Vampires, gnomes, loup-garou et démons. Gravity Falls est une ville qui attire les évènements paranormaux. 3 ans après, les jumeaux Pines décident d'y retourner. Mais qui pouvait s'attendre à de telles conséquences...

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
avatar
Messages : 1011
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 27
Who am i !

Feuille de personnage
Age du personnage:
Alignement: Chaotique Mauvais
Inventaire:

Mission #20: Just a prank [Dipper, Tristan, Anoki et Donovan]

MessageSujet: Re: Mission #20: Just a prank [Dipper, Tristan, Anoki et Donovan] Dim 26 Nov - 14:04






Mission #20: Just a prank

Oublions donc le rire du Pines et ses moqueries quant à la prank au bureau, mais c'est vrai qu'il n'y avait rien de bien méchant, cela avait quelque peu énervé sur le coup la victime mais rien de plus. Finalement il ne semble pas très rassuré de confier cela a un groupe comme le votre mais l'homme est plutôt pressé par ses taches quotidiennes alors il se contente de vous souhaiter bon courage et retourner à ses affaires.

[...]

Vous voilà à présent dans une entreprise de taille moyenne et d'où seul le tapotis du clavier de la réceptionniste semble briser le silence y régnant. L'un de vous s'avance vers elle et entame la conversation. Elle comprend vos paroles mais ici, ce n'est pas elle qui décide, alors elle appelle son supérieur hiérarchique et lui énonce brefment votre cas, bientôt elle raccroche et vous demande d'attendre l'arrivée de celui qui sera votre escorte jusqu'aux locaux et plus précisément la salle de vidéo de surveillance. Bientôt non pas un homme mais deux font leur apparition et vous serre la main tour à tour, l'un d'eux prend la parole.

-Bienvenue dans l'agence XXXXX, j'en suis le patron et voici l'un de mes salariés, la victime en question. Je n'ai que peu de temps à vous accorder mais puisque c'est XXXX qui vous envoie et que ces mauvaises blagues prennent un tournant dramatique, il est de mon devoir de vous aider du mieux que je puisses. Suivez-moi je vous prie.

L'homme vous mène bientôt à ce pour quoi vous êtes venu, après tout c'est un homme occupé alors plus vite il vous aura montré ce que vous désirez, plus vite il pourra se reconcentrer sur ses papiers. Dans la salle; un homme est déjà en train d'observer les caméras, non, il est en train de rembobiner un enregistrement, visiblement, avant de venir, le patron lui a dit de retrouver l'enregistrement et remettre au moment des faits. Vous voyez donc en accélérer les différents bureaux séparés par des cloisons pour plus de concentration alors que chacun a ses tiroirs, son ordinateur sur lequel il travaille, une imprimante et des photocopieuses non loin. Les employés font leur vie en accélérés et bientôt vous repérer l'homme de votre intérêt et son bureau. Rien d'anormal pour le moment. Peu à peu vous remarquez que la journée touche à sa fin, certains employés s'en vont et bientôt même l'homme aussi fait ses valises. Il n'y a bientôt plus personne, les locaux sont vides et toujours rien d'anormal. Pourtant en un temps record, vous voyez en une fraction de seconde la boite sur son bureau. Alors le patron fait un signe à l'homme qui gère les cameras.

-Reviens en arrière et met sur lecture.

L'autre acquiesce et s'exécute aussitôt, bientôt l'action reprend de manière normal. Il fait noir, c'est bien la nuit, plus personne n'est là, ou du moins, il semblerait. Vous attendez, votre regard est particulièrement porté sur le bureau de la victime, évidemment, puisque c'est là qu'il va y avoir l'action, oh bien sûr votre regard s'aventure un peu partout, juste au cas où il décèle une incohérence ou quelque chose de bizarre. Mais rien. Rien du tout. Le suspens est à son comble. Et pourtant, pour les plus aguerris, pendant l'espace d'une seconde, voir même moins, comme si on essayait de passer un message subliminal, voilà que l'écran grésille pour qu'on n'y distingue plus rien pendant cette fraction de seconde et que juste après.....elle est là. La boîte. C'est à n'y rien comprendre. Vous avez beau attendre davantage par la suite....il n'y a rien de plus. Rien. Le patron ne semble n'y rien comprendre et il échange un regard d'incompréhension avec ses salariés.

Ordre des réponses:






Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 547
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 22
Who am i !

Feuille de personnage
Age du personnage: 16 ans
Alignement: Loyal Neutre → Neutre Absolu
Inventaire:

Mission #20: Just a prank [Dipper, Tristan, Anoki et Donovan]

MessageSujet: Re: Mission #20: Just a prank [Dipper, Tristan, Anoki et Donovan] Lun 27 Nov - 15:44
It's just a Prank
#Genius and the others
Dipper se tenait droit, il ne vacillait pas malgré les regards portés sur lui. Certains désespéré, d'autre pas. Il gonflait même un peu le torse. Il aurait vraiment dû apporter l'une de ses pairs de lunettes. Celle d'Apocrypha par exemple. Il ne la portait pas dans son cœur, mais... elles étaient classe ! Personne ne pouvait le nier !
Et voilà que peu après ses dires, le rouquin leva son verre..... ou plutôt un gobelet en carton pas franchement classe. Et puis qu'est-ce qu'il y avait dedans d'abords ? Du coca ? Il n'allait tout de même pas se balader avec du pinard en pleine rue, hein ? Quoi que, fada comme il était... tout est possible à Gravity Falls !
Et ce petit sourire qu'il avait à l'adresse de Tristan. Dipper s'en méfia instinctivement. Il avait peur de remontrances face à leurs propos quelques peu borderline -surtout les siens-. Mais, à sa plus grande surprise il n'en fut rien.
Et son pote était tout aussi surprit que lui !

▷ Good point, kiddo. At least you’ve got some guts, I like it.

Wh.....what ?! Une blague ? Attendez. Donovan Leroy venait de reconnaître Tristan ?! Il aurait pu lui dire lorsqu'ils avaient fait la prank ! LA c'était couillu. Pas le fait de lancer une phrase comme ça qui était même pas offensante. Seriously, le blond avait juste énoncé un fait !
Et lui d'abords ? Il lui avait dit une tonne de trucs en plus ! Pourquoi ce type persistait à lui lancé un regard... désespéré ? ET IL LE POINTE DU DOIGT ?! Il ose ?! Mais que fait la police, ce Donovan Leroy est totalement irrespectueux !
Un minimum d'éducation pour un gérant de restaurant, c'est le minimum syndical. Really.

▷ And you… You really have to take some drama lessons. But we don’t have time for this so let’s just ignore that for now. Keep going.

Ignoré ?! Les yeux du Pines voguèrent entre Donovan et son meilleur ami. Pourquoi lui il avait toute la gloire ?! MAIS ! C'est injuste !! Il avait fait exprès de se rendre super cool afin qu'on l'admire. Vous savez, comme la bande à Wendy en mode petits voyous no regrets.
Il fut affreusement déçu de voir le blond au bord du suicide. Sa mine décomposée ne souhaitant qu'une chose, qu'on le pousse sous les roues d'une voiture. Ce facepalm de l'enfer d'un homme a de doigt d'une dépression nerveuse.
Dipper se sentit trahit.
Par son propre bro. Celui qui devrait approuver son comportement !

C'est alors que le démon en Tristan se réveilla. Ses yeux brillant de larmes menaçant de s'écrouler, cette voix basse et cet air particulièrement vulnérable. Le pouvoir de la victimisation !! Et même avec toute la détermination du monde de vouloir foutre la merde...
Dipper déglutit, le regardant droit dans les yeux, il déca. Lâchant un petit soupire.
Démoniaque ce Smilovski. Démoniaque.

▷ Dipper...et si on essayait vraiment de collaborer avec eux? Même s'ils ne sont pas des investigateurs du paranormal, ils pourront toujours nous protéger si ces pranksters s'en prennent à nous, est-ce qu'il ne vaudrait mieux pas éviter de les énerver encore davantage? Tu as vu ce que ça a donné avec Anoki...? Je pense qu'on devrait arrêter de les offenser.

Brr. Oh que oui. Il avait faillit se faire casser la gueule par l'indien. Et il pouvait encore sentir son aura de violence tout autours de lui. L'indien ne le portait pas dans son coeur et à raison ! Dipper, lui ? Disons qu'il lui en voulait plus pour s'être fait arnaqué au casino et un peu pour sa soeur aussi. Quoi que, elle change de cible comme le vent tourne, donc...
Peut-être devrait-il faire des efforts..... en effet, mais ça allait contre tout ce qu'ils s'étaient dit. Il ne voulait pas baisser le regard et encore moins s'excuser ! Ce n'est pas Tristan qui lui avait dit d'être plus fier et d'assumer ses actes ?! TU PARLES ! Pfftttt !
OK, c'était un bon point d'avoir deux gardes du corps et encore pas sûr que ces deux-là les protèges de part cette rancune non dissimulée. Et le fait que les pranksters ne s’attaquent qu'à des personnes entre 20 et 50 ans ne voulait rien dire. C'est juste qu'ils n'avaient pas encore l’occasion de s'attaquer à une autre tranche d'âge, voilà tout ! Il ne croyait pas non plus dans le fait que ces loubards avaient un code de conduite. Pas les enfant et les vieilles mémés. Pour des gens qui sabotent des freins de voitures, ce serait un comble !
Non non, ce n'était qu'une question de temps avant qu'une école primaire où une maison de repos se fasse toucher.
Ils devaient se dépêcher d'empêcher la catastrophe.

