Vampires, gnomes, loup-garou et démons. Gravity Falls est une ville qui attire les évènements paranormaux. 3 ans après, les jumeaux Pines décident d'y retourner. Mais qui pouvait s'attendre à de telles conséquences...

avatar
Messages : 137
Dollars : 6
Date d'inscription : 26/03/2017
Localisation : Au fin fond d'une théière
Who am i !

Secret Files
Age du personnage: 91 (looks like he's 30 tho)
Alignement: Neutre, bon.
Inventaire:

100 points entre les deux yeux | Mission - Day 1

MessageSujet: 100 points entre les deux yeux | Mission - Day 1 Sam 22 Avr - 23:22
Darts are my worst ennemies.
Premier jour, deuxième épreuve. Il n’avait eu qu’un début d’après-midi pour se détendre que déjà on le rappelait au front. Après le fast food, le stand de fléchettes l’appelait à la rescousse. Son uniforme ne lui avait  pas beaucoup manqué, à vrai dire. Quand il arriva à l’emplacement du stand en trottant, deux jeunes gens l’attendaient avec une expression paniquée. Il leur lança un regard interrogateur mais ils ne répondirent pas et se placèrent derrière lui rapidement.

Que se passait-il ici ? Il n’y avait pas un seul client devant le stand…À l’exception d’un homme, assez grand et musclé qui devait le dépassé de plusieurs têtes. Il semblait concentré sur son jeu, un gros tas de petites fléchettes sur le comptoir devant lui, et le danois aurait presque pu dire qu’il ressemblait à un pro en pleine action. Mais lorsqu’il jeta un regard à la cible en face du client, celle-ci était encore intacte de toute attaque.

Non, vraiment, les mecs. Qu’est-ce qu’il se passait ?
Quelque chose effleura son visage à une vitesse incomparable et se planta dans le mur en face de lui. Une…Fléchette ? Et pour se planter, elle se planta. Et s’enfonça jusqu’à ce qu’on ne voit plus que l’empennage rouge et noir de l’objet. Oh. Lord. Faith avait peur de comprendre la situation.

Lorsqu’on lui avait annoncé qu’il devait apporter son aide à un stand de ce genre, il avait eu un mauvais pressentiment. Mais il ne s’était quand même pas attendu à probablement se prendre l’un de ces projectiles et souffrir réellement. Gérer un gamin capricieux, d’accord, une fléchette malencontreusement lancée, okay. Par contre, une fléchette lancée à 300km/h pouvant lui transpercer la main, ça allait un peu loin là !
Mais comme son employeur lui avait fait comprendre, le client était roi et on ne pouvait pas se permettre d’être grossier ou lui forcer la main trop violemment. De toute façon, le blond ne voyait pas d’agent de sécurité par ici. Mais avec le peu de foule qu’il y avait ici et les chuchotements inquiets des rares passants, il ne s’inquiétait pas que l’un d’entre eux viendrait à leur rescousse au plus vite. Il l’espérait grandement du moins. Ce n’était pas son boulot de gérer un client coléreux –il n’en avait de toutes manières pas le gabarit ni la capacité, même sa volonté avait tendance à se casser la gueule en cas de danger. Il ne pouvait pas non plus se risquer à changer de forme à un moment inopportun. Non, il allait juste serrer les dents et encaisser le temps qu’un responsable se charge d’arrêter la catastrophe ambulante.


Ils étaient trois à tenir le stand, Trois. Putain. De personnes. Et ils n’arrivaient pas à gérer un grand bonhomme pas capable de viser avec ses fléchettes. Si on lui avait dit ça un jour, il ne se serait pas bouger le petit doigt et serait resté cloîtré chez lui.

