Vampires, gnomes, loup-garou et démons. Gravity Falls est une ville qui attire les évènements paranormaux. 3 ans après, les jumeaux Pines décident d'y retourner. Mais qui pouvait s'attendre à de telles conséquences...

avatar
Messages : 365
Dollars : 871
Date d'inscription : 17/11/2016
Age : 20
Who am i !

Feuille de personnage
Age du personnage: 21 ans (26 ans)
Alignement: Neutre mauvais
Inventaire:

The true darkness of my nightmares. | Solo

MessageSujet: The true darkness of my nightmares. | Solo Lun 1 Mai - 16:09
participant 1Apocryphaparticipant2olds friendsparticipant2In the bedroom

The true darkness of my nightmares

#660033

3864 mots

∑ Inventaire

- Nothing

∑ Equipment
● Nuisette légère
+0 d’armure
+0,1 pudeur
-4 résistance au froid
+10 sexyness

Si la nuit est noire, c'est pour que rien ne puisse nous distraire de nos cauchemars.
— Bill Watterson
∆ Attention, certains propos tenus dans ce RP pourraient heurter à la sensibilité des plus jeunes. ∆

Cette journée venait de te lessiver. Tu en venais presque à regretter d’avoir postulé en tant qu’agent de sécurité, pour dire. Tu voulais t’amuser, pas sauver les fesses d’un mioche qui sait pas nager, et sa mère non plus, apparemment… Enfin bon. L’avantage de cette action, c’était que, au moins, si les gens que tu avais empêché de tourner en rond allaient se plaindre à la direction… Eh ben ils l’auraient dans l’cul, ahah. Une bonne grosse action, et hop, intouchable, wouhou. Ça, c’était un bon gros doigt, ahahah. Bien fait pour leurs gueules, t’façon, ils avaient qu’à respecter les consignes ou être moins débiles. Bon, au moins, t’avais le droit à un massage gratuit de la part de qui tu voulais du staff, ahah -et franchement, c’était bien mérité-.

Mais quand même. Sauver un humain. T’avais presque honte de toi. Même si ce n’était qu’un gamin… Tu ne faisais pas de traitement de faveurs. Les enfants n’étaient-ils pas les pires ? Non… C’était sans doute les parents… Mais comme les enfants écoutent leurs parents… Ils étaient également coupables. Qui t’avais trahie, après tout, à l’elementary ? Ce n’était pas les parents, en tout cas. C’était les enfants, qui étaient trop stupides pour se faire une idée eux-mêmes. Et puis, tu l’avais maintes fois revécu, cette situation. Mais tu savais faire la part des choses… Cela ne t’affectait plus de te faire trahir par les humains. C’était même devenu quelque chose de prévisible, à la longue. Ta mère était la seule à avoir tenu ses promesses et à t’offrir un amour sans arrières pensées.

Ce qui n’avais, en revanche, pas été prévisible, avait été cette trahison venant des vampires. Qui plus est… de celui que tu pensais aimer. Qui, en plus, était de la lignée de ton père. C’était quand même beaucoup. Et maintenant, tu n’attendais rien d’autres des vampires que des trahisons pour maintes et maintes raisons stupides. Il n’y avait que ton père, qui, lui, sortait du lot. Il tenait ses promesses, lui. Il ne t’a jamais trahi, lui. Et lui, t’aimais réellement, tout comme ta mère.

C’était dingue, ça. Les deux seules personnes incapables de te trahir, et capables de t’offrir un amour sincère, c’était les deux êtres t’ayant mise en monde, pour le meilleur, mais surtout… Le pire.