Si tous le monde ne l'ignore pas. Là, il allait se sentir particulièrement vexé. Mais eh, il avait l'habitude de travailler en duo solo.
Et voilà l'indien faire son agneau devant le pauvre homme.

▷ Ne vous tracassez pas pour cela monsieur, vous nous avez déjà bien aidé. Merci pour tout.

En effet, Dipper hocha la tête en guise de remerciement. Restant silencieux. Il réfléchissait beaucoup sur toutes ces informations apportés. Et ce qu'ils pourraient voir sur ces enregistrement audio. Pas sûr que ça donne beaucoup de pistes. Ce serait trop facile sinon !

▷ Si jamais les caméras des locaux ne sont pas concluantes, il y a toujours celles de Gideon. Ce petit con en a fait poser partout en ville. Au moins ça élargirait le champs de nos recherches et savoir que ça le fait chier n'en rendrait le geste que plus agréable.

Oh que oui !!!! Le brun hocha vivement la tête. Ils avaient un point commun. Ils n'aimaient pas Gideon ! En même temps, il faudrait être fou pour apprécier un dangereux hypocrite pareil. Seriously, il n'y avait que ces idiots et Tristan !
Il fallait avouer que le réseau de Gideon était sacrément efficace. Mais devoir fricoter avec lui pour y accéder... jamais. Et obliger Gideon à coopérer n'était pas une bonne chose. L'indien ne devrait pas le sous-estimer. Vraiment.
Et voilà que l'homme, pressé, partit. C'est dommage. Le Pines aurait aimé pouvoir enquêter à ses côté et l'interroger plus longuement. Sait-on jamais, il avait tout de même quelques infos sur le sujet !
Bref. Un gobelet à la poubelle plus tard.

[...]

Un grand bâtiment pour de grands bureaux. Tristan et Dipper se présentèrent à la secrétaire. Bien, au moins on ne les rejetait pas. Ils allaient pouvoir discuter avec un manager ou un patron !
Mais lorsque Dipper se retourna pour observer un peu les yeux, son regard loucha sur l'amérindien.
Anoki.
Sur un banc.
Les yeux fermés.
IL EST SÉRIEUX ?! LE TYPE S'ENDORT EN PLEINE ENQUÊTE ?!!!! Non mais c'est une blague !!!!!!!! Et le brun ne pu contenir sa stupéfaction.

▷ Mais il sert vraiment à rien lui !!

Mon Dieu, rien que de voir ça le mettait dans tout ses états. A se demander comment il était encore vivant s'il habitait à Gravity Falls ! C'est l'odeur de loup-garou qu'il a sûr lui qui repousse les autres créatures ? C'est à franchement se demander ! Les dangers sont partout. PARTOUT. Trust no One.
Et heureusement que le 'parton' de la boite arriva parcequ'il était à deux doigts d'aller le secouer. Mais non, s'il voulait rester là, qu'il y reste ! Lui allait le laisser tomber. Ca c'est sûr. Ils avaient Donovan pour les protéger n'est-ce-pas ?
Le patron arrive. Il commence à serrer des mains. De manière tout à fait naturelle, Dipper présenta lui aussi la sienne...... mais la poignée ne dura pas bien longtemps suite au squwich de ses mains poisseuses, d'un air dégouté de l'homme et un air tout à faire normal du Pines.
...

▷ Bienvenue dans l'agence XXXXX, j'en suis le patron et voici l'un de mes salariés, la victime en question. Je n'ai que peu de temps à vous accorder mais puisque c'est XXXX qui vous envoie et que ces mauvaises blagues prennent un tournant dramatique, il est de mon devoir de vous aider du mieux que je puisses. Suivez-moi je vous prie.

Et les voilà se mettre en routent ! Franchement, le brun espérait qu'Anoki les suive, mais... on sait jamais. Une petite visite rapide. Les bureaux étaient classiques. Les employés n'avaient que peu d'espace pour travailler. Tout juste une cloison de quelques centimètre faisant office d'espace vital... Dieu que c'était crevant pour eux. Lui détesterait travailler dans un endroit comme celui-ci. Être stressé, se bouger, pas d'aventure, cloitré, toujours le même décors, toujours la même routine... c'est à en devenir fou, n'est-ce-pas ? Ils n'ont même pas le temps de souffler les pauvres !

Ah ! Enfin les choses sérieuses ! Voilà la salle des caméras. Tien, c'était intéressant à voir. Ca ressemblait à la pièce du scanner d'esprit ! Mais avec un poil plus d'écran et des tableaux de bord. Le Pines n'attendit pas pour se pencher au dessus du gars afin d'avoir la meilleur vision possible de l'enregistrement -qui à un peu gêner la vision des autres-.
Même lorsqu'il rembobinait, le Pines regardait ATTENTIVEMENT.

La vie normale des employés. Jusqu'à la fin de journée où certains se mettaient à partir. Dieu que c'était utile les caméras pour fliquer. On avait pû voir un employer partir dans un coin avec une jolie secrétaire ou d'autres user de leur portable pendant le travail. Brr... savoir que Gideon a tout plein d'informations dans ce genre c'est flippant !
Puis toutes les lumières se stop................... attendez............. il vient de voir une boite apparaître !! Qu'est-ce-que c'est que ça !!!!! Le brun s’esclaffa, mais le patron mit des mots sur ses interrogations avant lui.

▷ Reviens en arrière et met sur lecture.

Oui, oui, oui !! Il voulait revoir ça tout de suite ! Et en ralentit !!
Il détailla chaque millisecondes. Demanda à revoir l'enregistrement au moins dix fois. Rien de visible sur la table. Rien de visible aux alentours. Pas d'employer se cachant sous les bureaux -il demanda de voir tous les angles de caméra de la pièce-.
Qu-.... un grésillement. Et la boite apparaissait. Ce n'était décidément pas normal. Si les employés étaient mal à l'aise. On pouvait distinguer une lueur briller dans les yeux du brun. Un sourire se dessina bientôt sur son visage, ses mains tremblaient d'excitation. Ca sentait le surnaturel tout ça. Mais il allait devoir le confirmer avant.
Le Pines était ailleurs il s'imaginait déjà milles et uns scénarios. Les pires. Ceux où ils seraient en danger. Par exemple. A trop vouloir en savoir sur ces troubles-faits.

Le voilà tel un expert en phénomène paranormal. Il exigea de voir les temps de reccords, mais il n'y avait aucune anomalie entre les heures les minutes et les secondes. Comme si personne n'avait coupé un bout d'enregistrement.... mais trafiquer les données, c'est la base. Il......ne s'arrêterait pas là.
Il demanda si les caméras avaient d'autres options, infrarouge par exemple. Sachant que la pièce est sombre. Mais... elle n'était pas aussi équipée.
Alors il réfléchit. Quelqu'un aurait très bien pu venir pour arrêter et couper un très court moment d'enregistrement et trafiquer les chiffres d'où le grésillement. Ou alors... il allait lui falloir bien plus de preuves. Maudit soit-il pour ne pas avoir emmener de détecteur ni autre outil quel qu'il soit.

▷ Y'a moyen de pirater votre système ? J'aimerais voir si quelqu'un a trafiqué les enregistrements.


Enfin, il y avait de forte chance que la personne qui ait fait ça ait effacé ses traces, mais cela lui donnerait une indication sur son niveau de compétence. Car ça, c'est beaucoup plus difficile.

Oui. Dipper Pines s'était calmé. Il ne jouait plus les gamins fier qui voulait faire son intéressant. De toute façons, il avait bien vu que ça ne marchait pas... maintenant était l'heure de l'enquête et monsieur était on ne peut plus sérieux. Il allait faire preuve de tout ses talents.

©️️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 87
Date d'inscription : 12/06/2017
Who am i !

Feuille de personnage
Age du personnage: 39
Alignement: Loyal mauvais
Inventaire:

Mission #20: Just a prank [Dipper, Tristan, Anoki et Donovan]

MessageSujet: Re: Mission #20: Just a prank [Dipper, Tristan, Anoki et Donovan] Mar 28 Nov - 21:39
One prank is enoughft. Dipper, Tristan & Anoki

Ohoh, c’est qu’il y avait de l’orage dans l’air entre les deux plus jeunes du groupe ~
S’il y avait une chose que Donovan n’avait pas envisagé immédiatement, c’était bien ça.
Ils étaient tous les quatre sur le même fil de funambule. Le moindre faux pas de la part de l’un d’eux et crac. Les choses tourneraient au vinaigre pour l’équipe de fortune. Que lui ou Anoki s'embrouillent avec les deux perturbateurs, c'était presque une évidence. Mais les chances que le duo inséparables se déchire étaient bien plus faibles tout de même, non ?... C’était à voir dans le futur.

Faites vos jeux, mesdemoiselles messieurs !

Donovan et les probabilités, une grande histoire d’amour.
Quoi de plus amusant que de chercher toutes les solutions avant même d’en trouver ne serait-ce qu’une. Quand vous travaillez dans un groupe criminel, il n’y a pas qu’un seul chemin. Il faut s’attendre à tout. Qu’une mission se passe sans accroche était rare, parce que tout peut arriver, et ce à n’importe quel moment. Une embuscade, une confrontation  impromptue, un obstacle. Ne serait-ce qu’un ralentissement sur la route et tout votre plan pouvait tomber à l’eau. Une fraction de seconde suffit, et rien ne va plus.
L’expérience sur le terrain était souvent plus coûteuse que celle à ce tourner les pouces derrière un bureau. Il devait être plus chanceux que les autres pour avoir réussi à apprendre sur le tas sans essuyer d’échec mémorable.

