Vampires, gnomes, loup-garou et démons. Gravity Falls est une ville qui attire les évènements paranormaux. 3 ans après, les jumeaux Pines décident d'y retourner. Mais qui pouvait s'attendre à de telles conséquences...

avatar
Messages : 52
Date d'inscription : 09/09/2018
Who am i !

Feuille de personnage
Age du personnage: 25 ans
Alignement: Neutre Mauvais
Inventaire:

Les liens du sang | Apo

MessageSujet: Les liens du sang | Apo Dim 23 Sep - 3:06

Ft Apocrypha
Les liens du sang




Apposant ses griffes sur une œuvre Lovecraftienne pour y inscrire le rythme d'une obscure mélodie  d'un tapotement régulier de l'ongle, une ombre s'était perchée sur une barrière pour lever de temps à autre le voile de ses cils sur les sorties étudiantes et le chaos sonore qui en découlait. Pas que le lieu eut été propice au repos ou traînait avec lui un quelconque attrait, mais il portait tout contre son cœur une palpitation suffisamment intrigante pour charmer les vertes iris d'une sorcière à la chevelure irisée, laissant éclore au coin de ses lèvres un mutin sourire qui trahissait sans grand mal toute l'excitation qui grisait son épiderme endolori. Báthory, Báthory Apocrypha, quelles sonorités palpitantes ! Un rire à peine éclot vint alors se perdre tout contre son écharpe comme pour étouffer derrière le lainage épais un plaisant ronronnement qui, s'il la fit doucement clore son ouvrage, porta inexorablement ses iris, fléau sylvestre et émeraudes chaotiques, tout contre le ciel de plomb. L'orage guettait, et ce constat n'accentua qu'un peu plus l'humeur enjoué de Miss Elm qui finit par arracher à son large sac un dossier digne des plus grandes affaires judiciaires, retraçant dans les moindres détails des siècles de lignages qui avait finit par croiser leurs deux familles à quelques reprises, faisant de cette apocalyptique apocryphe une lointaine cousine de notre charmante sorcière.

Un cris presque aquilin vrilla brutalement les cieux, brava l'hivernale bourrasque pour au final s'ébrouer dans une danse aérienne, achromate, qui s'ouvrit sur la sortie de nouveaux élèves.
La morsure des vents de Février ne leurs seyait guère, ni à lui, ni à elle, et si Misty avait tenté de se préserver de ses affres derrière un bonnet à oreille de chat et large pull pastel, ses doigts s'étaient perfidement glissé tout contre son écharpe pour quérir un peu de chaleur tandis que l'impatience s’insinuait lentement dans ses veines. Peut être avait-elle ratée cette cousine tant convoité ? Non. Elle ne le pouvait. Phinéas avait été formel, cerclant la nue grisâtre dans un cri acéré, identifiant d'un œil expert les groupuscules et pas pressé. Il avait sifflé dans un claquement de bec sec que l'étrange créature qu'ils guettaient n'avaient pu sortir sans être repéré. Et puis il avait passé la dernière heure à roder tout près de la fenêtre donnant sur son cours, tapant de temps à autre à la vitre pour piquer son attention. Et on avait bien tenté de lui ouvrir ou chasser son plumage bicolore mais la pie s'était faite belliqueuse, n'hésitant pas une seconde à pincer la main de l'imprudent qui avait forcé le contact en effleurant son plumage gonflé sous le froid. Maudit moldu. Si le familier au regard de jais s'était indigné face à ce manque flagrant de respect, Misty, elle, avait été parcourut par un frisson de dégoût, ressentant presque cette caresse impure jouer sur son précieux épiderme. Brrrr. Ecoeurant. Comment cette hideuse vermine avait-elle osé les souiller de son crasseux touché ? Alors, si la belle Apocrypha ne daigna offrir sur l'instant aux griffes de l'héritière Elm une présence tant attendu, c'est d'un sourire carnassier que la sorcière salua cette présence qui, traînant nonchalamment son pas hors du bâtiment, aiguisa soudainement son intérêt et arracha un sursaut d'orgueil à son précieux Phinéas. C'était lui, cette viciée nécrose, ce magma informe qui, palpitant  à la manière d'une hérésie, sembla soudain éveiller les plus sombre pulsion d'une sorcière qui demeura tapit derrière un charmant sourire. Alors toi, tu allais morfler. Personne n'effleurait le familier d'une Elm. Encore moins Phinéas.

Mais voilà, si l'irritation s'était insidieusement immiscé entre ses veines, avait lacéré de ses crocs belliqueux le cœur trop orgueilleux de la sorcière, ce fut d'une lenteur semblant calculé qu'elle réagit et contra l'impérieux appel de la vengeance. C'était une adulte responsable, transformer cet ado en engrais ne rimais à rien. Jeter ses globes oculaires au bec de Phinéas non plus. Soit sage demoiselle et repose tes griffes sur ton dossier familial. D'une nonchalance frisant l'arrogance, Misty étira ses jambes à la manière d'un altier félin pour reposer ses larges talons sur le sac d'un étudiant posté tout près d'elle avant de réajuster ses bottes autour du mollet dans un fredonnement tranquille, ignorant d'un battement de cil impérieux cette mine offusqué qui, mutique, jaugeait de haut en bas les faits cette enchanteresse aux yeux verts.
Ses boucles d'oreille raptor trônaient fièrement à ses oreilles, tout comme ses multiples colliers qui, mêlés, enchevêtré dans une folie créative, suspendu dans un chaos où régnait petite gemmes et fantaisie, semblaient sublimer au mieux cet épiderme nacré, mis à vif par le froid. D'un mouvement bref, la demoiselle leva les cils sur un miroir de poche pour observer la tenu d'un maquillage qui avait déjà subit les affres de la journée. Le rouge à lèvre s'était estompé mais le résultat demeurait correcte. Que dis-je ! Impeccable ! ... Mouais. L'eye liner avait tout de même bavé, mais bon, un bref mouvement suffirait à balayer cette erreur !  Pull réajusté, jupe haute et collant hivernaux dénués de tout faux plis, Misty semblait prête pour sa rentrée familiale. Bon. C'était une cousine éloignée, très éloignée, peut être trop éloignée pour être décemment considéré comme apparenté à sa famille mais en soit, on s'en moquait un peu. C'était une cousine, et Misty semblait désespérément en manque de sa fratrie alors... " Apocryphaaaaaaa ღ ! " Sa voix vint éclore entre miel et douceur, perçant le chaos de cette fin de journée avec brio pour au final offrir à cette crinière anthracite un mouvement de la main qui, s'il s’efforça de demeurer calme, trahit une excitation toute particulière lorsque ses vertes iris croisèrent celles de la demoiselle.

