Vampires, gnomes, loup-garou et démons. Gravity Falls est une ville qui attire les évènements paranormaux. 3 ans après, les jumeaux Pines décident d'y retourner. Mais qui pouvait s'attendre à de telles conséquences...

avatar
Messages : 8
Dollars : 45
Date d'inscription : 03/07/2017
Who am i !

Secret Files
Age du personnage: 27 ans
Alignement: Chaotique Neutre
Inventaire:

~ Justice? Actually, call that a murder. || Erwin Ross [Terminé] ~

MessageSujet: ~ Justice? Actually, call that a murder. || Erwin Ross [Terminé] ~ Mar 4 Juil - 15:57

identité

Un humain de 27 ans sans sentiment aux connaissances excentrées qui s'attarde sur des détails.

Capacités

— Sens de la déduction accru.
— Capable de très bien jouer la comédie.
— Réels sentiments indétectables.
— Odorat étrangement développé.
— Capacités en médecine (doctorat)
— Immense mémoire.
— Sens de l'observation incommensurable, presque rien ne lui échappe.

Objectif/s

—  Ne plus se faire remarquer
— Travailler
— Passer ses nerfs.

Erwin Ross

Arrêtez de me demander, observez, songez, pensez, déduisez et taisez-vous. — Erwin Ross

Objets de départ

Un violon -avec archet, histoire de pouvoir en jouer-, une blouse de scientifique et un couteau.

Ces trois objets sont aussi importants que les yeux d'une personne. Chaque objet a une histoire, presque une âme, surtout pour ce qui est du violon. Ce dernier, étant un cadeau de sa mère, quelques lettres y sont gravées à l'intérieur, mais avec le temps, c'est devenu illisible. Même si l'intérieur de l'instrument est assez usé, en apparence, il est presque neuf. La blouse quant à elle, lui sert principalement pour son travail. Que serait un médecin sans blouse ? Sans le tissu doux, frais, caressant doucement ses bras. Sans cette petite poche où l'on peut mettre tout un tas de stylos et de cartes inutiles alors qu'on peut y ranger un couteau ? Pour ce qui est du dernier objet, il s'agit d'une fine lame résistante et aiguisée. Il l'a utilisé lorsqu'il en avait le plus besoin, depuis ce jour, il ne s'en sépare presque plus.  

Capacités et Particularités en détails

°Erwin est un humain assez simple d'apparence mais qui a tendance à rapidement s'ennuyer. C'est durant son adolescence que quelques particularités sont apparues chez cet humain. En effet, plus il observait un paysage et plus il s'intéressait au nombre exact d'arbres. Amusant, n'est-ce pas ? À quoi servait ce nombre d'arbres ? Lui seul le savait. Les détails saisis sur les accoutrements des autres étaient encore davantage intéressants pour lui. Ainsi, en observant des tâches de boues sur la robe d'une jeune femme, il aurait pu dire si elle avait une valise, un chien ou pas. Il ne se trompe d'ailleurs que très rarement et se sert des diverses informations recueillies chez les autres pour les manipuler comme il l'entend. Que ce soit une trace de rouge à lèvres à moitié effacée ou bien une coupure faite au rasoir, rien n'arrive au hasard.  

°La plus grosse bêtise qu'a fait son « père » est de l'inscrire, durant cette même adolescence, dans un groupe de théâtre. Ainsi, dès ses dix-huit ans, il savait jouer la comédie parfaitement, chaque mouvement facial était calculé et c'est également grâce à cela qu'il peut déceler les micro-expressions des autres, oui, à cause du théâtre ainsi que d'autres petites recherches. Son sens de l'observation va de pair avec le simple fait que son visage est TOUT LE TEMPS inexpressif. Il est très rare de pouvoir le surprendre.

°En tant que médecin légiste, il sait reconnaître de plus en plus d'odeur en rapport avec la mort, l'odeur de certains poisons, de certaines drogues ainsi que d'autres liquides peu ragoutant. Il est un excellent médecin, quoi qu'un peu froid à première vue. Il a terminé ses études assez tôt et en a profité pour s'intéresser davantage à des scènes de crimes horribles pour certaines, irrésolues pour d'autres.

