Vampires, gnomes, loup-garou et démons. Gravity Falls est une ville qui attire les évènements paranormaux. 3 ans après, les jumeaux Pines décident d'y retourner. Mais qui pouvait s'attendre à de telles conséquences...

avatar
Messages : 312
Date d'inscription : 11/12/2016
Who am i !

Feuille de personnage
Rang (Groupe) / Age du personnage: 17 ans
Alignement: Loyal bon
Inventaire:

End of the (a) road? [Dipper & Marwin]

MessageSujet: End of the (a) road? [Dipper & Marwin] Lun 2 Avr - 10:02
End
of the a road?




« L’obscurité ne chasse pas l’obscurité,
seule la lumière peut le faire.
»

Ce qu'il s'était passé...eh bien il faut dire que cela avait quelque peu pris au dépourvu le pauvre Tristan, sa soeur, Dipper, il avait dû s'interposer sinon....sinon que serait-il arrivé au juste? Est-ce qu'il....s'en serait pris à elle? Oui, c'est ce qu'il voulait faire....et c'était pour cela qu'il s'était enfuit juste après, parce qu'il savait qu'il était devenu...incontrôlable, qu'il était devenu dangereux même pour le blond. Il ne pouvait plus garantir la sécurité de la famille de son meilleur ami, de celui-ci lui-même. C'est triste, n'est-ce pas? Mais vous voyez, malgré tout, il est encore là, parce que s'il n'est pas là, alors qu'arrivera-t-il à Dipper? Aux autres? Non ce n'est plus qu'une simple question de s'occuper de son bro, il doit garantir la sécurité de tous, il est encore le seul qui peut faire quelque chose. Alors il reste, envers et contre tout, il retrouve où qu'il aille le brun. Même lorsque celui-ci ne veut plus le voir, même s'il se sépare de lui volontairement, non buddy, oh non, il ne te laissera pas seul. Peut-être commence-t-il à comprendre de quoi il s'agit? Peut-être sent-il la dangerosité que représente le Pines, ce qu'il pourrait devenir, qu'il n'y a plus de marche arrière possible une fois dépassé un certain stade. Mais n'est-il pas déjà trop tard? Est-ce que le garçon ne fonce-t-il pas dans un mur? Et Tristan, ne court-il pas un grave danger? C'est que ça commence à devenir chaud là de rester aussi proche d'une telle....créature? Oui, on pouvait dire qu'il s'en rapprochait de plus en plus.

Combien de temps à présent dormait-il dans un pauvre bivouac, en pleine hiver dans la forêt? Est-ce que leur famille s'inquiétait pour eux? Certainement. Il avait perdu toute notion du temps. Tout ce qu'il savait c'est qu'il forçait Dipper à bouger, ne plus y penser, distraire son esprit, c'est ce dont il avait besoin, pour ne pas déprimer, pour ne pas ruminer des pensées sombre, continuer plus ou moins leurs aventures sans recommencer leur mission suicide de la dernière fois. Oh non, il préférait ne pas repenser à la dernière fois. La neige recouvrait de plus en plus la forêt, un épais nuage masquait les danger et rendait ce décor presque enchanteresse. Si silencieux, il soupirait pour la énième fois devant cette atmosphère pesante. Vivement que cela finisse. Et que le Pines ne croyait pas qu'il ne l'avait pas vu mâchouiller son bandage! Bon sang, depuis quand devait-il se comporter ainsi? Tant d'efforts pour tout ça, est-ce que cela valait vraiment le coup? L'inévitable arriverait de toute façon non? Non, après tout, on parlait du brun. Alors si devait refaire pour la...non mais vous croyez qu'il a que ça à faire de compter? Enfin bref, s'il devait refaire son bandage et bien il le referait, oui. Et puis soudainement, le brun relève la tête et ça....ça ce n'est pas spécialement bon signe. Même lui commence à ne plus arriver à tirer de ses pensées le Pines, alors qu'est-ce qui pourrait...? Le voilà plisser les yeux d'un air dubitatif en l'entendant enfin s'exprimer. Et utiliser le verbe "sentir"...ouai ben lui, il le "sent" mal.

Tristan est particulièrement sur ses gardes, il s'attend à tout moment à ce que la situation se complique, à ce que tout leurs efforts partent en fumée, si Dipper venait à tout gâcher en réitérant ce qui s'est passé chez lui....comment réagira-t-il cette fois? Il le suit. Encore. Toujours. Il l'observe. Il voit tout. Il ne perd aucun détail de ce qu'il se passe dans le comportement de l'adolescent. Plus vite. Il va trop vite. Et pourtant il est toujours là. Lui qui ne cessait de parler tout seul histoire de faire un semblant de conversation puisque monsieur restait dans son mutisme mais là, le blond était concentré. Qui aurait crû qu'au détour de quelques arbres se cacherait....ça. Tristan avait fini par le comprendre ce dont parlait Gregory; les créatures ne sont pas toutes gentilles, il l'avait appris mais là...le constater de ces propres yeux...ce n'est jamais plaisant. Percutant le brun qui s'était stoppé brutalement, il ne tarda pas à réaliser l'ampleur des dégâts. Affreux. Un tel spectacle....que lui était-il arrivé? Qui lui avait fait ça?! Ça aurait pu...être sa soeur. Ça aurait pu être sa mère. Ça aurait pu...être n'importe qui, qu'il s'agisse d'un proche ou d'une inconnue, il y avait une famille derrière. Et même s'il n'y en avait pas, c'était une vie, un être vivant. Il y avait déjà eu des accidents dans cette forêt....bon sang quelqu'un devait bien la gérer ou est-ce que chacun n'en faisait qu'à sa tête?! Oui, la nature est sauvage et dangereuse et il ne savait pas ce que cette femme avait fait pour finir dans cet état mais...