« Y’a de quoi rire, c’est sûr… »

Enfin bon, pourquoi le dire ? Il n’y avait personne pour t’écouter actuellement. Mais bon, se parler tout seul, c’était bénéfique de temps en temps. Fallait bien l’avis d’une personne intelligente, non ? Ahah. Et puis de toute manière, tu étais toute seule dans le vestiaire, alors tu pouvais gueuler tout ce qui pouvait te passer par la tête, ça ne dérangerais personne…

Tu soupiras et entrepris de remettre tes vêtements de « civil », avec pas mal de difficulté. Ton dos te faisais clairement signifier qu’il… En avait plein le dos. Oui, elle était facile, celle-là. Tu n’osas pas vraiment revoir le carnage dans le miroir. Ça devait avoir quelle couleur, maintenant ? Bleu ? Violet ? Ou alors ça ne faisait que commencer ? Alala… Tu n’allais pas vraiment pouvoir dormir sur le dos cette nuit… ni les nuits suivantes, en fait. Enfin bon, ne pas oublier de boire du sang vampirique en rentrant, ça vaudrait mieux pour guérir ce foutu gros hématome et cette belle écorchure que tu t’étais faite dans le feu de l’action.

Booon. Au moins, tu auras des souvenirs, ahahah. Faudra que tu penses à passer aux boutiques de souvenir avant la fin de la fête foraine pour chopper des goodies à l’effigie de quelques personnes… Juste pour te marrer. Tu fermas ton casier, après avoir pris les quelques photos que tu avais payées aujourd’hui. Tu allais mettre ça quelque part en attendant de savoir si tu les affichais sur un mur, ou si tu les mettais dans un album photo…

En partant, tu fis signe aux quelques autres agents -mieux que le mec à mi-temps, eheh- qui restaient encore un peu après la fermeture pour voir s’il n’y avait personne de resté caché dans le parc pour quelques raisons que ce soit. Fort heureusement, tu avais pensé à venir en voiture. Tu n’aurais pas eu le courage de faire le chemin jusqu’à chez toi à pied après une journée pareille. En quelques tintements de clé, te voilà dans l’habitacle. Tu posas tes quelques affaire sur le siège passager, mis ta ceinture, et démarra. Contrairement à certain, tu étais prudente sur la route. Pas besoin de rouler à plus de 100km en ville, franchement. Ni même sur la route de la forêt, ça, c’était un coup à se prendre un platane. T’avais frôlé la mort une fois, pas besoin de tenter le diable avec une boite de conserve à 4 roues -même si tu pensais ça, tu l’aimais beaucoup, ta voiture. Puis en plus, c’était un cadeau de ton père, alors raison de plus pour qu’il ne lui arrive rien, sinon, tu allais l’entendre un moment si tu lui disais que tu avais cassé son cadeau à peine plusieurs mois après qu’il te l’a offerte… Juste pour le plaisir de te faire chier, avant de t’en racheter une autre…-

Une fois arrivée à ton allée, tu appuyas sur la télécommande de la porte du garage pour qu’elle s’ouvre toute seule. Aaaah, la technologie. Bon, c’était toujours pareil, dans le garage. Peut-être que cet équipement de sport devrait plutôt aller faire un tour à la cave, après un peu de ménage ? Au moins, là, tu l’utiliserais, parce qu’avec la voiture, tu avais peur de casser un truc. Puis comme y’avais aussi la machine à laver dans le garage… Tu n’aimerais pas casser le matériel et devoir en racheter. C’est chiant, avoir affaire aux vendeurs qui veulent te faire acheter de la merde, pfeh. Tu savais marchander, mais pas aussi bien que ton père… Tu sortis de la voiture après avoir fait ta maneuvre, et laissa la porte du garage se refermer sous tes yeux. Tu aimais bien vérifier que personne ne se faufilait entre temps, lors de la fermeture… Avec Dipper, on n’est jamais trop prudent.

En passant par la porte menant dans le couloir, tu entendis Hugin croasser, signe qu’il t’avait remarqué. Et qu’il t’attendait. Ben oui, le pauvre. Toute la journée sans toi… Il avait dû vachement s’ennuyer. Surtout que là tu rentrais et partait plus tard, pour ce boulot. Tu le retrouvas sur son perchoir, dans le salon.