D'un agile mouvement, elle bondit à terre cette fée mutine, balayant d'un pas forgé par l'égo la course de ces moutons brayant qui lui faisait face pour se perdre parmi le troupeau, un fin sourire aux lèvres. Et souveraine, couronnée par l'éther et le baisé d'une arrogance sans pareille, ce fauve à jupe haute fraya son chemin d'un balancement régulier des hanches, vêtit ses airs princier et inquisiteur en aiguisant l'émeraude de ses iris aux quelques œillades qui osaient encore la braver, scinda les groupes sous son passage pour au final balayer d'un habile coup de hanche ce morveux boutonneux que salua Phinéas en trouvant place sur l'épaule de sa compagne ésotérique. Il faut croire que Misty n'avait pas encore atteint le statut d'adulte responsable... C'est ça, casse toi la gueule et courbe le genoux face à la supériorité sorcière. Ah bah, il fallait t'écarter plus tôt choupinou. Alors elle enjamba cette ombre qui tentait maladroitement de se redresser, claquant ses talons impérieux sur le pavé de l'école pour au final se glisser jusqu'à cette jeune femme qu'elle observa avec attention, un inexorable sourire pendu aux canines. Par les runes d'Astaroth, ce teint diaphane ! Les étoiles même devait le jalouser ! Et ce regard. Ce regard !  " Je suis tellement heureuse de savoir une Báthory à Gravity Faaaalls ! Phinéas était sur... Attend, on va faire ça dans l'ordre. Je m'appelle Misty Wych Elm, et je suis ta cousiiiiiiine ! Éloigné. Et j'aime profondément tes cheveux... Surpriiiiise ! "

Théâtrale, la belle écarta ses bras comme pour souligner ce dernier mot avec superbe, mais n'attira à elle que les regards mi-surprit, mi jugeur des élèves passant à sa portée. Alors, dictame, cette enchanteresse à la chevelure d'opale glissa ses griffes autours des doigts de la jeune femme pour l'attirer doucement à elle, et ce dans un entêtant sourire qui se fit charmant. Beaucoup trop d'information. Ne pouvait-elle pas se tenir tranquille cette sorcière aux allures de furet ?  Mais cette curiosité soudainement faite viscérale qui grisait les sens de notre sorcière bien aimée, cette besoin de fureter autour de cette grise chevelure pour en capter chacune des effluves... Alors Phinéas claqua son bec dans le vide comme pour rappeler à l'ordre la demoiselle à la chevelure d'opale, subtilisant à ses doigts de douces caresses qui semblait épouser le fil de ses pensés.  " Tu as raison. Dit moi Apocrypha, une boisson chaude te tente t-elle ? J'ai clairement besoin de retrouver une compagnie autre que moldu, aussi précieuse et fascinante que la tienne, et je fais finir congelé sous peu si je n'ai pas de thé dans les dix prochaines minutes.  "

... Carrément. Ca avait au moins l'intérêt d'être direct mais, pas sûr que suivre de parfaite inconnue comme ça, au feeling après quelques secondes de dialogue soit dans les mœurs de tous. Tu n'avais pas mieux pour mettre en confiance ? Les prémisses d'une courtoise discussions par exemple ? Bonsoir, comment s'est passé ta journée ? Par exemple. Mais voilà, Misty arbora un soudain froncement au sourcil et vint fouiner dans son large sac, une étincelle au fond de l'oeil avant d'en extirper fièrement un sachet de sucette aux violettes, roses et coquelicots. " Sucette ? "
... Mouais. On va clairement éviter les distributions de bonbon devant les écoles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 495
Date d'inscription : 17/11/2016
Age : 21
Who am i !

Feuille de personnage
Age du personnage: 21 ans (26 ans)
Alignement: Neutre mauvais
Inventaire:

Les liens du sang | Apo

MessageSujet: Re: Les liens du sang | Apo Lun 24 Sep - 1:28
participant 1Apocryphaparticipant2Mistyparticipant2Something gonna happen

Les liens du sang

... Wait, what ? I have a family ? It's a joke, right ?