Physique

Ce britannique d'origine est assez grand, dans la moyenne des hommes de son âge en somme. Son allure est constamment droite et rien de ne le fait fléchir aisément. En général, les personnes le rencontrant sont assez impressionnées par sa carrure, non pas imposante, mais aussi froide que l'hiver. Il ne montre en effet jamais ses expressions. Tout ce qu'il arbore est soit un air froid, soit un sourire hypocrite qui mène souvent à la colère chez lui. Revenons à son teint, voulez-vous ? Erwin est un homme pâle, il ne sort presque jamais dehors, aussi, il n'est pas rare de le confondre avec un vampire. Seulement, il a les yeux bleus, de magnifiques yeux bleu ciel, presque cyans. Au fond de ces yeux, tout près de la pupille, on pourrait presque voir un contour doré se former...

Erwin a des cheveux noirs aux reflets argentés au soleil. Il ne rougit que très rarement, mais une chose est particulièrement remarquable, c'est la douceur de sa peau. Malgré la froideur de son expression et son calme plus qu'imperturbable, le britannique cache en réalité une douceur physique. Il est plutôt bien formé, musclé mais pas trop, il n'a pas de barbe ni de moustache. Son style vestimentaire est plutôt classique, une chemise, ou un tee-shirt simple, un pantalon noir, toujours. Un manteau long, noir, permettant de cacher certaines choses dans ses poches. Il n'a pas d'alliance, pas de bijoux, pas de bracelets, rien qui ne puisse l'identifier. Oh, si, il y a une chose. Une seule. Son écharpe. Il a toujours une écharpe, la couleur diffère, mais il en a toujours une.

Malgré ses tentatives pour se fondre dans la foule, quelque chose est particulièrement visible chez Erwin. Enfin, pour le voir, il faudra parvenir à lui retirer ses vêtements. Non, arrêtez, je ne parle pas de ça. Je parle de son torse, de son dos, bref. De son corps en général. Son corps est assez musclé, comme évoqué précédemment et serait agréable à l’œil si seulement on oubliait le fait qu'il est parcouru de cicatrices toutes plus inquiétantes les unes que les autres. Sont-ce des scarifications ? D'horribles plaies ? Ou bien des tortures subies ? Je vous laisse lire la suite...

Mental

J'ai déjà évoqué ce qu'Erwin montrait en apparence seulement. Vous vous souvenez ? Un air froid, peu de sentiment... Eh bien intérieurement, Erwin est quelqu'un d'extrêmement violent, presque nerveux. Cet homme est loin de la définition « d'ange ». Quelques fois dans le mois, peut-être deux ou trois fois, il lui arrive de faire couler du sang. Erwin est quelqu'un d'extrêmement stressé, malgré ce qu'il laisse apparaître. Si on parvient à l'approcher, on remarque que sa nuque est rigide, que ses mains gantées sont souvent crispées ou bien que sa jambe bouge nerveusement, lorsqu'il est assis. On peut d'ailleurs noter que cet humain fume pour se calmer plus rapidement. Mais lorsque cela ne suffit pas, il lui arrive de tuer. Vous n'imaginez pas ce que ce serait s'il essayait un tant soit peu de se contenir un jour de plus...  

Mis à part son aspect plus qu'étrange, il arrive que l'humain montre un autre aspect de sa personnalité, il est assez curieux. Il est même du genre à se mêler d'affaires qui ne le regardent en aucun point, sauf lorsqu'il s'agit de sentiments humains ou d'émotions. Il ne sait pas ce que c'est, il sait les imiter, mais en aucun cas les expliquer. C'est pour cela qu'il étudie le corps humain, il veut déceler chaque parcelle d'émotion... Il veut comprendre pourquoi les autres ressentent certaines choses et lui... Non. Il étudie souvent les autres personnes, surtout celles qu'il rencontre. C'est également pour cela qu'il s'intéresse aux crimes. « Qu'est-ce qui l'a poussé à la tuer ? Juste une envie ou bien simplement un coup de colère un peu trop impulsif...? »

Erwin est du genre à détester toute sorte de contacts physiques, mais il adore être surpris. C'est bien la seule chose qui parvient à lui faire changer d'expression. Il déteste perdre, c'est pour ça qu'il ne joue pas trop aux jeux d'argent.