« Ben alors ? Je t’ai autant manqué que ça ? Moooh. »

Tu le caressas affectueusement. Ça avait été une bonne idée de ton père, l’animal de compagnie. Une fois habitué, on ne se lasse pas. Et puis au moins, il y a quelqu’un qui attendais ton retour à la maison. C’était un plus appréciable, pour quelqu’un comme toi, même si tu n’aimais pas avoir de faiblesses aussi évidentes qu’un animal. Mais de toute manière, si quelqu’un s’en prenait à Hugin, tu allais faire en sorte que cette personne souffre beaucoup pour ses erreurs… On ne touche pas à ce qui t’appartient. Ça, c’était encore un trait de caractère vampirique… Les vampires sont toujours très territoriaux. On ne touche pas à ses vampires, on ne touche pas à ses résidences, on ne touche pas à ses humains, etc. Avec ton père, le petit plus… On ne touche pas à sa famille, ahah. D’autant plus que là, ce n’est pas la mort douce et rapide, non. Ça serait une mort horriblement lente et douloureuse. Même si pour te sauver, il avait dû faire l’impasse sur la torture. Tu aurais bien aimé voir ça… Dommage…

Tu allas mettre tes affaires sur le porte manteau de l’entrée… Et au passage, tu décidas de descendre à la cave. Tu allumas la lumière qu’une fois en bas. Ce n’était pas du tout comme si tu étais une créature de la nuit, hein ? Eh. Ouep, peut-être que si tu décalais un peu ces cartons et ces quelques babioles avec un peu de logique, tu arriverais à libérer de l’espace, assez d’espace, pour mettre le peu d’équipement de sport qu’il y avait dans le garage. -Ton père serait là, il te gronderait de ne pas faire tes exercices physiques aussi souvent qu’il t’avait dits de le faire…-. Bon, tu feras ça quand tu auras le temps, et pas un dos en fucking compote de pomme. Même si tu étais significativement un peu plus forte la nuit. Une chance de ne pas être vampire. Ils perdent pas mal de choses à cause du jour. Mais ils sont toujours autant dangereux, il ne faut pas croire que le soleil les rend aussi faibles que des humains. Ce serait une erreur… monumentale.

Tu ouvris le frigo présent juste derrière les escaliers et tu pris une poche de sang vampirique, puis, contrairement à ce que ton instinct te dictait, tu ne plantas pas tes canines dans la poche de sang comme une sauvage. Tu l’ouvris et la vida comme une pompote, avant de la poser dans le compartiment à poches vides. Le sang de vampire avait vraiment un goût plus prononcé que le sang humain… D’autant plus que c’était le sang de ton père. Le sang d’une créature ayant bientôt 3000 ans d’existence, ahah. Et en plus, il était chef de lignée. C’était marrant de penser au sang de la même manière qu’un viticulteur avec le vin… Vraiment… Enfin bon, maintenant, tu n’avais plus aucune raison de rester à la cave, alors tu remontas.

Et tu avais vraiment la flemme de te faire à manger. Tu fouilla dans ton frigo. Alors, un truc rapide, un truc rapide… Bon, ben, tu avais du jambon… Est-ce qu’il te restais de la baguette, au moins ?... Tu regardas dans le sac à pain… Tu ressorti un misérable bout de pain, encore frai. Mais c’était pas à la hauteur d’une demi-baguette. Ça devait être la moitié d’une demi-baguette… La moitié d’une moitié, wow. Bon, ben, t’allais quand même te manger un sandwich au jambon, écoute. Tu laissas quelques morceaux de jambons à Hugin, qui était venu voir ce que tu préparais de bon, sachant que tu lui filais toujours quelques petits bouts de viandes, quelques miettes, etc… Au moins, t’avais un aspirateur à miettes écologique, ahah.

Bon, suite à ce repas rapide, tu n’avais qu’une envie ; aller te coucher. Cette journée avait été éprouvante, tu ne voulais pas perdre de temps en regardant une série ou en jouant à un jeu vidéo. Ou même en lisant un livre. Mais avant ce repos bien mérité, tu allais devoir te laver. Parce que ce n’était pas le tout d’avoir barboté avec les cygnes, mais cette eau devait pas être très propre, hein… Tu caressas une dernière fois la tête d’Hugin avant de te décider à aller à l’étage.

