Vampires, gnomes, loup-garou et démons. Gravity Falls est une ville qui attire les évènements paranormaux. 3 ans après, les jumeaux Pines décident d'y retourner. Mais qui pouvait s'attendre à de telles conséquences...

avatar
Messages : 582
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 23
Who am i !

Feuille de personnage
Age du personnage: 16 ans
Alignement: Loyal Neutre → Neutre Absolu
Inventaire:

Leave this place • PV Tristan

MessageSujet: Leave this place • PV Tristan Dim 7 Jan - 17:53
Leave this place.
/!\ Attention petit RP vachement avancé dans le temps /!\

Ça n’allait pas. Ça n’allait pas du tout. Les choses avaient dégénéré à l’école comme à la maison. Il allait devenir fou à force. Ces seuls moments de répits étant la nuit, lorsqu’il descendait dans le salon, écoutant sa radio nocturne préférée sur le canapé. Radio qu’il a découvert depuis peu d’ailleurs ! Et non. Il ne dormait pas la nuit. Il ne le pouvait pas. Dès qu’il fermait les yeux, il… c’était tout juste horrible. Alors il devait se contenter d’assumer ses cernes monstrueuses.

Et pourtant. Ce n’est pas le sommeil qui manquait. Ce n’était pas ça le pire. Ce n’était pas ça qui occupait la quasi-totalité de ses pensées lorsqu’il n’était pas en pleine aventure. Non… Il avait faim. FAIM. Faim. fAim. faIm. faiM. faim. FAIM. Faim. fAim. faIm. faiM. faim. FAIM. Faim. fAim. faIm. faiM. Et ça n’allait jamais en s’améliorant. Ça ne se calmait jamais. Toujours crescendo. Toujours plus faim. Ça avait commencé à devenir vraiment gênant après cette soirée de Noël. Un Noël parfaitement gâché d’ailleurs. D’une part par la récente mort de leur regretté Toblerone. D’autre part par son incapacité à avalé ne serait-ce qu’une bouchée de tous les délicieux met apportés. Et par ce qu’il s’était passé juste après. Bref. Un fiasco.

Tristan était un grand soutien pour lui. Lui savait ce qui lui arrivait. Enfin, il le lui racontait de moins en moins. C’était vraiment mauvais signe, hein ? Qu’il commence à mentir à son bro. Qu’il lui dise que, non tout ne va pas bien, mais ça reste supportable. Alors que clairement non. Boarf, le blond l’avait sans doute déjà deviné.

Dipper commençait à se refermer sur lui. Il était moins bavard, en particulier à l’école. Dans la rue. Dans les restaurants. Les endroits bondés de monde. Il n’exprimait plus ses sentiments, il refusait toute aide. Il préférait faire les choses de lui-même. Ou aider sans demander l’avis de la personne avant. Au lycée, c’est une sacrée réputation qu’il s’était payé. Celle de l’emmerdeur de première.

C’est lui qui en plein hiver éteignait les chauffages de la salle, demandait d’ouvrir les fenêtres sous le regard frigorifié de ses camarades de classe qui lui hurlaient dessus. A chaque début de cours c’était toujours le même sketch. Tristan qui se battait presque avec lui pour lui forcer à s’asseoir côté chauffage -qui à virer les gens si la place est déjà prise- et allumer celui-ci à fond pour réchauffer son corps devenu un glaçon ambulant. Chose qui, semblait être une vraie torture pour le brun qui finissait son cours à mourir le visage contre la table.

A force de ne pas se couvrir, on attrape froid. Et lorsque on attrape froid. On en devient malade. Tristan était si prévenant et gentil à son égard. Il le soignait de chaque blessure qu’il s’infligeait. Dipper était bien devenu plus nerveux. Il avait sans cesse les yeux de partout, il avait commencé d’abords par se ronger les ongles, puis lorsqu’il n’en avait plus à se ronger la peau autours des ongles. A lécher le peu de sang qui suintait des plaies lorsqu’il allait trop loin. Mordre, mordre, mordre, il mordait ses doigts. Puis sa main. Il se tirait parfois les cheveux. Il se mordait les lèvres jusqu’au sang. Et c’est pour cela que son meilleur ami avait agi en lui bandant les mains d’une grande douceur. Ce malgré les protestations du blessé. Il le bombardait aussi régulièrement de parfum, son odeur de cadavre embaumant chaque pièce où il allait.