Pour terminer sur la psychologie de Erwin, il s'efforce d'être assez galant avec les femmes. Il a des principes. Vous vous souvenez des crimes ? Des meurtres qu'il commet ? Il ne tue que les criminels. Autant minimiser les dégâts... Certains considèrent ce tueur comme un justicier, lui, il se considère comme un humain. Enfin, qu'importe, que disais-je ? Ah oui. Cela me revient. Erwin est galant avec les femmes, il n'a jamais connu l'amour, il n'a donc pas de préférence. On peut également remarquer, lorsqu'on le connaît un peu plus et qu'on a réussi à se créer une place dans le si peu d'intérêt qu'il apporte aux relations sociales que Erwin mange énormément. Et il ne prend pas un gramme. Rageant n'est-ce pas ?
Petites infos inutiles:
 
 

Histoire

Musique d'ambiance:
 

La ville était plongée dans un perpétuel crépuscule, au loin le soleil se couchait et avec lui, certains nuages rosés descendaient des cieux pour frôler presque Big Ben. La foule sortant de sa monotonie perpétuelle rentrait chez elle à pas affolés. Tous se précipitaient sans faire attention à ce qui les entourait. Ils n'observaient pas les branches chargées de feuilles recueillir les quelques gouttes naissantes. La pluie allait être violente cette nuit. Et l'enfant était ainsi, sur un banc, il attendait sagement sa mère dans Trafalgar Square. Observant l'herbe verte fraîchement coupée, l'enfant s'approcha d'un par terre de fleurs puis baissa la tête en voyant un papillon s'envoler loin de lui... Sans doute avait-il eu peur ? Mais pourquoi ? Erwin fit la moue puis tenta de le rattraper, il avait laissé sur le banc son sac... Puis, après cette poursuite vaine, il soupira et revint prendre son sac où l'attendait un goûter qu'il n'avait toujours pas dégusté. L'enfant apprécia grandement la tablette de chocolat. Le chocolat anglais était bien plus sucré que celui que vous devez connaître, aussi, le jeune garçon ne devait pas en abuser.

Tout d'abord, une sensation assez désagréable sur le palais, c'était âpre d'abord, mais le sucre venait tout adoucir. Raisonnable comme il était, l'enfant arrêta de manger et se contenta de refermer le paquet avec un élastique prévu à cet effet. Mouillé par la pluie redoublant d'intensité, l'enfant décida d'aller, lui et son uniforme typiquement anglais, vers un arbre lui permettant de s'abriter un peu plus. Un homme approcha. Il était grand, un sourire aux lèvres. Il leva doucement son parapluie pour accueillir l'enfant en dessous.

« Qui attends-tu, mon garçon? »

Erwin ne répondit pas tout de suite au grand homme qui l'abritait aimablement de la pluie. D'ailleurs, cet homme avait des yeux bleus aussi purs que ceux de Erwin ! L'enfant sourit innocemment à l'homme et secoua la tête afin de retirer les gouttes qui tombaient de ses cheveux. Il en profita d'ailleurs pour se frotter les cheveux. Il remit son uniforme bien en place en regardant celui de l'homme. Noir et blanc, simple mais magnifiquement élégant. Erwin répondit enfin à l'homme aux cheveux bruns et à l'air gentil :

« J'attends ma mère ! Elle... Elle n'est toujours pas rentrée... »

L'homme eut l'air contrit. Son visage se renfrogna quelque peu. Il observa l'enfant attendrissant et lui sourit. En temps que gentleman, il ne pouvait pas laisser un pauvre enfant ainsi sous la pluie. Erwin gonfla les joues puis soupira longuement, vraisemblablement un peu énervé que sa mère ne soit toujours pas venue.