#660033

tenue~ tenue²~

±2774 mots

∑ Inventaire

‒ Collier
‒ Couteau papillon
‒ Téléphone portable
‒ Lunettes teintées x2

La famille !... Impossible de vivre avec, et impossible de naître sans.
— Allan Gurganus


Ahhh, les cours, un détail qui te semblait bien lointain actuellement, vu que tu n'y allais plus qu'une fois de temps à autres. Avec Dante sur le dos, comment dire... Choisir entre la peste et le choléra, en soit. Mais tu avais bien sûr fait un choix en l'appelant pour reprendre un semblant d'entrainement pour reprendre des habitudes plus saines. Bon, boire, fumer etc n'était pas reprendre des bonnes habitudes, certes. Mais si on ne peut plus se tuer à petit feu avec les clope et entretenir son cancer du foie autant se tirer une balle de suite. Tu le voyais très bien, son petit regard réprobateur quand tu allumais ta clope pendant la petite pause qu'il t'accordait entre deux séances de bastonnage. Tu ne faisais pas que ça, bien sûr, il avait tout prévu son coatching l'enfoiré. Les attaques surprises dans ton dos pour voir la vitesse de tes réactions, ça t'avais fait moyen rire, surtout quand il avait osé, OSÉ ! faire ça quand tu dormais. Une seule fois. La fois de trop. Ça t'avais un peu trop surpris dans le mauvais sens, cette connerie. Nan mais fallait le faire en plus, s'incruster dans TA chambre dans TA maison, sans TON autorisation. Tu avais presque failli ne pas le louper. Peut-être que tu avais été la plus surprise de vous deux quant à ta réaction, mais il l'avait bien cherché. Pfff. De toute façon après quelques jours à boire du sang il n'y aurait plus aucune trace. Tu avais juste du changer tes draps. Casse couille. Tu dormais bien pour une fois, et il avait fallu qu'il t'emmerde. Maintenant les surprises nocturnes étaient proscrites sous peine de violentes représailles. Un pieu en argent est si vite planté dans le thorax, eh.

Aujourd'hui, tu avais décidé de te mettre à jour dans tes cours, même si c'était tout bonnement inutile et futile de continuer à jouer à ce petit jeu de mascarade, tu en avais marre de te taper des heures enfermée dans des pièces un poil trop petites où tu pouvais sentir la magnifique odeur de transpiration des ado après les cours de sport. Et puis supporter la soeur de Tristan et ses répliques dignes d'une pétasse de 13 ans aussi. Comment le frère et la sœur étaient-il devenu si différents, vraiment ? Tous les jours que tu la croisais, tu te la posais, cette question. Tu n'avais pas reparlé à Tristan, d'ailleurs, depuis ce jour là... Et puis tu ne comptais plus lui adresser la parole non plus. Les amis, c'est fini. Ce ne sont que des faiblesses supplémentaires. Tu avais été faible. Il fallait te reprendre. Bien qu'il fut trop tard pour certains, ayant déjà une bonne place inavouable dans ton cœur. Hein, quoi ? Non, tu n'avais pas failli avouer aimer Tristan il y a quelques semaines, c'est faux. C'était parce qu'il était un ange, voilà tout ! Jamais tu ne... Ahem. Non. Bref. Tu envoya un sms à Dante pour lui dire d'aller se faire foutre aujourd'hui. Oui, t'étais cash avec lui, parce qu'il t'en faisais baver et que c'était un satané vampire. Toi, l'apprécier ? Ô grand jamais ! C'était un vrai connard. Insupportable. Trop observateur pour que tu te sente à l'aise. Tu étais persuadée qu'il faisait des rapports tous les jours à ton père sur ton comportement tellement il devait pas avoir de vie en dehors de la lignée. Pas de petite amie à son âge, le pauvre, ahah. Oh tiens, tu allais le faire chier avec ça demain, ça serait un sujet marrant à aborder pour l'ennuyer.

Tu effaça toutes les pensées dirigée vers se satané vampire baby-sitter totalement assumé pour réfléchir à une tenue en fouillant dans ton armoire. Tu avais tellement de vêtements, mais jamais rien à te mettre. La dure vie de femme insatisfaite de sa tenue. Tu devais cacher ses marques de scarification à l'argent sur tes avant bras en priorité. C'est ça de jouer avec l'argenterie de grand mémé. Pas ta faute si tu trouvais très intéressant de voir ton sang couler des coupures que tu te faisais. Et puis ce petit picotement de l'épiderme du à l'argent... mhhh. Ah, merde, c'était pas du masochisme ça ?... Bah, tant pis, osef. La sanité d'esprit non plus tu connaissais pas, alors, un peu plus, un peu moins, voilà quoi. Après t'être décidée sur des vêtements qui te satisfaisaient, tu t'habilla rapidement, te maquilla avec grande attention, pris ton sac de cours préparé à l'avance, et laissa de la nourriture à Hugin pour la journée. Le pauvre, tu le laissais déjà tout seul la plupart du temps, il devait s'ennuyer. Bon, après, il pouvait observer le Gecko que tu avais acheté à des gens peu recommandables il y a un certain temps, qui avait son petit terrarium dans le couloir à l'étage, mais c'était regarder une proie hors de portée. Une petite caresse sur le plumage duveteux de sa tête avant de t'éclipser à pied, pour une fois, de chez toi. De toute façon l'high school n'était pas si loin à pied, et tu pouvais profiter de l'air frais du mois de février. Il t'arrivais de voir la voiture de gens que tu connaissais. D'ailleurs, tu ne manqua pas de voir celle de Tristan... Shit. Tu n'aurais plus qu'a longer les couloirs en arrivant.