Dipper était vraiment incorrigible. Mais il fallait bien l’occuper et qu’il s’occupe lui et son désir de se mâchouiller les mains. C’est ainsi qu’après être devenu le casse-couille qui vol la place des chauffages, il est devenu le voleur d’affaire. Il avait détruit tout ses stylos et ceux de Tristan en les passants sous ses dents/broyeuse automatique. Tube de colle, règles même en métal. Ça lui est déjà arrivé de se cassé une dent dessus, mais le lendemain elle avait été remplacée. A force de tester, il avait trouvé son bonheur ! Les gommes. Les gommes et leur texture si particulière. Ferme aux premiers abords mais lorsque l’on force on peut pénétrer la matière comme si la peau se rompait et que l’on tranchait la chair. Ça ne le calmait pas, mais ça l’occupait bien à raison de quatre gommes par heure. Et ce con n’en achetait pas, non, il se servait dans les trousses des camarades de manière discrète. Bientôt, toute la classe n’en avait plus ! Et a force, ils n’en rachetaient plus non plus. Alors c’était le gros bordel dès qu’il fallait effacer un truc.

Et le Pines agissait comme ces enfants de trois ans qui mettaient tout ce qu’ils peuvent à la bouche. Il avait rongé du bois, divers objets, du plastique, du plexiglas, du verre même.  Il ne se rendait même plus compte. Parfois il était ailleurs. Il avait même une fois avalé un clou sous le regard horrifié de Mabel qui avait tout fait pour le lui faire recracher. Mais jamais il ne trouvait la bonne chose. L’aliment qui lui fera se sentir mieux. Qui arrêtera de dévorer son esprit.
A la cantine, il alternait entre je ne mange rien et je suis tellement désespéré que je mange TOUT.

Et comme si ça ne pouvait pas être pire.
La situation était devenue plus insupportable encore.

Il en avait tellement marre. Il avait mal. Il souffrait. Récemment, il s’était tordu de douleur en plein cours. Prit de spasme des muscles gastro-intestinales et d’épreinte. Il avait tapé sa tête contre la table, faisant voler sa casquette, alors qu’il voyait un filet de salive s’échapper de sa bouche jusque toucher le sol. Ses bras entouraient son estomac qu’il avait griffé à travers de ses vêtements puis son dos. Et cette sensation… ses picotements sur toute sa peau, cette impression de mourir, de se laisser partir. Un goût atroce dans sa bouche suivit du goût de son propre sang. Il n’avait eu que le temps de se relever, faisant tomber la table à la renverse. Le cours s’était déjà arrêté depuis un moment lorsqu’il avait commencé à grogner de douleurs. Le regard inquiet de ses camarades… il n’entendait plus ce qu’ils disaient. Il avait juste eu le temps de bousculer Tristan pour pouvoir sortir en trombe, se ramassant au passage parce que son pied avait buté contre un sac de cours. Mais il s’était automatiquement relevé. Vite, vite ! Il avait voulu atteindre l’une des fenêtres du couloir, mais il était trop tard. Se tordant à moitié, prit d’une énième contraction, dans un bruit purement atroce il avait déversé le contenu de son estomac. Un liquide rouge foncé tirant sur le noir plein de grumeaux d’aliments non digérés, des morceaux d’objets non identifiés, des bouts de verres ensanglantés, des aiguilles, des morceaux de laines imbibés. Une nouvelle vague se déversa sur la flaque déjà présente, éclaboussant les murs et le garçon. Témoignant d’une hématémèse sévère. Cela l’avait déjà pris il y a quelques jours, mais il avait pu se cacher dans les toilettes du Mystery Shack.