▷ Tristan…

Le premier signal d'alarme, le premier appel à l'aide. Du moins c'est ainsi qu'il le prend. Pendant l'espace d'un instant, son regard se fait plus lointain, comme s'il réfléchissait. L'autre avance. Il ne réagit pas.

▷ Tristan… part sans moi je… il faut pas qu’on perde la trace de cette chose. Je te rejoints… c’est promis.

Est-ce que c'est vraiment ce que tu veux Dipper Pines ou est-ce que tu l'appel encore à l'aide? Ne lui dis-tu pas au contraire de ne surtout pas partir? Ne va-tu pas t'en vouloir pour le restant de tes jours d'avoir fini par craquer? Tu oses lui promettre de le rejoindre? Tu oserais donc....lui mentir? Non, voyons, tu ne mentirais pas à ton bro, n'est-ce pas? Alors après un comportement récalcitrant de la part du blond à partir il finit par soupirer et lancer un:

-D'accord, après tout, tu m'as promis que tu allais me rejoindre, je te fais confiance, ne tarde pas trop.

Oui, il lui avait promis, et c'est bien connu, Dipper tient TOUJOURS sa parole. Right? Alors il lui sourit et finit donc par prendre la direction de là où ils ont vu la chose s'éloigner. Il va partir à sa poursuite. Il va faire confiance à son bro, son bro ne le décevra pas, son bro finit toujours par résister, il est plus fort que cette...bête qui est en lui. Alors il va le suivre, maintenant, tout de suite. il avait juste probablement envie de soulager sa vessie un peu plus loin. Oui, c'est ça, c'est forcement ça, ça ne peut pas être autre chose.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 593
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 23
Who am i !

Feuille de personnage
Rang (Groupe) / Age du personnage: Chasseur de paranormal - 16 ans
Alignement: Loyal Neutre → Neutre Absolu
Inventaire:

End of the (a) road? [Dipper & Marwin]

MessageSujet: Re: End of the (a) road? [Dipper & Marwin] Lun 2 Avr - 12:36
End of a road
Un pas après l’autre. Dipper avançait dans la forêt. Un pas après l’autre, Tristan le suivait à ses côtés. Comme toujours. Depuis le début. Depuis l’incident. Son meilleur ami ne le lâchait sous aucun prétexte. Il était son pilier, ses fondations, les murs l’empêchant de s’effondrer. Les liens le retenant de faire plus de mal qu’il n’a déjà commis.

Portant les sacs d’une aisance surnaturelle alors qu’il était pour le moins squelettique, Dipper avançait sans difficulté. Ils traquaient un monstre aujourd’hui. Une créature ayant déjà fait plusieurs victimes. Et cela faisait un moment qu’ils n’étaient plus partit. Dipper n’en avait plus l’envie. Bien qu’il passait la plupart de ses journées à vouloir s’isoler en forêt. Mais seulement pour être seul. Ce qui n’arrivait pas. Puisque Tristan était toujours là.

Ils avaient donc finit par bivouaquer. Installer la tente qui était dans le jardin du blond sur place. Aux confins de la forêt dangereuse et enneigée. Sa présence éloignait visiblement toutes les créatures les gardant en sécurité. Enfin....... sécurité, il avait tout de même attaqué June il n'y a pas si longtemps que ça... et il s'en voulait terriblement. Pourtant Tristan ne lui en avait pas tenue rigueur.... et les voilà reprendre leurs aventures comme si de rien n'était.

Devait-il être heureux ? Ressentir de la joie à traquer un tel monstre ? Comme au bon vieux temps. Mais il ne ressentait rien. Rien à part cette faim dévorante, dessinant chaque virage de ses entrailles et tordant ses boyaux dans des cris désespérés. Son ventre hurlait son envie de nourriture. Tellement qu’il remplaçait le Pines devenu silencieux.

Il suivait le chemin. Portant à sa bouche l’une de ses mains. Ses dents se refermèrent sur les bandages que lui avait faits Tristan. Pinçant le tissu et la peau avec pour arracher. Mâchouiller. Goûter. Un goût de cendre. Ca ne le faisait pas rire. Ça n’allait pas non plus faire rire le blond. C’était la cinquième fois qu’il lui refaisait ses pansements. Et Dipper en était sincèrement désolé. Mais c’est le seul moyen qu’il avait trouvé pour… faire baisser un tant soit peu son niveau de stress.
Son ventre gronda une fois de plus.

Dipper se stoppa dans sa marche. Relevant sa tête qui était abaissée depuis tout ce temps.

▷ Tristan. Arrête-toi. Je sens quelque chose.

Il n’avait pas mentit. Son nez remua comme celui d’un chien suivant une piste. Ses paupières s’ouvrirent un peu plus. Dévoilant le reflet vitreux de ses yeux. Les muscles de son corps se raidirent. Il déglutit.

Cette odeur, il l’a connait très bien. Elle l’attire comme une abeille devant du miel. Il se détourne alors de son chemin pour suivre sa trace. Il déglutit une nouvelle fois. De plus en plus. Passe se langue sur ses lèvres. Ses glandes salivaires tournaient à plein régime. Son estomac le creuse. Tout comme il creuse dans ses bras avec ses ongles. Quelques gouttes de son propre sang roulent jusqu’à ses coudes avant de s’écraser au sol.