Pourquoi l’avait-on laissé jouer ? Le blond n’en avait pas la moindre idée. Ce dont il était sûr, c’est que personne n’allait essayer de le stopper dans sa partie, lui le premier. Dès que l’on commentait sa façon de jouer ou que l’on lui suggérait de faire une petite pause, il commençait à monter sur ses grands chevaux et était bien plus effrayant que l’idée de recevoir l’un de ses « coups spéciaux » en plein visage, croyez-moi.
Faith se tenait droit, en ligne avec les deux autres, assez loin de la cible du client, et feignait un sourire bien que ses yeux trahissaient son inquiétude grandissante. Mais il sembla que la main maladroite du bonhomme avait décidé de ne pas les épargner. L’aiguille suivante fusa d’une traite entre la gorge du blondinet et celle de son collègue et ils déglutirent tous deux en chœur tandis que le troisième traçait en quatrième vitesse la croix sur sa poitrine et lançait un regard reconnaissant au ciel pour l’avoir épargné cette fois-ci.
Le changeur avait senti ses ailes tressauter, voulant se libérer de leur prison de chair pour s’envoler au plus vite loin de là. Il ne pouvait de toute manière pas voler avec, cela l’aurait juste ralenti ou rajouter plus d’endroits qui auraient pu servir de cible potentielle aux armes en plastiques du client. Un éclat d’incertitude passa dans ses iris bleus.



Elles étaient bien en plastiques, n’est-ce pas ? Il n’avait pas une grande connaissance des fléchettes, n’étant pas un fin amateur de ce genre d’activités anodines, mais il savait qu’il existait aussi bien ce genre de petites choses en plastiques qu’en acier. Et si elles avaient l’air parfaitement inoffensives lorsqu’elles étaient posées sur le comptoir, elles le paraissaient bien moins une fois en main dudit client.

Le trio d’hommes en uniforme rayé se consulta du coin de l’œil longuement. Mouais, ils étaient dans la mouise, jusqu’au cou, et ils allaient devoir supporter cela. Pas de soucis, tant qu’ils restaient concentrés et esquivaient proprement les projectiles, tout irait bien. Prêt ? Prêt. Un simple hochement de tête servit de top-départ l et ils s’élancèrent chacun d’un côté différent. Le client, lui, eut l’excellente idée d’accélérer le rythme, le fait de ne pas toucher sa cible l’énervant et rendant ses gestes plus frénétiques. Ohoho, pourquoi s’acharner autant ?......


Les minutes qui suivirent furent un capharnaüm total. Et non, il n’exagérait pas du tout !

La partie s’était transformée d’un battement de cil en un jeu d’adresse complexe, certes, mais d’esquive et non pas de lancer, pour Faith et ses petits camarades... Un pas chassé sur le côté à la dernière minute, une bousculade qui leur sauverait la mise,… son corps tout entier lui criait de se bouger le cul et d’éviter une mort douloureuse. Aller, tiens bon Faith, encore un petit moment et ça va passer. Concentre-toi sur la trajectoire totalement imprévisible de ces maudites fléchettes et tout ira bien.


•••


"AAAAAAAAAAAAH."

Et voilà. C’était arrivé. Le missile surprise avait foncé droit dans la figure d’un de ses collègues qui avait lâché un geignement de douleur qui leur avait tous fait grincer des dents. Le client n’en fit presque rien. Il s’assura à peine d’un regard si sa victime tenait toujours debout –et c’était le cas, alors il reprit sa partie, voulant à tout prix remporter un fichu lot.

Faith ne pris pas le temps de poser des questions idiotes. Il était plus qu’évident que son nouvel ami n’allait pas du tout bien. Du tout. On voulut l’accompagner à l’infirmerie, mais le blond et l’autre future victime restante se mirent d’accord sur un point. Pas question qu’un d’entre eux se retrouve seul face au tireur non-élite. Et ils ne pouvaient malheureusement pas le laisser seul ici, et risquer la vie des pauvres âmes qui passeraient par là. Le pauvre type parti donc seul en martyr, compréhensif vis-à-vis du choix de ses deux collègues.