« Veux-tu que je t'accompagne chez toi? »

Erwin hocha la tête doucement et acquiesça. Puis, il le dirigea vers sa maison qui se trouvait être, en réalité, assez loin. Près de Piccadilly Circus. Remontant les rues les unes après les autres, Erwin s'arrêta enfin face à un bâtiment aux multiples étages puis composa le code de la porte. L'homme, content d'avoir rendu service, décida de laisser l'enfant vaquer à ses occupations privées. Ainsi, l'élève grimpa les marches deux à deux, puis s'arrêta face à sa porte, il allait toquer, mais lorsqu'il posa sa main sur la porte, celle-ci s'ouvrit. Ce... Ce n'était pas fermé ? Avait-il oublié en partant ? L'enfant entra lentement... Déposant son sac sur le sol, il retira ses chaussures, puis sa veste mouillée. Il était en chemise à présent, approchant de la cuisine... Personne. Où était-elle ?

« Maman? »

Personne ne répondit. Seul le vent s'engouffra à travers une fenêtre, Erwin s'empressa d'aller la fermer avant que la pluie n'entre davantage et lorsqu'il se tourna vers la chambre où il était....

Il vit.

Il recula, trembla, tomba, se recroquevilla, pleura, renia, maudit le monde et enfin, se maudit lui seul. Devant lui, il y avait une corde suspendant le corps de sa mère. Une femme si belle aux cheveux longs, rouges, teintés. Des yeux auparavant verts fermés à jamais. La pâleur du corps de sa mère était telle qu'il pouvait presque sentir la moiteur du corps des quelques mètres qui les séparaient. Il ne regardait plus. Il ne voulait plus voir. Il se demandait pourquoi elle l'avait fait. Pourquoi elle l'avait laissé ? Ne voulait-elle plus le prendre dans ses bras? Ne voulait-elle plus le sentir contre elle ? Ne l'aimait-elle plus ? Pourquoi donc se tuer ? Pourquoi se pendre ? Elle avait déposé une lettre sur la table, mais il ne voulut pas l'ouvrir. Il ne voulut pas savoir.

Erwin ne savait quoi faire. Il ne voulait plus savoir. Il y a bien une chose qui ne changerait plus. C'était qu'elle ne serait plus là pour lui. Qu'elle l'avait abandonné. Qu'elle lui avait légué ses problèmes, ses délires et qu'elle lui avait pris son enfance, sa liberté et sa vie. Il appela la police, les pompiers, tout ce qu'il pouvait appeler mais ne répondit pas aux questions. Il n'en était plus capable. Il était triste. Il pleurait. Sa mère n'était plus. Et les malheurs se poursuivraient.  

Heureusement pour lui, ou malheureusement, il fut recueilli dans un foyer pour orphelins. Là-bas, tout le monde était comme lui. Certains avaient vu leurs parents s'entre-tuer, d'autres avaient subi des brimades à répétitions, des violences gratuites et non justifiées. Et lui... Il était là parce que sa mère l'avait abandonné. Oui, il considérait cela comme un abandon. Certains avaient voulu lui remonter le moral, mais rien n'y faisait, il n'y arrivait pas. Il ne pouvait pas s'empêcher de croire que tout cela était une malédiction. Ou bien un horrible cauchemar.

Plusieurs mois passèrent sans que le beau garçon ne trouve quelqu'un qui veuille bien de lui, jusqu'à ce qu'un jour, un homme arrive. Élégant, aux cheveux blonds, aux yeux aussi sombres que la nuit, cet homme s'appelait Jack. Il accueillit Erwin chez lui, après avoir rempli tout un tas de formulaires longs et fastidieux. Quoi qu'il en soit... Le voilà enfin chez quelqu'un ! Erwin, âgé de onze ans seulement avait trouvé chaussure à son... Mauvaise expression. Disons qu'il avait été adopté par un homme d'une trentaine d'années. Dont le passé était, assez flou. Visiblement, la sécurité n'avait pas été de mise avec cette personne-là.

Musique d'ambiance:
 

Plusieurs semaines, puis mois passèrent. Jack avait décidé d'envoyer son « fils » dans un club extrascolaire théâtral. Mais le soir... Quand le soleil était couché, quand Erwin allait vers son lit, quand tout était enfin calme... Il s'avançait. Il ouvrait la porte. Son regard était à présent aussi sombre que les alentours, même la nuit aurait eu peur des ténèbres de son âme. Il avança, ouvrit la lumière. La chambre contenait simplement un lit aux draps blancs. Les murs étaient blancs. Les volets étaient noirs. L'armoire était sobre. La porte était craquelée, peinte en blanc récemment. Il s'avança alors que Erwin dormait.