Il continu. Il l’a senti à plus d’un kilomètre. Elle est si familière. Mais en forêt, ce n’est pas normal. En ville, elle est présente dans tous les coins. Chez certaines femmes. C’est pour cela qu’il ne va plus en ville. C’est pour cela qui ne traine plus dans Gravity Falls.
Il accélère. Dipper Accélère. Poussant fourrée et cassant branches à son passage. Presque. Ils y sont. LA. Juste LA. Il peut l’apercevoir.
Il se stop. D’un coup d’un seul. Tristan qui le suivait alors lui rentra dedans. Mais le corps du Pines ne bougea pas d’un yota. Une ombre noir s’enfuit à toute vitesse.

Là. Devant lui. Le cadavre d’une femme. Eventrée, laissée pour morte sans avoir été préalablement dévorée. Il n’avait pas eu le temps. Du gâchis. Son corps est encore frais.
L’odeur lui remplit les narines. Il plaque sa main sur sa bouche. Sur son nez. Il a mal, tellement faim, tellement mal. Un haut le cœur. Ses doigts se serrent un peu plus sur son visage. D’entre les doigts suinte une mixture rouge et noir quelques bulles. Il ravale tout ça. Son estomac est déjà assez vide comme ça pour continuer à faire de la place.

▷Tristan…

Dipper s’avance vers le cadavre. Ses yeux ne le quittaient plus. Ses pupilles dilatées ne se détourneraient pour rien au monde de ce qu’il a devant lui. Il arrive jusqu’à un mètre du corps. Il se met à trembler. C’est comme s’il se retenait de sauter dessus. Et c’est le cas.

▷Tristan… part sans moi je… il faut pas qu’on perde la trace de cette chose. Je te rejoints… c’est promis.

Il déglutit. Après quelques protestations du blond et des conseils à son encontre, le voilà qu’il partait. Il s’éloignait dans la direction du monstre. Pour de bon. Dipper n’aurait pas dû le laisser partir. C’est trop dangereux tout seul. Sans sa protection. Mais Dipper ne réfléchissait plus. Non, il réfléchissait trop.
Son corps s’affaissa, se penchant vers le cadavre, les genoux finirent par céder à force de trembler. Il s’accroupi. Observant le corps de cette femme morte. Humant son odeur. Un filet de salive coulait jusqu’à elle.

Non, non ! Il ramena ses bras vers ses genoux détournant sa tête du macabre spectacle. Qu’était-il en train de faire au juste ?! Cette femme… elle est humaine ! Ne n’est pas du gibier ni un plat tout prêt ! Il avait réussi à résister jusqu’alors parce que les personnes étaient vivantes, elle pouvait bouger, le regarder de travers, s’enfuir. Mais là….


Il devait rejoindre Tristan, mais il n’avait plus la force de se lever. Les minutes passaient. Sa respiration était forte. Sa vision se floutait lorsqu’il ne jetait pas de coup d’œil au corps. Il était bien plus pâle que d’habitude, s’était remis à suer. Il avait l’impression que s’il ne se nourrissait pas il allait… s’éteindre. Pour de bon. Se nourrir de quoi au juste ? D’elle. EAT Des spasmes parcoururent ses muscles. eat Il entrouvrait sa bouche, sa mâchoire inférieur tremblaient. Eat une chaleur habitait son corps froid comme la glace. eAt sa tête se mit à tourner EaT de plus en plus fort eaT, il perdrait l’équilibre !! EAt Il perdait le contrôle ! eAT Il en perdait la raison.
eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT

Dipper manqua de de s’effondrer au sol. Il se retint de la main droite. Son bras gauche quant à lui tremblait de plus en plus, avançant doucement vers… EAT. Un torrent de bave s’écoulait, un flot continu, teinté de rouge. Son propre sang. Il s’était mordu l’intérieur des joues pour tenter de se calmer. Rien n’y fit. Sa respiration était profonde, rauque. Il haletait comme un animal.

C’est mal. eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT Tellement mal. eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT Ce qu’il faisait. eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT Non, il ne devrait pas. eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT C’était si… tentant. eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT eat eaT eAt Eat eAT EAt EaT EAT Ses yeux n’étaient plus les siens. Il avait totalement perdu les pédales.

Il entendait les tambours. Les chants indiens au loin. Il entendait les murmures résonnant de son corps. Il entendait l’appel de son esprit.

Cette odeur… sa main effleura le cadavre. Il n’était pas chaud, mais cela ne le dérangea pas. Son mal de crâne s’intensifiait. Il ne tenait plus. Il n’y avait plus de raison qui tienne. Sa main s’enfonça profondément dans la chaire. Se couvrant de ce sang humain. Son visage était déchiré entre un sourire libéré et une expression d’horreur. C’était lui. C’est ce qu’il est devenu.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
" Marwin "
avatar
Messages : 189
Date d'inscription : 18/12/2016
Age : 21
Localisation : Dans la foret
Who am i !

Feuille de personnage
Rang (Groupe) / Age du personnage: Homme-arbre - 15 ans
Alignement: Neutre- Mauvais
Inventaire:

End of the (a) road? [Dipper & Marwin]

MessageSujet: Re: End of the (a) road? [Dipper & Marwin] Mer 4 Avr - 18:48

End of the (a) road?
ft  Tristan & Dipper


C'était le grand jour. Tu ne savais pas réellement comment expliquer, mais tu avais cette impression étrange... Une sorte de....Stress soudain, comme lorsque quelqu'un doit faire quelque chose d'assez important, mais que la crainte de prendre les devant rends un peu stupide. Heureusement, ce n'était pas vraiment ton cas. Tu savais ce que tu avais à faire et c'était quelque chose dans tes cordes ! Pourquoi devrais-tu en douter ? Alors, tu décidas de faire taire tout ce à quoi tu pensais, pour te concentrer. Allez Marwin, il est temps de se mettre en route, tu ne crois pas ?