Le danois tendit une main solennelle vers son dernier coéquipier, et se présenta officieusement, ce à quoi l’autre répondit qu’il s’appelait Richard et que sa famille allait lui manquer terriblement dans un avenir proche, s’ils ne se sortaient pas de cette situation très vite. Ils se serrèrent la main, priant assez fort pour deviner les pensées de l’autre. Finir indemne de là serait une tâche ardue, mais ils y parviendraient. Avec un peu de courage, beaucoup de chance et une bonne dose de diplomatie.


Déjà, le gars achetait une nouvelle partie, ayant encore de nombreux petits joujoux à lancer, au grand regret des deux commerçants. For god’s sake, did he have to buy so much damn darts?! Faith laissa échapper une exclamation.

Il esquiva une autre de ces monstrueuses fléchettes en se précipitant au sol. Il l’avait échappé de peu, celle là. Comme toutes les autres, à vrai dire. Il n’allait pas pouvoir tenir jusqu’à ce que le reste des munitions de l’homme soit épuisé, si ?

Quel prix désirait-il à ce point pour qu’il ne fasse pas attention au chaos qu’il créait autour de lui ? Ses acrobaties et celles de Richard devenaient de plus en plus extravagantes et elles finirent par attirer malgré elles un public de curieux assez téméraires pour rester là alors que les fléchettes fusaient. Certains avaient même sorti leur téléphone et prenaient quelques photos ! Richard l’avait bien remarqué et sa mine absolument glaciale –bien que Faith la trouva chou, puisqu’il n’en était pas l’objet– n’arriva pas à dissuader les humains d’arrêter.

I CANT BELIEVE THEM!!

Elles n’étaient pas dirigées vers eux, qu’avaient-ils à craindre ?... Pauvres inconscients.


L’idée tant attendue lui traversa l’esprit. Ça y était, enfin, elle avait mis longtemps à venir mais la voilà, pointant son nez au moment propice. Après avoir échappé habilement à une énième pointe aiguisée, il tira Richard par la manche jusqu’à lui. Richard était brun et avait une carrure solide pour être un simple gérant de stand. Il avait des yeux gris acier vifs et expressifs dans lesquels ceux de Faith se plongèrent un moment sans que la moindre parole ne lui vint. Cela dura moins d’une seconde, –dieu merci se dit le blond –, et celle d’après il était déjà de nouveau le héros sûr de lui.


" J’ai un plan, qui devrait au moins le retenir quelques secondes ! Tu es avec moi ?, son collègue hocha la tête. Alors écoute : voilà ce qu’on va faire…
"


Certain de son succès, le danois expliqua en détail le plus rapidement possible son plan. Ils se séparèrent sur un commun accord et continuèrent leur petit numéro de « tu ne m’attraperas jamais stupide fléchette !» alors que Faith quittait sa place et rejoignait le client de l’autre côté du comptoir. Celui-ci lui dédia un coup d’œil bref mais poursuivit jusqu’à ce qu’il l’entende toussoter et arrête son mouvement.


" Fantastique !"s’exclama Faith.


" Je vous demande pardon ? "

Le ton du client était brusque, et bien qu’il soit curieux des propos du drôle de petit personnage, il n’avait pas la moindre envie d’engager la conversation.

"Je dis que je trouvais votre jeu fantastique !", poursuivit le blond avec cet air captivé.

" C’est une blague ? Vous vous moquer de moi, c’est ça ? "

Aaah, l’agacement pointait dans sa voix. Cela passerait ou cela casserait, mais mieux valait cela qu’une fléchette, pas vrai ?

" Mais non, pas du tout ! ", Faith pris une mine un peu agacée. " Je suis sérieux ! Je n’ai jamais vu de personnes lancer leur fléchette avec une force et une puissance pareille ! Le fait que vous manquiez votre cible (le haussement de sourcil de son client le fit frémir mais cela resta inaperçu, fort heureusement.) "
"… Ce n’est qu’un détail ! Mais votre lancer, oh votre lancer ! Rien à modifier là-dessus.
"



" V-vous êtes sûr ?"