Tu arriva pile poil à la sonnerie pour le premier cours, et ça t'allais parfaitement. La journée allait être longue, déjà que tu allais devoir justifier ces absences répétées... Quoi que, depuis le temps, il ne devraient pas être habitué au fait que ta scolarité était un sujet qui ne te passionnais pas tant que ça ? Une aussi bonne élève que toi ne pouvais pas se foirer deux fois de suite à l'exam de fin d'année sans le vouloir, vraiment. Tu t'installa dans les premier rang et mis ton cerveau en mode automatique. [...] Dernière heure de cours. Tu te demandais encore pourquoi tu étais là, assise, à écouter un prof terriblement pas intéressant qui disait de grosses conneries sur le sujet du cours. Sur une voix totalement soporifique. A quoi ça sert d'être prof si c'est pour endormir les élèves avec sa voix ? Ce n'est pas un peu contre productif ? Non ? Si ? Peut-être ? Enfin, ce n'est pas ton problème. Le seul moyen de t'occuper était de gribouiller sur ton cahier déjà plein de note et de dessins étrange. Oh, c'est vrai, tu avais déjà dessiné une caricature grotesque du prof sur cette page là. C'est fou le nombre de truc que tu avais gribouillé l'année dernière dans ce carnet pour les mêmes raisons... Oh, une pie à la fenêtre. Original. Elle frappe même le verre du bec. Étrange. Tu as presque l'impression qu'elle te regarde toi. Hum, non, tu dois certainement te faire des idées, pas vrai ?... Tu te reconcentre sur tes gribouillage. Et la pie recommence un peu plus tard. Vraiment curieux. Ça fait déjà 40 minutes de cours, et ça doit être la 5e fois qu'elle viens à la fenêtre et taper son bec. Le prof, en ayant marre que les élèves les plus dissipés profitent de cette distraction, charge l'un d'eux d'ouvrir la fenêtre et de la faire déguerpir. Pas de chance, il se fait salement pincer. Zut alors... A quoi il s'attendait aussi ? Imbécile. Mais cette pie n'est décidément pas ordinaire, tu en a l'intime conviction.

La fin du cours sonne, tu es une des première à quitter la salle de classe et à te dépêcher de t'en aller de ce calvaire. Cette journée avait été terriblement longue et ennuyante à souhait. Tu aurais presque aimé aller taper sur Dante à la place, mais... Un peu de repos, même le cul sur une chaise inconfortable, ça faisait du bien de temps à autre quand même. Parce qu'il te faisait de toute façon lui aussi faire des pauses de 24 à 48h quand il trouvait que tu avais fait un peu trop d'efforts. T'étais pas en sucre, pfff. Mais tu comprenais. Sans ça, les muscles ne reprennent pas du poil de la bête, et c'est presque faire du sport pour rien. Tu te retrouve presque à jouer des coudes en arrivant devant la sortie principale. Tu le savais qu'il ne fallait pas se précipiter vers la sortie juste après la sonnerie, mais marcher du quelques pieds avec tes talons ça t'avais manqué. Oups~ Quand toutes les cellules de ton corps criaient toutes enfin "liberté" après avoir passé autant de temps enfermée, une voix s'éleva dès que tu mis le nez dehors, alors que tu buvais une boisson très sanguine dans un gobelet noir opaque que tu avais glissée dans ton sac si jamais tu avais un petit coup de mou.

« Apocryphaaaaaaa ღ ! »

Qui pouvait bien t'appeler de la sorte, d'autant que tu ne reconnaissais pas cette voix ni ce timbre semblant être très particulier. Qu'est-ce qu'on te voulais, encore ? Tu n'avais rien fait pour une fois ! T'avais même pas tapé Dipper cette fois ! Ça suffit à la fin... ...Oh. Well, tu venais de poser ton regard sur l'origine de cette voix. Et... Eh bien cette personne ne te disais rien du tout. Comment connaissait-elle ton prénom ? Pourquoi avait-elle l'air aussi enjouée ? Il était où le piège ?... Damn, on peut pas être tranquille et sans attaches 5 minutes ?... En tout cas, elle te semblait très familière. Peut-être parce que tu te reconnaissais un peu dans ses manières. Toi aussi tu étais une originale. Cette démarche dont elle faisait preuve était celle d'une personne de la même trempe que toi. Le fait qu'elle bouscule celui qui avait voulu chasser la pie tout à l'heure t'arracha un petit rictus moqueur. Le malheur des autres faisais ton bonheur, eh, tu n'allais pas changer ça. Surtout envers les humains. Tu l'observe arriver jusqu'à toi par dessus tes lunettes teintés. Hum, tu ne savais pas trop quoi penser de cette... Cette quoi ?... Il y avait quelque chose, mais tu ne savais pas quoi. Tu n'arrivais pas à la définir. Ce n'était pas une créature... En tout cas, à vue de nez, pas un truc très flagrant à sentir. Et puis le vent était contre toi, là. Tu l'observe et attend qu'elle reprenne la parole, mi-figue mi-raisin, ne sachant pas a quoi t'attendre de sa part. D'autant que la pie de tout à l'heure venait de se poser sur son épaule. Tiens donc...

« Je suis tellement heureuse de savoir une Báthory à Gravity Faaaalls ! Phinéas était sur... Attend, on va faire ça dans l'ordre. Je m'appelle Misty Wych Elm, et je suis ta cousiiiiiiine ! Éloigné. Et j'aime profondément tes cheveux... Surpriiiiise ! »

... Wait, elle est où la blague ? La caméra caché ? C'était une blague, pas vrai ? T'avais pas de la famille si éloignée que ça, quand même ? Bon, certes, ta mère avait arrêté de parler à la sienne après le désaccord qu'il y a eu quant à son mariage avec ton père, mais... Elle t'en aurait parlé, du reste de la famille, non ?... Enfin, oui, d'accord, ta mère ne savait pas pour la petite surprise familiale comme quoi il devait y avoir une sorcière dans la famille, vu que tu avais trouvé le grimoire de ce que tu supposait être celui de ton arrière arrière grand mère dans les cartons de la maison... Mais c'est un peu fort, non ? C'est pas le genre d'arnaque, genre, une personne dit être de la famille juste pour soutirer de l'argent aux crédules qui y croient ?... Tu haussa un sourcil, particulièrement déconcertée. Tu pensais avoir tout vu. Visiblement, tu avais tord. On ne te l'avais jamais faite, celle-là. Quand elle glissa sa main dans la tienne et te fit te rapprocher, tu... Ne savait pas vraiment quoi dire, faire, ou répondre. D'autant que tu avais les mains froides. Plus froides que la normale. Elle allait forcément le remarquer. Avoir froid aux mains aussi rapidement n'était pas vraiment possible pour les êtres humains. Espérons qu'elle ne vienne pas à ce genre de conclusion sur la froideur de ta peau.

