis sur le visage ou des photos postées sur le net où il voyait ses amis faire les cons autour de son corps endormi.

Vraiment... Merci les amis...


C'est sur ces notes pleines de gaieté qu'il suivit docilement son ancienne camarade de classe.
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» La pause Olympique
» Petite pause...
» Pause déjeuner
» Pause spirituelle [Pv Simalia]
» Une petite pause s'impose... [Pv Aaron Gray]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gravity Falls: D VXQQB GDB :: Ailleurs :: Archives :: Fête foraine :: Espace détente-