Il pouvait voir les épaules tendues de Richard s’affaisser. La foule, elle, triste de ne plus voir d’acrobaties, commença à se presser rapidement. L’homme s’énerva rapidement et gronda un «Qu’est-ce que vous r ‘gardez, vous ! V’voulez ma photo ?! », ce qui eut le don de la faire se disperser d’un coup.

…Voilà qu’il se calmait un peu. Faith soupira de soulagement, –dans sa tête bien sûr, il ne voulait pas se prendre une claque si violente qu’il défaillirait– et poursuivi sur sa lancée, prenant son temps, calculant ses mots à une vitesse folle pour ne pas perdre le fil.

" J’en suis plus certain ! Ce doit être un petit problème de chance, un mauvais jour, voilà tout…
"


Au cours de sa vie, Faith avait apprit à ne jamais reporter la faute sur les autres... Mais que reporter la faute sur quelque chose d’autre que la personne en faute arrangerait vite les choses, à court terme ! Et c’était ce qu’il lui fallait, ce « à court terme ».
Cependant, le client gronda, adoptant une expression plus terrifiante encore. Faith sentit ses jambes qui voulaient lui échapper, néanmoins, il fallait absolument qu’il tienne.

" La chance n’existe pas ! Et je n’ai jamais eu de mauvais jours !"


" Ah ! Milles excuses ! C’est juste un emploi de terme incorrect ! Je n’insinuai pas que cela était votre faute, en tout cas ! Mais laissez-moi deviner, ce n’est pas votre première partie, n’est-ce pas ? Une technique pareille, cela ne s’apprend pas en un jour !
"


" Eum..En fait, si, c’est la première fois que je- …"

"Oh, vraiment ! Impossible ! Je n’ai pourtant jamais réussi à produire ce genre de mouvement ! Je sais que je n’ai pas un physique de rêve, certes, mais j’aurais tellement aimé pouvoir jouer comme vous…
"


"Ne dîtes pas ça ! J-je suis sûr que vous vous en sortez très bien … !"


Une moue déçue et il avait l’homme dans sa poche. Le fait qu’il le laisse ainsi lui couper la parole était déjà un bon signe. Le secret, c’était d’exagérer à un point que personne ne penseraient qu’il le faisait exprès, même pour le théâtre.


" V-vous le pensez vraiment ? " , balbutiement, okay. Yeux de biche, okay. Tout était en place, il pouvait continuer.  "Enfin bref ! Il n’est pas question de moi, mais de vous ! Je vois bien qu’il vous faut un petit quelque chose, il vous manque cette étincelle, là, tout de suite ! Vous savez, mon père me disait que, pour mieux jouer, il fallait toujours lancer sa première fléchette les yeux clos. Après, ça passait toujours mieux. Ça ne vous tenterait pas d’essayer ? Attendez, je peux vous guider ! Tenez, je vous offre cette fléchette là, c’est ma porte-bonheur ! Fermez vos yeux, aller !
"



" M-Mais voyons, je… !"

Le client balbutia quelques mots incompréhensibles alors que Faith se glissait derrière lui et attrapait doucement son bras droit, fourrant la fléchette de couleur bleue, totalement différente des autres dans la patoune du monsieur.

Il obéit néanmoins et posa sa main libre devant ses yeux. Le regard du danois croisa celui de Richard et ce fut le signal. Le client lança, guider par Faith et…Rata évidemment la cible. Vous vous étiez attendu à de la magie ? Pas du tout. La flèche alla se planter dans une peluche –paix à son âme–, sans un bruit.

Faith s’exclama soudainement :

"Ooooh ! Vous voyez, quand vous le voulez vraiment !"