Et puis, il y avait ces cinq années passées à Gravity Falls. Cinq ans, ce n’est pas rien. La ville était trop étrange pour qu’il n’y ait qu’un seul «scénar». Leurs pranksters pouvaient ne pas être humain ou être aidé par une source surnaturelle... Pourquoi ne s'agissait-il pas de gnomes ou de gosses possédés, hun ? ...Et pourquoi pas le père Noël aussi, Dono ?

L’entreprise auquel appartenait le plaignant n’était pas bien grande. Pas riquiqui non plus. En somme, une entreprise locale pas forcément très connue mais qui devait fonctionner assez bien dans l’ensemble. Ils patientèrent à l’accueil, le jeune Smilovski se renseignant auprès d’une réceptionniste. Donovan allait le laisser faire. Il s’adossa contre un mur en attendant l’arrivée du Big Boss sans payer beaucoup d’attention aux trois autres hommes. Non, le social n’était pas leur fort à eux tous, forcément. Que gagnerait le grand roux à faire ami-ami ou à discuter de bricoles ? Pas grand-chose. De plus, un rapide coup d’œil autour de lui lui permit de constater que l’amérindien s’était posé lui aussi dans un coin et avait, semble-t-il, entreprit l’urgente mission de se reposer les yeux, ou appelez cela comme vous le voulez. Qui pouvait bien s’en plaindre-…

Mais il sert vraiment à rien lui !!

Dipper Pines, of course.

Quoiqu’à ce sujet, Donovan doutait des facultés du Shoshone à résoudre leur enquête avec les yeux clos et le cul sur une banquette. À chacun ses méthodes, comme disait souvent Chrom. Le récent chef de famille –plus si récent que ça– n’était pas un des meilleurs exemples à suivre mais au moins pouvait-on dire qu’il n’était pas homme à se prendre la tête.

Le cuistot resta donc silencieux, ne voulant prendre le parti de personne dans cette affaire. Il ne savait pas ce qu’il s’était passé entre ces trois-là, mais la période des pranks ne devaient pas avoir arrangé les choses à ce qu’il pouvait voir.

Lorsque le patron leur fit la grâce de sa présence, accompagné d’un larbin, Donovan était déjà aux côtés des étudiants, près à leur serrer la main avec un sourire poli. Il était le plus âgé, alors ce fut le premier à avoir le droit à des salutations en bonne et due forme de la part des deux nouveaux arrivants. Bien lui en prit.
Comme il l’avait dit plus tôt, nier la présence de Dipper Pines était un choix judicieux. Cela permettait en soit de ne pas se laisser déconcentrer et, dans la situation présente, éviter d’être plus dégoûté de lui. Le « spouitch » répugnant fut donc royalement ignoré, puis ils passèrent tous à autre chose : la salle de vidéo surveillance. Enfin, ils entraient dans le vif du sujet. Ces caméras étaient la clé de leur enquête.
Cependant, Donovan avait un sentiment étrange.

Il fixe les enregistrements, son attention captée sur chaque détail. Ses yeux acier parcourent l’écran, criblent les pixels. Arriv l’instant tant attendu. Sa respiration diminue au fur et à mesure que le compteur avance, seconde après seconde. C’en est presque frustrant. Le bureau est vide. Et cette saleté de caméra part en vrille un millième de seconde et paf ! Le paquet. Tout beau tout propre, là où, quelques instants avant, il n’y avait rien.
Pas de signe d’effractions, de portes qui se referment. Pas de coupable pris la main dans le sac, fanfaronnant sur sa future blague.

Dammit ! Ils étaient à deux doigts d’avoir un indice sur le ou les agitateurs ! Donovan serra les mâchoires, consterné. Intérieurement le rouquin bourdonnait, bien que de façade son expression demeurait la même. De toute évidence, le propriétaire de la boîte était lui aussi surpris. Comme ses employés.

Impassible, il observa le Pines demander à revoir la séquence, encore et encore. Rien qu’il n’ait déjà vu. Il vérifia mais nada. Niet.

Y'a moyen de pirater votre système ? J'aimerais voir si quelqu'un a trafiqué les enregistrements.


L’adolescent aurait-il appuyé sur l’interrupteur correct cette fois ? Fort bien, ils allaient pouvoir travailler sérieusement. L’idée n’était pas bête, mais il n’était pas sûr que la société accepte de donner ainsi l’accès à ses codes. La police aurait déjà galéré à les obtenir avec un mandat, alors deux gamins et deux adultes qui débarquaient avec le prétexte d’aider Jean-Michel Victime ? Ils verraient.

Ils n’étaient pas une équipe de choc mais ça aurait pu être pire. S’ils laissaient leurs différents à part le temps de l’enquête, ils avaient une chance de réussir. Ou pas. Seul le temps le leur dirait, aha.
Donovan se tourna à son tour vers ceux qui les accompagnaient, mais préféra s’adresser à l’employé :

On nous a dit que cela s’est produit hier, n’est-ce pas ? Qu’avez-vous fait du paquet ?

Il ne voulait pas le bousculer mais espérait qu’il ait gardé le mystérieux coli. Les tartes piégées, ça ne tombait pas du ciel ou alors il fallait être bien con pour le croire. Mais ils étaient à Gravity Falls, vous m’direz.

Si les caméras ne donnent rien, on pourrait inspecter la scène de l’incident. Brièvement, bien entendu, si cela ne vous dérange pas Mr. XXXXX.

Malheureusement, le nombre de bureaux l’inquiétaient. Les aller retours des salariés, ne serait-ce qu’en deux jours, brouillaient les éventuelles pistes. Ils n’avaient pas de matériels adaptés mais trouveraient bien de quoi improviser si besoin était.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 279
Date d'inscription : 11/12/2016
Who am i !

Feuille de personnage
Age du personnage: 17 ans
Alignement: ???
Inventaire:

Mission #20: Just a prank [Dipper, Tristan, Anoki et Donovan]

MessageSujet: Re: Mission #20: Just a prank [Dipper, Tristan, Anoki et Donovan] Sam 9 Déc - 22:26
Just
a prank




« You only have one life, better have fun while you can. »

Mais qu'avait-il tous avec Gideon? "Petit con"? Ce n'est vraiment pas très gentil! Il s'agit de son ami! Qu'a-t-il bien fait à Anoki pour ne pas qu'il l'apprécie? Etait-il jaloux de son succès? Non, après tout, lui aussi est populaire. Est-ce que le magicien lui aussi aurait eu un conflit avec l'indien? Ou alors était-ce par rapport à ce dont il venait de parler? Les caméras. C'est vrai qu'il n'était pas le seul à ne pas avoir apprécier, la famille Pines aussi avait grincé des dents, il avait aussi dû dans son cas refuser d'en mettre chez lui, son père avait été contre, sa soeur elle s'en fichait et lui-même n'aimait pas trop de manquer d'intimité, paranoïaque qu'il était il imaginait déjà que quelqu'un pourrait l'observer dans les moments les plus gênants de sa vie quotidienne. Oh bien sûr il ne suspectait pas son ami hein!! Mais....quelqu'un ou quelque chose d'autre. Passons.

▷ Mais il sert vraiment à rien lui !!

Le blond se retourne sous le commentaire du brun pour constater par lui-même de quoi il pouvait bien parler et surtout à qui il s'adressait, enfin, plutôt qui il désignait. Ah, le Lawrence dormait, enfin, ou peut-être pas? Il aurait pu gueuler lui aussi mais haussa simplement les épaules, à quoi bon mettre de l'huile sur le feu? Est-ce que le plus jeune n'en avait pas eu assez la dernière fois ou est-ce qu'il était suicidaire à ce point? Ce n'est pas parce qu'il fermait les yeux qu'il n'entendait rien. Il n'avait pas envie de tester pour savoir et puis chercher ainsi le conflit....pourquoi? Déjà qu'il n'appréciait pas trop d'être en colère ou bouder quelqu'un, comment pouvait-on aimer de se mettre quelqu'un à dos, hein? Il préférait mieux s'entendre avec l'indien mais...ce n'était pas le cas, il lui faudrait peut-être du temps pour oublier? Pardonner? Il pardonne rapidement mais il y a des choses qui passent moins que d'autres.
Passons.
Il attendait sans prêter attention à son entourage, cela vallait mieux ainsi. Il laissa Donovan et Dipper serrer en premier la main des deux qui....esquissèrent une grimace? Qu'est-ce qu'il y a? Quelque chose ne va...pas. Yep, il a sa réponse lorsqu'il serre la main deux deux, qui semblent presque le remercier de prendre les dégâts et leur en débarrasser. Iiiiiuuuuh. Et Anoki qui avait la chance de passer en dernier! Le blond paru soudainement plus...mal à l'aise et sorti un mouchoir discrètement pour s'essuyer les mains. Non mais franchement on a pas idée d'avoir des mains pareilles! Il plaignait le pauvre Pines d'être si....d'être ainsi! Qui aimerait suer autant? Et le pire, c'est qu'il ne s'en rendait pas compte, l'insouciance à dû bon mais dans ce cas de figure, est-ce que c'est vraiment une bonne chose? Il ne saurait le dire.