Il sortit un couteau de derrière son dos.

Âmes sensibles, vous êtes prévenus:
 

Il fut ensuite emmené dans un internat pour lui faire oublier toutes les horreurs subies.  

Il avait continué les études théâtrales, à l'extérieur de ses cours et était à présent dans une grande école de médecine, le meilleur de sa classe. Mais quelque chose n'allait pas. Quelque chose le dérangeait... Le britannique avait beau essayer de comprendre pourquoi, parfois, sa main tremblait, il n'y parvenait pas. Il avait beau se dire que c'était probablement psychosomatique, rien n'y faisait. Pourquoi donc n'arrivait-il plus à dormir ? Pourquoi savait-il presque à l'avance ce que son professeur allait dire? Là où, enfin, la paix l'avait gagné, intérieurement, il était toujours autant perturbé par son passé. Il s'ennuyait. Sa vie l'ennuyait. À quoi servait de suivre des cours que l'on connaissait déjà ? Le pire ennemi de Erwin était né. L'ennui. Il passait les contrôles, les examens avec brio. Il ne notait pas les cours, là où ses camarades travaillaient sans relâche, lui, il connaissait tout. Tout était emmagasiné tout de suite dans sa mémoire.

L'ennui le saisissait. Parfois, il allait rendre visite à son ancien tortionnaire dans la prison. La peine de mort avait été abolie, donc, lui un criminel pédophile récidiviste, on le laissait croupir ici pendant l'entièreté de sa vie. L'homme était devenu fou, parfois il reconnaissait Erwin. Parfois il ne s'en souvenait pas. Comme si finalement cela n'avait été qu'une stupide rencontre comme les autres dans sa vie. Mais le britannique, libre, ce jour-là, entra. Il s'assit en face de la cellule et demanda :

« Pourquoi faisais-tu cela? »

Jack, qui cette fois avait bien daigné lui répondre se mit à rire. Il sortit de l'ombre et vint saisir les barreaux de ses mains moites. En l'espace d'une minute, Erwin avait remarqué les gouttes de sueur, les vêtements salis, les ongles écorchés, les traces de sang provenant du crâne, tombant presque sur ses tempes. Jack était parfois secoué de délires paranoïaques, il allait bientôt être transféré dans l'asile de Broadmoor. Ce serait la dernière fois qu'il le verrait ainsi.

« Je m'ennuyais. »

Cette phrase résonna en Erwin. Il serra les poings. Il se releva, retrouva bien vite son calme, et approcha. Il observa l'homme en silence... Jack avait un sourire tordu. Erwin répondit en murmurant :

« Eh bien, là où tu vas, tu ne risques pas de t'ennuyer. »

Erwin s'en alla ensuite, il sentait que son corps était calme mais, quelque chose n'allait pas. Il y avait comme une tension dans son bas-ventre. Il était stressé? Non, ce n'était pas du stress... Une simple envie. Mais une envie de quoi ? Les émotions l'avaient quitté depuis longtemps... Mais les sensations, non.

Musique d'ambiance:
 

Après avoir achevé ses études de médecine, bien plus tôt que la majorité des gens, il avait eu l'occasion de rencontrer un grand psychologue qui tenta de l'analyser. Une tentation sans doute bien vaine, mais il eut l'opportunité d'aller ensuite voir un psychiatre. Tout de même, la science se devait d'étudier ce phénomène, un homme qui n'a aucun sentiment ou qui ne croit pas en avoir... Une foutue bête de foire oui. Mais cette fois, il refusa de rencontrer le psychiatre. Il débuta ses premières enquêtes en temps que légiste à l'âge de vingt-quatre ans. Il avait fini et eu son diplôme deux ans plus tôt que les autres, qu'importe. Maintenant, il pouvait s'intéresser à autre chose qu'à l'ennui perpétuel des cours.

L'anglais décida de s'intéresser aux crimes les plus sanglants. Un jour, alors qu'il était toujours aussi imperturbable dans son travail, un coéquipier lui demanda d'aller analyser une scène de crime.