Tu n'avais pas tardé à te mettre en chemin, tout en te répétant simplement ce qu'on t'avait dit. C'était... Simple... Non ? Bien sûr que ça l'est, ce n'est pas le moment pour savoir ça. Bientôt, tu ne tardas pas à apercevoir une scène que tu aurais volontiers ne pas voir. Quel est-ce.. ? Quel genre de réaction faut-il avoir dans ce genre de moment ? Mais tu n'étais aucunement présent pour juger, ni pour chercher à comprendre. Tu as quelques choses à accomplir, bien avant ça. Fais ce qui doit être fait, ne t'occupe pas de ce qui se passe. Alors, tu optas pour rester indiffèrent, préfèrent te concentrer sur ta tâche.

Tu posas une main sur un des arbres présents, grimaçant légèrement lorsque tu entras en contact avec lui. Ce n'est pas forcément plaisant non plus de se trouver une nouvelle fois avec des pensées qui ne sont pas tiennes. Mais soi, c'est toujours comme ça lorsque tu avais un contact "direct". Tu essayas d'imposer ta volonté à celle du végétal tout en lui donnant un simple ordre. Enfin... Peu-t-on réellement nommé cela ainsi ? Tu retiras ta main lorsque tu vis l'arbre qui commence à tomber sur "les deux cibles". Tu avais vraiment réussi ? À croire que oui. Il serait peut-être temps que tu arrêtes de te sous-estimer.

Tu commenças alors à reculer, avant de prendre soudainement la fuite. C'était la dernière chose que tu devais faire, non ? Tu continuas de courir, t'enfonçant dans cette grande forêt. Tu t'arrêteras quand tu jugeras que tu seras assez loin. Et seulement après tu... Non, même, pas, tu ne voulais pas spécialement chercher à comprendre. Tu avais simplement rempli ta part du contrat.


code by Kanra sur epicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 312
Date d'inscription : 11/12/2016
Who am i !

Feuille de personnage
Rang (Groupe) / Age du personnage: 17 ans
Alignement: Loyal bon
Inventaire:

End of the (a) road? [Dipper & Marwin]

MessageSujet: Re: End of the (a) road? [Dipper & Marwin] Mar 1 Mai - 22:17
End
of the road?




« L’obscurité ne chasse pas l’obscurité,
seule la lumière peut le faire.
»

Loin. Tristan doit être probablement loin à l'heure qu'il est. Alors qu'il se passe tout ce conflit mental en Dipper. Un grand bruit. Les quelques rares animaux et créatures qui étaient restées dans les parages s'enfuient lorsque l'arbre s'effondre. Un hurlement. Viendrait-il du corps inanimé qui vient de reprendre vie l'espace d'un instant? Non, bien sûr que non. Le brun a-t-il eu peur pour sa peau? Il a si agilement évité tout danger mais peut-être qu'au final, il n'aime pas la conclusion que prend les événements. Le cadavre est littéralement écrabouillé sous l'impact du tronc d'arbre. Oh non, l'adolescent doit-il dire au revoir à son garde à manger? Il semblerait. Mais le bougre ne renonce pas, il a faim après tout. Alors qu'il allait littéralement se jeter sur la marre de sang formé en dessous, pour avoir ne serais-ce que les "restes", il se fit stopper dans son élan et on le força à reculer.

▷ TRISTAN !! LACHE MOI !!
- Tntntn...je suis deçu buddy, moi qui te faisais confiance pour bien te tenir.

Oh c'est que le Pines avait gagner en force et il est difficile pour le blond de le tenir en place, il se débattait comme un beau diable, violemment et avec une énergie encore insoupçonnée à ce jour. Pourtant le blond tenait bon si bien qu'un râle de mécontentement se faisait entendre du côté du sapin. Qui aurais cru un jour que ces deux-là en arriverait à s'affronter et pourtant, cela était inévitable vu la situation dans laquelle s'était mis le plus jeune. Il fallait beaucoup de courage pour affronter ce qu'étais devenu son meilleur ami mais c'était pour son bien et le bien commun, qui sait ce qui pourrait arriver si personne ne le faisait, n'est-ce pas? Un coup de coude violent lui tord l'estomac et il lâche malencontreusement l'un de ses bras. Si la situation dégénère....que va-t-il faire? Il reste simplement Tristan. Cela fait tant de peine de voir un ami vous agresser autant verbalement que physiquement, vous vouloir vraiment du mal alors que vous ne faites que ce qui vous semble juste, qu'avait-il fait pour que l'autre garçon lui témoigne tant de rage, de haine même. Cela avait beau se lire sur son visage, tout dans sa voix devenu guttural et grave le laissait deviner. Tu es tombé bien bas Dipper Pines. Mais qui est-il pour juger, hein? Le brun le tire vers lui, peut-être pour en faire son prochain quatre-heures? Le blond esquisse un sourire et en rajoute une couche pour pousser vers l'arrière et le faire ainsi tomber sur le sol, ne pouvant pas le lâcher, il tombe ainsi avec lui. Let's see who's on top haha!

Le garçon à la casquette avait beau avoir le souffle coupé pendant un bref moment mais ce n'est pas cela qui l'empêchait de contrattaquer pour reprendre l'avantage sur son ascendant. Chacun son tour il se retrouvait l'un aussi de l'autre, oh mais Tristan est têtu, non non il n'allait pas gagner avec lui, c'était hors de question, il allait lui montrer que peu importe sa condition, cela n'y changerait rien! Il roulait tant et si bien que bientôt ils rencontrèrent une pente et s'éloignèrent de plus en plus de la scène du crime jusqu'à se stopper finalement. Esquissant une grimace le blond repris néanmoins ses esprits face aux agitations du plus jeune, il ne pouvait à aucun instant baisser sa vigilance.