Surpris, ce dernier s’écria un « quoi ! », agréablement surpris en ouvrant ses paupières pour voir la même petite fléchette plantée au beau milieu de la cible sur le point doré. 100 points de marqués. Il sautilla de joie  –et sa carrure de grand dadais le rendait vraiment ridicule. Le changeur lui sourit poliment mais celui-ci l’agrippa dans ses bras et le pressa contre lui et –HMPF. Qu’est-ce que sa poigne était forte ! On avait pas idée de serrer les gens ainsi ! Il avait presque pu sentir ses côtes craquer !


Richard avait bien joué son boulot et mimait la surprise incrédule lui aussi, bien que Faith devinait à ses traits crispés qu’il se retenait de sourire trop.

Quelques minutes plus tôt, il avait repéré dans le stock quelques fléchettes de couleur bleue alors que celles données aux clients étaient habituellement rouges et noires.
Durant la courte période d’aveuglement du client, Richard s’était contenté de rester debout près de la cible et d’y planter une fléchette semblable à celle que le blond avait « offerte » à l’américain. Personne n’aurait cru à un scénario aussi prévisible, mais il fallait croire qu’il avait fonctionné. Le client était passé à la trappe avec une facilité sans nom.

"Merci du conseil ! Vraiment, merci ! J’ai hâte de voir ce que ça va donner maintenant avec celles-ci-…"

Alors qu’il s’apprêtait à attraper un autre projectile –et créer un nouveau massacre à la fléchette–, des bruits de pas de course résonnèrent aux oreilles fines de notre oiseau. Enfin. Un groupe d’agents de sécurité, venus en renfort pour stopper la brute, apparurent devant eux et saisirent de chaque côté le client maladroit.

" Qu’est-ce que cela signifie ! " ,s’emporta le concerné.

" Monsieur, de nombreuses personnes nous ont signalé votre comportement dangereux vis-à-vis d’autrui et nous allons devoir en discuter. Longuement. Avec le directeur. Coopérez, ou bien nous serons contraints de vous bannir sur le long terme de notre fête foraine. Si vous voulez bien nous suivre…"

Et ils emportèrent le client bougon, sous les yeux pétillants des deux commerçants.

Richard lui pressa l’épaule et lui sourit de toutes ses dents.


"Merci Faith, tu as sauvé la mise ! Encore une fois. "


Encore une fois ? Était-ce donc lui qu’il avait aidé le matin même ? Zut, et il avait réussi à oublier sa bouille d’apollon aussi vite ? Un petit sourire timide naquit sur son visage et ses joues se colorèrent de rose. Mais c’est qu’ils avaient encore du travail, dîtes donc ! Ce n’était pas le moment de rêvasser, sale volatile, va ! Il aurait le temps de faire "ami-ami" plus tard...

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 736
Dollars : 1880
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 26
Who am i !

Secret Files
Age du personnage:
Alignement: Chaotique Mauvais
Inventaire:

100 points entre les deux yeux | Mission - Day 1

MessageSujet: Re: 100 points entre les deux yeux | Mission - Day 1 Mar 25 Avr - 22:20






Mission: 100 points entre les deux yeux!

Mission réussie! Vous avez encore prouvé votre valeur aux yeux de vos collègues et avez gérer le problème tout en douceur, le patron est également fier de votre comportement. Pour fêter ça, Richard vous invite au restaurant.

Récompense: 70$ & Menu de votre choix (salade ou plat + dessert, glace ou café)
Bonus pour le rp de + 2800 mots: 110$





Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [TERMINE] Deux yeux jaunes qui traquent et 6 jambes qui courent [titre merdique bonjour] ft. ISAAC & ESTHER & NYRAH
» Entre mère et fils [Mission rang B - Temari & Shikadai]
» Dons de Points entre Membres !
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gravity Falls: D VXQQB GDB :: Ailleurs :: Archives :: Fête foraine :: Stands de jeux :: Fléchettes-