« ... »

Elle t'observait d'un peu trop près à ton goût. C'était limite creepy, tiens. Pas encore creepy à la Dipper Pines, mais c'était pas loin derrière. La pie claqua du bec et cela sembla ramener à l'ordre l'étrange jeune femme qui prétendait être ta cousine éloignée.

« Tu as raison. Dit moi Apocrypha, une boisson chaude te tente t-elle ? J'ai clairement besoin de retrouver une compagnie autre que moldu, aussi précieuse et fascinante que la tienne, et je fais finir congelé sous peu si je n'ai pas de thé dans les dix prochaines minutes. »

... Moldu ?... Elle venait de dire moldu ? Et accessoirement de parler à sa pie ?... ... Tu savais qu'il y avait des sorcières, sorciers, magiciens etc, mais tu ne connaissais absolument rien d'eux. Ils n'utilisaient quand même pas les termes comme dans Harry Potter quand même ?... Ou alors... Harry Potter serait finalement bien inspiré de faits plus ou moins réels déformés ?... Oh putain ce brain fuck de l'enfer, ta vision des choses venait soudainement de changer, tu avais beaucoup trop de questions qui te venaient en tête maintenant. Tu curiosité maladive venait d'être ravivée d'une manière particulièrement... intéressante. Well, maintenant tu voulais absolument en savoir plus, que ce soit vrai ou non, tu voulais poser pleins de questions. Bon, tu allais devoir accepter cette offre plus qu'alléchante autant que soupçonneuse. Tu ne savais pas encore sur quel pied danser actuellement, mais tu te ferais bien vite une idée en parlant plus avec... Misty elle avait dit ? Misty... Wych Elm ?... Hum, à garder dans un coin de ta tête. Peut-être qu'avec de la chance tu as un arbre de famille dans les cartons, bien caché avec pleins d'autre babioles étranges qui ne servent plus et prennent la poussière dans le grenier et le sous-sol... Elle fouilla dans son sac avec un froncement de sourcil et te proposa... Une sucette. Ooooook...

« Eum, non merci pour la sucette... Mais je ne dis pas non à une boisson chaude ?... »

En tout cas, une chose est sûre, c'est que maintenant... Ça allait encore jaser au niveau des bruits de couloir sur toi. Bon, tu t'en foutais qu'on parle sur toi, mais quand même. A force tu allais avoir les oreilles qui sifflent, parce que tu entendais tout avec ton ouïe fine. D'ailleurs tu allais devoir faire un croche pied a celui qui avait dit des saletés sur toi par rapport aux raison de tes absences. Y'en a qui n'avaient pas eu assez de l'épisode Dipper l'édenté visiblement... Tu pris une gorgée de ta boisson très particulière heureusement que la paille était noire également, sinon bonjour pour expliquer ce jus de groseilles ou de fraise... sans que quelqu'un veuille goûter.

« Tant qu'on ne reste pas une seconde de plus ici tout me va. »

Tu la fit lâcher ta main, parce que les petites caresses c'est assez... particulier quand même et ouvrit la marche vers le café le plus proche de l'high school. Faudrait que tu pense à rembourser le café où tu avais dû partir en courant avec Edward, sinon tu n'allais plus pouvoir mettre les pieds dedans, mh... Ça avait été marrant, mais à long terme c'est ennuyant et contre productif quand on habite dans la ville. Tu regarda ta "cousine" du coin de l’œil.

« Donc on serait cousines éloignées ?... C'est... intéressant ?... J'avoue ne pas savoir grand chose de ma famille, si ce n'est au niveau de mes parents et les raisons sur lesquelles pourquoi je n'ai jamais vu ma grand mère et mon grand père... »

Côté maternel, bien sûr. Au niveau de ton père, ses frères et sa mère sont devenus des cendres depuis bien longtemps maintenant. Difficile de les voir dans ces conditions, hein.
©linus pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 52
Date d'inscription : 09/09/2018
Who am i !

Feuille de personnage
Age du personnage: 25 ans
Alignement: Neutre Mauvais
Inventaire:

Les liens du sang | Apo

MessageSujet: Re: Les liens du sang | Apo Mer 26 Sep - 23:27

Ft Apocrypha
Les liens du sang




Un entêtant sourire aux lèvres, Misty se délecte de cette moue surprise qu'aborde Apocrypha,  de ces perplexes froncements du sourcils qui ne renforce qu'un peu plus cet étrange éclat trônant là, altier souverain tenu sur les émeraudes de ses iris. Cependant, et comme semblant saisir les pensées  que hurle le regard de son homologue, la sorcière à la chevelure irisée glisse lentement son regard de serpent sur les ombres chuchotantes que domine sa froide majesté. Et subtilement, elle laisse entrevoir sur la ligne de ses lèvres un air devenu carnassier, prédateur, qu'épouse avec superbe sa démarche de fauve. Moh, petit Apocryphe chaotique, tu ne te laisse tout de même pas marcher sur les pattes, si ? Comment pareille étoile, souveraine et éclatante, peut elle se voir souiller par la fumée acre que crache quelques vermines aux innombrable bassesse ? Irradie. Fait toi aveuglante. Que ces misérables prie ton éclat. Alors, si leurs doigts se délient et embrassent un chemin commun, le froid serpent que compose le regard de la sorcière glisse sur les groupes tenus non loin de son pas inquisiteur, sifflant à ces esprits devenu trop curieux quelques antiques menace, tenu à mi chemin entre l'instinct de survie et chaos primaire. Elle les défit ouvertement, animé par un besoin presque animal, bestial, d'imposer sa suprématie en un battement de cil, et faute à son altière arrogance ou à cet impitoyable regard qui siffle au bout de ses cils, les pas s'écartent et murmure s'étrangle à ce sourire carnassier qui leurs promet d'infernaux châtiments.  

" Je doute pouvoir répondre aux questions concernant ta famille proche, cependant si la curiosité te pique, j'ai un arbre généalogique complet. J'ai passé des années a compiler d'entier arbres, autant qu'ils me servent ! " Glisse la jeune femme tout en portant son attention sur le dossier qui repose dans son sac, un fin sourire aux lèvres. Il est vrai que réunir toute ces informations n'avait pas été une mince affaire et pourtant, nécessaire pour retracer la pureté des lignées, sauvegarder cette magie faiblissante qui coulait entre les veines sorcières, Misty n'avait pas un instant hésiter à fureter au quatre coin du pays, fouinant par delà les mers pour quérir des informations poussiéreuses et flou. Heureusement, bien des Elm avant elle avaient subit similaire parcourt, facilitant sans conteste ses recherches. Comme quoi, ce fantasme de Pureté, cette valeur immémorial et viscérale traversait les âges sans grand mal pour couvrir de ses larges griffes la branche sorcière auxquels appartenaient les Elm.  " Et si ce n'est pas suffisent, on pourra toujours nous tourner vers le spiritisme, j'ai eu la recette du Bubble-Gnome de ma grand mère comme ça. "

Un air tranquille au bout du pas, la sorcière à l'opale crinière se confie sans grande crainte, dardant sur les quelques passant tenu près d'elle une attention toute particulière avant de s'engouffrer au coeur d'un petit café. La morsure du froid à vraisemblablement poussé les habitants de Gravity falls à trouver refuge tout contre le sein chaud de l'endroit et si Misty accueille ce constat avec une grimace à peine perceptible, c'est d'un mouvement dès lors plus impérieux encore qu'elle fait son entrée. Allégorie même d'une arrogance faite viscérale. Cette masse grouillante, ce chaos sonore la presse plus qu'elle n'aimerait l'avouer et si la fierté se fait parade, couronne chacun de ses pas avec superbe, une tension légère mais perceptible lacère ses muscles jusqu'à inscrire sur son visage un air de dégoût. Par Lucifer et Belphégor, c'était quoi ce serveur à l'expression de navet ? Calme toi Misty. Passe juste commande et ne te préoccupe pas de ce sourire niais. Et après avoir proposé la carte à son invité, courtoise créature qu'est cette sorcière aux vertes iris, celle-ci revient chargé des précieuses boissons chaude, s'installant au plus loin du bar dans un coin plus tranquille. Son royal séant posé, les jambes ramené en tailleur sur sa chaise, l'irisée créature pousse doucement son dossier en direction d'Apocrypha avant de porter son entière attention sur son thé à la noisette, en humant chacune des effluves avant d'oser y porter les lèvres dans un irrépressible sourire. Mouhahaha ! Thé à la noisette ! Elle en ronronnerait presque, cependant les mouvements de sa cousine la ramène doucement à elle, accrochant ses émeraudes cerné de noir à celles de cette enchanteresse, fée à l'anthracite chevelure.

" Dure journée ?  " S'hasarde t'elle en plongeant sa main dans son sac pour vraisemblablement mettre un peu d'ordre dans ce qui s'annonce être un enfers du pratique. Elle en gronderait presque cette sorcière, fronçant de temps à autre les sourcils avant d'arracher au chaos de son sac un crayons à papier qu'elle pose sur la table. Puis, tranquillement la jeune femme ramène son dossier malmené par le temps à elle pour l'entrouvrir, le parcourir et finalement plaquer deux pages sous le regard d'Apocrypha, liant par la mine de son crayons l'une des ancêtres de l'étrange enchanteresse aux Elm avant de lui laisser véritablement le loisir de parcourir l'ouvrage, retournant à son thé et sa contemplation de la fenêtre ou s'est posée Phinéas.

" Elle avait l'air profondément douée, c'est plaisant à contempler, mais je n'ai jamais eu le loisir de la rencontrer. On est assez misanthrope à Salem, et parfois je le regrette un peu ; l'usage de la magie est un talent qui se tarifie de nos jour... Enfin ! Je ne vais pas radoter. J'ai conscience que me voir débarquer comme ça n'est franchement pas le truc le plus conventionnel que tu verras à Gravity falls mais crois moi, ça ne l'a pas été de mon côté non plus lorsque je l'ai apprit. Du coup, si tu as des questions, n'hésite pas ! Je ne suis pas cannibale. "
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 495
Date d'inscription : 17/11/2016
Age : 21
Who am i !

Feuille de personnage
Age du personnage: 21 ans (26 ans)
Alignement: Neutre mauvais
Inventaire:

Les liens du sang | Apo

MessageSujet: Re: Les liens du sang | Apo Lun 15 Oct - 3:09
participant 1Apocryphaparticipant2Mistyparticipant2Something gonna happen

Les liens du sang

... Wait, what ? I have a family ? It's a joke, right ?