▷ LAISSE-MOI Y RETOURNER !!

Le brun ne cessait de se plaindre, l'insultant, le menaçant, pas que lui mais bientôt sa famille, oui on aurait dit quelqu'un de désespéré qui tente d'effrayer, trouver la faiblesse pour arriver à ses fins, il aurait presque pu arquer un sourcil, mais non il se contentait de rester silencieux et le laisser se fatiguer. Et c'est ce qu'il se passait, la violence du Pines s'amenuisait, il n'en pouvait plus, il voyait bien que son ami ne laisserait pas tomber, Tristan, son sidekick serait là même si me héros était hors de contrôle, c'est à ça que sert les amis, n'est-ce pas?

▷ ALLER TRISTAN ! S’IL TE PLAIT JE T’EN SUPPLIE !

A présent on passait par les supplications, cela ferait presque de la peine et c'était certainement le but; mieux attendrir pour faire baisser la vigilance et BAM. Ce serait la fin pour lui. Oh non, le Smilovski le fixait sans émettre un seul mot, d'une manière impassible, attendant qu'il se calme probablement. Et bientôt le brun craqua, oui sa voix que l'on connaissait bien avec ces irrégularités aiguë revenait, n'importe qui se serait senti attendrit mais il savait ce qui se cachait derrière ces pleurs.

▷ S’il te plait…….. si tu es mon ami laisse-moi partir !

Il essayait de le faire culpabiliser, qu'il essaye de le manipuler délibérément ou sans s'en rendre compte lui était égal, il était assez malin pour se rendre compte des agissements du brun. Et à présent il allait certainement le supplier en lui promettant monts et merveilles, c'est l'une des étapes du processus quand on se retrouve au pied du mur.

▷ Tristan j’ai faim ! Je te donnerais tout ce que tu veux !

Le regard intense, le blond continue à le fixer l'air neutre, l'espace d'un instant, oui l'espace d'un instant, il y a eu quelque chose. Une hésitation? Une volonté qui faillit à sa tâche? De la compassion? De l’intérêt? De la colère? De la tristesse? C'était bien trop court pour y prêter attention.

▷ J’en ai marre…….. je n’en peux plus. Tristan….. je suis à bout de force… si tu es mon ami……
....
....
Prend le couteau… achève moi.


Est-ce que l'ami en question se rendait compte de ce qu'on lui demandait? Il ne paraissait pas plus surpris que ça et pourtant il arqua un sourcil, on a beau s'attendre à quelque chose, après tout il était celui qui avait le plus eu affaire aux sautes d'humeur du brun et à ses plaintes, cela ne l'empêchait pas d'être surpris de l'entendre dire...ça. Il lui offrait donc sa vie? Enfin, sa mort, il lui donnait le pouvoir de le tuer sur le champs? Il voulait qu'il abrège ses souffrances, très certainement, puisque son sort était devenu bien pire que la peur de mourir. Il ne le faisait pas que pour les autres, n'est-ce pas? Il y avait une envie d'en finir, c'était ce qu'il avait voulu en les emmenant dans ses missions suicide en fonçant tête baissée, non il n'y avait pas que monsieur se croit plus puissant et invincible avec ses "nouveaux super pouvoirs" comme il le disait, il y avait aussi le fait qu'il attendait qu'enfin quelque chose ou quelqu'un mette fin à ses tourments.

▷ En plein cœur ce que tu veux je ne résisterais pas !

Il avait tourné son regard vers son sac, il se doutait bien qu'il se trouverait à l'intérieur mais qui dit que ce n'était pas un piège du garçon à la casquette pour se dégager de lui ou pire; l'attaquer. Pourtant le corps se mouva de lui-même, ne mit pas bien longtemps pour attraper l'arme et la braquer au-dessus de l'autre personne. Que se passerait-il si il ratait son coup? Il pourrait très bien faire hospitaliser à vie, dans un coma profond le brun, ou le rendre paraplégique, lui déglinguer quelque chose, qui sait les conséquences qui pourrait découler d'une action mal exécutée. Et s'il n'enfonçait pas la lame assez profondément, le plus jeune allait se vider de son sang et mourir dans d'horribles souffrances, s'il ne se décidait pas avant à aller "manger" pour regagner des "forces". Alors que Dipper fermait les yeux en tremblant comme une feuille, un sourire orna les lèvres du blond alors qu'il PLANTA VIOLEMMENT SON COUTEAU! A quelques centimètres de sa tête. Il lui décerna un de ses airs sarcastique, arquant un sourcil à nouveau, ce même sourire ironique aux lèvres. Quoi? Vraiment? Il croyait qu'il allait le tuer? Ils sont amis après tout. Ou alors est-ce que cela veux dire qu'en accédant pas à sa requête il n'en est pas un? Alors quoi, un ami devrait accepter toutes les conditions de l'autre? On dirait que oui vu la tête que tirait le sapin, quelle susceptibilité~.