Ses yeux qui avaient perdu leurs éclats fixèrent avec horreur et dégoût la flaque de sang et de bile à ses pieds. Il serra encore plus son estomac, douloureux, mais surtout vide. Il avait eu tellement de mal à le remplir. Pour rien. Faim. fAim. faIm. faiM. faim. FAIM. Faim. fAim. faIm. faiM. faim. FAIM. Faim. fAim. faIm. faiM. faim. FAIM. Faim. fAim. faIm. faiM. faim. FAIM.

Il mourrait de honte. Il aurait voulu que personne ne voit ça. Mais… c’était trop tard. Le mal est déjà fait et dans quelques secondes les élèves allaient se précipiter, accompagné de leurs téléphones pour certains. Alors il disparut.

Le Pines était déjà partit avant que tout le monde n’arrive. Il voulait que personne ne le voit. Il allait quitter le lycée. Mais s’engouffra d’abords dans un endroit où il n’y avait personne, à l’heure où tout le monde était en cours, normalement. Les toilettes. S’approchant, les jambes ballottantes, de l’évier il s’appuya à celui-ci pour se maintenir debout. Son corps brûlait. Tout entier. Non pas de chaud, mais par la morsure du froid. Il avait l’impression que sa peau allait se rompre à chaque instant, que son squelette allait s’extraire de lui. Que quelque chose allait s’échapper pour tout massacrer. Que ses instincts prendraient vie.

Cette situation ne l’amusait plus. Il ne se prenait plus pour un X-men ou un super-héros. Il ne se prenait pour plus rien. Il s’en foutait désormais que ses anciens ennemis l’esquivent. Il subissait sa nouvelle vie si on peut appeler ça une vie. Refermant encore plus sa poigne sur le bord de levier, il ignora le craquement de la céramique. Appuya sur le jet d’eau froide et plongea sa tête dessous. Comme si ce geste futile pourrait le calmer.

Le liquide alourdissait ses cheveux, ruisselait sur son visage. Restant comme ça. C’est à peine s’il respirait. Il avait vraiment pété un plomb. Tout ça à cause des filles de sa classe. Non pas parce qu’il les trouvait jolies. Ou qu’elles s’étaient moquées de lui. Il les sentait. L’odeur du sang était trop forte. Planter ses ongles dans sa table et arracher les feuilles de son cahier n’avait pas suffi.
…il le savait. Il l’avait deviné depuis bien longtemps. Qu'elles étaient la nourriture qu’il lui fallait.
La porte s’ouvrit alors. Le brun déglutit. La seule personne qui arrivait à chaque fois à le retrouver. Il détourna la tête. Sans un regard, il avait déjà deviné de qui il s’agissait. A son odeur.

▷….. va t’en.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 302
Date d'inscription : 11/12/2016
Who am i !

Feuille de personnage
Age du personnage: 17 ans
Alignement: ???
Inventaire:

Leave this place • PV Tristan

MessageSujet: Re: Leave this place • PV Tristan Dim 7 Jan - 22:49
Not gonna
happen dude.




« L’obscurité ne chasse pas l’obscurité,
seule la lumière peut le faire.
»


Les choses n'allaient vraiment pas en s'arrangeant. Combien de temps cela faisait-il que Dipper était dans cet état? Trop longtemps. Il voyait bien son comportement changé de plus en plus, avec lui il était resté le même mais avec les autres, même avec sa propre famille, il l'avait vu devenir plus distant voir même agressif, non, son agressivité avait conduit à ce froid qui s'était installé entre les Pines et lui, ce mur qu'il avait crée pour les protéger de lui. Le blond lui répondait toujours à l'appel même quand le brun ne le désirait pas pourtant, il entendait cette voix au fond de lui qui ne cessait de crier à l'aide, il ne pouvait pas le laisser ainsi, cela lui était impossible. Il le voyait sombrer de plus en plus, il commençait à perdre espoir à son sujet, cela devenait grave. Jamais il n'avait été aussi présent pour quelqu'un que ces derniers temps. Il parlait pour deux, il n'hésitait pas à le distraire, lui faire penser à autre chose, oui, le sortir de toutes ses conneries qui assaillaient son cerveau. Il devrait avoir peur de son meilleur pote parce que....parce qu'il était étrange? Que clairement, quelque chose clochait? Qu'on pouvait se demander même s'il était encore la même personne? S'il est encore humain? Non. Le blond n'avait pas peur par contre ne penser pas qu'il ne reste pas sur ses gardes, le sapin s'est déjà montré imprévisible.