Tu soupiras en fermant la porte de ta chambre. Tu enlevas ton portable et tout ce qui trainait dans tes poches, ainsi que tes lunettes, sur ton bureau avant d’aller dans la salle de bain pour te débarrasser de tes vêtements. Tu mis le chauffage en route pour qu’il chauffe tes serviettes le temps que tu te laves. Tu enlevas tes vêtements avec précaution. Faire des mouvements à la con, c’était pas la chose à faire pour ton dos, actuellement. Tu les mis ensuite dans le bac de linge sale. Bon, maintenant, défaire cette tresse queue de cheval façon Lara Croft que de toute manière, tu allais refaire à chaque fois, vu que c’était vachement plus pratique comme ça que de devoir passer dix ans à passer ta queue de cheval dans ta casquette, avec tous des cheveux plus ou moins récalcitrant malgré les soins apportés. Tu posa les chouchou utilisés sur l’évier avant de saisir ta brosse à cheveux pour défaire la marque de la tresse sur tes cheveux. Et comme ils étaient longs, c’était pas toujours la joie à brosser… Mais comme tu aimais bien avoir les cheveux longs, ben, tu n’allais pas te plaindre, ahah. Cette longueur, tu l’avais depuis longtemps, et c’était de l’entretient… Tu reposas ensuite ta brosse après avoir enlevé les quelques cheveux que tu avais perdu dans le processus. A la douche ! Tant pis pour le pansement sur ton écorchure. Le gel douche t’aurais piqué, de toute manière.

Comme d’habitude, tu pris le pommeau pour le diriger sur la paroi en premier lieu. Pas besoin d’eau froide sur la tronche, non mais. Tu attendis quelques instants, le temps que l’eau chaude fasse enfin son apparition. Tu aurais bien pris un bain, mais tu n’aurais ensuite pas eu le courage de sortir de l’eau. -ou le meilleur moyen de chopper la crève alors qu’on tombe très peu malade, voire pas du tout…-. Ça faisait du bien, de prendre une douche. Cela te détendit. Si bien que tu dû rester au moins une demi-heure sous l’eau, parce que tu ne pensais à rien, et que c’était calme. Juste le bruit de l’eau qui coule… C’était reposant, après avoir entendu des cris de partout toute la journée. Enfin bon, tu allais quand même devoir sortir. Au moins, tes serviettes étaient bien chaudes, quand tu les enroulas sur ton corps et sur ta tête. Aaaaah, parfait. Bon, bien sûr, tu avais toujours mal au dos… Tu regardas dans un placard pour trouver ton sèche-cheveux. Tu n’aimais pas les sécher de cette manière, mais bon, tu n’allais pas non plus dormir avec les cheveux mouillés.

Après les avoir suffisamment frottés avec la serviette pour que le sèche-cheveux soit efficace, tu le branchas et l’utilisa. Ça piquait toujours autant les oreilles, ce bruit. Gosh. Tu restas un certain moment en plus dans la salle de bain à essayer de sécher tes cheveux un maximum. Une fois cela fait, tu sortis enfin de la salle de bain après t’être débarrassée de ta serviette. Après avoir séché ton corps, bien évidemment. Et aussi d’avoir enlevé le pansement de ton écorchure pour remettre un coup de désinfectant. Tu allas vers ton armoire, d’où tu sorti une nuisette qui ne laissait aucunement place à l’imagination. Mais eh. C’était chiant de porter des pyjamas à la longue. Au moins, les nuisettes, ça faisait pas chier, t’avais pas l’impression d’être enfermé dans du tissu quand tu bougeais. Et puis de toute manière, il n’y avait personne pour dire qu’à ce niveau-là, autant dormir à poil. -cette personne ne savait du tout quels effets cela pouvait donner d’avoir une nuisette de ce genre face au genre masculin, vraiment-. Et puis de toute manière, y’avais personne pour mater. Et même, ça aurait été le cas, tu t’en serais foutu. Pas pudique pour un sous, vous-dis-je. Quand on a un corps de ce genre, c’est pas amusant de le cacher. C’est plus marrant de le montrer, ahah. Enfin, trêve de plaisanterie. Il est temps d’aller se coucher.