Et celle-là, il l'avait vu venir, ce regard haineux et colérique en était l'énonciateur, il se jeta sur lui et il eu juste le temps d'esquiver sa mâchoire se refermant sur du vide. Maintenant qu'il n'avait pas obtenu ce qu'il attendait de lui il se vengeait? Fair enough. Cette respiration contre ses lèvres, ce regard...quel animal. Et pourtant cela semblait amuser le blond de jouer avec lui, il avançait la tête vers lui lorsque l'autre la reculait et esquivait ses attaques non sans lâcher parfois un léger rire mais bientôt le jeu pris une autre tournure. Ah il faut croire qu'à trop côtoyer le Pines, il avait finit par lui aussi jouer avec le feu. Les bras désormais libre, voilà que le brun les passaient autour du dos de son ami pour le rapprocher dangereusement de lui et certainement le contraindre à subir un nouvel assaut sans chance d'échappatoire. Mais sans succès. Cela le frustrait tellement et au contraire le blond n'en était que plus ravi, on aurait presque dit que leurs lèvres s’effleurait, oh si une autre de ces fangirls assistait à tout cela, cela ferait juste couler encore plus d'encre. Le pire était qu'il déchirait son haut. Eh oh sa chemise! Alors il l'entravait davantage comme pour lui apprendre les règles du jeu comme on le ferait à une bête, parce que c'est ce qu'était devenu son ami.

Et pourtant tout pris fin. Surpris le blond se fit repousser sous les larmes d'un brun qui pris la fuite dans la forêt. Comme ça. Soudainement. Sans plus de cérémonie. Il avait juste voulu le calmer....enfin c'est vrai qu'il avait probablement pensé que jouer avec lui lui permettrait de se defouler, de décharger sa colère sur lui, de ne plus penser au reste. Mais il s'était fourvoyé on dirait. Il resta un instant choqué à le regarder partir avant de se redresser une expression à son tour plus courroucée.

- DON'T YOU DARE TURN YOUR BACK ON ME PINES! COME BACK HERE!

Le blond shoota dans une pierre avec agacement. Ok, là, il avait fucked up. Non non non, ça va bien se passer, il n'a qu'à le retrouver. Oui. Tout simplement. Haha...tout va bien se passer, la fin est proche!




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 593
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 23
Who am i !

Feuille de personnage
Rang (Groupe) / Age du personnage: Chasseur de paranormal - 16 ans
Alignement: Loyal Neutre → Neutre Absolu
Inventaire:

End of the (a) road? [Dipper & Marwin]

MessageSujet: Re: End of the (a) road? [Dipper & Marwin] Sam 5 Mai - 12:24
End of a road
Mais alors qu’il allait retirer sa main pour goutter la substance rouge sombre qu’il avait sur les doigts… voir plonger la deuxième et la tête entière, un bruit sourd. DANGER. Ses réflexes prirent le pas sur sa transe. Il bondit en arrière atterrissant sur ses quatre pattes.
Son sixième sens ne l’avait pas trompé. Un gigantesque arbre se ploie et tomba directement sur…

▷ NON !!

Le cadavre de cette femme fut recouvert. L’impact entre le tronc et le sol fit jaillir le sang hors de son corps, une marre s’agrandit bientôt. Le Pines tendit ses bras vers elle. Il avait faim, IL AVAIT FAIM ! Il ne pouvait pas attendre !! Il se précipita vers elle, voulant plonger son nez, ses lèvres dans le sang avant qu’il ne sèche. Quitte à lécher le sol, avaler des cailloux, il n’en était pas à son premier.
Mais on l’en empêcha. Une force l’attrapa par derrière, le retenant pas les épaules. L’obligeant à reculer.

▷ TRISTAN !! LACHE MOI !!

Lui qui croyait son ami partit ! Dipper se débattit de toutes ses forces. Et Dieu seul sait qu’il en avait. Il l’avait prouvé à maintes reprises. Tabassant des hommes plus massifs que lui ou soulevant des objets bien trop lourds. Résistant à des créatures.
Mais Tristan. Quand il s’agissait de le calmer. Tristan dépassait ses limites. Et bientôt le Pines hurlait à la mort. Il tentait de se dégager désespérément pour sauter sur le reste de cadavre en bouillit. Il n’était plus lui-même. Tristan était un obstacle pour lui.
Alors il donna un coup de coude monstrueux dans celui qui avait été autrefois son meilleur ami. Et qu’il est toujours… au fond de lui. Il réussit à se dégager partiellement, l’un de ses bras était toujours prisonnier.

▷ JE TAIS DIT LACHE MOI !! JVAIS TE DEFONCER !!!

Il était agressif, il lui crachait presque dessus. Ses poils étaient hérissés et son visage strié par la rage. Il dévoilait ses dents qui avaient toutes repoussés et étaient plus que jamais prête pour se nourrir.
C’est alors que Tristan profita qu’il tirait en arrière pour lui faire perdre l’équilibre. Le Pines tomba au sol. Le blond au-dessus. Oh non……. Ça n’allait pas se passer ainsi !!
Il tomba violemment au sol, sa respiration fut coupée le temps d’une seconde. Il serra ses dents de toutes ses forces. Pas question. Hors de son chemin !! Il mit tout sa force pour basculer au-dessus de lui. Son meilleur ami ne l’entendait pas de cette oreille et fit de même. Roulant une seconde fois. Et une autre. Et encore une autre. S’éloignant toujours plus du cadavre. De la piste.
Ils finirent par rouler le long d’une pente avant de se stopper. Ils étaient loin désormais. TROP LOIN. Dipper continuait de se débattre, malgré toutes les éraflures sur son corps. Et il était en dessous de lui.