Dipper, tu es si stupide, tu crois que parce qu'à présent que tu ne lui dit plus rien, il va croire que tu vas mieux? Tes "I'm fine" marche peut-être avec les autres, mais lui il sait. Il sait que c'est de mal en pis. Il n'était pas d'une grande aide au fond, il trouvait juste des techniques et même certaines qui faisaient plus souffrir sur l'instant son ami mais lui permettait un peu de répis par la suite comme le coup du chauffage qu'il semblait éviter. Lui qui n'élevait jamais la voix, il avait dû s'imposer pour que le brun prenne place et puis le coup des gommes, il l'avait eu lorsqu'il l'avait vu en mâchouiller une, il n'avait cesser d'en amener d'autres, parfois il avait l'impression d'avoir un chien affamé près de lui. Et n'était-ce pas un peu ça? Vu la manière dont souffrait le Pines, il le trouvait plutôt courageux de supporter tout cela, de tenir bon face à....face à quoi au juste? Une maladie? Peu importe, il ne pouvait qu'admirer ses efforts même le fait qu'il tentait de prétendre allez mieux ou que son état stagnait était peut-être un vilain mensonge mais cela restait admirable de ne plus vouloir l'embarquer dans ses histoires. Pour ne pas qu'il s'inquiète? Parce que "Ah quoi bon de toute façon?"

Ces derniers temps, il était même venu chez lui, ils avaient joués à la console jusque tard le soir, ils l'avaient vu s'endormir auprès de lui et être agité d'horribles cauchemars mais heureusement le blond avait réussis à l'apaiser de sa présence rassurante, ils avaient été en aventures tous les deux et parfois, les choses se passaient de manière bien étrange. Mais il était resté là, encore et toujours, peu importe s'il ne comprenait pas, peu importe si Dipper avait ses moments où il voulait tout abandonner, où il voulait tous les fuir, lui le refusait, nope dude, je sais qu'au fond tu as peur de finir seul, tu n'as pas envie de me blesser et je ne te laisserais pas le faire, tu n'as pas à le craindre. Pour une fois ses peurs s'étaient envolés, son assurance de pouvoir toujours être là pour le Pines et pour autant savoir le retenir lorsqu'il fait des conneries ou pouvoir ne pas être blessé par lui devait pour une fois être d'une grande utilité. Il le fixait de son regard à la fois doux et confiant, il ne le jugeait pas, il ne le craignait pas, on pourrait presque croire qu'il s'agissait de lui son compagnon canin, toujours prêt à répondre présent dans n’importe quelle situation.

Était-ce pour cela qu'il était encore là en ce jour? L'avait-il suivi? Il aurait quitté le cours pour lui? Il lui souriait simplement, comme à son habitude, lui signifiant qu'il était là, que ce n'était peut-être pas grand chose mais que comme un Watson pour son Sherlock, il serait toujours là pour l'épauler dans les moments difficiles, toujours là pour le conseiller même lorsque la folie frappe à sa porte. S'il devait devenir son ange gardien alors il prendrait ce rôle avec plaisir si cela pouvait l'aider à aller mieux. Il le voyait le visage ruisselant et pourtant il ne lui adressa pas ses petits yeux de chien battus soulignant à quel point le brun avait l'air misérable. Non. Le Pines n'avait pas besoin de pitié mais de soutien en cette dure épreuve. Même s'il allait probablement clamer le contraire.

▷….. va t’en.

Called it. Pourtant un sourire malicieux se dessina bientôt sur les lèvres du blond, on ne la lui faisait pas à lui, le voilà se rapprocher de lui avec un ton presque déçu mais compréhensif, oui il comprenait pourquoi il le repoussait, n'aurait-il pas fait la même chose?