Que serait une scène de crime sans un peu de sang?:
 

Erwin s'éloigna de la scène de crime, la tension en son ventre qui le tiraillait depuis quelques jours s'était calmée en voyant le sang. Il se demandait bien pourquoi. Mais voilà, le tueur aux dix commandements était apparu et Erwin allait enfin pouvoir s'amuser. Londres... Londres... Que de belles surprises... Plusieurs autres crimes furent annoncés, mais lui, il ne s'intéressait plus qu'à ceux du meurtrier aux dix commandements. Oh... Oui. L'anglais s'ennuyait lorsqu'il voyait d'autres crimes, il lui fallait du challenge, une mise en scène, du sang, quelque chose qui heurte la sensibilité des autres... Erwin aurait pu deviner qui était le meurtrier vu le nombre d'indices que cet amateur laissait derrière lui... Mais une chose le perturbait... Après neuf crimes... le dernier était en retard... Pourquoi ? Il n'y en avait plus ? Pourtant la police ne l'avait pas attrapé. Cela faisait plusieurs jours que Erwin s'ennuyait, seul dans son appartement, lisant les nouvelles du jour en feuilletant silencieusement le journal, en même temps, il écrivait de son autre main une lettre adressée au commissaire... Il fumait une cigarette en silence. La porte s'ouvrit. Il redressa son regard vers l'exact endroit où il avait déposé son couteau de cuisine. Une ombre s'avança, la pénombre empêchait Erwin de remarquer autre chose qu'une arme blanche, crantée. Un droitier, qui plus est.

Le britannique avait pris l'habitude d'écrire des deux mains, il était ambidextre, oui. Donc, pour cette fois, il allait agir avec la main gauche. L'homme sortit de la pénombre, malheureusement l'analyse ne put être faite, l'inconnu se jeta sur le légiste. Erwin se défendit en saisissant le poignet de l'homme, plus petit que lui, et en enfonçant la lame la plus proche dans l'agresseur.

« Merci... »

Erwin haussa un sourcil. L'homme venait de le remercier ? Il tomba. Face contre terre. Le médecin se contenta de le fixer d'un air froid. … Il songea... Oh non... Le dernier crime était... Tu ne tueras point. L'avait-il vu auparavant ? Avait-il remarqué qu'il était exactement comme lui ? Qu'il s'ennuyait ? Pourquoi... C'était clairement un suicide de l'attaquer lui... Erwin appela le commissaire. Il était calme. La tension était retombée. Tout était enfin terminé... Plus aucune gêne, plus aucun problème... Juste le silence. Le médecin prit une nouvelle cigarette et fuma silencieusement... Observant le corps qui se déversait sur son plancher. Le commissaire tenta de demander à Erwin s'il allait bien, ce dernier commenta juste le fait que la personne sur le sol était le tueur en série.

Il avait achevé son œuvre. Son magnifique tableau, où tout était bien organisé. Tout était parfait... Des scènes si bien orchestrées, si bien mises en place... Erwin ne pouvait que féliciter le travail que cet homme avait fourni... Malgré le fait que le médecin aurait pu le retrouver en l'espace de deux meurtres, il ne l'avait pas fait. Ce n'est pas son travail après tout.

Musique d'ambiance:
 

Plus les jours passaient et plus les meurtres lui revenaient à l'esprit. Plus il y songeait et plus la sensation, CETTE sensation de retirer la vie d'autrui lui revenait en mémoire. C'était... Tellement grisant. Une sensation des plus agréables, il voulait la ressentir à nouveau. Ce sentiment de plénitude... Il apprit, après qu'il existait un endroit sur Terre où d'étranges phénomènes se déroulaient. Le seul problème c'est que c'était en Amérique. Erwin n'avait pas vraiment une bonne relation avec les Amerloques. Jack en était un d'origine... Mais qu'importe. Il acheta un billet d'avion, il avait deux mois avant de partir. Il avait acheté une petite maison mitoyenne dans la grande rue de Gravity Falls. Donc pendant ces deux mois... Que pouvait-il donc faire ?

Pourquoi ne pas semer le trouble et la terreur ?