▷ LAISSE-MOI Y RETOURNER !!
Pas de réponse.
▷ ENFOIRE ECOUTE CE QUE JE TE DIS !! JE VAIS TE BRISER LES OS !!
Tristan restait silencieux.
▷ JVAIS TE BOUFFER DU VAS VOIR !!
Ça ne servait à rien de lui répondre de toute façon. A Dipper.
▷ JE VAIS BOUFFER TON PERE, JE VAIS BOUFFER TA SŒUR ! JE VAIS BOUFFER TOUT TES AMIS !!
Il se débattait encore, bien que sa force de baisse peu à peu.
▷ ALLER TRISTAN ! S’IL TE PLAIT JE T’EN SUPPLIE !
De moins en moins de force.
▷ Tristan !..........
Il arrêta finalement de se débattre. Les larmes pointèrent.
▷ S’il te plait…….. si tu es mon ami laisse-moi partir !

▷ Tristan j’ai faim ! Je te donnerais tout ce que tu veux !

Un torrent de larme se déversa sur ses joues. Il n’était plus qu’un corps désarticuler. Il avait mal. Tellement mal. Il était à deux doigts de se nourrir après un mois de jeune. Sa faim avait décuplée et ne baissait pas d’intensité.

▷J’en ai marre…….. je n’en peux plus. Tristan….. je suis à bout de force… si tu es mon ami……

Se rendait-'il seulement compte de ce qu’il allait lui demander ? Oui. Il en avait parfaitement conscience. Il y songeait depuis un moment. Il jeta un regard vers son sac ayant lui aussi dévalé la pente.

▷ Prend le couteau… achève moi.

Avant que je ne fasse du mal ? Non. Dipper n’était pas que motivé par ce cliché. Il voulait juste qu’on abrège ses souffrances. Il n’en pouvait plus de vivre dans la douleur. Il en avait juste marre. A quoi bon la vie si elle doit se dérouler ainsi ? Il s’était déjà éloigné de sa sœur, sa famille, ses amis. Il n’avait plus personne à part… Tristan. C’était égoïste de lui demander cela. A cet agneau, cet être si bon. Lorsque l’on enlève son côté espiègle.

▷ En plein cœur ce que tu veux je ne résisterais pas !

Il frissonna. Lorsqu’il vu Tristan fouiller et prendre l’arme, la pointer vers lui. Il n’allait tout de même pas le ?.......... c’est lui qui avait demandé. Il devait se tenir à ses paroles. Il ferma les yeux. Tremblant. A deux doigts de le supplier de faire marche arrière. Jusqu’à ce que… le couteau se planta.
Dipper ouvrit un œil. Le couteau était planté à un centimètre de sa tête. Ses yeux bloquèrent sur le sourire moqueur du blond. Il trouvait ça drôle en plus l’enfoiré ? Il claquait des dents de colère. Le Pines s’énervait extrêmement vite. Et si Tristan n’était pas capable de l’aider… il n’avait rien à faire ici.

Le Pines fondit sur lui. Profitant du fait que son meilleur ami se soit rapproché de lui. Ses dents claquèrent malheureusement dans le vide. Tristan avait réagi vite. Et c’est ce qu’il l’avait sauvé. Il aurait pu perdre une partie de son visage. Même si leurs lèvres se touchaient encore, ses dents étaient trop loin de quelques millimètres pour lui permettre d’attraper sa chaire. Un poil trop loin. Il avait tendu ses muscles au maximum. Grommelant sur son échec.
De loin cela aurait pu ressembler à un baisé. La mâchoire du brun se mouvant sur celle d’un blond figé. Mais c’était plus qu’un baisé. Il tentait de le dévorer. D’attraper ses lèvres, sa langue n’importe quoi. Malheureusement pour lui Tristan était assez habile pour esquiver chacune de ses tentatives.
N’était-ce pas là un jeu dangereux ?
Ils se rient du danger.

La scène prit une toute autre tournure. Lorsque le blond décida de lui accorder un peu de liberté, relâchant ses bras tout en le gardant maintenu au sol. Les mains ensanglantées du brun  s’accrochèrent au dos de son meilleur ami, le tirant vers lui. Dangereusement vers lui.
Sauvage. De plus en plus sauvage était le balai. Gagnant en force, en intensité. Il arrivait parfois qu’à force de jouer avec le feu, on se brûle les ailes et que le sang de l’un ou l’autre ne coule. Ce qui rendait le Pines plus affamé encore. Ses ongles s’attaquaient au tissu du t-shirt, le déchirant pour atteindre la peau, la chair, les muscles.
Il faisait mal. Et Tristan le punissait à chaque fois en l’entravant un peu plus. En le frustrant. En l’empêchant de ramener ses mains vers lui pour gouter. Pourquoi ? Il y avait encore le sang de cette femme sur ses doigts… frustration.
A quoi jouaient-ils au juste ? Ils n’en étaient plus sûrs. Les deux amis ne se concentraient plus que sur cet affrontement. Intense.

Il en voulait plus. Il le voulait. Dévorer son corps tout entier. Ne pas laisser les os. Rien. Il essayait de prendre appui et ne savait plus ce qu’il faisait et Tristan l’empêchait de passer au-dessus de lui. Un rock. Il le surpassait en force.

Dipper n’avait pas toujours pensé à Tristan de cette manière. Il n’était qu’un ami. Son meilleur ami. Un pote sur qui compté. A l’école, en forêt. Mais depuis peu, leur relation avait changé. Elle avait évolué tout comme lui. Ils s’étaient rapprochés. Le blond ne le lâchait plus. Il était son garde-fou. Dipper se sentait perdu sans lui. Il était aussi l’épaule sur qui il pouvait pleurer. Se reposer. Ses longues soirées à dormir au creux de ses bras, recevant encouragement et réconfort lui avait fait ressentir quelque chose au-delà de la confiance.
Un nouvel appui. Ses mains finirent par descendre, tracer le contour des côtes du blond, agripper son torse.
Le repousser violemment. Et en une fraction de seconde.
Il disparut.
Dipper Pines disparu dans les bois.