-Quoi tu me sers ce discours à moi aussi maintenant? Dipper...tu crois vraiment que ça va marcher avec moi? Je ne vais pas te laisser dans un état pareil.

Le voilà passer sa main sur son front et repousser en arrière ses mèches trempées dont les gouttes d'eau continuaient à couler le long de son visage et finir pour la plupart leur chemin sur le carrelage. Il tordit tel un geste maternelle ses cheveux pour essorer quelque peu les mèches puis releva son menton pour que son regard capte le sien avant de reposer délicatement sur son front sa main.

-Ce n'est pas grave si tu ne me dis plus tout, je comprend...mais sache que je suis là, n'oublie pas que la porte de chez moi t'es grande ouverte et si tu préfère la tente dans mon jardin, ça me convient aussi. Quand tu seras à ta limite, tu pourras compter sur moi pour te suivre, même quand tu joueras à Robinson Crusoé.

Il émit un petit rire comme pour détendre l'atmosphère et la douce chaleur de sa main aurait presque sembler chasser tous les maux qui l'assaillaient. Si seulement...ça pouvait durer.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 582
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 23
Who am i !

Feuille de personnage
Age du personnage: 16 ans
Alignement: Loyal Neutre → Neutre Absolu
Inventaire:

Leave this place • PV Tristan

MessageSujet: Re: Leave this place • PV Tristan Lun 8 Jan - 17:48
Leave this place.
L'eau coule. Sans s'arrêter. Alors même qu'il n'en a plus besoin. Alors que le silence se fait dans la pièce. Si ce n'est qu'il entend tout ce qui peut se passer dans le corps de Tristan. Son cœur battre, ses poumons se remplir d'air, les mouvements péristaltiques de ses intestins et lorsqu'il avale sa salive. Il soupire profondément. A chaque fois qu'il essayait de faire le vide dans sa tête. Tout lui rappelait qu'il n'était plus un homme.
Il serra les dents lorsqu'il l'entendit approcher. Il continuait de regarder le mur à l'opposé de lui. Il ne voulait pas voir son visage. Il ne voulait pas voir l'expression qu'il tirait. Il ne voulait même pas l'entendre. Il ne voulait rien entendre. Il voulait oublier ce qui s'était passé. Malheureusement, c'est impossible. Chaque jours... les autres élèves allaient le lui rappeler.
Il déglutit. Il continu de faire couler l'eau dans un geste nerveux. Il passait son stress sur le pauvre robinet.

▷ Quoi tu me sers ce discours à moi aussi maintenant? Dipper...tu crois vraiment que ça va marcher avec moi? Je ne vais pas te laisser dans un état pareil.

Il le sent encore approcher. Son visage se crispe alors qu'il le cache. Les muscles de son faciès tremblent. Il essaye de ne pas de lui montrer les dents. Il essaye de ne pas paraître agressif envers lui. Mais... il a déjà eut un léger mouvement de recule.
Pas Tristan. Pas lui. Tout sauf lui.

Lorsqu'il sent sa main sur son front il se crispe. Il n'avait qu'une envie, c'était de le repousser avec violence, de lui crier dessus. Mais il avait surtout peur de lui faire mal. Il ne se sentait pas à même de se contrôler, alors il restait stoïque. Il se forçait à ne pas bouger pour son bien. Pour leur bien. Il ferma même les yeux. Alors que le blond lui essorait les cheveux d'un geste qui lui rappelait sa mère lorsqu'il était petit, qu'il sortait dehors malgré la pluie.
Il s'était aspergé le visage pour se ressaisir. Pour se réveiller de ce cauchemars. En vain.
Il fut à deux doigts de lui mordre la main lorsque Tristan lui releva le menton. Mais le blond savait toujours s'y faire pour esquiver ses réflexes. Il le connaissait par coeur.
Ils trainaient toujours ensembles, mais depuis ce 'problème' c'était encore pire. Il ne lui lâchait pas les basques. Pour le meilleur comme pour le pire.