Deux mois. Juste deux mois de pur plaisir. Deux mois sans aucun ennui. Passant les nuits dehors, Erwin cherchait ses victimes. Il avait des gants en latex. Il passait dans les rues, cherchait les dealers. Il s'avançait. Les mains dans les poches... Sortait son couteau et éliminait. Nullement intéressé par l'argent ni par la drogue, il se contentait de remettre ça à la police. Seul le sang le calmait... Il attendait quelques jours... Puis... Lorsque de petits frissons parcouraient son ventre, il allait éliminer des proxénètes, des tueurs, des pédophiles, des violeurs, toutes sortes de criminels. Mais jamais d'innocents. Autant éviter de se faire enfermer pour meurtre... La police était même assez contente de lui... On l'appelait le Batman de Londres. Certains, mêmes, voulaient le rencontrer, mais la justice, elle, voulait l'enfermer. Aucun indice, pas d'écriture, pas de cheveux, pas d'empreintes. La perfection incarnée. Sur chaque scène de crime, il vérifiait avec son sens de l'observation pour vérifier qu'il n'avait rien laissé au hasard... Puis... Quand les deux mois furent écoulés, il se rendit à Gravity Falls, enfin. Arrivant là-bas... Il entra dans sa nouvelle habitation et déposa ses affaires... Silencieux. Voilà donc sa nouvelle vie... Il se demandait si les rumeurs étaient réelles. Si d'autres créatures existent, est-il possible qu'ils aient d'autres sentiments ? Tout cela pourrait être plus qu'intéressant...  

Quelques lignes sur vous

►Votre pseudo? Joker
►Ton âge? 15 ans, demain 16 /PAN/
►Comment as-tu trouvé ce forum? Mystère ~ Bon, j'avoue, quelqu'un m'a montré le chemin.
►Qu'en penses-tu? Magnifique, on en oublierait presque que c'est du forumactif.
►Des questions ou des remarques? Euh on pourrait avoir un code « tout sélectionner » pour les nouveaux et le code de la présentation éè ? (c'pas obligatoire hein, c'est juste une suggestion éè)
►Un double compte? Si oui, lequel? Nope

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 708
Dollars : 1814
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 26
Who am i !

Secret Files
Age du personnage:
Alignement: Chaotique Mauvais
Inventaire:

~ Justice? Actually, call that a murder. || Erwin Ross [Terminé] ~

MessageSujet: Re: ~ Justice? Actually, call that a murder. || Erwin Ross [Terminé] ~ Mer 5 Juil - 9:46

Fiche validée

Bienvenue à toi Erwin :swag: Juste "ouaw" tu as seize ans et tu écris déjà aussi bien? Oh et bon anniversaire en retard! :dance: Tu as fais le genre de personnage que j'aurais moi-même interprété alors ta fiche m'a beaucoup intéressé je dois dire et en plus inclure de la psychologie, ça me plais surtout quand c'est maitrisé. Il y a une certaine logique dans ton cheminement et tu as un très bon vocabulaire, je ne sais pas si cela était fait exprès et que tu t'es renseigné sur le sujet mais tu nous as crée un tueur organisé même s'il y a certains points qui ne colle pas tout à fait mais on ne peut pas correspondre toujours entièrement à un profil, les êtres humains sont bien plus complexes que cela et ne rentre pas constamment dans des cases. :oulala: Oh boy, je m'égare! Bref tout ça pour dire que je n'ai rien à redire à ta présentation. La description physique, mentale et surtout l'histoire sont complètes et j'ai hâte de voir ce que ton personnage donnera à Gravity Falls!
Je te valide immédiatement, n'hésite pas à m'invoquer si tu t’ennuies un peu trop, je connais beaucoup de méthodes pour passer le temps efficacement~


Pierre avec hiéroglyphe:
 
Grappin:
 
Réplique du chapeau de Stan:
 
Ou autres choses au Mystery Shack



Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Fiche du Commandant Erwin Smith (terminée)
» They call her The Wild Rose [Lily] (terminé)
» Ginger Ross [Terminée]
» Kit complet - Kathleen Ross [Terminé - Jake G. Kenway]
» La justice de Raphael [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gravity Falls: D VXQQB GDB :: Préambule :: Présentations des personnages :: Validées :: Validées [OC]-