#660033

tenue~ tenue²~

±1589 mots

∑ Inventaire

‒ Collier
‒ Couteau papillon
‒ Téléphone portable
‒ Lunettes teintées x2

Dans une famille on a beau avoir vécu les mêmes choses, on n'a pas les mêmes souvenirs.
— Marie Darrieussecq


Eh bien, elle avait visiblement de qui tenir, au vu de ses mimiques particulièrement en regardant derrière toi. C'était un point commun de découvert. Elle non plus n'aimait visiblement pas les humains et les trouvait sans doute inférieur, au vu du regard particulièrement dédaigneux offert aux élèves de derrière. Delightful. Elle avait au moins ta sympathie, quand bien même elle aurait été une menteuse invétéré.

« Je doute pouvoir répondre aux questions concernant ta famille proche, cependant si la curiosité te pique, j'ai un arbre généalogique complet. J'ai passé des années a compiler d'entier arbres, autant qu'ils me servent ! »

Oh, intéressant. tu avais hâte de jeter un œil à ce document, cela allait s'avérer décisif sur tes croyances quand à ta "cousine éloignée". Tu avais dû faire face à tellement d'emmerdes que la moindre étrangeté, en dehors de ce dont tu avait l'habitude, tu avais appris à t'en méfier. Après le directeur et tout le bordel, tu ne te fiais plus aussi facilement aux gens. Un peu de paranoïa ne faisait pas de mal, quand c'était pour assurer tes arrières.

« Et si ce n'est pas suffisant, on pourra toujours nous tourner vers le spiritisme, j'ai eu la recette du Bubble-Gnome de ma grand mère comme ça. »

« I see... »

Qu'était-ce que du Bubble-Gnome au juste ?... Est-ce que tu voulais vraiment savoir ? Pas sûr. Tu la suivi dans le café après avoir rangé ta boisson ensanglantée dans ton sac de manière a ce qu'elle ne bouge pas. Tu nota avec amusement qu'elle avait véritablement l'air d'une impératrice qui fait son entrée dans la cours. Tu savais exactement ce que cela faisait. Tu étais pareille, dans un sens. Ce serait mentir que de dire que tu ne l'appréciais déjà pas. Elle te faisait une bonne impression d'elle. C'est rare que quelqu'un te tape dans l’œil dans le bon sens du terme. Tu choisi un simple cappuccino avec supplément chocolat et sucre, parce que sinon c'était beaucoup trop fade. Tu laissa ensuite cette même cousine choisir une place à son aise. Tu te fichais bien d'où t'asseoir, mais son choix fut bien accueilli tout de même. Un peu plus a l'écart. Mais pas assez pour tes oreilles de dhampire qui ne perdaient pas une miette des conversations aux alentours. Au moins cela te permettais d'être à jour dans les ragots, même si une bonne partie parlaient surtout de vous deux suite à votre entrée. Parce que deux femmes comme vous ne pouvaient pas passer inaperçue.

C'était impossible. Vous étiez trop atypiques pour que vous vous confondiez dans la masse sans encombre. Et puis ce serait une insulte. Tu n'accepterais pas être casée dans la catégorie "normale". Tu ne l'étais pas. Tu ne le serais jamais. Et tu te complaisais dedans. Entrer dans un moule ? Quelle drôle d'idée. Tristan avait pris de la graine de tes paroles, et volait maintenant de ses propres ailes. Tu ne pouvais que te réjouir pour lui. De loin. Tu ne devais plus avoir de contact de ce genre, dorénavant. C'était trop risqué. Déjà que tu avais pleuré -pleuré !!- en lui arrachant une plume. Tu ne pleurais pas, d'habitude. Tu ne pouvais plus pleurer. Tes larmes s'étaient taries. Alors... Non. Il fallait que tu l'évite autant que les autres. Même si cela te faisait souffrir. Même si cela équivalait à le repousser avec méchanceté. Tu ne devais pas courir le risque de t'attacher encore plus. Tu avais mieux à faire. L'attachement n'est qu'une faiblesse. Tu devais t'en débarrasser en même temps que tes amis. De toutes les personnes que tu côtoyais, il n'y avait que Gideon avec qui tu garderais contact. Après tout, c'était son associé. Tu observa ce dossier poussé vers toi d'un œil curieux. Mh.

« Dure journée ? »

Cela te sorti de ta contemplation de ce dossier bien mystérieux. Tu appuya ton dos au siège en soupirant.

« Aussi chiante que peut l'être une journée enfermée avec des adolescents nombrilistes n'ayant aucun autre intérêt que les crush actuels de leurs voisins de table. »

Tu roula les yeux, particulièrement agacée par ce genre de comportement. Tu n'entendais que ça. C'était fini le 14 février, veuillez redescendre sur terre et arrêter de croire que ce que vous vivez avec votre petit copain actuel est de l'amour. Combien ont dit "c'est l'homme de ma vie" avant de finalement casser au bout d'une semaine ? A vomir. Cela ne s’appelle pas de l'amour. Jamais ce genre de chose ne sera de l'amour. Tout ceci n'est qu'attirance. On ne parle d'amour que quand on a apprit à connaitre la personne et à l’apprécier malgré ses défauts. Mais ça, c'était ta définition. Et tu n'avais pas grand chose en expérience pour étayer les faits. Ta seule relation "longue durée" s'était soldée par le plus gros traumatisme de ta vie et la réalisation que ce monde ne voulait pas de toi et reniait jusqu'à ton existence. Et on se demande encore pourquoi tu veux qu'il soit détruit par Bill Cipher... Humain et vampires compris.