▷ DON'T YOU DARE TURN YOUR BACK ON ME PINES! COME BACK HERE!


[...]

Une porte claqua contre le mur, s'ouvrant avec violence. Une ombre traversa la pièce, s'arrêtant devant l'un des éviers sale des toilettes publiques. Dipper était là. La même scène se répétait encore et encore. Dans les toilettes du lycée, chez lui. Ses mains autours de la faïence. Serrant. Plus fort. La porcelaine jaunit ne résista pas bien longtemps et des craquelures apparurent bien assez tôt.
Sa respiration était erratique. Douloureuse. Il avait couru de la forêt jusque ici, sans vraiment fournir d'effort... et pourtant. Il était épuisé, éreinté. Brisé psychologiquement parlant. Il ne pouvait lever les yeux, pas pour se regarder dans le miroir.
Sa vision se brouillait, elle se couvrait de rouge.... dans sa tête, il ressassait ce moment. Le cadavre de cette femme, l'arbre tombant sur elle de manière précise et mystérieuse... est-ce la chose qu'il avait vu ce soir enneigé qui était revenue pour le torturer ?! Si cet arbre n'était pas tombé... Il aurait pu la.... et la.... sa mâchoire tremblait, bientôt, il n'en pu plus. Il s'énervait contre lui même pour une raison qu'il connaissait très bien. Tout allait se terminer, MAINTENANT ! Dipper Pines. Qui est Dipper Pines ?? Il n'est plus lui même et il arrive à bout. Où est passé l'adolescent à la recherche de mystère ? Où est passé le frère présent pour sa soeur ? Celui qui ne met pas en danger ses amis pour sa propre personne ? Celui qui traine dans le sous sol en compagnie de Grunkle Ford pour apprendre et se surprendre ?? Où est-il ?! Parceque tout ce qu'il voit dans ce miroir ce n'est pas lui. Oui, il a osé lever les yeux ! Et ce qu'il voyait pire que de le choquer, le dégouttait au plus haut point. Il avait déchiré son t-shirt qui gisait par lambeaux au sol.

On voyait tout son squelette tirer sur sa peau fine, fragile et lacérée de tous côtés. Ce teint cadavérique. La peau froide. Au dessus de ses joues creusées, des cernes monstrueuses et....... des yeux blancs. Quasi entièrement blanc, les pupilles étant voilées et presque fendues à l'horizontale. Voir son reflet ne faisait que l'énerver d'avantage, il le savait pourtant il l'avait fait. La seconde d'après le miroir avait été brisé. Les morceaux de verre tombaient dans la cuvette de l'évier, mais le Pines ne s'arrêta pas là... nooon. Il avait complètement perdu les pédales. Et voilà qu'il se jette sur ces mêmes morceaux tranchants, les serrant si fort dans son poing qu'il se coupait, il les enfournait un à un dans sa bouche, les avalants sans les mâcher pour les plus petits. Il avait faim, si faim, il pourrait avaler n'importe quoi !!!! Et la douleur ne l'arrêtait pas, pas plus que le fait qu'il crache du sang. Il allait repeindre la salle de bain en rouge si ça continuait. Il n'était plus lui, il n'était plus lui-même. Il allait bouffer quelqu'un à ce rythme là, il ne tiendrait pas sa promesse faite à Tristan. Il en mourrait d'envie, il ne pensait qu'à ça....
Il prit un morceau de verre et repensa à ce qu'il lui avait dit avant de se l'enfoncer dans le bras à défaut d'en avoir réellement le courage. Il s'ouvrait le bras lentement les dents serrés.
Il l'avait fait. Ça devait bien arriver un jour... à rester trop proche de lui. Tristan était la seule personne qu'il n'avait pas encore attaqué. Il s'était vraiment battu avec lui et... cette fois il avait essayé de le bouffer ! C'était idiot de penser qu'il était spécial... que leur amitié passeraient au-dessus de tout ça. Parcequ'un monstre, un vrai, ne fait jamais la différence....

Le voilà se plier en deux et s'effondrer au sol. Il ne pouvait plus tenir. UN, JUSTE UN !!!! UN SEUL ! UNE PETITE BOUCHÉE ! TROIS FOIS RIEN ! Il se prit sa tête entre ses mains et la frappa contre le sol, impossible de s'en défaire, impossible de s’assommer non plus. Il avait un filet de bave qui s'écoulait de sa bouche, ses jambes rampaient contre sa volonté vers l'extérieur alors qu'il poussait des gémissements de douleur. Dehors, oui !! Il voulait aller dehors ! Un homme, une enfant, un bébé, n'importe quoi ferait l'affaire !

Rien que d'y penser l'excitait, un sourire presque dément ornais ses lèvres alors qu'il arrêta de se battre avec lui même pour se relever. Il faisait peur, torse nu comme ça avec tout ses os, ses veines violacée ressortaient à travers sa beau malade.
Il avait juste à se nourrir... une fois. Et tout ira mieux. Tout ira mieux, n'est-ce-pas ?
Tout ira mieux.
Il disparu en forêt, une nouvelle fois.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

End of the (a) road? [Dipper & Marwin]

MessageSujet: Re: End of the (a) road? [Dipper & Marwin]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Mellindra Road, à votre service !
» Aden | Your kiss it could put creases in the road
» Why Did The Chicken Cross The Road?
» Archives partie 84 express : On the road again !
» Long road to ruin} Ae'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gravity Falls: D VXQQB GDB :: Gravity Falls :: The forest-