Tu fermas les rideaux de ta fenêtre, avant de te glisser dans ton lit baldaquin moderne. Ouep, tu aimais vraiment ce genre de lits. Un des côté était collé au mur, mais au moins, comme ça, on ne pouvait te surprendre que d’un côté, ahah. Au niveau de ta tête, il y avait ta bibliothèque d’ingrédients magique. A tes pieds, y’avait l’armoire collée au mur. Et sinon, tu le mur, malgré les rideaux, il y avait quelques étagères collées au mur avec des livres. C’était plus pratique. Tu n’avais qu’à mettre tes livres favoris ici, et si tu en avais l’envie, tu pouvais les lire avant de dormir… Enfin, là, tu n’allais pas le faire. Tu ferma les deux rideaux du côté où tu entrais dans ton lit, et tu ferma aussi l’autre côté. Pas besoin pour la tête et le pied du lit, les rideaux étaient toujours fermés. Et puis, le dessus de ton lit était également recouvert. Il n’y avait que toi, dans ton lit. Pas de pièce à surveiller, rien. Ton petit univers. Sur les rideaux, il y avait également des symboles de protection en encre invisible. Tu devais t’amuser à les refaire à chaque fois que tu les lavais, mais bon. Il fallait vraiment que tes rideaux de lit soient noirs pour que tu sois tranquille. C’était chiant de voir des symboles en blanc. Au moindre truc lumineux, tu voyais les nuances de gris, et c’était chiant. Tu aimais bien ne rien voir dans le noir. Tu n’avais pas peur du noir, de toute façon. Le monstre, ici, c’était toi, pas les autres, eh.

Après avoir bien mis en place tes rideaux, tu te glissas en soupirant dans tes couvertures. Froides. Meh. Tu regrettais légèrement ta serviette chaude, là. Enfin bon. Tu mis tes cheveux de manière a ce que tu ne te les arrache pas en bougeant  pour changer de position -c’était vraiment une des raisons pourquoi c’était chiant d’avoir les cheveux long, tsssk-. Et même si ton lit était un peu froid, tu ne tardas pas à t’endormir, apaisée… Pour mieux de te réveiller en plein cauchemar.

Tu regardas ta main levée à cause de la fin de ton cauchemar. Ben dis donc. Espérons que tu n’aies pas trop marmonné de trucs dans ton foutu sommeil… Tu eu un grand frisson. De quoi, ça, tu ne savais pas. Tu te relevas et entoura ton corps de tes bras, posant ta tête sur tes genoux. Cette sensation de soif… Elle ne te quittait pas… C’était insupportable… Tu grommelas.

« T’as de la chance d’être déjà mort, enflure. Je me serais fait un plaisir de te faire payer… Très cher. De te découper en rondelles avec un couteau en argent jusqu’à ce que tu me supplie d’arrêter… Et là je t’aurais arraché les yeux de mes propres mains… Puis t’aurais mis de l’argent liquide par les deux trous que tu aurais eu à la place des yeux. Là, j’aurais pris mon pied, connard. Te voir crever en souffrant. Là, tu aurais eu ce que tu méritais. Pas cette mort douce donnée parce que mon père devait s’occuper de moi en priorité, fils de chien. »

Ce cauchemar était la frustration même. Être bloquée, ne pas pouvoir réagir comme on le voudrait… Car si ça n’avait tenu qu’à toi, tu te serais vraiment énervée. Et puis, ça sert à quoi ces exercices pour faire des rêves lucides si tu n’arrivais même pas à faire ce que tu voulais, hein ? Tsssk. Tu jetas un regard assassin à l’attrape rêve qui faisait très mal son boulot, accroché juste au-dessus de ta tête. Foutage de gueule. Non mais. Tes propos injurieux étaient monnaie courante, et montraient parfaitement que tu pensais tout ce que tu disais. Sur un sujet comme celui-ci, tu ne pouvais décemment pas ne pas être sérieuse. Jamais tu n’étais sérieuse, dans ce que tu faisais dans ta vie de tous les jours. Mais suite à ce que tu avais vécu, il y avait certain sujets avec lesquels tu ne plaisantais jamais. Tout n’était que faux semblant. Tu étais dans un théâtre, tu jouais ton rôle. La vérité n’était jamais connue. Personne ne savait rien de toi, au final. Et c’était très bien comme ça. Tu ne voulais pas de la pitié des gens. Tu ne voulais pas leur compassion. Tu voulais… les voir brûler. Leur faire payer. Les faire souffrir… Comme eux t’on fait souffert pendant tant d’années. Si tu devais donner un péché capital te définissant, c’était bel et bien la colère. La luxure, ce n’était qu’un passe-temps sans importance dont tu pouvais te passer…