Lors des présentations, le blond acquiesce respectueusement pour les remercier de les accepter en ces lieux, il allait se présenter mais le patron n'attend pas, le voilà faire une légère moue qu'il dissipe rapidement, ce n'est pas comme si c'est nécessaire pour eux on dirait, c'est déjà bien qu'il leur consacre du temps, alors il n'a pas le droit de se plaindre de son côté pressé, c'est normal. Mais après tout, peut-être que c'est ici qu'il travaillera plus tard, dans un endroit confiné ou les rêves sont étouffées au profit du rendement, de bruit des machines, des piles de papiers à s'occuper, du tapotis des claviers et des quelques conversations redondantes dans la salle de repos au détour d'un café. Une vie normale et ennuyeuse comme la sienne à vrai dire, c'est ce qu'il veux...n'est-ce pas? ... Il ne sait plus trop depuis quelques temps, les aventures qu'il a vécu au côté de Dipper Pines l'ont fait quelque peu réfléchir...ce n'est pas si mal à part quand ils sont vraiment dans la merde, mais il n'y a pas que de mauvaises rencontres.

Ils arrivent dans la salle de surveillance, c'est toujours impressionnant de voir derrière les coulisses tout ce qu'il se passe, il a déjà vu dans les films mais là il a l'impression d'être important! Quoi? Il a l'air d'un gosse? Maaaaiiiis il est juste un peu intimidé par tous ces appareils! Il se reconcentre bien vite lorsque l'enregistrement passe. Il entend des exclamations mais euh...il ne comprend pas? Enfin si, le cadeau apparait comme ça, subitement, sans explication et pourtant on dirait que le Pines y a vu quelque chose de fascinant. Même le roux semble concentrer sur...quelque chose...il est le seul larguer ou...? Il se tournerait presque vers Anoki pour savoir s'il comprenait quelque chose? Visiblement cet enregistrement ne les aidait pas. Enfin tout ce qu'ils ont vu...c'est qu'ils n'ont rien vu! Rien d'anormal à part le paquet! Comment c'était possible!! Peu importe ce que c'était on l'aurait vu non?! Et puis ils remettent en arrière plus lentement et là, il le voit, ce millième de seconde où l'écran grésille et paf, le cadeau sur le bureau. C'est à son tour de pousser une petite exclamation. Qu'est-ce que ça pouvait bien vouloir dire? Beaucoup de chose à vrai dire...et pourtant rien à la fois. Le blond rentra dans une profonde réflexion même s'il écoutait ses coéquipiers en hochant la tête visiblement d'accord avec chacune de leurs interventions.

▷ Y'a moyen de pirater votre système ? J'aimerais voir si quelqu'un a trafiqué les enregistrements.
-On nous a dit que cela s’est produit hier, n’est-ce pas ? Qu’avez-vous fait du paquet ? Si les caméras ne donnent rien, on pourrait inspecter la scène de l’incident. Brièvement, bien entendu, si cela ne vous dérange pas Mr. XXXXX.

Oui! Oui ce sont de très bonnes idées! Ils avançaient enfin! Un vrai esprit d'équipe, le voilà presque rayonnant de voir qu'enfin ils allaient pouvoir résoudre cette affaire tous ensemble...peu importe s'ils s'agit de deux personnes qui ne les apprécies pas dont une qu'il préférait éviter mais le plus important c'est d'aider ces gens et faire en sorte de trouver le coupable! Pour les innocenter! Bientôt le voilà poser sa petite pierre à l'édifice du mieux qu'il pouvait en se tournant vers la victime de la prank.

-Excusez-moi monsieur, est-ce que vous auriez des ennemis? Des personnes qui vous en voudrait à vous ou peut-être à l'entreprise? Auriez-vous vu des personnes ou toujours la même voiture tourner autour de l'établissement, assister à des choses inhabituelles?

Oui il avait toujours entendu ce genre de questions dans les films alors....eh, on aide comme on peut!




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 491
Date d'inscription : 16/12/2016
Who am i !

Feuille de personnage
Age du personnage: 21 ans
Alignement: neutre bon
Inventaire:

Mission #20: Just a prank [Dipper, Tristan, Anoki et Donovan]

MessageSujet: Re: Mission #20: Just a prank [Dipper, Tristan, Anoki et Donovan] Dim 10 Déc - 18:52
Mission #20: Just a prankDipper & Donovan & TristanAvachi contre le banc qu'il avait fait sien, malgré les paupières closes, le chaman pouvait sentir ce qu'il se passait autour de lui. Le monde paraissait beaucoup plus clair quand les yeux n'étaient plus là pour mentir. Les yeux, ces organes dont les humains se fiaient beaucoup trop. Cela ne pouvait que leur porter préjudice. Les ondes, elles, ne mentaient pas. Pas plus qu'elles pouvaient cacher. Mais pour pouvoir les voir, il fallait un tant soit peu se concentrer. Chose fort peu aisée quand il y en a toujours un pour vous brailler dans les oreilles d'une voix stridente et nasillarde.

Ce crissement de craie contre le tableau, cette fourchette qui dérape sur l'assiette en plein repas, cette porte grinçante de ne pas avoir été huilée depuis fort longtemps, cette gomme qui surchauffe sur le bitume quand une voiture pile. Oui tout cela réuni dans la même et unique bouche : celle de Dipper Pines. Était-il en colère ? Surpris ? Dérouté ? Il n'en savait rien mais son apparente fainéantise l'avait fait réagir. Il semblerait donc que cette enquête lui tienne bien à cœur. Peut-être que finalement il n'était pas responsable, lui et son partenaire de crime, de la nouvelle vagues de pranks qui sévissaient en ville.

Le doute s’installait dès lors dans son esprit. D'après ce qu'il avait ressenti, quelque chose c'était passé dans ces locaux mais trop de mouvements et de présences perturbaient son don. Les événements étaient bien trop vieux pour qu'il puisse ressentir plus précisément. Cette voie étaient inutilisable, il devait donc emprunter une autre piste. Ouvrant un œil après la remarque de l'adolescent, l'orientant dans sa direction, il tenta de se justifier tout en ne dévoilant pas tout de son secret.

« - Après une nuit à bosser au casino, trois heures de sommeil et un accident d'évité, permets-moi de me reposer juste cinq minutes et de réfléchir sur les informations que nous avons à disposition. »

Et l'amérindien en était resté là. Pas de remarque cinglante ni même de regard meurtrier. Cette fois, il c'était défendu plutôt que d'attaquer. Cela changeait de la dernière fois où il avait laissé ses soupapes exploser. Mais les dommages étaient irréparables : il avait instauré une méfiance chez les deux garçons et le comprenait que trop bien. Un poing levé bien haut était une raison plus que suffisante pour craindre quelqu'un. Après tout, les gens ne disaient-ils pas qu'une fois qu'un chien avait mordu, inlassablement il finira par recommencer.

Se passant une main devant le visage puis s'arrêtant quelques instants sur l'arête de son nez, il la pinça pour réveiller ses yeux avant de reporter son regard vers l'autre homme installé contre l'un des murs. À cette vision, un sourire réapparu. Ce cher Donovan, il avait été le titiller dans son antre il y avait quelques temps de cela et n'avait pas été déçu du résultat.

Loin de là. ~

Il aimait sa trempe et sa manière de régler ses problèmes. C'était un bon manager qui avait un talent indéniable pour la cuisine. Aucun doute que son établissement continuerait de fleurir. Même si cela faisait déjà cinq ans que le Crowned Stag perdurait, nul doute qu'il avait encore plusieurs dizaines d'années devant lui. Un bistrot alliant qualité et prix abordable, cela ne courrait pas les rues. Il devait avouer qu'il avait lui-même été conquis et n'hésiterait pas à faire partie des clients les plus fidèles. Nul doute à cela.

Puis son regard se tourne vers les nouveaux venus et se relève tandis qu'ils serraient les mains de Donovan, Dipper puis Tristan. Ne ratant pas, au passage, le regard qu'ils échangèrent alors que la sueur du petit brun passait de main en main. Petite pensée émue pour le pauvre blondinet qui en avait écopé et qui tentait de cacher ce mouchoir salvateur. À son tour, on lui tendit les mains et son regard bigarré d'y arrêta quelques instants, semblant peser le pour et le contre. Finalement, pour ne pas faire mauvaise impression, il fini par les serrer non sans prévoir un mouchoir à son tour. Dès qu'il le pourrait, un rapide passage aux chiottes serait programmé pour aller désinfecter tout cela à grands renforts d'eau et de savon. Le métis en venait à louer le soin où, préoccupé de protéger sa petite sœur de l'ire du blond, il en avait oublié de lui serrer la main tendue.

De toute façon, il pouvait faire appel à ses coutumes comme prétextes pour ne pas serrer la main des gens. Une étreinte : cela sauvait des mains moites, mais pas des odeurs corporelles désagréables. Et puis depuis son attaque à la fête foraine, il n'était pas très enthousiasmé par les contacts physiques. À quelques exceptions prêts : ceux en qui il avait confiance. Le reste ? Ils sentiraient une légère tension dans le corps du basané s'ils arrivaient à le toucher.

D'un œil distrait, il regardait les différents bureaux. Semblables aux locaux de son père. Après tout, toutes les entreprises finissaient par se ressembler : une ruche où chaque abeille se contentait d'une petite alvéole pour vivre. Vie répétitive et insipide, dénuée de bonheur et de couleur. Au moins ce n'était pas sa vie et pour cela, il ne pouvait que louer la sienne pour avoir prit un chemin tout autre que celui de ces employés. Que les esprits le gardent.