Ses pupilles si particulière un brun tirant vers le rouge, sans éclat et recouvertent d'un voile blanc bleuté, plongèrent dans le regard d'ambre du blond. Il tremblait encore. Il supportait de moins en moins qu'on le touche. Il supportait de moins en moins qu'on l'approche. Ca le rendait mauvais.
Même s'il n'en avait pas envie. Il aurait voulu détourner le regard, il aurait voulu continuer de se cacher. Il ne voulait pas le confronter comme il le faisait.
Son instinct lui dicta d'essayer de s'échapper de la main protectrice qui approchait de lui, qui lui couvrit le front et les yeux. Le plongeant dans le noir, comme lorsque l'on essaye de calmer un animal.

▷ Ce n'est pas grave si tu ne me dis plus tout, je comprend...mais sache que je suis là, n'oublie pas que la porte de chez moi t'es grande ouverte et si tu préfère la tente dans mon jardin, ça me convient aussi. Quand tu seras à ta limite, tu pourras compter sur moi pour te suivre, même quand tu joueras à Robinson Crusoé.

Alors qu'un doux rire s'échappa des lèvres du blond, il pu sentir la crispation du brun disparaître. Son corps se relâcher. Lui qui détestait les hautes températures, la douce chaleur de la main de Tristan contre son front glaciale lui faisait pourtant du bien. Il n'y avait que lui. Il n'y avait que lui qui pouvait le toucher. Qui pouvait lui parler ainsi. Il n'y avait que lui pour rester avec lui. Il n'y avait que lui pour le calmer ainsi.

Et s'il voulait le repousser, s'il n'était pas content qu'il soit ici... ça aurait été pire si Tristan n'était pas venu. Pourtant, il n'arrêtait pas de lui dire de laisser tomber, de s'éloigner de lui... mais il ne supporterait pas que son meilleur ami l'abandonne. Pas maintenant.
Il était son ange gardien. Sa bouée de sauvetage dans cette mer de cauchemars. Bientôt, le blond pu sentir des larmes couler entre ses doigts.
Il avait enfin réussit à pleurer. Lui qui était si fort paraissait si fragile en cet instant.

Il bougea enfin, relevant ses mains pour agripper le bras de Tristan et doucement le serrer à défaut de pouvoir le prendre dans ses bras -trop awkward-.

▷ Merci.

Juste un mot. Un simple mot qui voulait dire tant de chose. Merci de me réconforter. De toujours être là. De continuer à me laisser dormir chez toi. Il ne pouvait rien dire de plus, commençant à hoqueter à cause de ses pleurs.
Mais il finit bientôt par reprendre la parole. Plus de mensonges pour aujourd'hui. Tristan ne méritait pas ça... mais c'était plus fort que lui. Il fallait systématiquement qu'il atténue son état. Il détestait qu'on s'inquiète pour lui, il se sent faible.
Là ? C'était trop tard. Il avait déjà craqué. Il ne pouvait plus se cacher derrière de simple mot. Et le blond n'abandonnerait pas. Il n'abandonne jamais.
Ses lèvres s'entrouvrirent.

▷ ..........j'en ai marre... je ne tiens plus... je ne veux plus aller au lycée... je sens tout leurs regards, je vais finir par en tuer un ! J-... je suis désolé. Je te promets de me tenir à carreau...

Encore une semaine. Il allait encore tenir jusqu'à la fin de la semaine. Même si Tristan lui sous entendait qu'il pouvait déjà partir... s'il le faisait, il avait peur que le blond rate les cours pour le suivre. Et ça, il ne pouvait pas l'accepter. Il ne voulait pas qu'il se sacrifie pour lui.
Il en fait déjà assez.

Le robinet s'était arrêté de couler.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

Leave this place • PV Tristan

MessageSujet: Re: Leave this place • PV Tristan
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» You'll never leave this place alive
» Le Harem de Sigmar - Les soeurs sont dans la place !!
» Place de l'unité à Montréal bientôt une réalité
» La place d'Haïti dans le monde
» Qui va à la chasse perd sa place [Pinsk Town-Thriller Bark, Rang D, Chasseurs de Prime, Balayage de zone]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gravity Falls: D VXQQB GDB :: Gravity Falls :: Propriété Municipale :: Highschool-