Tu laissa ton cappuccino sur le coin de la table avant de regarder les pages se tourner sous les doigts de ta cousine. Eh bien, c'est que cela en faisait, du monde, dans cet arbre. Beaucoup trop. Et tu faisais partie de cette famille ? Eh bien, au vu des branche, ce n'était pas si surprenant que ça, il y avait du monde, la dedans. Alors, voyons, quel était le nom de ton arrière grand mère déjà ?... Oh mais, oui, tu es bête, c'est Krisztina. Ta mère n'avait pas cru bon de te donner le prénom de sa mère vu comment elles s'étaient brouillées. Il te semblait que ta grand mère s'appelait Irène, mais tu pouvais te tromper. Elle n'avait d'ailleurs pas pris contact avec toi. Peut-être qu'elle a essayé mais que ta mère n'avait pas voulu. Vu son caractère, tout était possible. Et puis cela devait certainement jouer, le fait qu'elle n'ai pas approuvé le mariage de ta mère avec ton père. Les raisons seraient-elle plus profondes que ce que tu aurais cru ?... Peut-être... Tu regarda où elle porta son crayon à papier. Margarida ? Mh... Oh mais, c'était le prénom de ton arrière arrière grand mère, ça, non ?

« Elle avait l'air profondément douée, c'est plaisant à contempler, mais je n'ai jamais eu le loisir de la rencontrer. On est assez misanthrope à Salem, et parfois je le regrette un peu ; l'usage de la magie est un talent qui se tarifie de nos jour... Enfin ! Je ne vais pas radoter. J'ai conscience que me voir débarquer comme ça n'est franchement pas le truc le plus conventionnel que tu verras à Gravity falls mais crois moi, ça ne l'a pas été de mon côté non plus lorsque je l'ai apprit. Du coup, si tu as des questions, n'hésite pas ! Je ne suis pas cannibale. »

« Salem ?... »

Tu venais déjà de te faire à l'idée que c'était vraisemblablement la vérité et que tu n'avais pas à te méfier plus que ça. Sortir un arbre aussi détaillé n'était pas des plus facile avec le peu de chose que l'on savait sur ta famille, toi la première. Si un jour on t'avais dit que tu allais rencontrer une personne de ta famille éloignée, tu n'aurais pas su comment réagir. Ta seule famille jusqu'ici était ton père et ta mère, rien de plus. Tu n'avais jamais eu besoin de plus. La famille n'était pas un de tes besoins le plus fondamental, tu pouvais aisément t'en passer. Ton père venait te rendre visite à l'improviste, donc à ce niveau là, tu n'avais pas le temps qu'il te manque tant que ça. Plus il était loin de tes manigances, mieux c'était, car il était trop protecteurs, et s'il découvrait que sa fille chérie est en fait un véritable génie du mal qui souhaite la destruction de la planète et des humains et vampires, pas sûr qu'il apprécie de l'apprendre. Tu fis un petit sourire quand a l'évocation du cannibalisme. Eh bien, pour en arriver à là, ce ne serait même pas appelé comme tel. Tu n'étais pas de la même espèce qu'elle.

« Tu viens de Salem, donc. Pourquoi l'usage de la magie se tarifie, au juste ? Je ne connais pas grand chose des sorcières et sorciers, à mon plus grand... désarroi, malgré les origines qui semblent nous relier. »

Bien sûr que tu n'allais pas dire que tu faisais de la magie ouvertement et que tu avais un grimoire familial bien au chaud à la maison tout de suite et devant autant d'oreilles indiscrètes. Tu n'étais pas stupide à ce point là. Mais cela t'intriguais vraiment. Est-ce que ta mère t'avais caché des choses sur ses origines ?... La magie semblait libre d'accès à tout le monde, même ceux qui ne semble pas être "sorciers" ou "mages". D'ailleurs...

« Quelle est la différence réelle entre sorcier et mage, grossièrement parlant ? J'ai cru comprendre que c'était deux choses totalement différentes, mais je n'ai jamais trouvé le pourquoi du comment en détail. Ils ont besoin d'objets magiques, mais les sorciers non ? Pourquoi ? »

Tu éloigna le dossier, ne voulant pas y renverser par mégarde ta boisson dessus, bien qu'il y ai un pourcentage de chance très faible pour que cela arrive. Tu n'es pas maladroite. Tu ne l'a jamais été. Sauf dans certaines compétences, mais ça n'avait rien de physique. Hum, quoi d'autre encore... Ah, oui. Ça.

« Tu as utilisé le terme moldu tout à l'heure... Je pense savoir ce que cela signifie -on dit merci à Harry Potter- mais est-ce que ça sous entend bien ce que je crois ? »

A savoir, que la magie est un gène qui se transmet de générations en générations. Est-ce que cela voulait dire qu'il y avait également des gens prônant un soit-disant sang pur dans les familles ?... Tant de questions sous-jacentes, damn. Aurais-tu assez d'une journée pour toutes les poser ? Ahah, pas sûr.
©linus pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

Les liens du sang | Apo

MessageSujet: Re: Les liens du sang | Apo
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» (F) Katie McGrath ✣ les liens du sang sont parfois les plus forts [LIBRE]
» (m) Les liens du sang sont les plus fort - Lien famillial
» Les liens du sang ne peuvent être défaits ♥ Grey's family
» [TERMINE] Le temps n'efface pas les liens du sang
» Les liens du sang

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gravity Falls: D VXQQB GDB :: Gravity Falls :: Propriété Municipale :: Highschool-