Bon dernier du groupe, il les suivit sans mot dire, trop plongé dans ses pensées à tel point qu'il manqua de se prendre la porte en pleine poire. Au moins cela alimenterait l'image qui faisait de lui une personne toujours dans la lune. Cela sauverait les apparences. Une fois de plus. Remit de ses émotions fortes, il utilisa sa grande taille pour se permettre de rester derrière tout en ayant une bonne vue sur l'écran qui rembobinait la vie passée dans ces locaux, jusqu'à l'instant qu'ils attendaient tous. Les images qui allaient innocenter ou alors accuser à jamais Mason Pines et Tristan Smilvoski.

Ou pas. Le cadeau présent avait disparu lors du rebobinage mais qu'à cela ne tienne, ils pouvaient toujours relancer dans l'autre sens la bande passante, voir même faire un arrêt sur image. C'est ce qu'il se passa. Sous l'ordre, le salarié lança la vidéo et contre toute attente aucun suspect à l'horizon. L'espace d'une seconde il n'y avait rien sur la table, un grésillement puis voilà le paquet apparu. Comme par enchantement.

Un frisson parcouru le long de l'échine du métis tandis que de nouvelles possibilités apparaissaient dans sa tête. Tout ceci n'avait rien de normal. Il en était maintenant persuadé. Face au fait accompli, plusieurs théories naissaient parmi les protagonistes : un enregistrement trafiqué, un acte de vengeance. Toutes aussi valables les unes que les autres. Silencieux, il croisa les bras prêt à aller inspecter la boite et cette fois il ne laisserait personne briser sa concentration : il devait s'assurer que ce n'était pas le fait d'esprits. Auquel cas il serait vraiment dans la merde même s'il avait pour alliés les deux petits génies du crime et un homme à la tête froide.

En attendant, il préféra écouter les réponses sans pour autant faire part de sa théorie : celle des esprits frappeurs. Après tout, il n'était qu'un habitant lambda parmi tant d'autres vivant dans une tranquille petite bourgade au milieu des bois, le surnaturel était plutôt évité que partagé. Désireux d'en apprendre plus, le natif préféra donc poser des questions relatives à l'établissement ou à une probable cause de jalousie ou de vengeance. Le monde des affaires pouvait se montrer bien impitoyable quelques fois, il était plus que bien placé pour le savoir.

« - Votre établissement a-t-il subi une évolution récemment ? Des licenciement ? Un rachat peut-être ? Les personnes touchées font-elles toutes parties de vos locaux ?  »
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 1011
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 27
Who am i !

Feuille de personnage
Age du personnage:
Alignement: Chaotique Mauvais
Inventaire:

Mission #20: Just a prank [Dipper, Tristan, Anoki et Donovan]

MessageSujet: Re: Mission #20: Just a prank [Dipper, Tristan, Anoki et Donovan] Mar 12 Déc - 1:25






Mission #20: Just a prank

Vous voilà enfin accordés, unis dans l'adversité! Les questions et les suggestions fusent, le personnel ne saurait plus où donner de la tête mais vous êtes tous très pertinent, on vous écoute avec attention.

▷ Y'a moyen de pirater votre système ? J'aimerais voir si quelqu'un a trafiqué les enregistrements.

Le patron fronce les sourcils et fait signe à son employé chargé des cameras de se mettre au travail pour le savoir aussitôt tout en répondant au brun.

-Notre système est plutôt bien protéger mais nous allons savoir dans quelques instants si quelqu'un a réussi à trafiqué les enregistrements, c'est une possibilité que nous n’excluons pas mais le seul à avoir les clés de cette salle est la personne ici présente et moi-même.

-On nous a dit que cela s’est produit hier, n’est-ce pas ? Qu’avez-vous fait du paquet ? Si les caméras ne donnent rien, on pourrait inspecter la scène de l’incident. Brièvement, bien entendu, si cela ne vous dérange pas Mr. XXXXX.

Là, c'est la victime qui semble un peu ennuyée.

-Oui hier, eh bien...je suis désolé, nous n'avons pas vraiment cette blague au sérieux, j'ai jeter presqu'aussitôt la boîte à la poubelle et comme vous vous doutez, nous vidons les poubelles chaque soir, je suis désolé, si j'avais sû que cela avait une quelconque importance...je l'aurais garder, j'étais plus en colère qu'autre chose sur l'instant et j'ai plus pensé à m'en débarrasser plutôt qu'à en rechercher l'auteur. Mais vous pouvez tout à fait inspecter mon bureau, enfin...j'ai dû...à nouveau travailler dessus hier et aujourd'hui après l'incident alors je ne sais pas s'il reste vraiment beaucoup de détails ou d'indices qui pourraient vous servir.

Oui la scène du crime était donc altéré voir complétement faussée par les allées et venues de non seulement la victime, mais certainement même de ses collègues de travail et du patron; pas vraiment facile de garder une scène "propre" dans de telles circonstances à part si la prank avait été plus grave.

-Excusez-moi monsieur, est-ce que vous auriez des ennemis? Des personnes qui vous en voudrait à vous ou peut-être à l'entreprise? Auriez-vous vu des personnes ou toujours la même voiture tourner autour de l'établissement, assister à des choses inhabituelles?

-Non pas spécialement d'ennemis, bon il y a peut-être certaine personne qui ne m'appréciait pas plus que cela, je n'ai pas remarqué de voiture ou de choses inhabituelles se produire.

-Dans le cas de l'entreprise, hum...nous avons bien de la concurrence avec d'autres entreprises mais je ne les vois pas faire ce genre de chose.

« - Votre établissement a-t-il subi une évolution récemment ? Des licenciement ? Un rachat peut-être ? Les personnes touchées font-elles toutes parties de vos locaux ?  »

Là par contre le gérant réfléchit un bon moment puis déclare.

-Effectivement, il y a deux semaines j'ai viré un de mes employés, vous pensez que ça aurait un rapport? Il n'est pourtant pas le genre de personne à...mais c'est vrai qu'après tout, un homme avec une famille à charge peut être capable de tout. Je vais vous donner son adresse, il est à une vingtaine de minutes d'ici.

Voilà ainsi l'homme prendre une petite feuille de calepin trainant sur le bureau et sortir un stylo de sa poche de veste et écrire ainsi une possible nouvelle piste? Bientôt le professionnel se tourna vers le groupe mais surtout son patron.

-Nan il n'y a rien, pas de modification, c'est bien l'original.


Ordre des réponses:






Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 547
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 22
Who am i !

Feuille de personnage
Age du personnage: 16 ans
Alignement: Loyal Neutre → Neutre Absolu
Inventaire:

Mission #20: Just a prank [Dipper, Tristan, Anoki et Donovan]

MessageSujet: Re: Mission #20: Just a prank [Dipper, Tristan, Anoki et Donovan] Mer 13 Déc - 22:05
It's just a Prank
#Genius and the others
▷ Notre système est plutôt bien protéger mais nous allons savoir dans quelques instants si quelqu'un a réussi à trafiqué les enregistrements, c'est une possibilité que nous n’excluons pas mais le seul à avoir les clés de cette salle est la personne ici présente et moi-même.

Le Pines passa sa main sur son menton. Les yeux profondément encrés dans son interlocuteur. Perçant au travers de ce directeur dans une intense réflexion et donnant également tout son attention. Il écoutait chacun de ses mots.
Plutôt bien protéger ? Le stiptch normal d'une entreprise. En vérité il n'en est rien. Peut-être que lui et Tristan n'y arriverait pas. Mais Jérémy, lui, il te tombe ça dans la soirée si on lui passe un coup de fil. Il disait être le seul à avoir la clé et son employé, mais cela ne voulait rien dire. Il suffit de brancher son ordinateur dans le réseau commun et on peut le faire de là.
Il fit tout de même la moue. Comme il s'y attendait au vu de ses paroles, il n'allait certainement pas le laisser procéder lui. Et c'est bien dommage... mais il ne va rien dire. Parceque ça envenimerait la situation. Le gars pourrait se braquer et tous les jeter dehors alors qu'ils ont encore pleins de questions !

▷ On nous a dit que cela s’est produit hier, n’est-ce pas ? Qu’avez-vous fait du paquet ?

Le paquet, oui ! Bonne question de la part du roux. Ils trouveraient peut être des indices dessus ! Des marques. Une étiquette de fabrication. Un mot caché ? Pour faire des pranks d'aussi grande envergure, il ne serait pas improbable que ce cher prankster ait une signature. Pour s’attribuer les mérites évidemment. Et il comprenait tout à fait ça.

▷ Si les caméras ne donnent rien, on pourrait inspecter la scène de l’incident. Brièvement, bien entendu, si cela ne vous dérange pas Mr. XXXXX.

Hm. Evidemment, mais pour avoir fait une prank aussi bien élaborée et avec le temps qui a passé (notamment la foule, parce-que Dieu que ce bureau est vivant !), il doutait trouver quoi que ce soit. Mais en effet, c'était un passage obligatoire dans une enquête. Si vouée à l'échec soit-elle.

▷ Oui hier, eh bien...je suis désolé, nous n'avons pas vraiment prit cette blague au sérieux, j'ai jeter presqu'aussitôt la boîte à la poubelle et comme vous vous doutez, nous vidons les poubelles chaque soir, je suis désolé, si j'avais sû que cela avait une quelconque importance...je l'aurais garder, j'étais plus en colère qu'autre chose sur l'instant et j'ai plus pensé à m'en débarrasser plutôt qu'à en rechercher l'auteur. Mais vous pouvez tout à fait inspecter mon bureau, enfin...j'ai dû...à nouveau travailler dessus hier et aujourd'hui après l'incident alors je ne sais pas s'il reste vraiment beaucoup de détails ou d'indices qui pourraient vous servir.