Tu soupiras… Puis tu te levas, écartant d’un geste vif les rideaux de ton lit. Où étaient tes foutu chaussons ? Bon sang. Tu regardas sous ton lit… Et tu les choppas pour les mettre à tes pieds. Tu pris également la robe de chambre laissée sur la chaise de ton bureau et l’enfila. Tu descendis les escaliers pour te retrouver à nouveau à rez-de-chaussée. Hugin dormait. Bon, tu allais essayer de ne pas le réveiller. Tu ouvris la porte du garage, et entrepris de déplacer le matos de sport. Tu dû faire plusieurs allez retours, monter et descendre des marches, mais eh, le résultat était là. Tu déplaças ensuite un maximum le bordel qu’il y avait dans un coin de la cave pour pouvoir espacer un peu le matos. Le seul moyen que tu avais pour te passer les nerfs, tu l’avais devant toi. Ce cauchemar avait été plus envahissant que les précédents… Tu n’appréciais pas du tout ça. Tant pis pour ton dos. Tant pis pour ta fatigue. Tant pis pour ton bras. Tu avais besoin d’éclater quelque chose, et le sac de frappe ici présent allait t’aider dans ton exercice.

Tu te débarassas de ta robe de chambre. Tu devras penser à faire les toiles d’araignées et à passer l’aspirateur en plus de mettre un tapis sur le sol, ça rendrait le tout plus sympa, surtout si tu voulais faire du sport pied nu. Tu observas le sac de frappe. Il en avait vu des vertes et des pas mûre. Du gros scotch par ici, tu gros scotch par là… Tu l’avais déjà massacré plein de fois. Tu allais devoir te faire un stock de sacs de frappe… Taper toujours le même, c’était de l’acharnement, ahah. Sur un objet non vivant, ok, mais quand même. Pas besoin de gants… Tu pris une posture de boxe, et commença par des coups plus ou moins faibles. Le but n’était pas de faire tomber le pied soutenant le sac… Oh, si tu voulais y aller, tu allais sans doute devoir investir dans un matos plus professionnel… Et hors de question de détruire des sacs de frappe au club de sport de Gravity Falls… On avait pas besoin de savoir que tu étais aussi forte au point d’éclater un sac remplis de sable, ahem.

Après un petit temps à tâter la résistance du sac, tu commenças à donner des coups de plus en plus forts.

Paf.

Paf.

Paf.

PAF.

… Eh merde. Tu venais encore de le percer pour une énième fois… Pas solide du tout. Le sable coulait sur le sol. Bon, ben, foutu pour foutu… Tu t’acharnas dessus jusqu’à ce qu’il soit couvert de trou, et qu’il soit inutile de continuer à frapper dessus. Il n’y avait vraiment que toi pour faire du sport en petite tenue, ahahah. Tu passas ta main sur ton front. Tu n’avais même pas encore commencé à bien transpirer, bon sang. La frustration était présente. Et quand on ne peut pas faire du sport, généralement, on passe au sport de chambre, mais, là, tu n’avais personne sous la main. Dommage, dommage… Et puis ce n’était pas les haltères ou la table à abdos qui te permettrait de te dépenser. –en plus, tu avais vu du sang de vampire…- Bon, ben, tu n’avais plus qu’à reprendre une douche. Et froide. Cette nuit allait être courte… Et la deuxième journée à la fête foraine, longue… Tu t’étiras un dernier coup en sifflant de douleur à cause de ton dos. Tu n’aurais pas dû faire ça… Mais qu’importe. Ton dos allait survivre, tout autant que ton bras droit. Ton corps n’était qu’un outil que tu maîtrisais d’une poigne de fer. Il n’avait pas le droit de défaillir pour si peu.
©linus pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» True Blood
» | When Darkness Falls
» Let your love come true
» True blood.
» Star Wars KotOR : Age Of Darkness V2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gravity Falls: D VXQQB GDB :: Gravity Falls :: Résidences :: Maison d'Apocrypha-