Ah. Un grand classique. En revanche, vu la récente prank et le fait qu'ils jettent les ordures tous les matins, le carton devrait encore pouvoir se retrouver dans la benne à ordure ! Et oui ! Les éboueurs ne sont pas encore passés. Ce n'est donc pas un problème de la retrouvée lorsque l'on s'appelle Dipper Pines !
Il retourna sa casquette tel sacha dans pokémons. Disant ses mots comme s'ils étaient tout à fait normaux et habituel pour lui. Creeeeeeep.

▷ Nos souçis ! On fouillera dans la benne à ordure biensûr !

Le voilà remettre sa casquette comme si de rien n'était alors que le directeur jeta un regard étrange aux autres de la bande en mode, seriously ?
Si eux n'avait pas prit cette prank au sérieux... le Pines, après ses mystérieux enregistrement OUI ! Il se sentait tel Sherlock Holmes et son fidel bras droit John Watson en tant que Tristan Smilovski. James Moriarty était incarné par Donovan, évidemment. Pour sa classe et sa prestance tandis qu'Anoki... il le voyait bien en Mycroft du genre grand frère qui fait chier mais qui est utile. Enfin........ sauf que Mycroft ne dors PAS pendant les enquêtes.

▷ Excusez-moi monsieur, est-ce que vous auriez des ennemis? Des personnes qui vous en voudrait à vous ou peut-être à l'entreprise? Auriez-vous vu des personnes ou toujours la même voiture tourner autour de l'établissement, assister à des choses inhabituelles?

La base de la base. Mais il est important de poser cette question. Good job mister Watson. Enfin, faudrait que le type ait une sacré dent contre toute la ville pour se venger sur toute la ville. A moins que ses autres pranks ne masques celle qu'il voulait faire vraiment ? Et s'il y avait un meurtre ?! On en était pas loin avec le coup des plaquettes de freins !! Ce serait du génie. La police dirait que la blague avait mal tournée sans creuser plus profond, mais lui monsieur il n'était pas dupe !

▷ Non pas spécialement d'ennemis, bon il y a peut-être certaine personne qui ne m'appréciait pas plus que cela, je n'ai pas remarqué de voiture ou de choses inhabituelles se produire.
Cela peu remonter à plus loin...
▷ Dans le cas de l'entreprise, hum...nous avons bien de la concurrence avec d'autres entreprises mais je ne les vois pas faire ce genre de chose.
Hm. Mauvaise piste. Contre un concurrent on ridiculise une entreprise d'une autre manière.

▷ Votre établissement a-t-il subi une évolution récemment ? Des licenciements ? Un rachat peut-être ? Les personnes touchées font-elles toutes parties de vos locaux ?

Ca ! C'est pertinent ! On dirait que Mycroft se réveil. Dieu ! Va -t'il enfin servir à quelque chose ici ? Anoki qui enquête, on aura tout vu ! Et alors que le Pines ne comptait pas non plus tirer grand chose de la réponse, les mots du directeur en furent tout autre.

▷ Effectivement, il y a deux semaines j'ai viré un de mes employés, vous pensez que ça aurait un rapport? Il n'est pourtant pas le genre de personne à...mais c'est vrai qu'après tout, un homme avec une famille à charge peut être capable de tout. Je vais vous donner son adresse, il est à une vingtaine de minutes d'ici.

Le Pines hocha vivement la tête. UNE PISTE !! Un licenciement, ça pourrait peut-être le début de quelque chose ! Ils se devaient d'interroger ce type, vraiment. C'était capital pour la poursuite de l'enquête.

▷ Nan il n'y a rien, pas de modification, c'est bien l'original.

Le Pines se fit alors deux conclusions en sortant de ce bâtiment. Il en toucha d'ailleurs un mot à Tristan. Première hypothèse, en partant du principe qu'ils ont dit vrai et que l'enregistrement n'avait pas été trafiqué. On avait affaire là à un cas surnaturel. Une énième bizarrerie de Gravity Falls ce qui pourrait expliquer la rapidité et le nombre de victime avec laquelle ce ou ces pranksters frappent. Un tarte qui apparait soudain... ce n'est pas banal. Ce petit grésillement, c'est carrément du sci-fi. Et c'était clairement la version préférée de notre jeune sapin. Mais entre version préférée et version la plus probable, il y avait un pas.
Sa seconde théorie était évidemment la vengeance. Un grand classique. Essayer de noyer sa réelle victime dans tout un tas de catastrophes. Le faisant passé pour leur oeuvres ou un hommage. Ou encore jouant sur ce côté mystérieux et surnaturel de Gravity Falls afin de ne pas se faire attraper.
Ca... pourrait être les deux aussi, c'est vrai. Une vengeance surnaturelle ? Ha. Un peu tiré par les cheveux cela dit.

Oh.... mais ne croyait pas qu'il avait oublié !! Voilà le jeune homme faire signe à tout le monde de s'arrêter comme si cela était d'une importance ca-pi-tal-e. Et ça l'est !! Ils doivent fouiller dans la BENNE A ORDURE ! Quoi........... aucun volontaire pour ouvrir les sacs poubelles et retourner la nourriture faisandée ?........... bon. Un soupir. Il va devoir s'en charger lui-même. Heureusement qu'il a vu des trucs plus dégueulasses que ça. Même si quand même... iuuuuh. Heureusement que c'est dans le cadre de l'enquête. Sinon il ne l'aurait pas fait.
Le voilà donc se diriger vers la benne verte d'un pas décider. Soulever le couvercle qui laissa s'échapper une vague d'odeur nauséabonde. Bleeergh ! Il se recula. Se tenant le nez. Son odorat est très sensible vous savez. Et.... à la une, à la deux, à la trois !
Il sauta pour se hisser avec une difficulté pitoyable au dessus d'elle. Et...... oui. Il bascula en avant tête la première. C... ça faisait partit du plan ! ÉVIDEMMENT ! Vous croyez quoi ? IL A L'HABITUDE ! HAHA.
Il ouvrit uns par uns les sacs, puis plonga ses bras dedans jusqu'au coude. Pas ça, pas ça... les cartons de pizza et autre joyeusetés en décomposition passaient par dessus son épaule. Jusqu'à ce que...

▷ AHHHH !!!! JE L'AI !!!!!!!

Et voilà le Pines s'extirper de cet enfer, la moitié haute de son corps étant........ marrons. Etait-ce un nuage de mouches au dessus de sa tête ? Et sur sa casquette ayant tenue par miracle tant ses cheveux son gras............... une peau de banane à moitié noircit ?
Le brun inspectait fermement sa trouvaille. La tournant et retournant dans tous les sens.......... ............. ........... pas de marques suspectes, pas d'inscriptions, même pas de marque de gâteau ? C'est vraiment.... très étranges ! Le coupable aurait carrément changé le carton ? Serait-il allé jusque là ?
Dans tous les cas, il devait garder cette preuve. Le voilà qu'il s'avança vers eux, son nuage le suivant avec lui, il laisser s’échapper de la fumée carrément toxique pour l'odorat. Il tandis sa trouvaille à Anoki pour qu'il lui porte et qu'il fasse autre chose que trouver le premier banc et dormir !

Mais il se stoppa. Lorsqu'il vu quelque chose. Tout petit, il ne l'avait pas vu au premier coup d’œil. C'était un sigle et... UNE ADRESSE !
UN PUTAIN D'ADRESSE !!!!! CA C’ÉTAIT PLUS SOLIDE QU'UN LICENCIEMENT ! Ses yeux s'agrandirent, ses yeux s'illuminèrent. Ils allaient pouvoir interroger la personne d'où mènera cette adresse.
Ainsi, il s'exclama haut et fort prenant le 'leadership' du groupe sans rien demander.

▷ ON VA LA BAS LES GARS.

©️️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 87
Date d'inscription : 12/06/2017
Who am i !

Feuille de personnage
Age du personnage: 39
Alignement: Loyal mauvais
Inventaire:

Mission #20: Just a prank [Dipper, Tristan, Anoki et Donovan]

MessageSujet: Re: Mission #20: Just a prank [Dipper, Tristan, Anoki et Donovan] Mer 20 Déc - 16:46
One prank is enoughft. Dipper, Tristan & Anoki

Les réponses tant attendues fusèrent à la suite des autres. Après Dipper et lui, Tristan et Anoki aussi demandèrent d’autres informations toutes aussi pertinentes. Serait-ce les débuts d’une équipe enfin soudée ? Il est encore trop tôt pour le dire. Ce n’est pas en posant trois questions qu’ils iront bien loin, d’ailleurs, les premiers retours ne sont pas très concluants.

- Oui hier, eh bien...je suis désolé, nous n'avons pas vraiment cette blague au sérieux, j'ai jeter presqu'aussitôt la boîte à la poubelle et comme vous vous doutez, nous vidons les poubelles chaque soir, je suis désolé, si j'avais sû que cela avait une quelconque importance...je l'aurais garder, j'étais plus en colère qu'autre chose sur l'instant et j'ai plus pensé à m'en débarrasser plutôt qu'à en rechercher l'auteur. Mais vous pouvez tout à fait inspecter mon bureau, enfin...j'ai dû...à nouveau travailler dessus hier et aujourd'hui après l'incident alors je ne sais pas s'il reste vraiment beaucoup de détails ou d'indices qui pourraient vous servir.


Déçu bien qu’il s’attendait à une réponse similaire, mais toutefois assuré, le mafioso offre un signe de tête reconnaissant à l’employé. Il n’ira pas s’attarder à une cause perdue, les traces, si jamais il y en avait encore, on du disparaître depuis. La réponse éclair du Pines est déconcertante, mais il n’a pas vraiment tord. Aux grands maux les grands remèdes, il faut savoir se salir les mains si on ne veut pas continuer à pédaler dans la semoule.

- Les lieux ne sont autorisés qu’au chef de la sécurité et au PDG lui-même, la boîte mystérieuse s’est vue échouée dans une poubelle le jour-même... Bien sûr qu’il s’en débarrasserait. Qu’est-ce qu’un type ferait d’un gros carton encombrant qu’il ne considérait que comme une simple mauvaise blague ? Si l’homme ne semblait même pas chercher vengeance, il ne s’agissait pas non plus d’une unique cible puisque d’autres pranks avaient été joué sur d’autres personnes.


Il ne fallait pas oublier qu’il n’était pas la seule victime. Le seul lien qui rassemblait le receveur de tartes et l’automobiliste était leur entreprise.

- Excusez-moi monsieur, est-ce que vous auriez des ennemis? Des personnes qui vous en voudrait à vous ou peut-être à l'entreprise? Auriez-vous vu des personnes ou toujours la même voiture tourner autour de l'établissement, assister à des choses inhabituelles?

Donovan rejoignait l’avis du patron quant à la possibilité d’une entreprise qui n’aimait pas se faire marcher dessus. Il ne voyait pas un commerce mettre des bâtons dans les roues à un concurrent de cette façon. C’était trop… Enfantin et d’un autre côté, trop surfait. Une tarte à la crème, vraiment ? Qui s’amuserait à aller jusqu’à truquer des vidéos surveillances uniquement dans le but de faire un mauvais tour ? Quoique, les premières farces pouvaient en cacher d’autres, plus mesquines et dangereuses. On s’en approchait avec le coup des freins défectueux. L’homme avait eu de la chance de s’en être sorti sans trop d’égratignures. Imaginez la catastrophe qu’il aurait pu commettre à rouler sur le périf sans la possibilité de s’arrêter. Toutefois, ils devraient se renseigner sur les autres victimes pour voir si elles appartenaient aussi à des groupes qui compétaient avec une société commune.

- Votre établissement a-t-il subi une évolution récemment ? Des licenciements ? Un rachat peut-être ? Les personnes touchées font-elles toutes parties de vos locaux ?

Encore, un homme licencié ne lui posait pas trop de problème, autant toute une boîte qui réglait un problème de concurrence… S’il s’agissait là du travail d’un saboteur payé par une firme concurrente, Donovan préférerait faire vite avant que la police aussi ne s’en mêle vraiment.

- Effectivement, il y a deux semaines j'ai viré un de mes employés, vous pensez que ça aurait un rapport? Il n'est pourtant pas le genre de personne à...mais c'est vrai qu'après tout, un homme avec une famille à charge peut être capable de tout. Je vais vous donner son adresse, il est à une vingtaine de minutes d'ici.

Une nouvelle piste se présenta au groupe avec l’existence éventuel d’un ex-salarié rancunier. C’était plausible, mais pas non plus une assurance qui sautait aux yeux. Interroger l’homme en question se révélerait être une perte de temps si jamais il ne s’agissait pas de leur coupable, et quand bien même il le serait, il leur faudrait des preuves concrètes. Quelque chose disait à Donovan que le prankster ne se livrerait pas à eux pieds et poings liés en avouant tous ses tours.

Il n’y avait pas à dire, ils avaient en tout cas affaire à quelqu’un qui savait ce qu’il faisait. Qui ne se souciait pas beaucoup des vies humaines en jeu, aux vues de l’accident de ce matin, ou bien qui commençait à aller trop loin dans ses farces. Le quatuor allait devoir lui apporter le coup de frein dont il avait privé sa victime du jour, et ce avant qu’il n’y en ait d’autres.
Le type qui se charge des enregistrements relève la tête vers son boss, alors qu’un blanc commençait à s’installer.

- Nan il n'y a rien, pas de modification, c'est bien l'original.

Dammit. Qu’est-ce qu’elle foutait là, cette boîte ? Elle n’avait pas pu être envoyée par magie du Ciel, non plus ! Les obscurs personnages à la source de cette mascarade étaient des pros. Si seulement les livraisons se faisaient aussi vite et avec autant d’efficacité, il ne se plaindrait plus de rien, lui.

Désormais, il n’y avait plus grand-chose à faire là pour eux. D’ailleurs, le Pines abandonna les lieux en premier en faisant part de ses idées avec son ami. Le gérant du Crowned Stag se tourna une dernière fois vers le PDG.

Merci pour votre temps, messieurs. Si jamais de nouvelles personnes se voient touchées de nouveau au sein de votre entreprise, pourriez-vous nous l’indiquer ? Voici mon numéro.


Et sur ces mots, le roux tendit une carte de visite au responsable où figurait son numéro de téléphone. Appeler la police serait peut-être leur premier réflexe, dans la mesure où un de leurs employés étaient visé, mais on ne savait jamais.

Il quitta à son tour les locaux avec les lèvres pincées. Cette entrevue ne leur avait pas apporté d’indices, hormis une piste sur un potentiel coupable.

•••

Puis un miracle se produisit.

Oh que non, il ne parlait pas du spectacle que le héros de Gravity Falls donna. Le gamin décidément dérangé sauta tête la première dans la poubelle quand l’occasion fut venue. Bon, il faut dire que personne ne s’était proposé et qu’il était le seul dont l’hygiène ne se verrait pas altérée après une rencontre tout sauf amicale avec les déchets présents en masse dans les bennes situées derrière l’établissement. Son sacrifice était… gratifié.
Le grand roux se contenta de bloquer l’accès aux poubelles depuis la rue, privant ainsi à de potentiels témoins oculaires d’assister à l’exhibition d’un adolescent recouvert de mouscaille odorante. A noter que le gnard en question tenait à présent dans ses mains un reste d’emballage en carton froissé comme s’il s’agissait du Saint Graal.

Le miracle, donc, ce fut l’adresse et le logo planté en tout petit sur le carton. Eh bah voilà une bonne nouvelle !Fallait le chercher, et bien, le putain d’indice.

Par contre, Donovan n’avait rien dit concernant l’hygiène du brun. Elle pouvait empirer, ils en avaient la preuve maintenant.

Le cuistot s’approcha du pauvre Lawrence, chargé du paquet, pour entrer leur destination sur son portable, tandis que Dipper criait un semblant d’ordre en s’éloignant. Ils y seraient en moins de deux s’ils avaient une voiture, mais hors de question de salir la banquette avec le Pines radioactif.

...Walk it is.

Un soupire, puis il suit le Pines en prenant soin de garder une distance raisonnable pour ne pas se prendre les fumets de décomposition. Faut pas le prendre pour un con non plus, l'est pas fou.



© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 491
Date d'inscription : 16/12/2016
Who am i !

Feuille de personnage
Age du personnage: 21 ans
Alignement: neutre bon
Inventaire:

Mission #20: Just a prank [Dipper, Tristan, Anoki et Donovan]

MessageSujet: Re: Mission #20: Just a prank [Dipper, Tristan, Anoki et Donovan] Lun 25 Déc - 22:41
Mission #20: Just a prankDipper & Donovan & TristanLes bras croisés, l'amérindien tentait de se concentrer sur les réponses à ses questions plus que sur la réaction plus que troublante de l'un de ses coéquipiers. Était-ce lui ou le Pines venait de proposer, avec un entrain non dissimulé, de piquer une tête dans une benne à ordures ? En tout cas, s'il les incluait tous par ce « on », il sentait qu'il allait très vite déchanter. Aucun ne serait assez stupide et dégueulasse pour l'y rejoindre. Du moins l'espérait-il.

Mieux valait éviter de trop digresser sur ce détail, les réponses avant tout. Après tout, les questions des différents membres du groupe avaient été plus qu'utiles. Même celles dont la réponse ne semblait mener à rien. Chaque détail était important : ainsi donc la bande n'avait pas été trafiquée, du moins l'employé n'avait rien décelé. Cela signifiait donc que soi la vidéo était bien d'origine et qu'alors il y avait un phénomène paranormal comme il le craignait, soi qu'elle avait été trafiquée et dans ce cas le ou les malfaiteurs avaient les ressources nécessaires pour le faire.

Le seul problème était de savoir qui serait assez con pour faire une chose pareille. Cette option était à bannir presque aussitôt tant elle semblait peu plausible. Dépenser autant d'énergie et de moyens, rien que d'y penser cela le fatiguait, pour simplement faire une blague destinée à toucher la crédibilité d'un concurrent. Foutaises. La raison devait en être tout autre.

La thèse de la vengeance s'en retrouvait renforcée, mais était-ce vraiment la bonne ? C'est pour cela que le métis aurait voulu que l'on lui dise si beaucoup voir tous ses employés avaient été les victimes de ces pranks de plus en plus dangereuses. Car pour le moment, ils savaient que les victimes étaient sélectionnées parmi une fourchette assez large. Très large. Trop même. À ce niveau, il était clairement plus aisé de parler de râteau. Mais au moins ils avaient un indice : l'adresse du licencié.

Un à un, les membres saluèrent les employés tout en les remerciant pour l'aide apportée, même Anoki s'autorisa un signe de tête en gage de respect avant de suivre le groupe, toujours aussi silencieux. Un amérindien plante en pot. Fort peu de gens pouvaient se targuer de posséder pareille rareté et pourtant il illustrait parfaitement cela en cet instant. Parlant peu. Laissant les autres réfléchir pour lui. Il semblait constamment dans la lune, distrait. Pourtant, il y avait une légère distinction entre « être » et « paraître ». Si Anoki paraissait à l'ouest, il était en réalité en train de réfléchir sérieusement sur cette bien étrange affaire.

Au moins le roux avait eu un excellent réflexe en tendant sa carte de visite au chef de l'établissement. Un moyen de pouvoir les joindre, ce n'était pas du luxe compte tenu de la situation. S'il y avait du changement alors ils seraient rapidement au courant, de quoi se dépêcher le plus vite possible jusqu'aux prochains lieux de crime. Du moins si l'autre homme ne jetant pas négligemment le morceau de papier plastifié après leur départ. M'enfin, c'était une personne majeure et vaccinée. Pas besoin de le chaperonner. Après tout, ils avaient eux-même pas mal de pain sur la planche.

Bon dernier du groupe, il examinait ceux qui le composaient. Dipper et Tristan, les deux petits geeks génies et fans de surnaturel ainsi que Donovan et sa tête froide, semblant examiner la situation d'un œil critique et impartial. Un bien bon groupe déjà efficacement formé et il allait devoir sortir de l'ombre s'il voulait les aider. En voulant résoudre cette affaire, il avait en quelque sorte accepté de sortir de l'anonymat des personnages lambda. Mais que cela ne devienne pas une habitude, et une fois l'enquête réglée il s'assurerait de retourner dans son monde d'apparente flemmardise aiguë.

Tandis qu'il réfléchissait à tout cela, faisait une introspection sur sa personne, l'amérindien fut arrêté par le plus jeune du groupe. Qui voulait qu'ils le suivent ? Un sourcil relevé, le métis se fit toutefois docile et se concentra sur lui. S'il les arrêtait avec autant de sérieux, c'est qu'il avait dut trouver quelque chose. Ainsi donc, c'est éberlué qu'il le découvrit piquer une tête dans les déchets de l'entreprise. Oh putain. C'est qu'il l'avait fait vraiment ce con. Autant dire qu'à cet instant, l'air ennuyé d'Anoki avait été remplacé par celui, dégoûté, qu'arborait le complice de la crevette naine. Même si ce dernier mêlait tout cela à un soutien. Donovan, quand à lui, avait préféré jouer aux videurs pour chasser la curiosité malvenue de certains. L'honneur du Pines en serait sauvée autant que possible.

« - Ça va aller ? Tu t'en sors ? »

Quelques questions pour montrer qu'il tentait de s'intégrer au groupe, histoire de ne pas être vu comme l'enfoiré se réjouissant du sort du benjamin, ce qu'il n'était pas soit dit en passant. Certes, il restait encore mitigé quand à leurs rapports mais ce n'était pas cela qui devait le pousser à faire merder l'enquête ou à freiner son avancement. Il y avait des enjeux bien trop importants pour penser à jouer au con.

Concentré sur les faits et gestes du nageur, ce fut un léger soupir qui s'échappa d'entre ses lèvres quand celui-ci trouva enfin l'objet de leurs recherches. Ainsi donc son sacrifice n'avait pas été vain. Ou du moins leur sacrifice car maintenant, tous allaient devoir se coltiner l'odeur infecte de Dipper. Déjà qu'en temps normal il avait tendance à sentir plus fort qu'un Delgeeth en rûte, là il dépassait tout entendement. Et voilà qu'en plus il c'était trouvé de nouveaux animaux de compagnie.

Levant les yeux au ciel face à ce spectacle, il ne remarqua qu'au dernier moment le paquet lui être tendu. C'est avec un dégoût non dissimulé qu'il fit un geste pour recueillir l'objet, du moins jusqu'à ce qu'un détail ne le sauve temporairement de la lourde tâche qui allait lui incomber. Un détail attira l'attention de leur compagnon et voilà qu'il beugla dans leurs oreilles de nouvelles directives. Car ce qu'il avait découvert n'était ni plus ni moins qu'une nouvelle adresse et cela semblait l'emballer au plus ou point.

« - Est-ce la même adresse que celle du licencié ? Ne crions pas victoire trop vite car ce qui est inscrit sur le carton n'est peut-être que l'adresse du fabriquant. »

Les cartons étant fabriqués en masse, le fabricant allait avoir du mal à se souvenir de qui aurait put acheter ce carton, l'avait-on seulement acheté ou volé ? D'ailleurs, l'entreprise en question était-elle encore en activité ? Il pouvait s'attendre à tout après tout. Un établissement fantôme, cela ne l'étonnerait pas plus que cela. Pas plus qu'un piège à leur encontre. Tout était possible ici bas. Bien entendu, une fois de plus l'amérindien préféra taire ses doutes et suivre l'autoproclamé chef du groupe.

Désormais le gardien d'un malodorant paquet, le basané le tourna afin que le roux puisse avoir meilleure vue sur l'adresse inscrite dessus. Une bonne séance de marche à pied était en perspective et avoir l'adresse leur permettrait de moins galérer. Car hors de question que le brun ne monte dans sa voiture, surtout pas après avoir roulé dans les déchets d'une PME. Sa chère Mustang avait déjà survécu à une catastrophe, autant ne pas tenter un autre miracle. Sa chance avait des limites et il y avait des risques que l'odeur du petit brun finisse par imprégner sa voiture et fasse fuir un certain loup-garou à l'odorat trop développé.

« - Un peu de marche ne pourra pas nous faire de mal. Let's go. »

Réponse face aux quelques mots prononcés par Donovan tandis qu'il tenait le plus loin possible le carton de son manteau. C'est que l'objet était aussi dégueulasse que celui qui l'avait trouvé et il était hors de question qu'il massacre son vêtement préféré, aussi connement de surcroit. Déjà qu'à cause de son statut de porteur il venait de se salir les mains, Anoki n'allait pas s'amuser à en foutre un peu plus sur lui. Suivant dont Tristan, Dipper et Donovan, il continua de jouer au roi du silence.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 1011
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 27
Who am i !

Feuille de personnage
Age du personnage:
Alignement: Chaotique Mauvais
Inventaire:

Mission #20: Just a prank [Dipper, Tristan, Anoki et Donovan]

MessageSujet: Re: Mission #20: Just a prank [Dipper, Tristan, Anoki et Donovan] Dim 7 Jan - 11:05






Mission #20: Just a prank

Non, vous avez vraiment osé fouiller dans les poubelles pour récupérer le fameux cadeau? Où avez-vous laissé votre dignité? Le MJ n'est pas responsable de votre état, ce n'était même pas prévu dans le script. Quoi? Comment ça un indice? Ça aussi ce n'était pas du tout prévu! Non en fait, connaissant Dipper Pines, on savait tous qu'il ferait ce genre de chose alors il est possible que tout avait déjà été écrit à l'avance; vous voilà donc en possession d'une autre adresse que vous préférez inspecter en premier. Eh bien c'est une bonne marche à pied qui vous attend, autant dire que même lorsque vous arrivez sur les lieux, c'est difficile de trouver votre adresse. Ce n'est tout de même pas...cet espèce de hangar désaffecté à l'écart, n'est-ce pas? Vous n'y avez pas particulièrement fait attention avant mais maintenant que vous recherchez une adresse...vous ne voyez que ça.

Alors...vous vous y dirigez, peut-être sans trop d'espoir. C'est certainement fermé, c'est probablement vide, après tout vous imaginez mal comment et pourquoi on ferait des....quoique ne serait-ce pas la planque parfaite? C'est ouvert, vous rentrez tous et...vous réalisez bientôt qu'il ne s'agit pas réellement d'une sorte de garage, c'est gigantesque...c'est un lieu de tournage! Vous voyez des gens naviguer dans ces studios, de l'extérieur ça apparaissait moins grand mais il faut croire qu'il y a beaucoup d'espace à l'intérieur. Pouvez-vous vraiment enquêter ici? On va certainement vous refouler. Vous n'êtes même pas sûr que vous êtes au bon endroit, vous feriez mieux de partir, non? Mais tout ce chemin...pour rien? Et soudainement, alors que vous alliez probablement vous décidez sur la marche à suivre. Vous entendez un cri pas franchement viril derrière vous et un bruit assourdissant. Est-ce qu'une putain d'enclume a failli tomber sur Tristan Smilovski et Anoki Lawrence? Le pauvre blond en est tombé en arrière, à vrai dire il n'a pas eu le temps d'esquiver, l'indien non plus, l'enclume est juste tombée devant eux. Est-ce que quelqu'un dans les hauteurs aurait lâché ça intentionnellement sur eux et aurait raté sa cible ou est-ce un avertissement? Une enclume? Really? Ça commence bien, en tout cas le tournage vient de s'arrêter avec un tel boucan, le producteur semble se diriger vers vous.

-Non mais c'est quoi ce bordel, vous voyez pas qu'on essaye de tourner un film?!


Ordre des réponses:






Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

Mission #20: Just a prank [Dipper, Tristan, Anoki et Donovan]

MessageSujet: Re: Mission #20: Just a prank [Dipper, Tristan, Anoki et Donovan]
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Sujets similaires

-
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Première mission
» Une mission pour changer la face d'Haïti !
» Libellé de la lettre officielle de démission du Commissaire Claudy Gassant
» Ordre de Mission

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gravity Falls: D VXQQB GDB :: Gravity Falls :: Main Street-